Bataclan : des familles portent plainte contre l'Etat pour ne pas avoir empêché le passage à l'acte

Retour sur la tragédie du Bataclan.

13 novembre : des victimes du Bataclan auraient été torturées, émasculées et mutilées .

Les quelque mille pages du rapport parlementaire sur la tuerie du Bataclan continuent de parler. Les témoignages recueillis par les enquêteurs attestent d’actes de barbarie choquants. Les autorités et la presse auraient-elles tenté de les étouffer ? 

Les conclusions du rapport de la commission d’enquête «relative aux moyens mis en œuvre par l’Etat pour lutter contre le terrorisme» ne sont pas seulement accablantes pour les services de renseignement français dont elle pointe les dysfonctionnements.

.

Rapport de la commission parlementaire, tome II : comptes rendus des auditions
Rapport de la commission parlementaire, tome II : comptes rendus des auditions 

La commission a aussi auditionné quelque 190 personnes pendant plus de 200 heures sur les cinq derniers mois : fonctionnaires de police, témoins, parents et proches des victimes… Et certains témoignages concordent pour corroborer ce qui n’était qu’une «rumeur», à savoir que les assaillants du Bataclan se seraient livrés sur leurs victimes à des actes de barbarie.

«On m’a dit qu’on lui avait coupé les testicules, qu’on les lui avait mis dans la bouche et qu’il avait été éventré
»

Ainsi de ce père d’une victime du Bataclan, témoignant devant la commission et qui relate comment lui a été présenté son fils à l’Institut médico-légal de Paris : «La seule partie montrable de votre fils est son profil gauche». D’autres victimes auraient été elles éventrées et, toujours selon le rapport parlementaire, certaines auraient eu les yeux crevés ou encore énucléés.

Des témoignages d’atrocités concordants

Si d’autres personnes interrogées par la commission ne confirment pas les mutilations, tel Michel Cadot, préfet de police de Paris, qui n’infirme pas l’existence de sévices mais déclare n’avoir «aucune connaissance de ces faits» et fait valoir qu’il n’a été «trouvé sur le site aucun couteau ni aucun engin tranchant qui aurait permis ce type de mutilations», les témoignages se trouvent malgré tout corroborés et recoupés par d’autres, moins évasifs, tel celui de ce fonctionnaire de la BAC (Brigade anti-criminelle). Présent sur les lieux le 13 novembre, le policier dit alors avoir entendu des gens «gémir».

Au député membre de la commission d’enquête Alain Marsaud qui lui demande alors si les actes de torture ont bien été perpétrés au deuxième étage, le fonctionnaire de police répond par l’affirmative : «je pense, car je suis rentré au niveau du rez-de-chaussée où il n’y avait rien de tel, seulement des personnes touchées par balles». Attestant par là de la capacité d’un policier professionnel à distinguer entre blessures par balles – même déchiquetantes – et mutilations intentionnelles des corps avec prélèvements, et à distinguer également entre plaies par armes à feu et par armes blanches.

«Des femmes ont pris des coups de couteaux au niveau des appareils génitaux
»

Le fonctionnaire poursuit son témoignage, recoupant parfois ceux des parents de victimes : 

«Des corps n’ont pas été présentés parce qu’il y a eu des gens décapités, égorgés et éviscérés».

Le policier affirme également devant Georges Fenech, le président de la commission, avoir constaté des mutilations génitales sur les femmes victimes des terroristes. Des scènes choquantes au point de faire «pleurer» et «vomir» les enquêteurs arrivés en premier sur les lieux du massacre.

Une campagne médiatique d’intimidation contre la diffusion des images et des «rumeurs» 

La police avait demandé dès le 15 novembre, soit deux jours après le carnage du Bataclan de ne pas diffuser la photo de l’intérieur du bataclan, jonché de cadavres et de larges traînées de sang, traces qui pouvaient indiquer l’hypothèse d’une véritable boucherie.

Et, au nom du respect des victimes, la presse et les politiques avaient alors pointé du doigt les sites alternatifs dits de «réinformation» et même les quelques médias classiques, tel M6, qui la diffusaient, brandissant l’anathème de l’extrême-droite ou usant de l’accusation du non-respect du deuil et de la dignité des familles.

Ainsi dans un article du 18 novembre 2015, Les Inrockuptibles font un choix sélectif de retweets émanant exclusivement de compte réputés d’extrême-droite. De son côté, Le Monde suggère et évoque, avec sa neutralité de ton de quotidien de référence, une pratique digne des tabloïds britanniques. Et l’alors ministre de la Justice Christiane Taubira, connue pour ses tweets au sujet du petit Aylan noyé en mer Méditerannée, déplore :

«J’ai été informée il y a quelques minutes que circulent sur Internet des photos de personnes décédées. J’en appelle vraiment au respect de la dignité des personnes décédées».

