Si je devais choisir entre un Fidel Castro et un Hollande… Je choisirais Fidel Castro

Imaginons ce choix, sachant ce que nous savons du dictateur cubain et du dictateur socialiste.
Imaginons que nous ayons ce choix après 20 ans de dictature castriste à Cuba et après 20 ans de dictature hollandesque en France…

Cuba, on sait. Et on a 60 ans de recul. Ecoutons Onfray fiche la fessée à Mélenchon pour les fleurs et bougies offertes à Fidel Castro.


 

Fidel Castro est cher au cœur de Michel Onfray ! Le Lider Máximo est arrivé au pouvoir le 1er janvier 1959, jour de la naissance du philosophe. Voilà donc 57 ans que les deux hommes « cohabitent ». Aussi en entendant la salve d’hommages qu’une partie de la classe politique a rendue au défunt, le philosophe a vu rouge ! « Mélenchon a-t-il fumé la moquette ? » se demande-t-il crûment. Michel Onfray ne décolère pas contre le député européen qui se lamentait hier matin en apprenant la mort de Castro.

Jean-Luc Mélenchon n’a pas l’excuse d’avoir un demi-siècle de propagande derrière lui, ajoute le philosophe qui déplore que dès samedi matin le fondateur du Parti de gauche se soit précipité à l’ambassade de Cuba pour manifester son émotion. L’ancien ministre de François Mitterrand a entonné un refrain bien connu en encensant le système médical et le système éducatif de l’île. Onfray lui réplique que lors d’un voyage à Cuba, il a rencontré des chirurgiens, qui, pour vivre convenablement, devaient conduire des taxis le jour et jouer de la guitare dans des bars le soir. Apprendre à lire et à écrire pour lire la propagande du régime, est-ce à mettre au crédit du dictateur, s’interroge Onfray ?

Une curieuse date de mort…

Halte aux mensonges, donc ! Même la date de mort du commandant de la révolution semble suspecte aux yeux du philosophe. Le 25 novembre 1956 marque le début de la guérilla menée par Castro. Dans une vidéo postée sur sa web télé (michelonfray.com), l’écrivain s’étonne que les deux dates coïncident et remet en cause ce curieux hasard : « Cela tombe bien d’un point de vue de la mythologie et de l’histoire », affirme-t-il sceptique.

Il rappelle que le chef d’État décédé se comportait « comme un nabab qui vivait comme un prince des monarchies pétrolières. Rien ne manquait à sa table. Il vivait de manière somptuaire alors que les Cubains manquent de beurre ! » Pour Michel Onfray, l’aveuglement a ses limites : « Un dictateur est un dictateur, quels que soient les buts qu’il propose. » Et de conclure : « Sale temps pour la démocratie, sale temps pour la liberté ! »

 
 

Hollande. On a 4 ans de recul. Et le constat est épouvantable. Après seulement 4 ans… Si on avait eu Hollande pendant ne serait-ce que 20 ans, voici ce que serait la France aujourd’hui :

