50.000 musulmans manifestent à Jakarta pour faire emprisonner un gouverneur chrétien qui aurait insulté l’islam

Elle est belle cette saloperie de religion d’amour de paix et de tolérance que nos pourris laissent envahir notre Patrie, voilà ce qui nous attend de cette saloperie d’islam.

50.000 musulmans manifestent à Jakarta pour faire emprisonner un gouverneur chrétien qui aurait insulter l’islam.

Islamists March in Jakarta, Demanding Christian Governor Be Jailed
By JOE COCHRANENOV. 4, 2016
http://www.nytimes.com/2016/11/05/world/asia/jakarta-protest-blasphemy-ahok-indonesia.html?smid=tw-share&_r=0
 

Traduction par Denis

Manifestation à Jakarta réclamant l’incarcération du gouverneur
De Joe Cochrane, le 4 novembre 2016

Jakarta en Indonésie : des milliers d’Indonésiens ont manifesté vendredi en réclamant que le gouverneur de Jakarta, le premier de confession chrétienne depuis des décennies, soit incarcéré pour des raisons de blasphème. La manifestation a eu lieu à l’appel de plusieurs mouvements islamistes conservateurs, lesquels s’estiment offensés par les récentes déclaration sur l’islam afin d’affaiblir le gouverneur, candidat à sa réélection.

Le gouverneur, Basuki Tjahaja Purnama, connu sous le nom de Ahoc, issu d’une ethnie indonésienne [d’origine] chinoise est la première personne de confession chrétienne depuis 50 ans a diriger Jakarta, capitale d’un pays ayant la population majoritairement musulmane la plus importante du monde.

Il a été la cible d’organisations islamiques depuis son accession au poste [de gouverneur] en 2014. Certaines de ces organisations ont réagi à des commentaires qu’il a fait à des prêcheurs dans lesquels le gouverneur, avec désinvolture, a cité un verset du coran qui met en garde [les musulmans] de ne pas se faire des amis parmi les chrétiens et les juifs.

Ses commentaires ont circulé sur les réseaux sociaux, les commentaires les plus extrémistes l’accusant de blasphème, ce qui est un crime en Indonésie, et demandant à la police de procéder à une enquête. M. Basuki, tout en refusant de retirer sa candidature à l’élection de gouverneur en février pour laquelle il est grand favori a, à de nombreuses reprises, présenté des excuses aux musulmans qui se sont sentis offensés par ces remarques.

Il a déclaré aux journalistes cette semaine qu’il n’y avait aucune intention d’insulter une religion. «J‘adresse un message à tous les musulmans offensés : je suis sincèrement désolé ».

La crainte des violences pendant la manifestation a entraîné la fermeture des écoles et des bâtiments officiels du centre ville de Jakarta. Des milliers de policiers et militaires ont fermé les rues pendant la marche de protestation. Les ambassades américaine et australienne avaient prévenu leurs ressortissants de s’écarter de la zone de protestation.

Durant la majeure partie de la journée il n’y a pas eu de violence ni d’arrestations, bien que certains manifestants réclamaient la mise à mort de M. Basuki. Mais, peu après le crépuscule, des manifestants s’en sont pris à la police et au moins deux voitures ont été brûlées. Plusieurs sources le samedi matin ont rapportées la mort d’au moins un manifestant sans confirmation de la part des autorités.

Tôt le samedi, selon Reuters, le président M. Joko Widodo a condamné les violences et accusé « des acteurs politiques » de vouloir « exploiter la situation ». Le président a annulé une visite en Australie qui devait débuter le dimanche.

Basuki, âgé de 50 ans, originaire de Guangzhou en Chine, petit-fils de mineur, est populaire à Jakarta. Comme M. Joko, qui l’a précédé en tant que gouverneur avant d’être [élu] président, il est très différent des politiciens classiques javanais.

sans-titre

Pour parler cru, M. Basuki est réputé pour dénoncer publiquement la corruption et l’incompétence des serviteurs de l’État. Les sondages indiquent qu’il à une grande avance sur ses deux adversaires dans l’élection du prochain gouverneur prévue pour le 15 février.

Si il est vainqueur, il sera le premier membre de l’ethnie chinoise de confession chrétienne à être directement élu à ce poste local, le plus puissant de tout le pays, le même qu’a utilisé M. Joko pour se propulser à la présidence. M. Basuki, vice gouverneur durant le mandat [de gouverneur] de M. Joko, a hérité du poste de gouverneur quand M. Joko est devenu président en 2014.

Les Indonésiens pratiquent plusieurs courants de l’islam bien que des petites parties du pays soient rigoristes et qu’il y ait, périodiquement, des épisodes de violence et de radicalisme. Des opposants politiques utilisent la religion et l’origine ethnique de M. Basuki contre lui, mais les sondages indiquent que la plupart des électeurs de Jakarta n’en tiennent pas compte.

