L'Etat de droit ce n'est pas l'Etat où tout le monde a tous les droits

L’extrême-gauche, et cet article du Monde me semble s’inscrire dans cette mouvance, manipule la notion d’Etat de droit (avec une majuscule, car il s’agit de l’Etat au sens politique et juridique du terme) régulièrement.
J’espère au moins que le texte que j’ai rédigé permettra de mettre les points sur les i.
Les gauchistes qui le font ne savent pas ce que c’est, ou font mine de ne pas le savoir.
Ils laissent entendre que l’Etat de droit est celui où tout le monde, sans exclusive, a tous les droits. Cela ne peut exister que dans l’anarchie.

Donc les hommes sont conçus comme interchangeables dans le monde entier, ce qui est leur postulat je crois, ce qui conduit aussi à ne plus accorder d’importance à la citoyenneté, le lien qui rattache une personne à une cité, d’où une idéologie mondialiste qui les rapproche de l’élite cosmopolite.

C’est une posture caricaturale, sans finesse, des raisonnements du type « La faute au feu? » dont Laurent P n’est délicieusement moqué.
Par exemple, sont opposés arbitrairement l’état de droit et l’état de siège :

http://www.alternatives-internationales.fr/face-aux-migrants—etat-de-droit-ou-etat-de-siege—conversation-avec-bertrand-richard–par-daniele-lochak_fr_art_645_34279.html

« Face aux migrants », l’alternative serait celle-ci :http://www.gisti.org/spip.php?article4394
C’est ridicule (sur l’état de siège

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tat_de_si%C3%A8ge_%28France%29 )…

En réalité, il est légitime de réserver aux nationaux et citoyens certains droits au regard de garanties qu’ils sont censés présenter en raison de leur lien renforcé avec la France. Ils constituent un peuple qui est souverain, avec des intérêts communs, anciennement liés, mais plus on fait de place au droit du sol dans l’attribution de la nationalité, plus on prend le risque d’une communauté nationale incohérente et de l’émergence de problèmes sociaux liés à des différences culturelles parfois insurmontables quand les personnes concernées ne veulent pas s’assimiler.
Cela vaut a fortiori pour l’accueil de gens dont on ne sait à peu près rien, dont on ignore ce qu’ils partagent ou pas avec le peuple français, sa culture, son histoire, quelle fut leur éducation et si’ls acceptent les principes de la République française…

 169 total views,  2 views today

image_pdf

6 Commentaires

  1. L’état de droit est aussi lié à la démocratie quand celle ci est proclamé en tant que tel entre les dirigeants et le peuple, et là, l’état de droit à toute sont importance, à partir du moment où les représentants sont élus par le peuple, ils ne peuvent contrevenir à leurs engagements sous serment envers le peuple, ni le trahir sous aucun prétextes, sont aussi les raisons de l’article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, en cas du viole des droits du peuple, que le peuple à le droit de saisir ou de réclamer des élections anticipés.
    Les dirigeants sont tenu de coopérer ou de se concerter avec le peuple autochtone pour tous changements ou modifications quel qu’il soient et ne peuvent rien faire sans l’accord du peuple, tous dommages ou détériorations de son identité, de sa culture, de ses traditions et même de sa couleur de peau, de sont esthétique, de sa semence, de sa physionomie, article 31, le peuple à le droit de demander réparations et justice.
    Sont les raisons également de l’assistance expresse de l’ ONU sur les droits des peuples autochtones où la démocratie est lié au peuple autochtone exclusivement, en tant que peuple distincte, sans les autres peuples, car ils n’en sont pas élus, et le pouvoir du peuple qui dérange tellement les dictatures fascistes et qui tentent l’usurpation du pouvoir du peuple par la ruse.
    Je vous dis à tous, que les hommes et les femmes libre se prennent en main ,comme les Suisse le font déjà depuis longtemps, il y a que les peuples libres qui se prennent en main, n’attendez plus que d’ autres le font à votre place et apprendre vos droits, sur la démocratie, pour ne pas se faire duper.
    Pour nous imposer l’islam en Europe, nos dirigeants sont en train de nous rouler pour nous l’imposer.

    • Bonjour,
      C’est vrai que cette islamisation, honnie de tous les Français, changement majeur, s’accomplit sans aucune consultation des Français.
      Alors que le Pouvoir nous agite devant les yeux des broutilles en permanence.

  2. Bonjour,
    Merci pour ces précisions.
    J’ai des doutes sur votre dernière formulation concernant l’Etat de droit.
    L’Etat définissant le Droit, il applique en principe, de manière tautologique SON Droit.
    Evidemment il y a le cas de Staline avec sa constitution de 1936, censée être « la plus démocratique du Monde », et dont j’imagine bien qu’elle était violée dans les faits (bien que je ne l’aie pas lue) .
    Mais il y a, et il y a eu sans doute, des Etats édictant des lois aberrantes (Au yeux de qui d’ailleurs ? Quel est l’étalon ? Notre morale judéo-chrétienne ??) comme la charia musulmane et qui l’appliquent scrupuleusement.
    C’est bien le problème central de la « diversité », du « multiculturalisme » etc
    Je précise que je n’ai AUCUNE connaissance juridique et que je dis sans doute des énormités mais j’aimerais mettre tout cela au clair pour moi-même.

  3. Bonjour,
    Je ne connais rien au Droit, mais j’aimerais bien que l’on me définisse ce fameux concept « d’Etat de Droit ».
    Tous les Etats ont un Droit, aussi atroce est-il : il y avait un Droit léniniste, un Droit stalinien, un Droit nazi etc etc …
    Tout cela me semble dissimuler une idée assez analogue au « cercle de la raison » défini par Minc.
    Un ensemble de contraintes, en gros « la tyrannie » (Sapir) de l’ U « E » imposée au peuple français par les « élites mondialisées » (Chevènement).
    C’est comme l’omniprésent « communauté internationale », brandi à tout bout de champ par nos médias : j’aimerais bien cela savoir ce que cela recouvre, sinon, encore une fois, la tyrannie des mêmes (Washington, U « E » etc) contre les peuples …
    PS:Je comprends mieux la question après avoir lu l’autre article du site sur les travaux du juriste Kelsen que je connaissais pas.
    Merci.

    • Bonjour Antiislam,
      > pour l’Etat de droit, effectivement le texte que j’ai rédigé et auquel renvoie un lien dans celui commenté explique rapidement la notion. L’Etat de droit veut par exemple qu’une loi qui crée une infraction pénale nouvelle ne s’applique que pour les agissements qui auront lieu après sa publication en vertu d’une règle qui a une valeur supérieure à la loi adoptée alors : la légalité des délits et des peines, pensée par Beccaria qui faisait partie du courant des Lumières et exprimée en France dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. L’Etat de droit est aussi celui où le droit est respecté par la puissance publique elle-même.
      > pour la communauté internationale, c’est une expression qui ne renvoie à rien juridiquement et qui se prête très bien à la manipulation médiatique aussi. La communauté internationale désignerait plus ou moins l’opinion des chefs d’Etat des principales puissances. Ce n’est pas un concept juridique.

Les commentaires sont fermés.