Je suis abasourdi par la condamnation de Françoise Charroud pour "l'islam est une saloperie"

Je suis assez abasourdi par la condamnation de cette islamophobe telle que l’article commenté la rapporte. Peut-être y a-t-il une spécificité liée au contexte de cette affaire. Je l’espère, d’une certaine façon…
Si vraiment le cas de cette dame est le même que celui de Christine Tasin, on peut espérer semblablement une relaxe en appel. Ce n’est pas la première fois qu’un tribunal serait rapidement désavoué, même si cela n’en reste pas moins consternant pour toutes les raisons exposées dans l’article commenté et dans d’autres. A celles-ci on peut ajouter la contrariété de jurisprudence.

La justice française, comme la République française, est censée être une et indivisible, donc rendue non pas par telle ou telle personne en vertu de ses opinions, mais par une institution incarnant une fonction agissant selon des principes, notamment l’égalité républicaine qui veut que la justice soit la même pour tous. Tel est l’héritage de ces moments vénérables de l’histoire de France où l’on décida, entre autres, que les juges ne seraient plus payés avec des « épices » dont dépendait le sens de leurs décisions.
Peut-être les magistrats intervenus dans cette affaire ne savent-ils pas que leurs collègues, dans le procès de Christine Tasin, l’ont relaxée en appel ? Au cours de mes recherches sur l’islam, je n’ai jamais pu retrouver une trace de ce dernier procès à l’aide de bases de données pourtant bien fournies. Je n’en connais pas la raison. Il se peut donc que les juges, qui utilisent les mêmes procédés pour obtenir de la documentation afin de prendre leur décision en connaissance de cause, aient ignoré l’existence de cette jurisprudence de leurs collègues.
Quoi qu’il en soit, cependant, ils auraient dû parvenir à la même décision que la relaxe décidée en appel car en droit pénal, l’incrimination ne doit sanctionner (puisque la loi le prescrit, mais c’est une autre question…) que des incitations manifestes à la violence ou la haine ; ceci en raison du principe révolutionnaire fondamental de l’interprétation favorable à l’accusé. Dans le doute, il faut s’abstenir de condamner. Or, ici, il n’était question que d’une critique de l’islam. Même en ignorant le précédent du procès de Christine Tasin, les juges ne pouvaient donc décider de condamner sur le seul fondement de la déclaration hostile à une doctrine faite sur Facebook. Il aurait fallu que des circonstances particulières s’ajoutent à celle-ci, que ce soit un élément parmi d’autres. Cela donne l’occasion de constater encore une fois la malignité de ces incriminations de provocation à la haine qui limitent indirectement le droit d’exposer ses opinions.

Cette incohérence dans la jurisprudence, si elle existe, est source d’insécurité juridique, d’imprévisibilité du droit dans un domaine très sensible, celui de la liberté d’expression à propos de l’islam. Il va sans dire que cela menace les fondements républicains.
En effet, ceux qui osent blasphémer s’exposeraient ainsi à la sanction étatique, si Madame Charroud s’est contentée de tenir les propos rapportés, tandis qu’ils s’exposent aussi à la sanction non étatique de ceux qui, parmi les « fous d’Allah », sont prêts à tuer ou agresser pour punir le blasphème ou toute action contre l’islamisation.

Or, contrairement à la justice étatique, même si elle n’a pas été tendre en condamnant à de la prison une personne qui n’avait vraisemblablement pas l’intention d’agresser ou de faire agresser physiquement, eu égard à la teneur de ses déclarations, ces derniers ne connaissent pour leurs cibles ni circonstance atténuante, ni prescription extinctive, ni excuse de quelque sorte que ce soit.
Le pardon leur est une notion inconnue, comme le montre le cas de Salman Rushdie, par exemple, qui vit dans la crainte d’une exécution pour cause de blasphème depuis 1989. Les gens qui, comme lui, vivent avec l’épée de Damoclès d’une fatwa sur la tête n’ont aucun lieu sur Terre où ils puissent dormir sur leurs deux oreilles. La menace qu’ils encourent est pire que les peines légales les plus sévères, alors même qu’ils n’ont légalement commis aucun crime. Ainsi, l’auteur des « Versets sataniques » est menacé depuis 27 ans, alors que le délai de prescription des crimes en France est de 10 ans, par exemple (même s’il est envisagé de doubler ce délai, ce qui sera vraisemblablement voté :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/06/08/01016-20160608ARTFIG00284-les-debats-sur-la-prescription-penale-relances-au-senat.php

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/03/10/01016-20160310ARTFIG00170-crimes-et-delits-les-deputes-doublent-les-delais-de-prescription-penale.php).

