Insécurité : Ménard a remis de l'ordre à Béziers mais à Argelès on ne pourrait rien contre le djihad ?

Le centre du village doit retrouver sa sérénité. V. P.

Quand on veut, on peut.

A condition de ne pas se coucher devant des racailles. A condition de ne pas avoir peur des dites racailles. A condition de ne pas avoir peur d’être traité de raciste. A condition de ne pas avoir peur d’éventuelles émeutes. A condition d’être prêt à utiliser karcher, canon à eau et plus si affinités.

Comment tout un centre ville peut-il être tétanisé ? Comment se fait-il que des milices citoyennes ne soient pas nées pour pallier aux manquements des autorités qui n’assument pas leur devoir régalien ?

Si ces milices citoyennes naissaient, je suis à peu près sûre que le Maire et le préfet donneraient les moyens de faire assurer la loi de peur d’un dérapage. Ils surveilleraient les patriotes et, de fait, empêcheraient peut-être les autres de dealer et de harceler ouvertement…

Parce que ce qui se passe à Argelès, on connaît sur le bout des doigts. Elles sont nombreuses les villes comme Argelès, devenues islamiques. C’est une des façons de faire le djihad. On est chez nous ici, et on vous le fait savoir. On fait la loi. On vous contraint à partir et à vendre à bas prix aux nôtres.

Ils savent parfaitement faire. Comme ils savent faire tomber un commerce qui marchait en campant en bande devant, faisant peur aux éventuels clients qui n’osent plus entrer, contraignant le commerçant à la vente pour une bouchée de pain, trop heureux de pouvoir fuir.

Ils sont en train de transformer nombre de nos centre ville en Bab-el-Oued… où l’on vit de trafic et d’aides sociales et où, en plus, on joue les caïds.

La lâcheté de la clique Hollande n’a pas de limite. Pas plus que celle des maires d’Argelès et du préfet du coin.

Faut-il dire que depuis 2001 Argelès est dirigée par les socialistes ? D’abord par Pierre Aylagas, l’un des 500 élus ayant parrainé la candidature de Ségolène Royal à l’élection présidentielle de 2007, puis, depuis mars dernier, par  Antoine Parra ?

Ceci explique-t-il cela ?

Evidemment, avec de tels référents, il est sans doute vain de leur conseiller d’aller faire un stage à Béziers.  Et puis, quand on a besoin des voix des racailles pour être élu, on se moque de ses administrés en détresse comme de sa première chaussette.

Quand on lit que face à l’urgence le maire se pose la question des caméras de surveillance :

Rien n’est exclu, ce sera une réflexion à mener à l’occasion de la réfection du centre-ville dont la concertation va débuter en septembre. On ne se l’interdit pas…

Bonnes vacances aux imbéciles heureux qui auront encore cette année choisi les milliers de places de camping d’Argelès…

Insécurité au centre du village d’Argelès : le ras-le-bol des habitants

Il suffit de s’asseoir à la terrasse d’un café pour constater le manège d’échange de produits illégaux. Une situation au cœur du village qui date déjà de plusieurs années mais qui, ces derniers temps, est montée en puissance. La semaine dernière, une bagarre entre jeunes, qui a fini dans une boutique de la rue de la République, a fait déborder le vase, traumatisant encore davantage une malheureuse commerçante.

 

Malgré la peur des représailles, des commerçants mais aussi des habitants du centre historique, ont décidé de s’unir et de parler. Un collectif d’Argelésiens en colère vient même d’être créé sur un réseau social, précisant que cette page publique « a pour but d’échanger et de se réapproprier le centre du village qui est aujourd’hui aux mains de délinquants. Rien d’autre. »

