Clint Eastwood préfère Trump à Clinton et fustige la «génération mauviette»

Naturellement le putassier Libération ne peut s’empêcher de cracher sur l’immense Clint Eastwood en l’attaquant sur son âge et en faisant courir le bruit qu’il commencerait à être sénile. Ce qui est sûr c’est qu’aucun des journaleux de l’immonde media subventionné ne lui arrive à la cheville.

L’acteur et réalisateur, républicain convaincu, n’a pas mâché ses mots à l’occasion d’un entretien pour le magazine «Esquire»

Clint Eastwood, 86 ans, ne semble pas près de prendre sa retraite. Ni prêt à mettre de l’eau dans son vin. A l’occasion d’un entretien croisé pour le magazine Esquire avec son fils Scott (à l’affiche du décevant Suicide Squad), l’interprète de l’inspecteur Harry, républicain convaincu, ne s’est pas fait prier pour dire tout le mal qu’il pense du climat sociopolitique actuel outre-Atlantique, vitupérant tel son personnage de vieux grincheux dans Gran Torino contre la «génération mauviette» («pussy generation»).

«Marre de faire de la lèche»

«[Donald Trump] tient quelque chose, car en secret tout le monde commence à en avoir marre du politiquement correct, de faire de la lèche. On est en pleine génération lèche-cul, maintenant. On est vraiment dans la génération mauviette. Tout le monde marche sur des œufs. On voit des gens en traiter d’autres de racistes et tout ça. Quand j’étais petit, on n’appelait pas ces choses du racisme», déclare-t-il ainsi. On imagine la tête embarrassée du fiston trentenaire à côté – il quitte d’ailleurs l’entretien avant la fin pour aller a priori à l’avant-première d’un film avec l’ex-catcheur Dwayne «The Rock» Johnson.
En ce qui concerne le candidat milliardaire républicain habitué aux dérapages, le réalisateur d’Impitoyable ne la joue ni adorateur béat, ni détracteur acharné : «Trump dit ce qui lui passe par la tête. Et parfois, ce n’est pas bon. Parfois… Je veux dire, je peux comprendre d’où il parle, mais je ne suis pas toujours d’accord avec lui. […] Je n’ai soutenu aucune candidature, je n’ai parlé ni à Trump ni aux autres».
Revenant sur les propos déplacés de Trump vis-à-vis d’un juge d’origine mexicaine, Eastwood reconnaît qu’il s’agit de paroles «bêtes»et que Trump en a d’ailleurs sorti beaucoup, mais «tous les autres aussi». Néanmoins, il appelle la presse à «passer à autre chose, putain» («just fucking get over it»). Le réalisateur ne rate pas l’occasion de critiquer durement à nouveau Obama, tout en admettant que sa gênante prestation en 2012 à la convention républicaine (il avait parlé à une chaise vide censée représenter le président américain) était «idiote».

Trump plutôt qu’Hillary dans les pas d’Obama

C’est d’ailleurs par rejet de la politique d’Obama qu’il préférera Trump à Clinton lors de la prochaine élection présidentielle : «Dur choix, pas vrai ? Il faudra que je vote Trump, parce qu’[Hillary Clinton] a dit qu’elle suivra les pas d’Obama. Il y a juste eu trop d’embrouilles d’un bord politique comme de l’autre. Elle s’est fait beaucoup de fric en étant femme politique. Moi j’ai tourné le dos au fric pour être un homme politique [il a été maire de la ville californienne de Carmel entre 1986 et 1988, ndlr]. Je suis sûr que Ronald Reagan a fait pareil pour devenir un homme politique.»
On ne sait si le journaliste d’Esquire a coupé certains propos d’Eastwood permettant de trouver un brin de logique entre ses raisonnements ou si les années commencent à faire leur effet sur l’un des plus grands acteurs et cinéastes contemporains. Début septembre aux Etats-Unis (et le 30 novembre en France), l’ancien «homme sans nom» des westerns spaghetti de Sergio Leone sortira son 35e film en tant que réalisateur : le biopic Sully, avec Tom Hanks dans le rôle du pilote qui avait atterri sans dommage son avion avec 155 passagers sur le fleuve Hudson, à New York. En voici la bande-annonce :


http://www.liberation.fr/planete/2016/08/04/clint-eastwood-prefere-trump-a-clinton-et-fustige-la-generation-mauviette_1470190