occitania

  • Une France dépecée, réduite à l’Ile de France, au milieu de l’Europe des régions que le traître Hollande appelle de ses voeux.
  • Une France où l’on ne parlerait plus français qu’en IDF (et encore, l’arabe serait majoritaire) au milieu des grandes régions d’Europe dont basque, catalan, breton, savoyard… seraient devenus les langues officielles. Dès 2012, Hollande voulait modifier la Constitution afin que la langue officielle de la France ne soit plus uniquement le français… Cela fut voté au début de son second quinquennat avec toutes les voix PS et leurs alliés et celles des députés et sénateurs LR.
  • Une France qui serait musulmane, tant l’immigration, les naturalisations,  le droit de vote des étrangers voté au début du deuxième quinquennat de Hollande,  la démographie musulmane encouragée par les politiques sociales et la « discrimination positive »  auraient fait des nôtres des minoritaires.
  • Une France sous régime de charia où les femmes seraient fouettées quand une mèche de cheveux dépasserait de leur burka, où les homos seraient jetés du haut d’immeubles de 5 étages ou pendus, une France qui mangerait halal et aurait interdit et l’élevage de porcs et la commercialisation de ces derniers, une France où les vignobles auraient été rasés, remplacés par de gigantesques espaces offerts à la prière en masse le vendredi…
  • Une France où il serait interdit de critiquer l’islam et où les non musulmans, avec le statut de dhimmis, seraient obligés de travailler pour leurs maîtres musulmans, seraient obligés de se cacher pour manger pendant le ramadan, et seraient tellement harcelés et menacés qu’ils se convertiraient à l’islam en masse pour avoir une paix relative.
  • Une France où n’existerait plus la liberté de penser, de parler, de se marier avec l’être de son choix, quels que soient sa couleur, son origine, sa religion, son sexe.
  • Une France où la propriété privée aurait pratiquement disparu, Hollande ayant peu à peu obligé les propriétaires de terrain constructibles à les vendre sauf à payer des impôts exorbitants (ça c’est fait), les propriétaires de résidences secondaires seraient expropriés pour loger les migrants (comme cela va être le cas en Italie), les propriétaires de résidences principales obligés de les vendre pour pouvoir payer leurs impôts, imposés sur la valeur locative de leur bien, s’ils ont fini de rembourser leurs emprunts ( ça c’était une proposition des jeunes socialistes en 2012)…
  • Une France où Clovis, Charlemagne, Louis XIV et tout ce qui constituait l’histoire, le patrimoine, l’identité française auraient complètement disparu et des manuels scolaires et des livres d’histoire ré-écrits, et des émissions de télé, démontrant la présence de l’islam en France depuis des millénaires ( merci Jamel Debbouze)
  • Une France où seuls les riches pourraient se faire soigner efficacement en allant aux Etats-Unis, tant les médecins français, filtrés drastiquement grâce au numerus clausus mis en oeuvre depuis les années 70 dans notre pays seraient tellement insuffisants que l’on ne trouverait plus que 10 à 15 % de Français dans les cabinets en ville et les hôpitaux, remplacés par des médecins étrangers, musulmans essentiellement, ayant obtenu leurs diplômes dans une pochette surprise. Une France tellement appauvrie par ailleurs que seuls seraient soignés gratuitement les plus pauvres, étrangers de préférence, les classes moyennes obligées de payer à prix d’or des assurances privées pour obéir aux diktats et de Bruxelles et du Traité transatlantique n’ayant plus la possibilité de se soigner.
  • Une France où l’école ne serait plus qu’une gigantesque garderie où les enfants apprendraient à lire,  à écrire, compter et ensuite à être un parfait citoyen du monde, respectant et admirant l’autre, venu d’ailleurs, apprenant à cracher sur le drapeau français, vestige d’un passé honni et révolu. Bref, l’école de Belkacem, ministre de l’Education nationale pendant 12 ans ininterrompus, puis assassinée par une mère réduite au désespoir devant le suicide de sa fille de 12 ans, persécutée par des musulmans de son collège.
  • Une France où les avorteuses travailleraient à nouveau de l’aiguille à tricoter, provoquant blessures, morts, handicaps… sauf pour les riches pouvant se payer un voyage en Angleterre…
  • Une France qui ressemblerait à  l’Allemagne de 1929, magasins fermés, files d’attente, mendiants décharnés… A côté d’ouvriers épuisés par les 48 heures par semaine, par le rythme fou imposé aux sans-dents non musulmans pour rembourser la colossale dette de la France, dette due à Hollande et à Juncker.

Ceci n’est pas de la science-fiction. On n’aurait même pas besoin d’attendre 20 ans pour arriver à cela, deux quinquennats de Hollande suffiraient. Largement.

Alors, si je devais choisir entre un Fidel Castro et un Hollande… Si je n’avais que ce choix-là… 

Je choisirais Fidel Castro, parce que, au moins, il laisse un pays entier, qui n’est pas démantelé ni conquis, un pays que ses habitants aiment, un pays avec un drapeau dont les habitants n’ont pas honte, qu’ils respectent. Un pays ayant encore toutes ses forces vives, pour un nouveau départ, pour une nouvelle liberté. 

Là où Hollande passe, plus rien ne repousse. Hollande ou la mort de la nation.