Selon certains experts, la manifestation de vendredi ainsi que d’autres protestations récentes contre M. Basuki essaient, néanmoins, de l’affaiblir en vue de la future élection. Les analystes soutiennent aussi que certains des groupes islamistes qui ont organisé la marche, ont des liens avec deux des autres candidats, bien que tous s’en défendent. Les opposants [de M. Basuki] sont Anies Baswedan, ancien ministre de l’éducation et Agus Harimurti Yudhoyono, ancien officier militaire et fils de Susilo Bambang Yudhoyono, ancien président de 2004 à 2014.

Marcus Mietzner, professeur à l’Australian National Universiy à Camberra et qui suit de très près la politique indonésienne déclare, « justement parce que l’origine ethnique et la religion n’ont pas à entrer dans le processus électoral, les opposants de Ahok devraient siffler la fin de la partie. Après avoir clamé que Ahok ne pouvait pas être gouverneur en raison de sa confession chrétienne, tentative qui a échoué, ils essaient d’en faire un blasphémateur, ce qui tombe sous le coup de la loi ».

Selon Bonar Tigor Naipospos, vice président de Setara Institute, une association ayant pour but de promouvoir la tolérance religieuse, la raison est à fois simple et inutile : un stratagème pour mettre le gouverneur hors-jeu, ce qui se traduira par un second tour si aucun des trois candidats n’atteint les 50 % [de voix au premier tour].

Il ajoute qu’ils « savent que Ahok est favori et qu’il gagnera facilement au deuxième tour, ce qui est beaucoup plus incertain pour les autres. Ils pensent qu’ils seront plus en sécurité si Ahok est battu ou ils espèrent son incarcération pour le retirer de la course ».

Les manifestants devant le bureau du gouverneur à Jakarta ce vendredi.

La police a interrogé M. Basuki sur ses propos tenus en septembre mais, selon les spécialistes, uniquement dans le but de calmer les islamistes.

Les manifestants, dont beaucoup venaient de l’ouest de Java, chantaient « lynchons Ahok, lynchons le traître » ainsi que « coupons lui les mains et les pieds et expulsons-le ».

Basuki doit les manifestations [contre lui] à sa confession chrétienne, précisément avant son assermentation et il a répondu avec un mélange d’humour et d’ironie. Quand les islamistes, il y a deux ans, l’ont menacé de prendre d’assaut ses bureaux de l’Hôtel de ville, il leur a promis qu’ils seraient alors arrêtés.

Proportionnellement à la population générale, les Indonésiens d’origine chinoise ont un poids économique bien supérieur au 1 % qu’ils représentent, ce qui induit souvent un ressentiment de la part du reste de la population. Légalement discriminés pendant des décennies, plus d’un millier d’entre eux étaient massacrés lors des émeutes anti-chinoises de 1998, essentiellement à Jakarta, contre l’autoritarisme du président Suharto.

Basuki a été applaudi pour avoir poursuivi le programme populiste initié par M. Joko. Il a mis en œuvre rapidement des projets d’infrastructure ; il a déployé une petite armée de gilets orange pour nettoyer une ville de plus de 10 millions d’habitants et il a instauré une carte subventionnant l’accès à l’éducation et aux soins médicaux des pauvres. Son slogan principal pour sa réélection est le mot indonésien signifiant le travail : « Kerjal ! ».

L’an passé, soutenu par une pétition organisée par des volontaires qui a récolté plus d’un million de signatures, M. Basuki a menacé de faire sauter le système politique indonésien en se présentant sans étiquête. Mais finalement, il est resté dans l’Indonisian Démocratic Party of Struggle (Parti démocratique indonésien de lutte), parti politique le plus important d’Indonésie, dirigé par M. Joko.

Les partisans de M. Basuki ont exprims leur confiance que la manifestation de vendredi n’aurait pas d’impact sur ses chances quant à l’élection de février.

Richard Saerang, chef de l’organisation populaire Teman Ahok déclare que « les manifestations ne nous inquiètent pas. Nous avons confiance en nôtre système judiciaire qui statuera sur le cas de manière équitable. Il n’a rien fait de mal. Ce n’est qu’une question de point de vue ».

Traduit de l’anglais par Denis.

Source : http://www.nytimes.com/2016/11/05/world/asia/jakarta-protest-blasphemy-ahok-indonesia.html?smid=tw-share&_r=2

 

 155 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. Je suis islamophobe je ne trouve aucun intèret dans cette religion (Islam veut dire soumission et non pas amour) qui pour moi est un permis de tuer .D »ailleurs partout ou sévit cette religion règne le chaos ,la peur,les massacres,la corruption a tous les niveaux le Coran est clair sourate 30 il faut exterminer les juifs et les chrétiens en priorité!
    c’est vraiement le retour vers les ténébres 3000 ans en arriére,je ne comprends pas que l’on puisse conserver cette religion au 21èmè siécle .
    Elle devrait étre interdite car elle va sonner la fin de notre civilisation! !

