Le livre du colonel Château Robert est un manuel complet sur ce que l'on devra faire, le jour où…

La confrontation Révolution-ContrerévolutionColonel Château -Jobert, Ed de Chiré
Le colonel Château Jobert est, ce que l’on appelle dans l’Armée, un « Monsieur ».  C’est un homme qui n’a pas eu peur de mettre sa peau, (pour ne pas dire ses couilles),  au bout de ses idées, selon la belle et célèbre formule de Pierre Sergent, dans son autobiographie éponyme.

Sa vie est un roman.  Il est incorporé comme deuxième classe en 1934. En 1940, après une blessure et  trois jours de coma, il refuse de poser les armes et veut continuer à combattre en Afrique du Nord. Pas de chance, il se retrouve à Londres. Il participe avec la 13 DBLE aux combats fratricides de Syrie, voulus par un général déserteur.  Parachuté en France à la tête des tous nouveaux SAS en aout 44, derrière les lignes allemandes, il quitte son régiment devenu  le 3ème régiment de chasseurs parachutistes, à la fin des hostilités.

Il combat ensuite en Indochine 1947 à 1952. Il finit comme lieutenant colonel commandant la 2 ème demi -brigade de commandos parachutistes.  Il se pose alors la question : « avions nous les le droit, sinon le devoir, d’utiliser les mêmes moyens que l’adversaire ? » ; « Les enfants étaient tenus de dénoncer leurs parents ; l’exécution d’un assassinat commandé était l’épreuve exigée par les Viet-Minh » ;  « la terreur était érigée en système ». Tout parallèle avec la situation actuelle …

Après un passage en France, il se retrouve en Algérie où il reçoit le commandement du 2 ème régiment de parachutistes coloniaux avec lequel il combat le FLN dans les Aurès et le Constantinois. Puis il est envoyé à Chypre pour préparer l’expédition franco israélo anglaise du Suez,  qui est une parfaite réussite militaire et une belle défaite politique. L’empire protestant nuisible avait décidé de mettre fin aux empire européens.

En 1960 il découvre la trahison du chef de l’Etat, De gaulle. Auditeur à l’Institut des hautes Etudes de Défense   (l’école des généraux), on lui demande de rédiger un  texte sur le  combat des forces armées de l’intérieur, dans le cadre de la défense du territoire.  Ce sera le noyau de « La Confrontation ».

A la recherche d’un ordre naturel, il lit Jean Ousset et st Thomas d’Aquin. Pour lui « la Révolution est l’expression d’une révolte permanente contre l’ordre naturel ».

Affecté au Niger au moment du putsch du 22 avril 1961, il tente d’y participer, mais son supérieur le dénonce et le livre.  Il est mis aux arrêts de forteresse en métropole. Libéré, il se précipite en janvier 1962 en Algérie, où Salan l’affecte au commandement de l’OAS Est algérien.  Avec Robert Martel, il reconnait que son action est entravée par  Susini qui se comporte en terroriste et en traitre.

C’est alors qu’il rédige ses œuvres tout à la fois d’action et de réflexion sur ce combat qu’il connaît si bien. Il rentre en France en 1968 à la faveur de l’amnistie.

Il constate  « le travail de sape qui s’acharne sur les fondements de la famille » et il accuse l’enseignement public de  préparer « une jeunesse qui refuse toute contrainte civique ».  Il avait été autrement prophète que celui qui ne voulait plus que l’Algérie soit française prélude à une France en passe de devenir algérienne. Le colonel écrit : « hommes et femmes, jeunes et vieux, chacun est concerné par la défense aux remparts de la cité, pour sauver les valeurs d’une civilisation en grand péril ».

Ce livre est un manuel très complet sur ce que l’on devra faire, le jour où il ne sera plus possible d’échapper au  combat, le jour où chacun devra choisir entre combattre et peut être  sacrifier sa propre vie,  ou trahir, collaborer et sacrifier ce que nous sommes, notre propre civilisation, notre identité et nos enfants.