 181 total views,  1 views today

image_pdf

15 Commentaires

  1. Notre pays est décidément singulier, qui demeure coi quand un de ceux qui aspirent à le gouverner se fend, en toute impunité, de dithyrambes surréalistes à l’égard d’un homme qui fut l’un des plus odieux caudillos de notre siècle des ombres. Quant à la comparaison Hollande/Castro, passe encore que l’on fasse grâce à Castro d’avoir préservé son peuple de l’entrisme islamiste, au contraire du président français. Pour le reste, car l’on ne trouve rien sous la semelle du Lider Maximo, sinon le sang d’un peuple opprimé, direction les poubelles de l’Histoire. Faute de Nuremberg pour les communistes… Onfray a tout dit.

  2. Castro n’est pas le personnage politique que je préfère : il y en a d’autres et des plus respectables et des moins compromis. Il y a eu au cours des décennies que nous venons de traverser des hommes d’Etat capables et moins dictatoriaux que cet homme-là. Je pourrais vous en citer des exemples…
    Au XIXème siècle, il y avait Garcia Moréno, un chef d’Etat d’Amérique latine qui a résisté longtemps à l’influence des Etats-Unis. Il est mort assassiné parce qu’il fut aussi un grand catholique.
    Relisez son histoire et vous verrez s’il y a une comparaison avec Castro mais en moins pire.
    Au XXème siècle, Salazar, Franco, Vaclav Havel, Lech Walesa marquèrent l’histoire de leurs pays respectifs.
    Salazar rendit au Portugal sa fierté, son courage, sa force. Franco lutta contre le communisme en Espagne et remit le pouvoir aux Bourbons. Vaclav Havel devint président de la République Tchèque après la chute du mur de Berlin et la fin du totalitarisme communiste. De même, Lech Walesa fut élu en Pologne après des élections libres.
    Ce sont de bons exemples.

  3. Fidel Castro a su préserver, en 50 années de Pouvoir, l’intégrité territoriale et culturelle de son pays – ce que ne serait jamais parvenu à faire notre mol Président Hollande en 2 quinquennats, pour le sien. Mais il n’y a pas que Castro qui y soit parvenu au sein de la Gauche – la Chine et la Russie ont également réussi a conserver leurs Terres, leurs coutumes – après leur Révolution …
    Pour moi, si comme Christine Tasin je devais choisir pour la France entre un Hollande et un grand défunt de la Gauche, à savoir Pol Pot, sans hésitation je choisirais Pol Pot, parce ce qu’avec lui, en plus pour notre pays de conserver son unité territoriale et culturelle, il lui ferait faire un bon de géant vers l’Homme Nouveau – qui a commencé d’advenir il y a 200 ans, chez nous, avec nos ancêtres Sans-culottes.

    • J’oserais quand même avancer que Castro n’était pas Pol Pot, une chance pour Cuba !
      Pol Pot c’est entre 1/5 et 1/4 de la population cambodgienne éliminée.
      Et ce fut un pays communiste qui a mis fin au génocide cambodgien…
      Quant à l’HOMME NOUVEAU ! Non merci ! On a donné et on donne encore !

  4. Bof, comparer Hollande à Fidel… L’un tout mou et l’autre un dur à cuire. Hollande n’aurait jamais tenu 20 ans. Si l’on peut reconnaitre à Fidel une constance dans l’art de manier la bêtise et l’entêtement, force est de reconnaître qu’Hollande est et reste d’une inconsistance qui tient plus des sables mouvants qu’à celle d’un roc fidèle.

  5. Magnifique texte!!!
    Pour ce qui est du mariage d’ici qu’on nous impose pas d’épouser des musulmans…. et migrants de préférence….

  6. moi je choisirais ni l’un ni l’autre, je préfère cent fois le casse pipe.que de marché à genoux, ou finir ma vie sur un poteau,, crevé pour crevé, je préfère crevé libre arme à la mains et debout avec ma haines point barre.

  7. On ne peut enlever a Castro qu’il a pris les armes pour foutre dehors la mafia qui tenait cuba et a tenu tête aux USA pendant des décennies , d’ailleurs la condition de vie et la pénurie de certaines matières qu’a connu ce pays est due en très grande partie a l’embargo décrété par les USA , je vois mal hollande avec un fusil en faire autant , tout comme le reste de ceux et celles qui composent notre triste classe politique , ils sont là pour autre chose ! je crois que Le seul homme politique Français encore en vie ayant porté les armes pour la France est monsieur Jean Marie Le Pen !

