Allemagne : le calvaire des réfugiés chrétiens menacés par les musulmans dans les centres d’accueil

Publié le 30 septembre 2015 - par - 15 commentaires

Photo : Martin U. K. Lengemann« Je ne peux plus cacher ma religion. Il m’a donc fallu quitter le foyer. » Ali Reza Rahmani, chrétien iranien, se sent maintenant en sécurité depuis que l’église lui a donné refuge.

Les Islamistes menacent les chrétiens dans les centres pour réfugiés

 Les réfugiés chrétiens sont victimes d’agressions de la part de musulmans fanatiques vivant selon la charia dans les camps pour demandeurs d’asile en Allemagne. Les fondamentalistes les menacent même de meurtre.

Par Freia Peters

Rédactrice politique

 

Saïd, originaire d’Iran, est assis sous une image de Jésus sur la croix qui surplombe des caractères perses. Ce sont des citations de la Bible, Saint Jean 8, verset 12 : « Je suis la lumière du monde. Celui qui me suivra ne voyagera pas dans les ténèbres. »

Saïd est spécialiste de kick-boxing. Il a traversé la Turquie à pied. Il n’aurait jamais pensé que ses problèmes ne commenceraient véritablement qu’en Allemagne. « En Iran, les gardiens de la révolution ont arrêté mon frère dans une église domestique. Je me suis enfui devant les services secrets iraniens parce que je pensais qu’en Allemagne, je pourrais enfin vivre ma religion en toute liberté », dit Saïd. « Mais dans mon foyer pour demandeurs d’asile, je ne peux pas avouer que je suis chrétien. Alors, on me menace. »

Saïd vit dans un foyer pour demandeurs d’asile dans le sud du Brandebourg près de la frontière avec la Saxe. C’est un des « foyers de la jungle » sans liaison avec une ligne de bus. Dans ce foyer vivent principalement des réfugiés syriens  – généralement des musulmans sunnites de stricte obédience. « Ils me réveillent le matin avant l’aube pendant le ramadan et me disent de manger avant le lever du soleil. Si je refuse, ils me traitent de kouffar, de mécréant. Ils me crachent à la figure », déclare Saïd. « Ils me traitent comme un animal. Et menacent de me tuer ». Saïd explique avoir appelé le service de sécurité. Ses problèmes ne l’auraient pas intéressé. «  Tous ceux-là, ce sont eux aussi des musulmans ».

À côté de Saïd, dans la salle paroissiale de l’église évangélique-luthérienne de la Trinité à Berlin-Steglitz est assis le pasteur Gottfried Martens, une pile de billets sur les genoux. Ce sont ses courriers aux directeurs des différents foyers pour réfugiés, aux services sociaux, au centre administratif pour les affaires sociales et sanitaires de Berlin, qui répartit les réfugiés sur les centres de secours. Ces courriers sont des appels au secours, par lesquels Martens demande de protéger les membres de sa paroisse ou de les déplacer vers un autre foyer. « Parfois les directeurs des foyers essaient de venir en aide, parfois je n’obtiens même pas de réponse », dit Martens.

 

Autour de 600 Afghans et Iraniens font partie de sa paroisse. La majorité d’entre eux, c’est lui qui les a baptisés. « Presque tous rencontrent de gros problèmes dans leurs foyers », déclare Martens. « Des musulmans très croyants y expriment leur opinion, à savoir que : là où nous nous trouvons règne la charia, s’applique notre loi. » Les chrétiens n’ont pas le droit de préparer leurs aliments dans la cuisine. Celui qui ne prie pas cinq fois par jour en direction de La Mecque est victime de harcèlement. « Principalement les anciens musulmans convertis au christianisme ont à en souffrir en tant que minorité », constate Martens.  « Et ils se posent déjà la question : Qu’arrivera-t-il quand les réfugiés musulmans de croyance très stricte quitteront le foyer ?  Devrons-nous nous cacher à l’avenir en tant que chrétiens dans ce pays ? »

 

Les fanatiques raisonnent comme les meurtriers de l’EI

 

L’histoire de Saïd est une histoire parmi beaucoup d’autres ces dernières semaines. A Hemer, ville du Sauerland, des demandeurs d’asile algériens ont agressé un Érythréen et sa femme enceinte. Tous deux portaient leur croix de baptême autour du cou. Un des agresseurs a frappé l’Érythréen à l’aide d’une bouteille de gaz.

Un jeune Syrien rapporte des menaces dans un camp de premier secours à Gießen. Il raconte que des sympathisants du groupe terroriste Etat islamique (EI) se trouvent parmi les réfugiés. « Ils crient des versets du Coran. Ce sont les mêmes mots que crie l’EI avant de décapiter les gens. Je ne peux pas rester ici. Je suis chrétien », dit-il. À Ellwangen, dans le Bade-Wurtemberg, une bagarre générale a opposé des chrétiens, des Jézides et des musulmans pendant le ramadan.

