Adieu à Jessica et Jean-Baptiste : nous, patriotes, n'aurons pas la mémoire courte

PEZENAS, 20 JUIN 2016, 10h00

Sur la route qu’un soleil déjà chaud illumine, nous avons peine à imaginer vers quelle triste destination nous allons. La vie resplendit dans la nature et les paysages nous rappellent comme nous avons de la chance d’habiter notre si belle France. Nous découvrons Pézenas et déjà les gens se rassemblent bien avant l’heure prévue. Nous sommes descendus des Cévennes, mais d’autres sont venus de bien plus loin encore. Nous retrouvons Gérard et j’aimerais reconnaître aussi quelques autres adhérents de Résistance Républicaine. Mais il serait vain de chercher parmi tous ces gens qu’un devoir naturel a rassemblés ici. Je n’ai guère de talent pour évaluer une foule, mais il y a là au moins six cents personnes. Je signe le registre de condoléances sur lequel j’écris :
« Nous partageons votre douleur et sommes encore plus déterminés à lutter contre la barbarie.
Daniel Pollett, pour l’association Résistance Républicaine. » Je ne souhaite pas en écrire plus et de nombreuses personnes attendent pour accéder au registre. Au fronton de la mairie, deux drapeaux tricolores encadrent celui de la Ville. Je suis content de ne pas en voir d’autre.

Dix heures. Les véhicules funéraires arrivent et un silence se fait. L’Harmonie municipale interprète une musique locale que je ne connais pas tandis que les cercueils sont portés au milieu de la place. Nous ne les voyons pas mais cela a peu d’importance, leurs esprits sont au dessus de nous.
Plusieurs allocutions sont prononcées. Nous ne distinguons pas les intervenants, mais nous pouvons deviner la fonction de ceux qui ne sont pas présentés.

Je n’applaudis pas le discours du Préfet, lequel reprend des arguments de ce qui nous sert de président ; il parle de daech et de terrorisme, mais il ne désigne pas l’ennemi par son vrai nom.

Plusieurs policiers présentent leurs défunts collègues avec une spontanéité émouvante. Les éloges funèbres décrivent deux êtres d’exception, dévoués à leur travail, à leurs collègues, enthousiastes et disponibles, allant bien plus loin que le sens du devoir lui-même. Un homme et une femme à qui nous devrions tous ressembler. L’injustice de ces assassinats pèse bien davantage sur nous tous que le soleil déjà trop chaud.

L’un des policiers détaille sa dernière fin d’après-midi avec Jean-Baptiste Salvaing… Ayant toujours quelque chose à partager verbalement avec ses collègues pour lesquels il avait une disponibilité illimitée, celui-ci avait dit à ce policier : « J’ai encore quelque chose à te dire, mais je te le dirai demain. » Nous partageons avec le narrateur le fait bien réel que la vie s’est arrêtée ce soir là d’une façon aussi absurde que criminelle. Ce policier ne saura jamais ce que Jean-Baptiste Salvaing voulait encore lui dire et il gardera cette question toute sa vie. Un autre parle de l’infinie gentillesse de Jessica Schneider.

Quelqu’un prononce un discours au pacifisme angélique. Je ne l’applaudis pas non plus ; bien au contraire, je garde les bras croisés et je sens mes joues se resserrer.

Puis viennent deux textes, de Ghandi et de Martin Luther King, accompagnés de musique. Encore un peu et on va allumer des bougies. Les applaudissements me paraissent l’écho de quelque chose d’étrange et je n’y participe encore pas. Ces textes surgissent d’un autre monde, celui de ces années de ma jeunesse où vivant dans la paix, nous pouvions rêver de la partager avec la Terre entière. C’était avant…

Je remarque parmi tous les gens en uniforme un policier avec les initiales BRI sur le sien. Il porte des lunettes noires et mâche un chewing-gum ; peut-être des accessoires destinés à l’aider dans la maîtrise de ses expressions. Il se dégage de lui une énergie, une détermination hors du commun, quelque chose que l’on pourrait presque toucher. Il est musclé et se tient bien droit. Il se place un peu en retrait derrière les autres ; peut-être a-t-il une mission de protection particulière. Il est impressionnant et je me dis que toutes les racailles devraient craindre des hommes tels que lui.
Mais le laxisme et la lâcheté érigées en religion d’État laissent repartir libres ces malfaisants, ces criminels en puissance que lui et ses collègues ont tant de mal à arrêter. Cette cérémonie est bien la preuve de cette absurdité sans nom.

Voici que les cercueils repartent, accompagnés par la musique, et la foule commence à se disperser. Il reste aux familles à rejoindre les véhicules gris pour se rendre au cimetière de Montagnac, dans la douloureuse intimité du dernier accompagnement. Nous repartons aussi.

Ce soir, la seconde chaîne de télévision ne présentera que quelques vues aussi brèves que peu commentées de cette matinée. Comme le chantait Jean Ferrat, « Le sang sèche vite en entrant dans l’Histoire », au moins pour les oublieux qui nous gouvernent et ceux qui prétendent faire notre éducation télévisée. Pas pour nous autres patriotes. Le moment venu, nous n’aurons pas la mémoire courte.