Tout le monde en convient, mais…

Ils étaient donc une trentaine à rencontrer le maire et l’adjointe à la sécurité lundi dernier, en présence des responsables des forces de l’ordre, et ils n’ont pas mâché leurs mots. Il faut dire que les conséquences de cette situation malsaine impactent désormais directement l’économie : baisses de chiffres d’affaires, des commerces et des maisons à vendre à des prix sacrifiés, à cela s’ajoutent les commentaires (fondés) des visiteurs sur des sites recevant les avis de la clientèle. « Tout le monde sait, mais personne ne peut rien faire pour régler le problème », s’écrie cette commerçante excédée.
« Nous avons été patients, au-delà de la lassitude, nous crions aujourd’hui notre colère, notre ras-le-bol. Le cœur du village est à vendre, les commerçants ont peur, les incivilités sont permanentes, les bagarres à répétition, nos devantures sont des urinoirs, la clientèle a peur de venir, les visiteurs baissent la tête, c’est l’omertà. Oui, nous avons déposé des plaintes et cela n’a eu aucune suite. Nombre d’entre nous ont investi ici leur vie dans un projet et nous travaillons avec la peur au ventre, parce que nous habitons ici avec nos familles. Peur aussi pour nos clients, ceux qui viennent encore. Nous voulons juste vivre et travailler normalement dans un respect mutuel, on ne demande pas la lune ! L’alcool, les tapages, le business, les incivilités en tous genres, font de ces rues des zones de non droit qui sont aux mains de voyous. Ce sont eux qui dictent leur loi, il y’a en marre. »
Et un autre membre du collectif de préciser : « Attention, nous n’accusons pas les policiers ou les gendarmes, non, nous dénonçons une politique d’immobilisme, car à force de ne rien faire, cette délinquance ternie la carte postale de notre village. Le dialogue n’a rien donné, aujourd’hui, en qualité de citoyens responsables, nous voulons des actes.  »

Le maire dans l’action

À l’issue de cette rencontre « précipitée » de lundi dernier, Antoine Parra, maire, explique : « Cette problématique a effectivement évolué. Le sentiment d’inquiétude est fondé, l’insécurité est réelle. Malgré la présence des forces de l’ordre, nous ne sommes pas parvenus à éradiquer la situation. Pour l’heure, aucun acte répréhensible n’a été constaté, nous avons la certitude qu’il y a du trafic mais la difficulté reste le flagrant délit. »
« La demande de ces Argelésiens est légitime, j’ai demandé à ce que des actions coup de poing soient menées et je compte en parler au préfet qui assistera prochainement à la première réunion de sécurité. Il faut établir un plan d’action dans la durée, avec une présence appuyée et ne rien lâcher. Il faut que ce centre du village retrouve toute son attractivité, son charme et sa tranquillité. J’ai bien reçu le message, il faut harceler ceux qui ne respectent pas la loi, afin d’éradiquer ce problème, je vais tout faire pour y arriver. »
Et lorsque l’on évoque la mise en place de la vidéosurveillance, notamment sur la place Saint-Côme Saint-Damien, le nouveau maire l’affirme : « Rien n’est exclu, ce sera une réflexion à mener à l’occasion de la réfection du centre-ville dont la concertation va débuter en septembre. On ne se l’interdit pas. »
Le centre historique offre un charme et des particularités remarquables. L’église, désormais ouverte en journée, suscite l’intérêt de nombreux visiteurs. La vie pourrait être paisible dans ce secteur mais au fil de la journée, l’ambiance se fait pesante. Pour l’heure, seule la présence constante des forces de l’ordre, police municipale et gendarmerie, permet de maintenir le calme.

http://www.midilibre.fr/2016/06/26/insecurite-au-centre-du-village-d-argeles-le-ras-le-bol-des-habitants,1355728.php