 

Le cas d’une famille chrétienne d’Irak hébergée dans le camp d’accueil de la ville bavaroise de Freising est particulièrement dramatique. Le père a révélé à une équipe de télévision du Bayerischer Rundfunk avoir été l’objet de menaces et de coups de la part d’un islamiste syrien. « Ils ont hurlé après ma femme et ont frappé mon enfant. Ils disent : nous allons te tuer et boire ton sang. » La famille vivait dans la chambre du foyer comme dans une prison – jusqu’au moment où elle ne l’a plus supporté et est retournée à Mossoul en Irak. Mais à Mossoul désormais islamique, les chrétiens ne peuvent plus vivre. La famille a été expulsée une troisième fois et a rejoint Erbil dans le nord de l’Irak avec ses deux petits enfants. « Ils vont très mal », dit leur avocat Christian Salek, de Munich. « J’aurais bien voulu leur venir en aide et j’ai écrit au ministère de l’Intérieur, mais il n’existait aucune possibilité de les faire revenir en Allemagne. » Quiconque a demandé une fois l’asile en Allemagne et quitte ensuite le pays, doit signer une déclaration selon laquelle il ne demandera pas asile une seconde fois.

 

Le nombre de cas non recensés est élevé

 

« Il aurait fallu protéger la famille », dit Simon Jacob du Conseil central des chrétiens d’Orient. Des histoires comme celle-là ne le surprennent plus. « Je connais beaucoup de comptes-rendus de réfugiés chrétiens en butte à des agressions. Mais ce n’est que le sommet de l’iceberg », dit Jacob. « Le nombre de cas non recensés est élevé. Il faut nous attendre à d’autres conflits que les réfugiés emportent de leur patrie vers l’Allemagne. Entre les chrétiens et les musulmans. Entre les chiites et les sunnites. Entre les Kurdes et les extrémistes. Entre les Jézides et les extrémistes. » Jacob plaide dans un premier temps pour un hébergement séparé des réfugiés selon la religion. Mais cela ne saurait constituer une solution à long terme.

 

Jacob demande la formulation d’un modèle allemand, où seront ancrées les valeurs fondamentales de la démocratie et d’une société pluraliste. Liberté de religion. Liberté d’opinion. Égalité entre hommes et femmes. « Il nous faut une déclaration claire, y compris comme aide à l’orientation des réfugiés, pour les aider également à se démarquer des extrémistes », dit Jacob.

 

« Bien sûr que les réfugiés emportent avec eux leurs propres expériences du conflit, par exemple entre sunnites et chiites ou entre chrétiens et musulmans », explique le chercheur renommé en matière de migration et historien Klaus J. Baade. Il demande des visions sociopolitiques et des concepts d’avant-garde pour l’intégration qui s’annonce. Lui aussi demande un modèle fort auquel peuvent – et doivent – s’identifier les Allemands, mais aussi les réfugiés. « C’est le prix à payer par chaque immigrant qui souhaite vivre en Allemagne. » Bade demande des aides à l’orientation liées au processus d’intégration et adaptées au pays d’origine respectif.

 

Les chrétiens et les Jézides sont le plus fréquemment en danger

 

« Souvent l’agression émane d’Afghans ou de Pakistanais, ils sont souvent encore plus islamistes que bon nombre de Syriens ou d’Irakiens », déclare Max Klingberg de la Société Internationale pour les Droits de l’Homme, actif dans le suivi des réfugiés depuis 15 ans. Il estime que la violence dans les centres d’hébergement pour demandeurs d’asile continuera à croître. « Nous devons nous libérer de l’illusion que tous ceux qui arrivent ici sont des activistes des droits de l’homme. Parmi les arrivants actuels, une part non négligeable est au moins au niveau des frères musulmans au plan de l’intensité de sa croyance religieuse. »

 

Plus les gens vivent étroitement ensemble, et plus tôt apparaissent des conflits politiques et religieux. « Des bénévoles rapportent des cas d’agressions entre sunnites et chiites allant jusqu’à des menaces de décapitation, mais les plus en danger sont les Jézides et les chrétiens », dit Klingberg. « Chez les convertis au christianisme qui ne cachent pas leur foi, la probabilité d’être victimes d’agressions ou de harcèlement approche les 100%. »

 

Le seul Land fédéral essayant actuellement d’héberger séparément les réfugiés en fonction de leur origine est la Thuringe. La décision a été prise par le ministre-président, Bodo Ramelow (La Gauche), après l’accès de violence le mois dernier dans un centre d’hébergement pour réfugiés à Suhl.