Twitter et Facebook surveillés, le débat désamorcé

La polémique se déplace ainsi opportunément de la façon dont les victimes ont été massacrées vers le débat «faut-il ou ne faut-il pas montrer les corps ?» Et, au lieu de vérifier les informations et d’enquêter, les médias de référence préfèrent plutôt relayer les directives du ministère de l’Intérieur, qui invitent fermement les utilisateurs des réseaux sociaux et les médias alternatifs à la circonspection, voire à l’autocensure.

Twitter et Facebook, entreprises privées, se conforment alors aux requêtes du gouvernement français et bloquent les tweets incriminés, suivant la politique du «contenu retiré en fonction d’un pays».
Mais les «rumeurs» continuent malgré tout de courir sur les réseaux et les sites alternatifs. Aussi, ces dernières révélations, noyées dans le millier de pages du tome II du rapport de la commission, viennent donc renforcer la thèse de mutilations et de sévices, qui restent toujours confidentiels passés la sidération intellectuelle de masse et le choc émotionnel des attentats du 13 novembre.

Par ailleurs, suite à la publication du rapport de la commission d’enquête parlementaire le 5 juillet dernier, plusieurs familles ont décidé de porter plainte contre l’Etat. «On fera tout pour obtenir la condamnation de l’Etat français pour ne pas avoir empêché le passage à l’acte de terroristes dont certains étaient sous contrôle judiciaire», a ainsi déclaré Samia Maktouf, avocate des familles victimes des attaques de Paris.

https://francais.rt.com/france/23934-13-novembre-victimes-bataclan-mutilees

Note de Christine Tasin
Je suis dubitative sur cette histoire de tortures et de mutilations. Je ne vois pas trop comment les terroristes auraient pu passer du temps à cela en se partageant entre les deux niveaux tout en tenant en respect des centaines de personnes…
Bizarre, bizarre…

 76 total views,  1 views today

image_pdf

23 Commentaires

  1. « Depuis l’âge de 4 ans j’ai appris que les Juifs et les Chrétiens sont les bannis et les perdants. Si à l’âge de 20 ans je n’ai tué ni Juifs ni Chrétiens, c’est grâce à moi seul.«
    Avec pareil conditionnement + un peu de captagon sur un peu de consanguinité ça donne des bêtes immondes que seul le cerveau reptilien commande encore.
    Rappelons que Cazetra (Caze-trahison) a refusé le débat avec G Fenech président de la dite commission!
    http://www.europe-israel.org/2016/03/la-video-que-les-islamistes-veulent-faire-retirer-de-youtube-rachid-birbach-ex-musulman-et-imam-jaime-les-miens-je-veux-quils-se-reveillent-pour-quitter-cette-religion-qui-les-opprime/

  2. Si c’est vrai, c’est monstrueux ! Et ce ne serait pas étonnant de la part de ces créatures qui n’ont rien d’humain!

  3. au meme rythme les familles des victimes de nice devraient porter plainte au printemps prochain.

  4. Je ne vois pas les familles des victimes intentés un procès contre l’état pour tortures et autres actes barbares si cela n’était pas exact ,de plus les policiers qui sont rentrés les premiers dans le Bataclan n’auraient pas inventés ce qu’ils ont vu , ce sont des professionnels qui ont l’habitude malheureusement de voir toutes sortes de tueries ! ne mettons pas en doutes leurs paroles !

    • je ne peux que souscrire à vos conclusions !
      Quand des flics professionnels présents sur place , témoignent de scénes les ayant conduit au bord de ….Vomissements ! nous ne pouvons que les croire sur parole !
      Je fus blessé par balle , en raison d’un accident personnel , et je peux dire que l’impact d’une balle , n’a rien à voir avec des mutilations avec armes blanches , autrement plus atroces et destructrices

  5. Ces assertions ne provoquent en moi aucune stupéfaction , dans la mesure ou nous avons affaire à des sauvages , que l’on ne peut même plus qualifier d’êtres humain, et que par ailleurs nous devons prendre en compte l’extrême lenteur d’intervention des forces de l’ordre
    Dans ces conditions , l’accomplissemnt de ces atrocités ne rencontrent pas réellement de difficultés pratiques , et ceci d’autant plus que nous avons eu connaissance de la grande réaction de passivité des victimes , qui pour la plupart d’entre elles , n’ont pas tenté de combattre et sont mortes paralysées par la terreur !
    A la lumiére de ces réflexions fondamentales , les temoignages peuvent être reçus avec attention et respect

  6. N’oubliez pas que l’acte du Bataclan à duré plusieurs heures, vu la lenteur d’intervention des forces de sécurité . Tout cela voulu délibérément .