 

 194 total views,  1 views today

image_pdf

16 Commentaires

  1. A hathoriti et a Christine je vous répond !
    un oeil les deux yeux pour une dent toute la gueule c’est un début ! mais réfléchissez si cet racaille a les deux yeux de crever ont lui fournira un chien pour aveugles payer aux frais des français et pour sa gueule un dentiste et chirurgien réparateur lui sera fournie par ces salauds de traîtres en haut lieu !

  2. Bravo Christine ! Pour 1 oeil ,les 2 yeux, pour une dent toute la gueule ! J’approuve absolument ! Maintenant, la colère doit nous guider, la vraie, la sainte colère ! Je suis pour !!!

    • Oui Daniel ! Notre mémoire ne sera pas courte à nous rappeler l absurdité de la cérémonie ! Bien que nous voulions y aller et en raison de la distance n avons pu nous déplacer nous y étions par la pensée par le cœur et les tripes ! On se
      rappèlera toujours qu’ils sont morts pour rien dans la fleur de l âge et que le gouvernement est coupable de ces assassinats car ils n étaient pas armes au moment des faits ! On nous ressasse qu’il faut toujours faire du préventif alors
      pourquoi en matière de défense nationale est on aussi laxistes inopérants irresponsables immatures ??? Combien de morts encore avant que les gens soient armes et puissent se défendre ? Allons nous continuer d attendre de
      nous faire egorger comme les agneaux quand on sait encore en plus pertinemment que pendant le ramadan tout est plus dangereux ! J accusé ce gouvernement de ne rien faire pour protéger sa population et j espère que
      chaque membre qui le compose sera jugé comme il se doit et effectuera des peines de prison au motif de non assistance à personne en danger car le danger est la parmi nous ! La France ne peut plus se permettre de ne pas
      armer ses policiers et nous exposer quotidiennement au terrorisme : islam assassin ! Pour reprendre les justes accusations de Christine car c est l islam qui a fait ce carnage devant les yeux qui plus est de cet enfant de 3 ans 1/2
      honte au gouvernement ! Et Cazeneuve est indigne de représenter les policiers car il a rompu le jeûne musulman dès le lendemain des assassinats de Jessica et Jean Baptiste ! Honte à Cazeneuve ! Ce gouvernement nous fait,tous honte
      avec sa préférence étrangère complice d assassinats en séries Hervé Cornara Hervé Gourdel le bataclan etc… Ce gouvernement est écœurant et indigne de représenter tous les Français ! Oui Daniel nous,nous,souviendrons a tout
      jamais de cette tuerie indéfiniment le temps est pour nous !!! Et pas pour ces assassins et ces complices d assassinats ! ⚔??

  3. Je veux bien accepter que le père de Jean-Baptiste ait demandé le rassemblement mais pas pour baisser les bras mais au contraire pour lever le poing et dire : « ça suffit », nous n’irons pas au delà! maintenant les forces de l’ordre arrêtent de tendre la joue et se mettent du côté des Patriotes pour faire respecter la LOI. Plus de signes, aucun signe extérieur de secte meurtrière, plus de voilures féminine ou masculine, plus de rues « bouclées » par des gens à 4 pattes, plus de halal, plus RIEN qui puisse faire penser aux français qu’ils ne sont plus chez eux! TOLERANCE : ZERO. Alors là nous aurons un grand respect pour toutes les forces de l’ordre françaises. MERCI Christine d’être si solide, si déterminée, si Patriote, MERCI à vous TOUS d’être notre Porte-Parole et BRAVO pour TOUT.

  4. Comment un père (fusse-t-il médecin) puisse parler de la sorte ?
    Il avait pris une boite entière de comprimés PADAMALGAM FORT, 1,5mg?
    Mais bien sur que nous devons avoir la haine contre ceux de la SECTE MAHOMÉTANE, qui viennent nous assassiner à domicile – et là, pour le coup, le mot « DOMICILE » prend tout son sens.
    Notre humanisme doit avoir les limites de la barbarie de ces adeptes de la secte du chevrier pédophile.

  5. j y etais aussi et comme daniel pollet je n ai pas applaudi a certains discours ,soumission de certains je m y refuse , faisant le tour je peux confirmer que les collegues de jean -baptiste et jessica venus a pezenas sont sous le choc de l horreur , yeux rougis ,plus de mots pour definir cet immense chagrin ,et je les comprends , je pense aussi a hugo venu « voir » pour la derniere fois son papa , ou je me suis vraiment mise en colere et mon sang bouillonnait est quand le papa de jean-baptiste a parle de sacrifice , de quel droit pouvons nous faire sacrifice de nos enfants , mon hommage a ete aussi dire aux policiers et gendarmes que nous patriotes les protegerons a notre maniere ,qu ils ne sont plus tout seul , j ai vu des yeux s embues et m ont remercies
    OUI JE SUIS TRISTE MAIS SURTOUT EN COLERE ,UNE HAINE M A ENVAHI

    • Claire Couchot
      Dans le contexte actuel , la haine que vous ressentez , sera salvatrice et elle constitue le préalable indispensable à une auto protection contre la propagande dominante , et de ne pas être la victime des calamiteuses manoeuvres de manipulation , dont les prefets ici sont devenus les vecteurs , d’un pouvoir composé de traitres et d’incapables !
      Quant à la famille de ces malheureux , nous pouvons verser des larmes à leur sujet, dans la mesure ou , indépendamment de la perte d’êtres chéries, ils n’ont pas trouvé en eux les ressources psychologiques d’une prise de conscience , leur permettant de désigner le véritable ennemi !