Les magistrats qui poursuivent des islamophobes ont-ils conscience du risque hors du commun qu’ils font ainsi prendre à des gens qui se contentent de dire qu’ils considèrent que l’islam n’est pas une « belle religion », contrairement à la déclaration de Bernard Cazeneuve (http://www.interieur.gouv.fr/Le-ministre/Interventions-du-ministre/Discours-de-M.-Bernard-Cazeneuve-a-l-occasion-du-Rassemblement-des-musulmans-de-France-Institut-du-Monde-arabe… alors que la République ne reconnaît aucun culte, selon la loi de 1905, donc qu’un ministre n’a pas à porter une appréciation positive sur une religion) ?

 70 total views,  1 views today

image_pdf

16 Commentaires

  1. Merci à tous pour vous commentaires. Je suis très attristée par cette condamnation ! Après 37 ans dans divers pays d’ Afrique ou j’ai aidé les gens à avancer, à développer de nombreux domaines, entre autres : l’ hygiène en créant mon propre dispensaire pour les 1er soins, pour accoucher les femmes dans les meilleurs conditions, pour soigner aussi bien les travailleurs que les villageois, créé une école en pleine brousse à Mowaka en R.D.C. ex Zaïre, tout existe encore etc.C’est très grave cet amalgame race et religion ! La religion n’a rien à voir avec la race et la race n’a rien à voir avec la religion !

    • Oui Françoise soyez fière de vous, et soyez fière d’avoir écrit ce que vosu avez écrit. Nous sommes fiers quant à nous de vous compter parmi les adhérents de RR.

  2. si vous etes de passage sur ANNECY,vous remarquerez que il y a des ASIATIQUES…pas mal de CHINOIS…
    J AIME BIEN LES REGARDER…
    ILOS ONT UN SOURIRE CONTAGIEUX…
    PUIS J AIME BIEN CES GENS…
    SAMEDI DERNIER,JE ME SUIS FAIS PRENDRE EN PHOTO AVEC UN GROUPE EN SELPHI SUR LES BORDS DU LAC…
    JE LEUR AI COMMUNIQUER MON ADRESSE MAIL POUR QU IL M ENVOIE UNE OU DEUX PHOTOS….TOUJOURS PAS RECU D AILLEURS..
    MAIS IL Y A DES JAPONNAIS AUSSI….
    J AIMERAI POUVOIR ME RENDRE EN VISITE DANS CES DEUX PAYS..
    LE VIETNAM AUSSI…
    LES JAPONNAIS SONT UN PEU LES ALLEMANDS DE L ASIE ON DIRAI..
    TOUS CE QUE FABRIQUE CE PAYS …C EST DU SOLIDE…..
    SI J AVAIS LES MOYENS DE ME PAYER UNE VOITURE JAPONNAISE…
    EN TOUT CAS…MA VIEILLE HI-FI SONY…25 ANS…EST TOUJOURS LA…
    ET ELLE TIENS TOUJOURS LA ROUTE…
    AU JAPON….LES MUSULS SE FONT TOUT PETIT…..

  3. « Entre vous et nous c’est l’inimitié et la haine à jamais, jusqu’à ce que le monde entier proclame allah seul ».
    Et ce verset coranique dont j’ai oublié le numéro, c’est une incitation à l’amitié entre les peuples peut-être?
    Et pourtant la publication n’en est pas interdite!!!!
    Et quand on critique le christianisme, ces mêmes juges ne disent pas que c’est une incitation à la haine; faut-il en conclure qu’ils ont rétabli le délit de blasphème mais uniquement pour l’islam?

