J'ai passé trois semaines en Israël… Témoignage

J’ai passé trois semaines en Israël en septembre. Une semaine à Jérusalem. Mon hôtel était porte de Damas (Damascus gate), à trente mètres de la porte. De chaque côté de cette porte, en haut des escaliers, un poste de police, cinq policiers (ères) par poste armés jusqu’aux dents (pas comme chez nous) et sympas en plus, ils se laissaient prendre en photo sans problèmes.

Ce qui m’a le plus dérangé, c’est l’appel à la prière, les haut-parleurs hurlant dès cinq heures le matin, la marée humaine se dirigeant vers les mosquées, du Rocher et Al Aqsa.

Devant mon hôtel, sur le trottoir d’une quinzaine de mètres de large, un marché aux fruits et légumes quasiment tous les jours (je vous laisse deviner la propreté), dans chaque rez-de-chaussée une boutique (chicha, jus de fruits, kébab, etc.), tout ça tenu par des Arabes. En dehors des heures de prière, un commerçant faisait tourner en boucle toute la journée sur une enceinte de deux cents watts une prière ou un passage du coran (je ne parle ni arabe ni hébreu), une phrase de douze secondes, chrono en main. Si les haut-parleurs sont interdits, ils ont d’autres moyens de s’exprimer.

Autre anecdote, et j’en ai beaucoup, sur la via Dolorosa, un groupe de pèlerins chrétiens accompagné par un moine franciscain priait en silence sous une station du chemin de croix. Alors qu’ils étaient à genoux, un garçon arabe, tout près, tapait assez fort avec une longue baguette sur une grosse bouteille de butane, histoire de dire « je suis chez moi, vous n’avez rien à faire ici ». Je pense qu’il a été bien élevé !

Le samedi, c’est au tour des juifs de toutes obédiences de se diriger vers les synagogues, certains dans leurs grandes tenues accompagnés de leurs épouses attifées comme nos grand-mères et de leurs garçons aux crânes rasés mais aux papillotes pendantes.
Les uns et les autres rivalisent d’intégrisme. Par contre,  chrétiens et juifs ordinaires passent inaperçus.

Au contrôle de l’accès au Kotel (mur des lamentations) je passe mon sac à dos au scanner et le vigile me dit : c’est un harmonica que vous avez ? Il ne faut pas jouer dans l’enceinte du mur ! Je lui réponds bien évidemment que je ne suis pas ici pour ça. Deuxième contrôle pour l’accès aux mosquées, surprise ! Les musulmans ne m’ont pas laissé passer. Était-ce la peur que je joue, les parties métalliques pouvant servir d’arme ? Je crois plutôt qu’ils ont eu peur d’être transformés en porc…
Au fait, trois semaines sans porc, c’est très très long !

 182 total views,  1 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. je ne comprends pas pourquoi ils autorisent les haut-parleurs,
    En France, ça commence à arriver ; Nanterre à ma connaissance.
    C’est absolument horrible d’être réveillé à 5 h du mat. par ces hurlements de sauvage

  2. Remarque importante pour corriger un point qui me semble manquer à cet article:
    tous les intégrismes/fondamentalismes ne se valent pas, loin de là. En effet, si on peut retrouver chez tous les fanatiques un même manque de bon sens (voire une stupidité très prononcée) et d’empathie, ils n’ont toutefois pas la même nocivité. On ne peut donc pas, quant au fait religieux, pratiquer un nivellement par le bas (et c’est d’ailleurs l’objet de la pièce « Nathan le Sage » de Gotthold E. Lessing).
    démonstration :
    – Un fanatique juif sera extrêmement pénible… pour les siens mais pas pour les non-juifs qu’il laissera vivre comme ils l’entendent.
    – Un fanatique bouddhiste s’enfermera dans une caverne, pour se consacrer à la méditation et n’en ressortir que 20 ans plus tard. Pas très utile pour la société, mais pas nuisible non plus.
    – Un fanatique musulman… je vous laisse compléter vous-même.

    • Il rameutera tout le quartier, les frères, les soeurs, les cousins, la famille, les assoces, vous intentera un procès s’il ne peut vous convaincre.
      Les médias s’empareront de l’affaire, les vôtres seront menacés, quand à vous, vous risquerez pas moins qu’une FATWA, et ce avec l’approbation d’une partie de la classe politique, et des bobos, même si de l’avis de ces derniers on s’en cogne…
      J’exagère, je fais dans l’outrance?
      Regardez ce qui s’est passé avec le courageux patron du Cénacle…

      • Nous les voyons très différemment !!!
        Ce que vous me présentez là c’est encore très sympa.
        Moi, je ne vois que la violence et aucune recherche intellectuelle poussée.
        Socialement, une violence, latente ou non, intellectuellement, une vie au ras des pâquerettes.
        Aussi, je ne vois le mensonge généralisé : la vérité n’est pas une valeur musulmane.

        • Dans mon post, je fais allusion à ceux qui constituent « l’élite intellectuelle » de cette population, bien sûr.

  3. C’est certainement un scénario que nous risquons de vivre a plus ou moins brève échéance en France ,en fonction de ce que nous aurons choisi comme leader politique et de sa capacité ou non de mettre en place une véritable reconquête de nos valeurs et de notre territoire

    • C’est hélas déja ce qui se vit dans un grand nombre de territoires perdus de la République, dans l’indifférence de nos politiques..

  4. La France n’est pas Israël, les religieux de tout acabit se sont en principe calmés dans notre pays. Les musulmans et leur docteurs de la foi sont les seuls qui posent encore un réel problème. C’est la raison pour laquelle il est absolument nécessaire de s’occuper de leur cas qui s’aggrave de jour en jour. La sagesse populaire nous enseigne t’elle pas :  » Aux grands maux, les grands remèdes » ?

Les commentaires sont fermés.