Tarot 2017 de The Economist : Merkel frappée d'un éclair, le soleil qui brille pour Marine… Analyse

Pas politiquement correct, le tarot rituel de The Economist 2017 (merci à Reuri qui nous l’a signalé)… Que faut-il en penser ?

Ci-dessous, pour les non initiés, des  lectures possibles ( et la plupart du temps orientées, forcément,  des illustrations). On ne s’y arrêtera pas, chacun a le droit d’aimer le tarot et d’y jouer, dans tous les sens du mot, mais nous sommes rationnels, à Résistance républicaine, et ce qui nous intéressera, à Résistance républicaine, c’est d’essayer de comprendre pourquoi the Economist nous envoie ces messages pour 2017.

La couverture divinatoire de The Economist 2017 est parue et elle n’est pas gaie ! !

Ca y est, le petit jeu ésotérique et maintenant habituel des illustrations prédictives de The Economist est publié.

Ou encore :

Benjamin Fulford : La septième, intitulée « La roue de la fortune », montre un souriant Marine Le Pen et Angela Merkel, fronçant les sourcils, attendant les résultats des élections indiquant qu’ils s’attendent à ce que Le Pen gagne et que Merkel perde. Je n’ai pas pu identifier la troisième personne.

James Rioux : (Sens général) La roue est un symbole approprié pour les forces du destin et le destin , car il montre comment tout est connecté dans un cycle ; Certains pourraient l’appeler le cercle de la vie. L’apparition de la Roue de la Fortune montre que le changement est non seulement susceptible de se produire, il est certain de se produire, et bientôt. 

https://interetpourtous.com/2016/11/23/le-monde-en-2017-selon-rothschild-the-economist-analyse-par-benjamin-fulford-david-wilcock-avec-commentaire-de-ascensionwithearth-com/

On ne va pas délirer sur les interprétations abusives, Trump qui serait l’Antechrist par exemple. On va simplement s’interroger sur le message envoyé aux lecteurs par la revue.
Quelle est, d’abord, cette revue ? Extraits de la présentation faite par Wikipedia :

The Economist est un magazine d’actualité hebdomadaire britannique. Imprimé simultanément dans six pays, il est l’un des hebdomadaires de référence à l’échelle mondiale, ciblant une population hautement éduquée. Sa diffusion est supérieure à 1 500 000 exemplaires2. Il est la propriété de The Economist Group, qui détient également l’Economist Intelligence Unit.

Le revenu annuel moyen des lecteurs du journal est de 200 000 dollars25

The Economist se présente comme un journal, non comme un magazine ou une chronique d’économie, car il couvre l’ensemble de l’actualité mondiale mais aussi pour des raisons historiques1. Ce sont néanmoins ses analyses et ses commentaires des principaux faits d’actualités qui ont fait sa notoriété. Il est en effet reconnu pour la qualité de ses analyses et ses prises de positions sur les grandes questions économiques et politiques mais aussi sociétales et culturelles. Il défend une vision libérale classique à la fois en politique, en économie et sur les questions de société3.

Le groupe était possédé à hauteur de 50 % par Pearson de 1928 à 2015. En août 2015, Pearson, après avoir vendu le Financial Times, annonce la vente pour 469 millions de livres de sa participation dans The Economist Group, au groupe italien Exor et à la famille Rothschild9

The Economist fut fondé par James Wilson en 1843 et parut pour la première fois pendant le mois de septembre de cette année. Il fut créé pour soutenir la campagne demandant l’abrogation des Corn Laws, lois protectionnistes sur les céréales, et pour promouvoir le libre-échange1. Son titre reflétait alors cette orientation politique marquée, le terme « économisme » désignait en effet principalement le libéralisme économique à cette époque. Bien que les Corn Laws furent abolies en 1846, le journal perdura, restant fidèle aux idées libérales de Wilson.

The Economist se considère comme d’« extrême-centre »1 et comme un partisan d’un libéralisme inspiré d’Adam Smith, de John Stuart Mill et de William Ewart Gladstone, s’opposant à toute limitation injustifiée des libertés individuelles qu’elles soient économiques ou personnelles3. Il prend ainsi position en faveur à la fois d’un libéralisme économique, notamment le libre-échange19 et la dérégulation20, et d’un libéralisme sociétal, en défendant par exemple la légalisation des drogues21 et le mariage homosexuel22. Le magazine affirme néanmoins être plus pragmatique qu’idéologue3 et supporte parfois des mesures interventionnistes qu’il trouve raisonnables, comme le contrôle des armes à feu23 et une couverture de santé universelle24.