  8. Sûr que Castro n’aurait jamais laissé envahir son pays par l’islam. Pour moi Castro reste la « vraie » gauche.
    Pas cette gauche qui nous abandonne à des mœurs arriérés et qui nous guide vers une théocratie islamique.
    Vive Fidel.

    • Fidel Castro n’aurait pas fait de nous des « infidèles castrés » 😉
      Ce que nous sommes actuellement à notre corps défendant…

  9. Chère Christine, comparer Castro à Hollande, c’est comme si tu comparais De Gaulle à Pétain. Hollande fait bien ce que tu décris, la politique des sous hommes libéraux conduisant l’humanité à sa tombe.
    Castro, c’est un De Gaulle qui a voulu sauver son pays de l’emprise US qui en avait fait un bordel, et rêve de recommencer. Et pourtant, je suis colonialiste, mais colonialiste à la Française, à la façon de Bonaparte, Hugo, Ferry. Les Américains ne sont que des pillards, comme les Arabes avant 1830. Castro les a chassés héroïquement, dans l’intérêt de son peuple qui valait bien quelques exécutions. Gloire lui soit rendue devant l’Histoire !
    NOUS AURIONS BIEN BESOIN D’UN CASTRO CHEZ NOUS.
    Et sachez bien, chers souverainistes, que celui qui chassera nos fossoyeurs fera beaucoup, beaucoup plus de victimes que Castro, et même, que la Libération.

  10. Déjà, dans les écoles publiques où ne vont pas les enfants de nos politiciens, les enfants apprennent à mal lire, très mal écrire, et ont besoin d’un calculette pour additionner deux chiffres.

  11. Seigneur ! Christine, le tableau que vous brossez est tout simplement …terrifiant ! Après vous avoir lue, je crois bien que, comme vous, je choisirais Castro ! Alors, faisons en sorte que ce cauchemar ne soit jamais ! Si, par un mauvais coup du mauvais sort et un vote massif des musulmans, cette enflure devait être réélue, nous n’aurions donc qu’une seule solution…pour sauver la France, nos traditions, notre civilisation.

  12. « Une France où n’existerait plus la liberté de penser, de parler, de se marier avec l’être de son choix, quels que soient sa couleur, son origine, sa religion, son âge ».
    J’aurais écrit plutôt « son sexe » à la place de « son âge ». 😉
    Car même si le mariage homo a été voté sous l’impulsion des socialistes, c’est pour mieux faire diversion quant à leurs trahisons sur d’autres sujets. C’est une réforme instrumentalisée sur le plan politique, indépendamment de l’appréciation de son bien fondé.
    E. Badinter a d’ailleurs dernièrement fustigé le programme de Fillon sur ce point, alors que le plus choquant dans ce programme, c’est le traitement de choc que les pauvres lato sensu vont se prendre dans les dents… Fillon maintient le mariage homo et l’adoption simple. Il n’y a pas de quoi s’affoler…
    Heureusement, donc, qu’il existe des restrictions quant à l’âge pour le mariage, c’est précisément cela que les islamistes veulent remettre en cause en permettant le mariage avec des mineurs qui, dans notre tradition juridique, sont réputés insusceptibles de donner un consentement libre et éclairé.
    http://observers.france24.com/fr/20160805-fille-enfant-afghane-6-ans-mariage-force-mollah-pauvrete-chevre-riz
    On l’a bien vu ces derniers temps avec la loi proposée en Turquie par l’AKP pour le mariage des mineurs violés. Il faudrait écrire d’ailleurs plutôt « mineures violées ».
    C’est du court-termiste, du rafistolage du reste des soutiens qui demeure à la gauche parce que tous les courants politiques sont en train de changer, les lignes bougent spécialement du côté du FN grâce à Marine le Pen et Florian Philippot. Si la transition va jusqu’au bout, on cessera peut-être de considérer que les réformes sociétales n’appartiennent qu’aux auto-proclamés partis de gauche.
    Pour le reste, c’est de l’excellent « Christine Tasin », comme l’article sur les Horaces et les Curiaces que personne d’autre n’est capable d’écrire sur le web. 🙂

    • Cher Maxime il s’agit d’un lapsus calami… pas facile de faire des articles dans la voiture pendant que l’autre conduit… distractions…j’ai corrigé bien entendu. Merci pour ces compliments qui me font rougir.

Les commentaires sont fermés.