 50 total views,  1 views today

image_pdf

13 Commentaires

  1. C’EST la peste brune mais celle. La on mettra des siècles a s’en débarrasser

  2. J’avais eu déjà l’occasion d’évoquer les attendus de ce phénoméne de disparitions des commerces et des forces vives qui font la richesse d’une localité d’une moyenne ou petite importance , mais ici Argelés constitue un pure cas d’école de ce qui sera le destin des villes socialopes , et ce dernier ne sera pas pour convenir à nos classes de Gooôche !
    Nous sommes effectivement dans un contexte de préservation du pouvoir politique à tous les échelons de la hiérarchie , et les socialopes ont ainsi jeté leur dévolu sur les communautés magrébiennes , à qui sont servis tous les priviléges , dans une démarche clientéliste encore rarement observée dans toute la 5°république
    Ainsi donc , ces communautés profitent à l’aise d’une manne inespérées d’aides sociales de toute sorte ,tout en se livrant à plaisir à des traffics juteux mais ténébreux , et en affichant un mépris ombrageux pour les français de souches , victimes de toutes les opérations de terreur et de harcélement , leur rendant une vie insupportable !
    La conséquence d’une telle situation ne se fait pas attendre , et voyons nous des citoyens et des commerçants découragés et terrorisés, quitter la ville pour laisser la place à une faune infame, pour qui le travail honnête et laborieux , est le dernier de leur soucis .
    Il s’agit donc là d’une épuration éthnique qui des simples brimades ,finira bien à un jour par déboucher sur des assassinats sanglants !
    Mais cependant , et là même faudrait il en avertir les maires socialopes , toute médaille a son revers , et si ces derniers se réjouissent de la montée d’une population leur étant favorable sur le plan électoral , ils ne peuvent ignorer que les français de souches , faisant leurs valises , ne vont pas du tout continuer à verser leurs impots sur une commune , à laquelle ils ont à raison tourné le dos .
    Si donc les magrébiens sont de bons électeurs dociles, en revanche et pour des raisons culturelles , entretiennent des relations pour le moins distendues enver le travail normal, et la plupart du temps , se présentent comme étant des contribuables pour le moins déficients , là même ou les français faisaient preuve d’une fidélité et d’une discipline admirable, mais qui n’a jamais rencontré que l’intolérable ingratitude des élus socialos !
    En un temps ou la baisse des dotations de l’état aux communes , provoque réguliérement des crises de désespoirs chez la plupart de nos maires , il serait bien pertinent de tenter de sauver une population de français, se distinguant par leur conscience citoyenne digne d’éloge, les conduisant à honorer pleinement leurs obligations fiscales locales .
    En réalité il n’en est rien, et l’extrême …CONNERIE! de la plupart des maires socialopes , rejoint la nullité morale profonde de celui d’Argelés qui , laissant sciemment chasser et même tuer , ses propres administrés fidéles pour les remplacer par des racailles stériles, abonnées aux subventions sociales somptuaires, en vient à démolir lui même les ressources financières de sa propre commune !
    En imaginant un receveur des contributions se rendre au domicile des gens de la « communauté » , pour systématiquement se faire botter le derriére, avec menaces presque non voilées à la clé, ….J EN RIGOLE D AVANCE

  3. Les habitants de ce département préfèrent manifester sous les fenêtres d’un préfet qui se moque de leur catalanité que de se battre face à une racaille qui les dépouille intégralement…… Encore des coqs en papier maché !

  4. Deux maires socialopes coup sur coup ? Et maintenant ils pleurent ? Il fallait y penser avant ! C’est dommage pour ce joli petit village,! Argelès sur mer ? Alors, attention sur les plages cet été !

    • Ils ont ce qu’ils méritent ! Je leur souhaite pire encore! Quand on est con , il faut payer!

  5. Petit à petit la peste se répand et les milliers de salopards soit disant réfugiés entrent dans notre pays.
    Un exemple que je connais pour l’avoir subit dans ma ville précédente ( Christine tu sais de quoi je parle ) et bien la rue principale est devenue en 10 ans le Maghreb. Plus aucun ( zéro ) commerce d’avant et cette contagion avance car les habitants fuient et reculent devant la terreur de ces parasites.
    Vols cambriolages dégradations attaques à main armée etc etc sont quotidiens et personne ne fait ce qu’il faut car sinon aie aie aie racistes !!!!!
    Pour ma part j’appliquerais le principe suivant : mieux vaut être jugé par 12 qu »être porté par 6 avec un drapeau bleu blanc rouge sur la boîte !!!!!
    Mon pays c’est ici et j’y suis j’y reste et personne ne viendra me contrarier.
    Courage mes amis l’heure de la victoire est proche ne jamais fuir !!!
    A 70 ans je ne cours plus aussi vite mes mes  »outils  » eux sont rapides.
    Vive la FRANCE la notre.

  6. suite a un problème sur mon pc central je partage depuis mon pc portable !! mais je ne puis envoyer pas de signes merci

    • entendu merci à vous de vous obstiner malgré les soucis techniques à partager avec nous

  7. Ménard sur ce point avait raison en voulant mettre des brigades de sécurité armées qui lui ont été refuser suite traîtres pour la racaille muzzs .

Les commentaires sont fermés.