La Turquie de plus en plus compromise

La Turquie ne peut plus cacher son aide active à Daech puisque tout peut se vérifier : alors nos politiques auront d’autant plus de difficultés à cacher la vérité.

Illustration : la Russie accuse la Turquie d’aider Daech à infiltrer des combattants issus de l’ex-URSS en Syrie. ici, le point de passage de Suruc, le 18 septembre 2014.

Moscou accuse Ankara d’aider Daech à recruter

REUTERS/Kadir Celikcan
La Russie a adressé une lettre au Conseil de sécurité de l’ONU pour dénoncer une « aide » des services de renseignement turcs envers les djihadistes issus de l’ex-URSS.
Enième escalade verbale entre Moscou et Ankara. La Russie a accusé ce jeudi la Turquie d’aider le groupe Etat islamique (EI) à recruter des ressortissants de l’ex-URSS pour combattre en Syrie, dans une lettre adressée au Conseil de sécurité de l’ONU.
Selon cette lettre, datée du 10 février, « des représentants de l’EI, avec l’aide des services de renseignement turcs, ont établi un large réseau à Antalya pour recruter des individus arrivés en Turquie depuis les Etats issus de l’ex-URSS afin de permettre leur participation au conflit syrien et peut-être leur transfert en Russie ». La lettre cite des noms de plusieurs « recruteurs » venus du Kirghizistan, d’Azerbaïdjan ou du Caucase russe.
Un recrutement dans les prisons turques
Le recrutement a lieu notamment dans des prisons turques, explique la lettre: les recruteurs offrent à des détenus qui acceptent « de s’engager dans des activités terroristes » les services d’un avocat et la possibilité de « passer un accord » avec la justice turque. Toujours selon la lettre, « en septembre 2015, un groupe d’un millier de combattants de l’EI venus de pays en Europe et en Asie centrale ont été transportés de Turquie en Syrie par le point de passage de Gaziantep ».
Moscou accuse aussi dans cette lettre les services de renseignement turcs d’aider depuis fin décembre 2015 à organiser le transport à bord d’avions militaires turcs de combattants de l’EI de la Syrie jusqu’au Yémen via la Turquie.

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/moscou-accuse-ankara-d-aider-daech-a-recruter_1765287.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&link_time=1455821095#xtor=CS3-5076

 84 total views,  1 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. nos politique découvre l’eau qui mouille, et pendant ce temps l’Europe négocie avec Erdogan

  2. De cet article à l’importance capitale pour saisir le véridique role de Erdogan dans le drame actuel, nous devons conclure que les états européens, ont de concert , réussi à imposer une pesante chape de plomb sur l’ensemble des médias, sans presque aucune exception, les empêchant de procéder à des révélations pourtant primordiales , pour permettre au grand public de clairement percevoir l’actualité internationale sous son jour réel .
    Nous résistance républicaine , sommes bien accoutumés à suivre nos merdias nationaux , en train de relativiser à l’envi , la gravité et les conséquences de la migration allogène .
    Mais dés à présent , nous devons prendre en compte une autre réalité médiatique , consistant pour l’ensemble de nos journaleux, déjà abonnés aux prébendes fiscales et financières alléchantes des socialopes, à se faire les serviteurs zélés du tout nouveau sultan turc Erdogan , qui du fond de son palais de lux construit par le pognon de sa propre mafia familiale, se plait à transformer sa nation en quasi copie conforme de la Korée du nord, tout en servant fidèlement la soupe aux plus que dégoûtants égorgeurs du DAECH !
    Donc apparemment , il ne se trouve aucun journal sur le continent européen , pour vouloir méritoirement continuer à afficher sa pleine indépendance politique , et proposer aux lecteurs une présentation fiable des événements tragiques de Syrie et d’Irak, ou l’appui de Erdogan envers le DAECH, serait mis en évidence , avec des arguments clairs et aussi pédagogiques que possible !
    Je connais et nous connaissons tous le lien financier essentiel unissant nos grands éditoriaux français au pouvoir politique socialope, conduisant à la collaboration solide sur le plan idéologique . Mais l’extrême loi du silence strictement observée sur le comportement de Erdogan, tendrait à imposer l’idée que nos dirigeant entendraient accorder une protection diplomatique étrange , envers ce personnage , dont la nature intime criminelle est cependant évidente , pour les raisons ici invoquées
    Je reconnais donc manquer d’éléments quant à ‘l’apparente protection  » dont bénéficie l’image et la personne de Erdogan, dont les initiatives de coopération avec le DAECH, sont pourtant bien connues de tous , au niveau international, mais d’autres membres du blog pourrait utilement m’éclairer et donc m’aider dans le cheminement de ma réflexion et d’avance je l’ai en remercie .

Les commentaires sont fermés.