Les sujets les plus souvent abordés sont l’économie internationale, la politique, les affaires, la finance, les sciences et technologies et les arts.

Le journal s’engage régulièrement sur les grandes questions qui touchent le monde, défendant « la vision libérale »13. Il a soutenu des dirigeants politiques conservateurs comme Margaret Thatcher ou Ronald Reagan comme des travaillistes (Tony Blair) ou des démocrates (John KerryBarack Obama et Bill Clinton). Le journal a pris parti dans l’élection présidentielle française en soutenant Nicolas Sarkozy « faute de mieux » en avril 200726, tandis qu’en 2008, clairement opposé à Silvio Berlusconi depuis les années 1990, il a appelé à voter pour Walter Veltroni en Italie. En 2016, The Economist s’oppose clairement au Brexit qui divise l’Angleterre6.

Partisan de l’intervention américaine au Viêt Nam, il a également soutenu et épousé certaines causes libérales en se montrant favorable à la décolonisation, la légalisation de la consommation de drogues, adversaire de la peine de mort, militant pour le mariage homosexuel.

Intéressant, n’est-il pas ? Bref, The Economist, lu par les élites mondialisées, les influence fortement et s’adresse à elles.

Or, quel est le message véhiculé par le tarot 2017 ? Les « populistes  » sont en train de grimper, de prendre de plus en plus d’importance, voire même le pouvoir. Et en Europe l’étoile de Merkel tombe pendant que celle de Marine et de Wilders se lève dans un jour serein. Et The Economist et ses soutiens ne peuvent compter sur le soutien de l’Amérique, Trump étant assis sur son trône…

Comment dire de façon plus claire aux dirigeants mondiaux et à leurs sbires qu’il y a le feu au lac et qu’il faut qu’ils réagissent de toute urgence ?
C’est ainsi que l’on peut interpréter les décisions anti-peuple qui arrivent partout en Europe depuis ces dernières semaines :

  • fondation pour l’islam de France
  • « migrants » imposés partout et surtout en France et en Italie, réquisition des résidences secondaires dans ce pays qui semble, comme la France, la cible de l’ONU et de Bruxelles, ils veulent de façon évidente que le travail confié par mahomet à ses troupes il y a 1400 ans se réalise, ici et maintenant, la conquête de Rome, qui sera accompagnée par la conquête de la France.
  • lois liberticides votées, « délit d’entrave » sur le net, au motif que des mensonges seraient prononcés
  • lois ou justice de fait interdisant dans de très nombreux pays européens la simple critique de l’islam et de l’immigration sauvage
  • chasse à nos coutumes et traditions, Saint-Nicolas, crèche, sapin…
  • renseignement français sous tutelle américaine
  • apparition des étoiles Fillon et Macron et disparition de Hollande susceptible de faire gagner Marine
  • condamnations abusives de ceux qui usent de légitime défense

Liste hélas non limitative.
On rappellera en passant que, déjà, en 2012, The Economist accusait Hollande d’être trop mou et de ne pas être capable de mettre en oeuvre les « réformes  » nécessaires :

Après « la France dans le déni » et « le dangereux M. Hollande », l’hebdomadaire britannique The Economist poursuit son « French bashing » (bashing : attaques dures, gratuites et préjudiciables) avec un dossier spécial de 14 pages à la situation économique française. Selon le journal libéral, « la France pourrait devenir le plus grand danger pour la monnaie unique européenne », et « la crise pourrait frapper dès l’an prochain »The Economist est particulièrement virulent à l’encontre du nouveau président socialiste, François Hollande, et de son premier ministre, Jean-Marc Ayrault. « Ni M. Hollande ni M. Ayrault ne semblent être le genre de dirigeants suffisamment courageux, capables d’imposer des réformes à l’encontre d’une opposition généralisée », explique-t-il dans un communiqué.