    • oui je suis d’accord avec vous !
      l’extréme lenteur de l’intervention des flics , à cause de la lourdeur insupportable des procédures de commandement administratif, a largement permis à ces …MONSTRES! d’accomplir ce que , nous ne pouvons même pas nommer sans vomir !
      La faute essentielle en revient à ce quarteron de dirigeants criminels et abjects, qui endossent une responsabilité écrasante , devant conduire à une démission collective, conformément aux régles d’une démocratie, ce que la France a cessé d’être depuis trés, trés , longtemps !

  7. En tout cas, regardez : un anglais qui dit la même chose que nous :
    Il doit venir sur RR, non ? En tout cas, il nomme les choses réellement. ça donne espoir.

    • Hélas non il n’est pas tout à fait sur notre ligne, il est lui aussi dans le conspirationnisme, le complotisme, ce qui ne fait pas très sérieux

  8. Christine, je comprends votre étonnement. Mais il me semble que les policiers sont entrés au bout d’un temps terriblement long pendant lequel les terroristes islamistes continuaient le carnage.
    Je peux croire qu’ils ont agi en barbares immondes pour les raisons suivantes :
    – Durant la Guerre d’Algérie les mutilations identiques étaient, si j’ose dire, monnaie courante, tant chez les Européens que les jeunes du contingent et même les Algériens qui ne voulaient pas se rallier au FLN.
    – Durant les années 90 ils ont recommencé.
    – Lors du massacre des femmes d’Hassy Messaoud idem.
    (ce livre est le témoignage d’une survivante. Je le recommande vivement pour connaître l’ennemi :https://www.amazon.fr/Laiss%C3%A9es-pour-mortes-lynchage-Messaoud/dp/2290033146/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1468679932&sr=8-2&keywords=laiss%C3%A9es+pour+morte
    Alors ils ont pu recommencer encore une fois au Bataclan. égorger, énucléer, cela ne prend pas de temps…

    • Oui ils ont pu mais quel intérêt alors qu’ils savaient que de toutes manières ils donnaient la mort ? Pendant la guerre d’Algérie c’était au jour le jour l’escalade de l’horreur, j’ai du mal à imaginer que cela ait un sens une soirée d’attentat, si tant est que quelque chose ait un sens avec ces dégénérés

      • Quel intérêt Christine ? Mais tout simplement la jouissance de faire souffrir les « kouffar » et mécréants que nous sommes !
        Et par là même, de faire naître et augmenter la terreur chez nos concitoyens, témoins impuissants de cette sauvagerie, puis de leurs propres massacre et souffrance le jour où ces dégénérés s’en prendront à eux.
        Rien de nouveau, malheureusement, sous le soleil ! L’histoire de l’humanité est pleine de ce genre d’exactions …

  9. En effet, ça me semble aussi plutôt bizarre, même en faisant vite. D’un autre côté, ça ne m’étonnerais pas de ces saloperies d’islamistes qui sont pire que des bêtes.

  10. Les services de sécurité français doivent travailler beaucoup plus étroitement avec le Mossad israélien qui protège bien les citoyens beaucoup plus exposés . Cela devient urgent et prioritaire sinon de tels actes se renouvelleront là où ailleurs en France.

    • Israel se serait offert à partager avec les services français toute leur expérience en matière de terrorisme. Et vu qu’ Israel a déjà subi toutes les méthodes terroristes imaginables, on ne peut que remercier, au nom de notre sécurité collective.
      … en rappelant aux incapables criminels chargés de la sécurité que le gros engin qui fonce dans la foule, on avait déjà vu ça plusieurs fois, en Israel justement.
      Quand on saura appliquer en France les techniques du Mossad d’élimination des terroristes, on aura fait un énorme pas en avant !
      Il nous faut un MOSSAD français !!

      • Je suis également dubitative au sujet des tortures, mais n’oublions pas que les terroristes ont eu 4 heures devant eux avant l’assaut des forces de l’ordre, et qu’ils avaient déjà rapidement massacré à l’arme automatique les jeunes spectateurs du rez-de-chaussée, avant de monter commettre leurs sévices au premier étage. Donc ces tortures sont peu plausibles, mais à mon avis pas impossibles.

        • Je serai – a priori – moins dubitatif, car ayant été informé dans la nuit même (ou le lendemain matin, voir l’heure) par un camarade officier de ces tortures et autres mutilations.
          Donc, les informations/désinformations n’avaient pas encore eu le temps de circuler sur les réseaux.

Les commentaires sont fermés.