Généraux à vendre…

Allez, en toute cordialité, pour l’humour de la Patrie,
Et le plaisir d’écouter pour ceux qui le rechercheront sur Internet,
Généraux à vendre » par Francis Blanche ou les Frères Jacques.

De bon matin me suis levé c’était dimanche
A la carriole j’ai attelé la jument blanche
Pour m’en aller au marché
Dans le chef-lieu du comté
Paraît qu’y avait des généraux à vendre
Mais le soleil écrasait tant la route blanche
La jument s’arrêtait si souvent sous les branches
Que lorsque je fus rendu
On n’m’avait pas attendu
Et tous les généraux étaient vendus
Pourtant là-bas tout au fond du champ de foire
Par un coup d’chance il en restait encore un
Il n’était pas couvert de gloire
Mais avec un peu d’ripolin
Il pouvait faire encore très bien
J’l’ai échangé contre un cageot de pommes pas mûres
Quatre choux-fleurs et une tartine de confiture
Tout ça pour un général
C’était vraiment pas trop mal
Et puis je l’ai chargé dans ma voiture
A la maison on m’a fait des reproches amers
Encore une fois paraît que j’m’étais laissé faire
Un Général dans c’t’état
Ça valait beaucoup moins qu’ça
Mais puisque c’était fait tant pis pour moi
Et puis les gosses ont eu peur de sa moustache
Elle était rousse et ça les faisait pleurer
On lui a coupé d’un côté
Mais l’chien s’est mis à aboyer
Alors on a laissé l’autre moitié
Il fichait rien pour pas salir son beau costume
De temps en temps il épluchait quelques légumes
Ou réparait l’escabeau
Ou débouchait l’lavabo
Mais y n’savait même pas jouer du piano
Pourtant certains soirs, certains soirs d’été
Le Général s’asseyait sur la paille
Et les yeux perdus dans l’immensité
Il nous racontait ses batailles
Il nous parlait des Dardanelles
Quand il n’était que Colonel
Et de la campagne d’Orient
Quand il n’était que Commandant

 28 total views,  1 views today

image_pdf

2 Commentaires

  1. Toute mon adolescence me revient en pleine figure ! Je l’avais apprise par cœur… Cette chanson visait le Général de Gaulle, qui l’avait fait interdire.

Les commentaires sont fermés.