 

La mise en œuvre est difficile. « Nous veillons à un hébergement sensible en matière de conflits et essayons de répartir les personnes venant de pays différents sur des étages différents ou de propres hébergements », indique le Ministre de Thuringe pour la Justice et l’Immigration, Dieter Lauinger (Les Verts). « Dans la situation de crise actuelle, c’est uniquement possible de manière limitée, mais nous voulons l’étendre, dès que les arrivées auront de nouveau lieu en bon ordre. »

 

Mais Lauinger estime qu’une séparation selon les religions est un mauvais choix : les musulmans intégristes justement devraient apprendre à vivre avec d’autres religions. « Il s’agit d’un grand écart entre un hébergement séparé visant à éviter les conflits et l’exigence claire appelant à tolérer d’autres religions. »

 

Ali Reza Rahmani venu d’Iran porte lui aussi sa croix de baptême autour du cou, des bracelets multicolores au poignet. Parce qu’il ne se sentait plus en sécurité au foyer, le pasteur Martens lui a accordé l’asile à l’église. « Je ne peux plus cacher que je suis chrétien », déclare Rahmani, qu’on appelle dans sa paroisse par son nom de baptême Elia. « En tant que chrétien, je ne suis plus en sécurité au foyer pour demandeurs d’asile. »

 

L’hostilité envers Saïd et Elia n’est pas un cas isolé, selon Martens. « Il s’agit depuis longtemps d’un problème généralisé. » Dans l’église, les réfugiés se sentent en sécurité. Mais il ne saurait s’agir d’une situation permanente. Malgré cela, Martens vient d’acheter de nouveaux matelas pliant en solde.

Source : http://www.welt.de/politik/deutschland/article146919471/Islamisten-bedrohen-Christen-in-Fluechtlingsheimen.html

Traduction Jean Schoving

 

Print Friendly, PDF & Email

15 réponses à “Allemagne : le calvaire des réfugiés chrétiens menacés par les musulmans dans les centres d’accueil”

  1. Avatar Le Chatelain dit :

    On a pas fini d’être « E…..der » par cette secte de M…qu’est l’Islam
    On va devoir encore leur construire plus de mosquées, ils auront de plus en plus de revendications et je pense hélas, que ces conflits vont arriver très vite chez nous ! Les chrétiens ne seront absolument pas protégés nos politiques ayant déjà leurs préférences:Tous des lèche-babouches
    http://www.medias-presse.info/migrants-antichretiens-lallemagne-songe-a-separer-chretiens-et-musulmans-dans-les-centres-pour-refugies-pour-eviter-les-conflits/39626
    Je ne serais pas étonné que la loi sur le voile intégrale vole en éclat d’ici peu..

  2. Avatar Olivier dit :

    Je crois qu’ il y a donc là une preuve de déclaration de guerre sur le territoire de l’Allemagne
    J’espère que l’armée allemande va trouver les moyens d’éliminer un à un chacun de ces sa…ards/
    Cependant la seule solution viable sur le long terme est que ces pauvres égarés sans cœur comprennent un jour ce qu’est l’Amour…dont leur bouquin de haine les a éloigné si durablement.
    Comment dire : preuve par 9. Que fait l’Europe ? (on se le répète des milliers de fois depuis des années…c’est lassant, non ?)

  3. Avatar Christian dit :

    Je ne suis pas étonner, ça ne fait que continuer,cette religion pourrit qu’est l’islam se répand comme un cancer. Que croyez vous qui va nous arrivé.

  4. Avatar Olivier dit :

    Je me permets de vous inviter à regarder cette vidéo de Onfray
    https://www.youtube.com/watch?v=eY0nByYOuj0
    qui rappelle que nous sommes d’une civilisation chrétienne ….

  5. Avatar hathoriti dit :

    Bof ! Ce ne sont jamais que des chrétiens qui sont persécutés! Il faut protéger les musulmans, voyons! Ceusses qui pleurnichent, geignent, puis revendiquent et exigent ! Puis, ils sont tellement intelligents (les muzzz), ils ont tout inventé! Les chrétiens, on peut vraiment les abandonner, comme les malheureux du sud Soudan et du Darfour dont on ne parle jamais, et des animistes aussi, de la même région !

  6. hoplite hoplite dit :

    Les bienfaits de l’immigration se font déjà sentir en Allemagne!!!

    « L’immigration massive a parfois des conséquences inattendues. Pour la première fois depuis 1996, la population de l’Allemagne a évolué de manière plus favorable que la population française. Elle a en effet augmenté de 430 000 habitants entre le 31/12/2013 et le 31/12/2014 (de 80 767 500 habitants à 81 197 500), soit davantage que la population de la France métropolitaine (284 000 habitants supplémentaires) qui est passée de 63,920 millions d’habitants à 64,204 millions sur la même période.

    source: http://www.medias-presse.info/la-demographie-allemande-en-reveil-face-a-limmigration/39815

    Le bon côté c’est que si les Allemands s’y remettent… ils ne vont plus avoir besoin des 800 000 immigrés qu’ils voulaient.
    Le mauvais côté, c’est qu’ils vont nous les refiler.

