Poutine : Il n’y plus de pacte de Varsovie, plus d’URSS, contre qui est l’OTAN ?


Poutine : Il n’y plus de pacte de Varsovie, plus d’URSS, contre qui est l’OTAN ?

Poutine : que les Européens souffrent des sanctions s’ils le veulent

En intervenant au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, le président russe a parlé des sanctions antirusses, des affrontements entre les supporters en France et de la présidentielle américaine.

Forum économique de Saint-Pétersbourg : la levée des sanctions monopolise l’attention

Le sommet économique de Saint-Pétersbourg semble avoir rompu le blocus post-criméen dont la Russie était l’objet : cette année, ce ne sont pas seulement les investisseurs étrangers qui sont venus discuter de gros contrats, mais toute une délégation d’hommes politiques européens a débarqué dans la «Venise du nord» pour parler des perspectives internationales. Même si on entend de plus en plus de voix, comme celle d’un des participants au Forum, Nicolas Sarkozy, qui appellent à la levée des sanctions contre la Russie, les dirigeants de UE représentés à Saint-Pétersbourg par Jean-Claude Juncker agissent d’une façon inverse : les sanctions ont été prolongées, la décision qui a été annoncé en plein Forum.

Le président Poutine ne pouvait pas laisser de côté le sujet des sanctions, y compris la crise ukrainienne étroitement liée à cette problématique. Cependant, d’autres sujets ont également été traités, allant de Trump aux Etats-Unis jusqu’aux hooligans à Marseille. RT France vous propose les citations les plus intéressantes.
Les sanctions
Un sujet au cœur de l’actualité économique et politique, les sanctions internationales imposées contre la Russie ont des conséquences «très dures» pour l’Europe et «un effet zéro» sur les Etats-Unis, le principal initiateur de ces mesures, a souligné Vladimir Poutine. «Mais les Américains disent à leurs partenaires qu’il faut endurer [ces difficultés]. Je ne comprends pas pourquoi il le font, mais qu’ils souffrent s’ils le veulent», s’est exclamé Vladimir Poutine.

La guerre froide
Ni la Russie, ni l’Occident ne sont intéressés par un retour à l’époque de la guerre froide, a déclaré Vladimir Poutine. «Je ne voudrais pas penser que nous passons à une guerre froide et je suis sûr que personne ne le veut», a-t-il indiqué.
«La logique des relations internationales ne peut pas se baser sur la confrontation», a encore ajouté le président.

Les relations russo-européennes

Vladimir Poutine a appelé au rétablissement de la confiance entre les deux partenaires, soulignant que la Russie n’était pas à l’origine de la dégradation des relations avec l’Europe. «Toutes nos actions ont été prises et restent exceptionnellement des mesures de rétorsion. Mais nous ne sommes pas rancuniers et sommes prêts à aller à la rencontre de nos partenaires, cela ne peut toutefois pas être un jeu à sens unique», a-t-il indiqué.

Les hommes politiques européens doivent pour leur part aller à la rencontre des entreprises qui sont prêtes à coopérer avec la Russie, estime le président russe. «Les hommes politiques doivent faire preuve de sagesse, d’un esprit visionnaire et de la flexibilité», a souligné le chef de l’Etat russe.

Les débordements à Marseille pendant l’Euro 2016

Les violences qui ont éclaté dans les rues de Marseille sont «une monstruosité», a martelé le dirigeant russe, tout en soulignant que la Russie «ne pouvait que condamner» les affrontements entre supporters.
«En toute honnêteté, je ne sais pas comment 200 de nos supporters ont pu battre quelques milliers de Britanniques, je comprends pas ça», a ironisé le président. «En tout cas, les organes judiciaires doivent traiter d’une façon équitable tous les malfrats», a noté pour conclure Vladimir Poutine.

L’Ukraine
S’exprimant sur les relations entre la Russie et l’Ukraine, le président russe a fait remarquer que si les autorités ukrainiennes avaient acquis leur position actuelle par un moyen démocratique, la Russie aurait pu travailler tranquillement avec elles.

Vladimir Poutine ouvre la session plénière du Forum de Saint-Pétersbourg
Vladimir Poutine prononcera un discours pour lancer la session plénière du deuxième jour du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, le 17 juin. Le président russe y soulève notamment les…

L’Occident a pour sa part soutenu le coup d’état en Ukraine après le printemps arabe pour «justifier l’existence de l’OTAN», estime Vladimir Poutine. «Ils ont besoin d’un ennemi extérieur, sinon, pourquoi cette organisation est-elle nécessaire ? Il n’y plus de pacte de Varsovie, plus d’URSS, contre qui est l’OTAN», s’est-il demandé sous une forme rhétorique.

Les élections américaines
«La Russie va coopérer avec tout candidat que le peuple américain va choisir. J’espère que le sentiment de responsabilité qui repose sur un président américain, le chef d’un pays dont dépendent beaucoup de choses dans le monde, va amener la personne qui va prendre cette fonction à une coopération avec la Russie», a déclaré le président russe en répondant à une question sur l’attitude de Moscou envers la prochaine élection présidentielle aux Etats-Unis.
Cependant, c’est une question sur le candidat Donald Trump, qui l’a interpellé. «Vous avez dit que Trump était un homme brillant, qu’est-ce qui vous a amené à cette conclusion ?» a alors demandé un journaliste américain au dirigeant russe. «J’ai dit que Donald Trump était une personne haute en couleur, je n’ai rien dit d’autre sur lui, et ne l’est-il pas ? Pourquoi vous déformez mes propos ?», s’est exclamé Vladimir Poutine. «Par contre, ce que je salue, c’est qu’il s’est déclaré prêt à restaurer le dialogue russo-américain. Je ne peux pas ne pas le saluer. Et vous ?», a conclu le président russe.