Si The Economist reconnaît que « le gouvernement a semblé devenir plus réaliste sur la gravité de la situation et comprendre la nécessité de réforme », notamment en faveur de la compétitivité, il n’en démord pas : « On peut craindre que ces récents changements d’orientation soient trop tardifs et insuffisants. »

La liste des reproches égrenés par l’hebdomadaire est sans fin : économie stagnante, chômage élevé, déficit commercial abyssal, poids de l’Etat « démesuré » et « un climat des affaires qui s’est détérioré », notamment avec les hausses d’impôt décidées par le président Hollande. Qui plus est, selon le journal, « l’élite et les électeurs ne sont pas prêts à de nouveaux transferts de souveraineté » au niveau européen.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/11/15/la-france-souffre-douleur-prefere-de-the-economist_1791565_3234.html

 

Comment mieux dire pour qui et pour quoi se bat The economist ? Bruxelles, l’ultra-libéralisme… Ses ennemis ? Ceux qui veulent moins d’Europe, qui veulent en sortir, qui menacent l’euro… On comprend que l’étoile d’une Marine, d’un Trump ou d’un Wilders soit montée en épingle pour faire un choc et appeler toutes les forces libérales à se bouger….

On n’est pas sortis de l’auberge… Ils ont tout, mais a priori nous sommes encore les plus nombreux, non ?

 
 

 138 total views,  1 views today

image_pdf

19 Commentaires

  1. pas « French bashing » mais le journal britannique Economist poursuit son « DENIGREMENT DE LA FRANCE ».
    Patriotes si vous préférez utiliser des anglicismes c’est qu’au fond de vous vous aimez la mondialisation destructrice des identités.
    Eh youpie vive la langue française (qui en a bien besoin)

  2. @hathorithi, l’allusion à benoit est intéressante,
    il aura sans doute une fin identique à louis ,
    Dans ce cas , ça se rapporterait à la tour foudroyée, qui est marquée d’une croix, ce serait le Vatican ?
    Numérologie et tarot, leur étude est ardue et complexe, on peut se tromper facilement,
    mieux vaut être plusieurs à donner des idées, celle là me semble excellente

  3. Bravo pour cette analyse !
    Je découvre l’ésotérisme de ce jeu de cartes…Ne rejoint-il pas un peu les signes cabalistiques en usage chez les franc-macs ??..
    Ne serait-ce pas le signe d’un constat ?
    Tout ceci m’amène à penser que nos politiciens professionnels viennent de prendre conscience avoir mis la France dans une situation catastrophique. Leurs gesticulations aux primaires ne sont que comédies et simulacres. Idem côté « mélanchons-nous » qui fera un baroud de camelot inconsistant …
    Ils ne tiennent pas vraiment à reprendre les manettes.
    Signe important : la défausse de Hollande…Du jamais vu dans l’histoire de la République.
    Il doit détenir des informations sur le proche avenir dramatique qui attend notre pays, ce sur quoi ces incapables et/ou corrompus devront assumer la responsabilité collective.
    Marine est mon dernier espoir pour renverser la table, dussé-je même manger de la vache enragée pendant 5 ans !

  4. Dernière précision, il paraît que le tarot parle (je l’ai un peu étudié par curiosité, comme Galadriel) . Voyez la carte de la « tour abattue », c’est le numéro 16 : Louis 16, Benoît 16. Curieux…On aime ces 2 hommes, ou pas, peu importe, il n’empêche que la symbolique est forte. A méditer…

  5. Je ne trouverais pas cela très amusant ! Attention ! Les gens qui lisent the economist, dites-vous, ont des revenus faramineux ! Ce sont des gens qui croient à des symboles qu’ils interprètent en leur seule faveur, se plaçant ainsi sous la « protection » de forces qu’il vaudrait mieux éviter…pour faire réussir leurs actions les plus noires. Je ne plaisante pas ! Il s’agit de « sacré inversé » ! Il existe nombre d’exemples terribles, mais on ne peut pas en parler ici ! Je pense que cet article de The economist est un signal envoyé à ceux qui organisent l’esclavage de l’humanité :  » attention! danger ! ça va vous échapper ! » (et vous péter à la gueule! pourrait-on ajouter)

  6. La roue de la fortune,X, montre makrel foudroyée, de plus , elle a la tête en bas,
    Marine monte vers le soleil, cad la réussite,
    Trump règne sur le trône du monde, avec 2 attributs du pouvoir, cela semble indiquer qu’il sera capable de régler pas de mal de pb internationaux,
    La tour foudroyée, avec à sa droite la chrétienté et à sa gauche l’ex-union soviétique, la symbolique n’est pas claire ?
    Le magicien a les yeux bandés ? cela veut dire qu’il ne voit plus rien, contrairement à son personnage dans le tarot qui représente la lumière et les capacités, celui-ci agit à l’aveuglette, mais qui est le magicien ? on dirait qu’il est relié par un tuyau à une machine, peut-être le symbole d’une société déshumanisée régie par la technologie ou la technocratie…
    Le monde, avec qq symboles de divers pays, égypte, usa, deux livres, un tableau, cela donne une impression de chaos, de dispersion dans tous les sens, le monde devenu fou….
    L’étoile , qui représente, normalement l’espérance, a été divisée en 14, son chiffre, les visages ne sont pas reconnaissables, je me demande ce que représente l’ectoplasme au milieu nageant entre 2 eaux, l’espoir viendra-t-il de ces personnages ?
    L’Hermite domine la foule en colère en bas, manifestations contre le ttip, grèves, mais le type en haut n’en a rien à cirer : le représentant des zélites ?
    J’espère que d’autres pourront ajouter des commentaires