 108 total views,  1 views today

image_pdf

21 Commentaires

  1. D’ailleurs question culture américaine plutôt James Ellroy et Eastwood que d’autres.
    C’est pas le moment.

  2. Eastwood c’est un grand un vrai conservateur qui a toujours surpris son monde, pas forcément un fana de la peine de mort, ce qu’on oublie bien souvent, sauf dans le feu de l’action où il n’est pas question de faire de cadeaux, comme l’emblématique Inspecteur Harry, pas du tout raciste, amateur de jazz, pas du tout facho, mais hostile aux véritables fachos de la religion et de l’idéologie, pas du tout sénile donc!
    Eastwood c’est du lucide.
    Comme James Coburn qui fut colonel sur les plages du Débarquement et donc dans la vraie vie comme au cinéma.
    Eastwood creusait des piscines comme un forçat pour de riches bobos américains avant de devenir l’immense acteur et réalisateur que nous connaissons.
    Voilà du franc et du solide!

  3. Commandeur des Zarzélettres en 2012 l’inspecteur Harry!
    Doux, dur et dingue quoi! comme moi!

  4. voir Clint Eastwood tenir un 44 magnum automag comme un jouet d’enfant : un pur plaisir
    pour les anciens , il faut imaginer l’effet produit par les premiers Sergio Leone avec la musique d’ Enio Morricone et des acteurs qui avaient des  » gueules  »
    je peux voir et revoir pour une poignée de dollars et les autres avec toujours la même jubilation

  5. Libé mon journal préféré pour emballer le poisson!
    Magnum 44! (les bobos croient que c’est une glace en cornet!!!)

  6. Hello
    Il fait aussi parti de mes acteurs/producteurs préféré , surtout les westerns (mon film culte dans cette série et « pour quelques dollars de plus , en duo avec Lee van Cleef ), je n’oubli pas Charles , Bronson , j’ai la série complète des justicier . Comme dans la série des inspecteur Harry (j’ai aussi la collection) , je tir avec une arme de poing en 44 avec un canon très loooong , un Buffalo Remington (pour fracasser les bisons) sur lequel je peut monter la cross carabine (voir le revolver du colonel Douglas Mortimer dans le film cité plus haut).
    quand je vais au tir , j’emmène mes copains Winchester 44 1892 et Remington 44 , pour me sentir moins seul . J’ai aussi d’autres amis pour le tir plus moderne , j’espère qu’ils vont resté sage pour le moment , en attendant le clash final .
    a+
    alf77

  7. Vous pouvez en effet utiliser libé pour vous torcher les fesses… quel papelard de merde décidément…

  8. c’est quand même extraordinaire :
    un journal tellement mauvais que le lecteur, quand il a lu l’article, pense le contraire de ce que voulait lui faire penser l’article.
    les plus belles fleurs poussent sur le fumier !

  9. Ce mec est une légende, je l’aime bien dans son rôle de Gran Torino.

  10. mon commentaire à disparue ! mais bon j’ai été trop direct pour pas changer hi hi hi !
    Clint Eastwood j’ai aussi aimer sur la route de Madison surtout inspecteur Harry avec son long joujou de pétoire qui tirer juste et je vous conseille aussi de voir Charles Bronson dans le film le justicier de la nuit

    • Moi aussi j’ai des commentaires qui s’évaporent…où vont ils, mystère…peut être chez Cazevide?
      j’ai tendance à avoir la bombe H dans la poche…

    • Il avait une réplique, dans « l’inspecteur Harry », qui disait face 2 racailles :
      – je suis venu avec 2 copains Smith et Wesson……

  11. Clint est grand Homme ! J’ai toujours été fan surtout en tant que réalisateur .

    • Mo i aussi mes préférés Sur le route de Madison, Impitoyable et Million dollar baby des chefs d’oeuvre. Je vais aller voir Sully forcément

      • Aaah ! Sur la route de Madison…..Moi qui n’aime pas les comédies romantiques, trop gnagnan, je me suis faite cueillir comme jamais!!
        Le jeu d’Eastwood, tout en finesse, a fait couler une larme sur mes joues……

      • J’ai préféré le maitre de guerre.
        Chacun ses gouts ! ?

  12. J’ai beaucoup aimé les rôles qu’il tenait dans ses films. Je pense que ça correspond à son tempérament qui est de ne jamais se coucher devant l’injustice et la brutalité.
    Une bonne claque aux mauviettes du showbiz américain se croyant dignes de donner des leçons à cause de « leur notoriétés ».

Les commentaires sont fermés.