La politique de l’OTAN
La politique de l’Alliance témoigne d’«une attitude absolument je m’en foutiste» envers la position russe, a déploré Vladimir Poutine. «Il n’y a pas d’Union soviétique, le Pacte de Varsovie a cessé d’exister. Pourquoi faut-il toujours élargir l’infrastructure de l’OTAN, bouger vers les frontières russes ? Maintenant, le Monténégro est accepté. Qui menace le Monténégro ?», se demande le président russe.

La Syrie
Il est impossible d’établir la démocratie en Syrie par la force, a fait remarquer le chef de l’Etat russe. «Le plus important est de ne pas accepter l’effondrement du pays. Si cela continue comme aujourd’hui, l’effondrement est inévitable. Et c’est l’option la plus mauvaise pour l’évolution des événements», a-t-il dit.

Les pays qui veulent renverser Bachar el-Assad affirment que son régime n’est pas démocratique et qu’il faut que la démocratie règne en Syrie. «Il n’y a pas de façon plus démocratique de former un gouvernement que des élections s’appuyant sur la loi fondamentale qui s’appelle Constitution… Organisez les élections sur la base de cette constitution», a proposé Vladimir Poutine pour sortir de la crise.

https://francais.rt.com/international/22297-poutine-saint-petersbourg–lenvergure

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Alain de Catalogne

Responsable Résistance républicaine Espagne


8 thoughts on “Poutine : Il n’y plus de pacte de Varsovie, plus d’URSS, contre qui est l’OTAN ?

  1. Avatarrita la Belge

    Comme toujours, le Président Russe est clair, limpide, honnête et cohérent dans ses propos. Le dernier de la même trempe que nous avons connu en occident est le Général De Gaulle : sens du devoir, amour de la patrie, respect pour leur peuple. Depuis, partout en Europe, les gouvernants ne forment plus qu’un mélange d’excréments contaminés et toxiques ne pouvant même pas servir d’engrais.

  2. Avatarmaury

    D’accord avec vous Rita !!l’eurabia corrompue et les USA actuels ne savent plus reconnaitre les valeurs morales dont la Russie de Poutine est heureusement encore dotée!!!Leurs magouilles mortifères provoquent la mort et le chaos sur les pays où ils jettent leur dévolu!!!l’UERSS va s’écrouler comme la grande prostituée prédite!!!

  3. AvatarJ

    M. Poutine, sauvez-nous.
    Nous devons sortir de cette Europe contraignante et renforcer nos liens avec la Russie. Nos deux pays ont toujours eu des relations cordiales. Il a fallu que les USA mettent leur grain de sel.

  4. AvatarAlexcendre 62

    Pour Poutine oui c’est clair , limpide et rassurant par contre coté OTAN ( USA )je ne suis nullement rassuré les américains ont du mal a vivre sans ennemis et ils sont prêt a tout pour en trouver ! quitte a mettre de l’eau de robinet dans des fioles et dire que c’est des armes de destruction massives . Actuellement ils déploient des missiles en limite de propriété avec la Russie (Pologne ) c’est dans quel but ? eux qui ne l’on pas toléré jadis a Cuba , oui ces gens m’inquiètent car leur futur terrain de jeux pourrait bien être l’ Europe si on n’y prend pas garde .Sortons illico de l’ OTAN et remettons en place et renforçons notre dissuasion afin de ne pas être entrainé dans une prochaine guerre fabriquée de toutes pièces qui ne nous concerne pas .

  5. Avatarhathoriti

    Sortir de l’OTAN, ce « machin », est la bonne solution. Mais croyez-vous sincèrement que le gros le fera ? Bien sûr que non ! Caniche d’obama, d’hillary, il suivra en jappant comme le roquet qu’il est, contre Poutine . Le président Poutine est le seul, pour l’instant à pouvoir sauver l’Europe, et à sauvegarder la paix ou ce qui en tient lieu, en Orient. Comme vous, je l’approuve.

  6. Avatarjolly rodgers

    attention de ne pas trop fantasmés sur poutine,non plus! tout n est pas blanc dans sont système.1 j’ai lu cet hiver dans la nouvelle revue d histoire, une déclaration de poutine ou il disais en gros:que l islam fait partie intégrante de la russie…etc.2 ses liens et amitiés avec le président tchétchéne,mis en place par lui. pays ou la charia est appliqué a la letttre.3 la géorgie, le pays de staline entre autre,et complétement islamisé. les géorgiens de souche et orthodoxes n en peuvent plus et le sieur poutine ferme les yeux et en n a rien a foutre. les ennemies de mes ennemies, ne sont pas forcement mes amies. ni poutine, ni otan ! virons touts ces ripoux qui nous gouvernent en russie, comme en France . le seul qui tient la route pour l instant c Victor orban en hongrie !

    1. Avatarrita la Belge

      Bonsoir Jolly Rodgers,

      C’est tout-à-fait vrai que tout n’est pas tout blanc ou tout noir. Mais il faut bien reconnaître que le Président Poutine, à la tête d’un immense territoire multiculturel, gère cela d’une façon digne et respectueuse de toutes les ethnies, religions, minorités qui composent la Russie. Respectueux aussi et surtout de la majorité qui est chrétienne orthodoxe. Cela, vous en conviendrez, est logique et normal.
      En ce qui concerne Viktor Orban que j’apprécie beaucoup en regard de ses positions concernant la religion adoratrice de la pisse de chameaux et dromadaires, je me demande pourquoi il est intervenu (et surtout à quel titre) sur le non-Brexit qu’il semble préconiser.

Comments are closed.