  4. Villeneuve
    Votre intervention est riche d’une analyse juridique brillant par sa haute clairvoyance .
    l’evolution jurisprudencielle du comportement de nos magistrats , détruit donc méthodiquement tous les fondements de la liberté d’expression constitutionnelle, les plaçant eux mêmes en infraction envers nos lois fondamentales
    En poussant la législation anti raciste jusqu’au bout de sa propre logique, nos juges se sont donc transformés en censeurs coraniques , tournant de fait le dos à nos libertés institutionnelles les plus avérées !
    En condamnant une femme pour critique du texte coranique, nos magistrats quittent totalement leur vocation initiale d’application d’un pure code pénal républicain, pour devenir des théologiens religieux dont la vraie place se situe en Arabie ou au Soudan, mais certainement pas sur les rives de la Seine ou de la Loire .
    Ces fonctionnaires sont au service des libertés françaises, ou alors qu’ils aillent donc se faire rémunérer par le roi Aballah d’Arabie et non pas sur les impots douloureusement payés par les mêmes personnes, à qui ils imposent maintenant des sanctions pénales , en elles mêmes pas du tout recevables pas les fondements de nos institutions !
    Nous sommes donc bien placés pour affirmer que notre démocratie , est rendue moribonde par la faute de juges félons , devenus les larbins asservis à un pouvoir islamo- collabo gaochiste , et cette situation nous impose l’adoption de méthode de communication adaptée , propre à contourner le risque prédominant de condamnations sévéres mais fatalement injustes .
    En effet plutot que de poser comme principe que la religion mahométane est une S;;;;;;l ….RIE ! il serait plus prudent de nous poser comme une association de défense de l’homoséxualité et de la condition féminine , et de lancer des campagnes de protestation contre la charia pratiquée en Orient , en raison des situations d’oppression contre ces entités sociales, qui en principe sont chéries du pouvoir socialope
    Invoquer une condamnation du texte coranique en tant que foyer de haine contre les français de souche ne protége pas contre les rigueurs d’une justice arbitraire française actuelle . En revanche se présenter comme un grand défenseur de minorités sexuelles ou de la conditions féminine , donc participant la sphére du politiquement correct, pour construire une méthode de rejet de la charia, objectivement pratiquée en Orient , serait susceptible de rendre plus difficile l’élaboration d’un réquisitoire sur le motif d’appel à la haine religieuse pure
    En vérité , ce pouvoir pourri se fout des violences contre les français de souche lambda ; et condamne sans retenue les quelques courageux résistants osant pointer du doigt des sourates bien pourtant explicitement
    violentes Mais ce même pouvoir reculera devant la perspective de sanctionner des personnes , qui prenant la défense de minorités sexuelles chéries par l’idéologie de gooche , font bien partie du domaine de la bien pensance, tandis que les supposés fascos en sont exclus et donc durement punis !
    En conséquence il est possible ,qu’il nous faudra avancer masqués , et dissimulant notre attachement trop prononcé pour la France traditionnelle, tenter d’adopter un comportement intellectuel plus tendance mondialiste, mais avec une forte aspiration à défendre des personnes, qui en fonctions de leur statut de femme , ou d’appartenance à une minorité sexuelle, sont des cibles privilégiées d’une doctrine coranique implacable
    La meilleur façon de démontrer aux juges que le coran est un torchon ne consistera donc pas à invoquer les crimes contre les français lambda ( ce dont ils se foutent ! ) , mais contre des personnes par essence sacralisées par le pouvoir gochiste actuel , en vertu de l’idéologie qui lui est propre !
    Hollandouille se moque de la mort des catholiques, en revanche le martyrs des juifs ou des homosexuels retiendra inévitablement son attention et celle de Vals , et ils ne pourront que preter une oreille attentive aux personnes prenant l’initiative d’une protestation publique, qui sera de fait l’occasion de prononcer une puissante diatribe, contre la charia contenue dans les textes authentiques du coran , tout en bénéficiant d’une impunité assez probable du coté de ces messieurs des prétoires .

    • Cher UTR que faisons-nous à RR ? nous défendons la République donc les femmes, les homos, les chrétiens d’Orient… et tous nos fondamentaux. Et lorsque nous les défendons nous pouvons dans le cadre de discussions et d’échanges dire et montrer ce qu’est l’islam. Se taire faire attention à tout c’est accepter que la Résistance disparaisse et que la charia s’impose et dans ce cas à quoi sert une association qui se tait ???

  5. Je ne connais pas le dossier juridique de cette dame.
    Néanmoins ,la liberté d’expression existant en France, il devrait être possible d’utiliser le verbe pour combattre les armes destructrices d’individus d’une partie de l’islam et des islamistes.
    Par voie de conséquence,avancer l’assertion selon laquelle l’islam est une saloperie  » devrait être sainement toléré.
    Malheureusement ,force est de constater que la pseudo intelligentsia au pouvoir politique nous impose le grand remplacement via l’administratif et le juridique.
    Il est à souhaiter que cette dame ait un avocat rompu à contrecarrer les arguments mis en avant par les islamo collabos.