 
 

 116 total views,  1 views today

image_pdf

13 Commentaires

  1. Je viens de lire votre dossier ; je tiens en premier à remercier l’auteur pour sa très belle présentation du livre que j’avais édité en 1976 et qui vient d’être réédité .Votre texte a été de suite retranscrit sur  » chire.fr « . Mais je voudrais répondre à certains commentaires : il y a eu une O.A.S. révolutionnaire qui utilisait les mêmes moyens que l’adversaire ( plastiquages, bombes contre des civils … etc ) et une O.A.S. contrerévolutionnaire qui s’interdisait ces moyens ; c’était l’école du  » chouan de la Mitidja  » Robert Martel et ses amis Claude Mouton, Chateau-Jobert …Voir à ce sujet le livre  » La contrerévolution en Algérie  » Il est encore disponible après une réimpression sur le site  » chire.fr « . mais ce combat est malheureusement occulté ou dénigré, de plus dans les moments difficiles l’amalgame se fait facilement ! ce qui explique que ce combat est très peu connu ! Je remarque aussi que plusieurs correspondants donnent les reférences d’une librairie qui diffuse une littérature assez révolutionnaire en général . quand les réactionnaire comprendront-ils qu’il faut s’entraider et fuir ceux qui n’ont qu’un but nous détruire … … …

    • Merci Jean pour ces explications et ces encouragements à Laurent qui nous fait en effet un superbe travail de commentaire de livres remarquables.

  2. Il faut lire colonel Chateau-Jobert ! Quand à l’ OAS, ses membres n’ont eu d’ autres choix à partir de la trahison gaullienne que d ‘éliminer les terroristes du FLN, les traîtres qui les aidaient et bien sur les barbouzes gaullistes qui étaient pour la plupart des bandits de droit commun !! Et cela en employant leurs méthodes! Jusqu’à nouvel ordre,la terreur ne se combat que par la terreur ……le reste c’est du pipo !!!!

  3. hi
    « Le livre du colonel Château Robert est un manuel complet  »
    n ayant pas lu cela je n en parlerais donc pas
    mais je vais le lire … qui sais peut etre interressant
    et s est toujour utile d apprendre de nouvel chose , encor plus si sa survie en depant
    ceci dit d autre ouvrages sont aussi indispensable
    1) sun tzu l art de la guerre
    https://www.amazon.fr/LArt-guerre-Sun-Tzu/dp/2080810588
    fort utile pour survivre en temps de guere
    2) clauswitch
    https://www.amazon.fr/GUERRE-CARL-VON-CLAUSEWITZ/dp/2262024588
    je conseillerait aussi 3 sortent d ouvrage
    a) la preparation metapsychologique au combat , au situation de survie
    rivolier situation extreme
    https://www.amazon.fr/Facteurs-humains-Situations-extr%C3%AAmes-Rivolier/dp/2225827524
    b) l etude du fonctionnment de l inconscient
    freud , lacan , jung etc….
    l inconscient a pour but celiu de preserver la vie de l individu
    aussi il accrois notre capacité a survivre aussi bien mentalement que physiquement
    donc il y a un interet a sy interresser et a exploiter ses conseil et avantage issue de l incosncient
    il accroit notre capacité a survivre face a un danger mortel
    c) idem pour les ouvrage en parapsychologie
    http://www.priceminister.com/offer/buy/247788302/perception-extrasensorielle-quand-un-scientifique-prouve-la-realite-des-facultes-parapsychiques-de-russell-targ.html
    http://www.priceminister.com/offer/buy/246659170/l-esprit-sans-limites-de-russell-targ.html
    http://www.priceminister.com/offer/buy/1147914223/aux-confins-de-l-esprit-de-russell-targ-et-harold-puthoff.html
    etc
    livre Russell Targ et ou Harold Puthoff
    etc
    by