  7. En grossissant la photo on reconnaît très bien les trois personnages, Marine, merckel et Geert Wilders avec ses longs cheveux argentés, son grand front carré avec cravate de couleur vive, et au vu du drapeau et de sa position actuelle, cela ne fait aucun doute. Il est en bas pour le moment, actuellement menacé par l’eu qui voudrait bien le faire taire et est en train de remonter dans le chemin de Marine, dans le jeu des élections, illustrés au bas de l’image. Quant à Angela, qui est en pleine chute se verra foudroyer par le peuple qui gronde déjà. Attention la roue tourne mais ne s’arrête pas elle ne marque donc qu’un laps de temps… A suivre…

  8. Pour posséder l’astrologie, le tarot et la numérologie, il faut presque une vie d’études et avoir une bonne intuition …. Les coïncidences favorables naturelles peuvent faire croire que c’est de l’intuition, il suffit d’oublier tous les cas où cela n’a pas marché.
    Quant à l’astrologie, elle est née à une époque où l’on croyait que la Terre était plate et recouverte par une voûte céleste sur laquelle étaient accrochés des lumignons allumés tous les soirs par des anges (les étoiles). Ces lumignons étant disposés de façon irrégulière et changeante avec les saisons, certains ont voulu y voir des messages du ciel. A ces époques lointaines (et même plus récentes) on interprétait tout ce que l’on observait par le surnaturel. Les connaissances d’aujourd’hui permettent déjà, même si bien des propriétés de la nature nous sont encore inconnues, de nous libérer de ces superstitions.

  9. Il est claire que nous sommes face à une dictature qui a pris possession, depuis un bon bout de temps certain, de tous les moyens pour imposer sa dictature contre la volonté des peuples du monde.
    Car il s’agit pas seulement de l’Europe, mais dans ce cas du monde entier.
    Et les montées du populisme partout, ne sont rien d’autres que les peuples eux même, qui cherchent à ne plus se faire dominer par ces escrocs là à tous leurs caprices.
    Le pouvoir doit revenir au vrai sens démocratique du terme, aux peuples eux mêmes et plus a quelque tordus de la planète qui veulent imposer leurs idées fantaisistes, pour leurs caprices et petites jubilations personnels d’hyper classe pour milliardaire, que les peuples ne supportent plus et le mal immense qu’ils font d’ailleurs.
    Cela implique de la part de cette organisation criminel d’installer des dictateurs placés par eux partout dans le monde et commandité par cette organisation criminel centralisateur, qui oblige une armada planétaire et les malheurs que les peuples du monde qui s’accompagnent avec aussi.
    Tous les pouvoirs politiques et religieuses mondial y compris l’Islam étaient à leurs pouvoirs total encore il y a peu de temps.
    Une nouvelle aire se précise pour les peuples du monde entier et la fin de l’ancien régime totalitaire de cette organisation criminel mondial et de leurs dépendances des peuples du monde entier à ces esclavagistes mondial. Mais aussi, de réapprendre à vivre librement sans dépendances comme des vrais peuples libres, surtout pour certains peuples dans le monde.

  10. Bravo Christine ! Quelle réactivité ! Vous êtes épatante !
    Je ne pense pas qu’il y ait une interprétation ésotérique , mais c’est amusant de voir que les journaleux autorisés commencent à voir le réveil des peuples sceptiques face à cette broyeuse de mondialisation .

  11. oui exactement nous sommes plus nombreux que cette caste oligarchique , si les peuples ouvraient leurs yeux et leurs oreilles et garder un esprit d’analyse et critique , il y a déjà belle lurette que tout ce foutu système bordélique aurait sauter , et l’Europe n’en serai certainement pas là ou elle en est , tant au point de vue sécuritaire et migratoire , économique ,culturelle ,environnementale .

Les commentaires sont fermés.