  6. Bientot 2017!!!il me semble que vous avez le vote .à vous de savoir l’utiliser

  7. Désormais, question préalable devant la juridiction de jugement : « Juge, quelle est ta religion ?  » Au temps des » barbares » le juge demandait à chacun des plaideurs : « quelle est ta loi » ». Le temps des barbares est revenu il est donc urgent de sortir de la fiction de l’impersonnalité des lois qui ne peut fonctionner que dans le cadre d’une communauté culturelle et ethnique unique pour ré-instaurer le principe de la personnalité des lois. Même si ce système n’est pas parfait il reste la solution dans le cas de la disparition de l’Etat.
    L’Etat Républicain et Démocratique est mort avec perte de la liberté d’expression détruite par les lois Pleven et Gayssot. Si l’on veut revivifier notre démocratie ces lois imposées par l’Europe, sous la dictée Anglaise, doivent être abrogées. Normalement elles étaient censées protéger le faible mais elles deviennent un formidable outil de propagande au profit du politiquement correct soumis à la doctrine du cosmopolitisme qui protège l’islam. Ces deux doctrines ont un point commun : la volonté de détruire l’Etat.
    Ne vous y trompez pas , les juges sont parfaitement au courant des jurisprudences et je gage que l’avocat a dû les rappeler. Il n’y a plus d’Etat, plus de Droit, rien, rien, rien que de l’arbitraire. La loi n’affranchit plus. Elle contraint, nous enferme et nous étouffe. Mort aux lois, vive la coutume, ATTENTION NOTRE COUTUME, celle qui nous ressemble et qui nous rassemble….

    • Je suis d’accord avec vous, j’ai regretté ce que j’avais écrit sur leur ignorance possible du procès de Christine, puisque l’avocat en a sans doute fait état (encore que certains ne sont pas forcément bien renseignés…).
      Pour le système de la personnalité des lois, je trouve très lucides vos réflexions liées au multiculturalisme. Je crois que l’Angleterre se rapproche à grand pas de ce système que la France a connu au Haut moyen âge, si on considère la bizarre histoire que j’avais commentée : http://resistancerepublicaine.com/2016/05/29/elle-enquete-sur-les-tribunaux-islamiques-en-gb-pour-verifier-que-la-charia-nest-pas-devoyee/
      On y arrivera aussi si le modèle républicain éclate. Cependant, si l’on considère l’ensemble de la France administrative, la personnalité des lois a reculé sur le papier avec la départementalisation de Mayotte. Si l’on considère les pays où l’islam est religion d’Etat, les informations que j’avais collectées sur la Malaisie montrent que la charia peut même s’appliquer à des non musulmans considérés comme complices de certaines infractions coraniques !

      • La Cour européenne des droits de l’homme a affirmé que la loi islamique est incompatible avec la démocratie et les droits de l’homme (arrêt du 31/07/2001).
        Ces notions de démocratie (la vraie) et des droits de l’Homme et du citoyen sont l’essence même de notre constitution républicaine.
        Par suite, Mr Fabius devrait aller au fond des choses et décréter que cette religion étant l’ennemi de nos valeurs républicaines (dont on nous rebat les oreilles sous tout prétexte…) doit être interdite !
        Hé oh, oui Fafa c’est ton boulot en tant que Président du Conseil Constitutionnel du « pays berceau des droits de l’homme » (comme ils s’en gargarisent tant…)
        Tant que ce principe d’incompatibilité avec notre droit constitutionnel n’est pas affirmé, tout le reste de notre système législatif est faussé puisque sa clef de voûte, elle-même, est bancale… Ceci, bien sûr, à mon humble avis et tout à fait intuitivement, n’étant pas spécialiste de la question.
        Mais voilà, pour Mr Fabius et toute la camarilla d’encocardés, se mettre à dos nos principaux créanciers….n’est vraiment pas le moment !…
        Alors, qu’un citoyen traite de saloperie une religion qui édictent des lois contraires à notre Constitution je ne vois pas en vertu de quoi il devrait être condamné.

      • Peut-on toujours dire que Allah est une énième divinité que l’homme s’est créé, et que l’on ne croit pas aux dieux sans risquer les foudres de quelques clercs ? Peut-on toujours dire que l’islam, et il n’est pas le seul, est une secte apocalyptique tueuse ?
        Sur quoi les juges se basent-ils donc pour rendre leur verdict ? J’ai pensé que la condamnation faisait suite à des propos considérés comme injurieux (?) mais pas au fait que l’on critique l’islam, me suis-je trompé ?

  8. @ Roland l’Alsacien
    C’est pas difficile à comprendre, ils sont presque tous vendu à l’islam.

  9. Le délit de blasphème n’existe pas en France. Tous nous pouvons en principe critiquer une idéologie sans que cela soit considéré comme une incitation à la haine. Est-ce le fait d’utiliser un mot grossier qui est répréhensible ?

  10. N’est t’elle pas belle en France cette justice pourrie à deux vitesses hein ?
    vous les Magistrats j’aurez honte à votre place de s’attaquer à une vieille dame ,la vous vous sentez fort n’est ce pas avec toute vos magouilles juridiques ?

Les commentaires sont fermés.