  2. Jarkata ( Indonésie compte 250 millions d’habitants dont 90 % sont mulsumans) fut déjà, en 2006, l’un des premiers pays avec la Turquie, Libye, Nigéria à l’origine de grandes manifestations sauvages, contre un film vidéo que des jeunes Danois d’extrême droite, avaient diffusé, présentant mahomerd comme un chameau buvant de la bière, (ils sont vraiment trop gentil ces Danois..) ou aussi comme un terroriste ivre qui bombarde Copenhague.
    l’Ambassadeur du Danemark et son équipe furent obligés de quitter l’Indonésie à la suite des menaces de mort reçues d’un groupe islamiste.
    En 2015, ce fut au tour de l’Ambassade de France, contre les caricatures de mahomerd Ils ont manifesté par milliers, en hurlant, le comble, « que la France et un pays terroriste » et demandés l’expulsion de tous les Français se trouvant en Indonésie.
    Ils ont réclamés, par la même occasion, à corps et à cris, la peine de mort contre les auteurs des caricatures, et ont été entendu par les fous d’allahh qui ont commis l’attentat de Charlie Hebdo, sans état d’âme.
    On ne peut donc pas prendre à la légère ce type de manifestations à Jarkata, qui semblent être souvent le lieu de prémisses et prédictions de ce qui pourraient se propager dans d’autres pays musulmans, en vue d’être un lanceur d’alerte, sur un sujet anti coranique? permettant de menacer ou tuer quiconque, non musulman, souhaiterait approcher le politico-coranico blasphématoire.
    Ils veulent abattre, au sens propre comme au figuré, Monsieur Basuki (piégé comme notre restaurateur) et, malheureusement, il ne faut se faire aucune illusion, il y parviendront et se feront même un plaisir d’éliminer un Chrétien de plus, sachant que leur objectif de toujours est de tuer et se débarrasser de tous les non musulmans, on ne peut que craindre le pire pour Monsieur Basuki qui ferait bien de s’expatrier en demandant l’asile politique (un vrai celui-là !!!).
    Affaire à suivre à Jakarta et dans les 56 autres pays labellisés.

  3. bonsoir et tout mes respect pour ce que vous faites, bien sur que ça existe comme le racisme mais ces mots sont employés d’office pour dénigrer ceux et celles qui veulent défendre leur patrie. l’amalgame permet de troubler le bon sens. De vouloir défendre son pays n’est surement pas synonyme d’islamophobie ou racisme. Patriotique, ça oui.

  4. L’islamophobie n’existe pas. Ce mot n’est qu’une adventice créer pour inciter les esprits à culpabiliser de leurs peurs »irrationnelles et démesurées ». On ne peut pas rejeter l’islam d’une peur sortie tout droit des profondeurs de nos instincts inconscients primaires. Voilà l’endoctrinement dans lequel baignent tout les peuples de France et de Navarre. Il se passe dans le monde, une surréalité réaliste de par la négligence des peuples occidentaux à faire confiance, se soumettre, ou à être indifférent de ce que les gouvernements ont mis en place. Il est évident que l’islam qu’ils ont utilisé pour leur politiques, leurs ambitions, est entrain de prendre le contrôle partout. Les gouvernements occidentaux ont joué avec le feu et maintenant ils ne le maitrise plus. Tout ces gouvernements dévoilent par leur position face à l’islam, une soumission flagrante. Nous, peuples occidentaux, ne sommes soumis ni aux dirigeants ni a l’islam. Il serai temps que nous sortions de notre torpeur acquise par cette endoctrinement à croire que nous soyons coupable. Mais coupable de quoi sinon de laisser s’embraser nos civilisation?

    • je peux vous assurer que l’islamophobie existe je suis islamophobe et j’en suis fière

  5. Envoyons le Pape, il baisera les pieds de 50 000 musulmans en espérant que cela les calmera.

  6. de quoi en perdre la tete comme les ecolieres decapitees en indonesie voir web leur torts??? ETRE CHRETIENNES COMPORTEMENT RECURENT AVEC L ISLAM PARTOUT COMME EN FRANCE et insulter ce qui est meprisable pas facile

  7. « Son slogan principal pour sa réélection est le mot indonésien signifiant le travail : « Kerjal ! ». »
    On comprend mieux pourquoi les musulmans le haïssent…

  8. L’offensive islamique partout dans le monde,ce sera « EUX »OU « NOUS »,ou ils nous exterminent OU,nous les exterminons,aucun compromis possible,aucunes concessions ,pas de quartier,leur politique est mortifère,barbare,rétrograde,esclavagiste,et prône notre élimination ou notre soumission a l’esclavage,nous devons et n’avons pas d’autres choix de les éradiquer de la surface de notre planète..!!!

  9. Fallait pas les laisser rentré, et les combattre aux premiers signes d’invasion, maintenant il est trop tard, c’est eux qui font la loi avec leur saloperie de coran.
    Voilà ce qu’il nous attend en France si nous ne parvenons pas à virer ces salopards de musulmans.

Les commentaires sont fermés.