  6. Mais bien évidemment, Christine, la loi du Talion s’impose. Juste une option de ma part : J’ai une préférence pour « LE VACCIN » plutôt que le « SÉRUM ». L’un est préventif,l’autre est curatif. Donc il est trop tard, les microbes et autres bactéries ont déjà sévit…..

  7. le père de Jean-Baptiste a appelé au calme, au rassemblement…
    on est loin de la Marseillaise : ils viennent égorger (sont déjà là sur le territoire) vos fils et leurs compagnes… et il faudrait pardonner et continuer de leur faire du lèche-babouche…
    perso, si c’était mon fils, je ne réagis pas de la sorte et ne pardonnerais jamais !

    • entièrement d’accord et je pense qu’un jour ou l’autre des familles des victimes du terrorisme musulman, du Bataclan ou autre, vont passer à l’adage pour un oeil les deux yeux pour une dent toute la gueule.

      • Bien évidemment , je serai presque tenté d’aller dans une chapelle, pour demander à ce que les français et surtout familles de victimes , en viennent heureusement à laisser tomber tous les poncifs de la bien pensance , pour enfin parler vrai, et avec grande colére, directement contre le salafisme criminel , qui demeurera éternellement à la source de cette dégoutante maladie infectieuse religieuse, corrodant la conscience de tellement de couillons !

    • A-t-on pardonné aux Nazis? Non! Je partage votre opinion. Ni compréhension, ni pardon.

  8. J’adresse mes félicitations à Daniel Pollett, pour ne pas avoir applaudi au discours ultra lénifiant de ce prefet minable valet , au ordres d’un pouvoir corrompu et dégageant une odeur insurmontable !
    Cela sert à quoi , d’avoir fait des études de science po et d’école nationale de magistrature, si c’est finalement pour se retrouver dans la peau , non pas d’un grand serviteur de l’état , mais bien celle plutot d’un lamentable larbin, abonné aux taches les plus viles, pour le compte d’un pouvoir socialope, se vautrant dans sa propre pourriture ?
    Ah comme ils sont beaux , tous ces valeureux centurions prefets de la ripoublik, qui sanglés dans leur uniforme à casquette de chef de gare, poussent l’obéissance servile, jusqu’à se faire les marionnettes d’une caste de politicaillons, dont les moeurs tiennent autant de la cour de Florence au 15 °siécle, que des pires mafiosis de la sinistre cosa nostra palermitaine ! et encore se font ils les représentants d’un état de droit ? mais c’est se foutre de notre …GUEULE !
    J’adresse encore mon admiration pour Daniel Pollett pour avoir , avec grande maitrise de lui même, entendu le nullissimes discours de paix , là même ou j’aurai pu carrément péter un plomb et piquer une colére publique , tant l’invocation des figures de gandhi et de luther king , est dépourvue de la moindre pertinence , quant il s’agit de traiter d’une des pires sauvageries qu’ait connues l’humanité , et qui hélas naqui dans les sables d’Arabie au 7°siécle !
    La répétition de tous ces discours de paix convenus , devient insupportablement écoeurante , et je ne peux que saluer l’immense mérite des patriotes qui trouvent encore les ressources pour être présent à ce genre de cérémonie, ou pareil épreuve ne cessera de leur être infligée !
    Pour changer de sujet , je connais désormais l’adresse du quartier général de l’UOIF, cela peut être interessant dans l’avenir pour aller leur présenter nos hommages avec respect , un beau vendredi de grande priére ! avec du thé à la menthe et des gateaux sucrés ….Bien entendu !

  9. Bonsoir Monsieur Pollett,
    Merci pour ce douloureux témoignage.
    Sentiments ressentis en gradation : la douleur, les larmes, la compassion pour le petit qui reste à présent sans ses parents, la tristesse indicible, l’incompréhension, le dégoût, la colère, la révolte, la haine et ENFIN (Soulagement !!!!!!!) la décision du combat et de la revenge.
    Ils vont payer et très cher et aujourd’hui, ce ne sont pas que des mots derrière un clavier ou un écran. Cet assassinat doit être le déclencheur, l’étincelle qui doit nous réveiller. Je commence dès aujourd’hui la révolte avec le peu de moyens dont je dispose …….

  10. Nous n’aurons assurément pas la mémoire courte le moment venu(qui ne saurait malheureusement tarder eu égard la chienlit qui règne dans notre patrie et en fonction du nombre de politico religieux haineux présents sur le territoire).
    Mais combien serons nous?
    Les bisounours sont encore majoritaires(un vrai lavage de cerveau depuis 68)

Les commentaires sont fermés.