    • Salut Yonii
      je propose en complément  » l’Europe est morte à Pristina »
      https://www.amazon.fr/LEurope-est-morte-%C3%A0-Pristina/dp/275561496X
      C’est un constat éclairant, j’ y étais, tout ce qui est écrit est vrai, aussi bien dans les anecdotes que dans les analyses.
      Je me souviens avoir pleuré de rage, et mes camarades aussi, le jour ou nous avons du relâcher des albanais de merde manifestement coupables de crimes de guerre sur les populations serbes. Alors que nous les avions traqué pendant des jours !
      Bref, le sort du Kosovo c’est ce qui attend l’Europe si elle ne réagit pas devant les muzzs et les CPF

  4. J’ai une lecture tout à fait différente, quelque exemple, le déraillement du Paris-Strasbourg, l’assassinat du chef de l’armée de l’air etc ???
    Chère Christine, c’est ce qui est beau chez les patriotes, c’est que même si nous ne sommes pas d’accord sur ce point nous savons nous retrouver sur l’essentiel. Il sera tant de se quereller une fois que nous aurons fait le ménage chez nous, par quelque moyen que ce soit.
    Et comme vous, je suis un Jacobin pur sucre.

  5. L’OAS m’a toujours laissé … dubitatif….
    Les attentats du même acabit que le FLN, je ne sais pas, mais c’est bof bof
    A part pour Bastien-Thiry et sa clique, j’ai assez peu de respect pour ces personnes.

    • Bof bof de rendre coup sur coup avec d’ immondes salopards ? Vous auriez préféré qu’ils les embrassent sur la bouche ?

      • Non, les principales victimes de l’OAS étaient des pieds noirs et c’est largement fourvoyé.
        C’est la tête qu’il faut viser, comme Bastien Thiry, le reste c’est du vent.
        L’OAS est il à l’origine de l’élimination de cadres du FLN ? Non. ils ont bien brûlés deux ou trois militants mais c’est pinuts.
        Toute cette affaire d’Algérie est de toute façon une mascarade, de l’utopie d’absorber tous ces populations indigènes à celle de croire pouvoir rester là bas en passant par l’abandon honteux des supplétifs.

        • non l’OAS ne s’est pas attaquée aux pieds-noirs sauf quelques traîtres, l’essentiel de leur cible ont été des terroristes membres du FLN

    • Je ne peux croire que vous êtes PN quand vous parlez de « la clique » à Bastien Thiry ». Je me demande si vous auriez eu le courage de participer à un tel attentat et si, avant cela, vous seriez engagé pour que les meutres abominables du FLN soient en partie vengés. Quand aux Français que l’OAS auraient éliminés, pensez vous encore aujourd’hui qu’un coco au service de l’ennemi soit un Français respectable ?

  6. Merci au colonel Robert de diffuser ses idées et recommandations.
    Pour ceux qui ne refusent pas de voir la vérité en face, l’avenir est sombre pour nous les autochtones, c’est indéniable.
    Ce matin j’ai croisé mon voisin, français converti, avec ses gamins. A peine un bonjour de sa part. Et j’ai été saisie par l’indifférence volontaire – pour ne pas dire le mépris – des enfants, à mon égard. Les gamines m’ont ostensiblement ignorée mais le pire fut le regard du garçonnet, un véritable regard de haine… Eu égard à sa jeunesse on ne peut que s’interroger et craindre qu’en grandissant sa haine du non musulman ne croisse avec lui…
    Ainsi, avec un minimum d’imagination, pouvons-nous envisager ce que sera notre futur, confrontés que nous serons, à la haine de ces enfants devenus adultes… Certes, on peut espérer que certains – issus de l’immigration ou de convertis – choisiront notre civilisation… Comptons sur la crise d’adolescence qui fait souvent rejeter l’enseignement inculqué par les parents…

Les commentaires sont fermés.