  7. Olivia Blanche Olivia Blanche dit :

    Un reportage TV avant-hier soir, au JT de 20 h, montrait un pasteur allemand préparant des syriens à la conversion au christianisme ! Beaucoup de demandes. Mais toutes ne seront pas agréées, a dit le pasteur, car implicitement il s’avère que ces conversions ne sont pas toutes sincères… En effet, les « convertis » chrétiens obtiendraient plus facilement un droit d’asile et une intégration, que les autres.
    Certains musulmans sont donc prêts à risquer l’apostasie pour vivre en Allemagne…

  8. Avatar AlainBis dit :

    en entend on parler sur france info ? europe 1 ? allooo ???
    ha non rien, nada… que d’ale…
    vive les média français… « officiels »…

  9. Avatar Derick dit :

    On apprend qu’à Menton une migrante chrétienne s’est fait violer dans un groupe en attente près de la frontière. On a essayé d’étouffer l’affaire avec dissuasion de porter plainte. Ben voyons. Mais quand on voit tous ces migrants, jeunes hommes pour la plupart, en pleine forme, on peut comprendre qu’ils ont des besoins à assouvir.

  10. Avatar Christian dit :

    Bonjour Olivier, très très bien la vidéo de Michel Onfray. j’ais apprécié . merci

  11. Avatar xtemps dit :

    Ce témoignage parmi d’autres, démontre bien l’avenir que nous auront si rien est fait pour arrêter cette immigration musulmane en Europe, et qui se précise avec les quartiers de non droit dans nos propres pays déjà comme avenir, ce témoignage donne un aperçu de notre avenir et nous serons à notre tour aussi persécuté que les chrétiens d’Orient, si rien est fait.
    Nos enfants et petits enfants ne méritent pas çà, il faut que les gens puissent prendre conscience de çà absolument et c’est vital pour nous tous les européens.
    Des politiques qui exposent leurs propres peuples à des menaces de mort par une religion qui ne veut et ne peut pas vivre avec les autres, car ils ne sont pas musulmans, les politiques qui font ces choix sont des criminels.
    Il est temps que la peur change de camp et les premiers sont les politiques, puisqu’ils nous menacent avec l’Islam dans nos pays, la riposte doit être pareil, et là où çà fait mal ne manque pas.
    Ces gens là doivent comprendre le mal qu’ils font à leurs peuples, que s’attaquer contre son peuple au démos, qui n’est pas sans risque et doivent le savoir, c’est s’attaquer à la démocratie, la démocratie c’est d’être pour son peuple et pas pour les autres, qu’ils n’ont ou pas de démocratie.
    Curieux que les musulmans ne s’attaquent jamais contre nos dirigeants, mais toujours contre les peuples, des dirigeants qui ne se sentent pas en insécurité!, cela ressemble à un arrangement entre les musulmans et nos dirigeants, comme un complot contre nous.
    Je veux bien croire que nos politiques soient stupides, mais pas à ce point là, ces gens là n’ont pas un comportement normal pour des politiques qui devraient protéger leurs peuples dans tous les domaines et surtout de la vie de nos peuples.
    Ne pas vouloir voir et de refuser obstinément que l’Islam est un danger en permanence pour les non musulmans dans le monde, qui ne manque pas d’exemple de massacre en masse par les musulmans et même entre eux, devraient déjà les avertir plus d’une fois et depuis longtemps et de prendre des réserves comme précaution avec l’Islam.
    Ces simples faits n’est déjà pas normal pour des dirigeants.
    Nous reconnaissons l’arbre à ses fruits.
    La liberté pas l’Islam.

    .

  12. Avatar xtemps dit :

    Que ces témoignages communique avec nous, nous avons besoin d’eux comme argument.

  13. Avatar Bruno dit :

    Et oui, on passe sous silence pour ne pas « stigmatiser » qui vous savez !
    Il faudrait bien évidemment qu’il y ait une information d’égal à égal, mais nos médias sont trop trouillards pour le faire par peur d’être accuser d’entretenir l’Islamophobie. Mot utilisé à tout va par les antiracistes, alors qu’avoir peur d’une entité ne veut pas dire que nous avons peur d’un peuple ou d’un autre, mais simplement que nous avons peur d’une doctrine malfaisante !

    L’Église ne prend pas position sur de telles choses et c’est bien dommage, pourtant, si elle était forte elle prendrait des mesures pour aider ces fidèles d’où ils viennent et devrait montrer au créneau pour dénoncer de telles agissements envers des chrétiens.

Lire Aussi