Immigration : en France on a un problème avec la reconnaissance du travail manuel

Ce qui pose problème, c’est bien le  métissage de masse.

Des « Léopold Senghor », je n’en vois pas beaucoup, désolé, dans les centaines de milliers d’Africains et Moyen-Orientaux qui débarquent pour l’immense majorité au titre du regroupement familial chaque année et se concentrent maintenant en quartiers ethniques où il est difficile de se démarquer des autres pour réussir et parvenir à une nécessaire acculturation quand on y vante le modèle multiculturel sans y apprendre la culture du pays d’accueil.

Cela ne veut pas dire que ces populations ne servent à rien. Faites-en l’expérience en poussant la porte d’une cuisine de n’importe quel restaurant parisien ou même de province parfois, en allant dans les entrepôts, les usines etc !
Cela veut dire qu’en France, on a un problème avec la reconnaissance du Travail en général, surtout manuel. On aurait adapté notre Formation au marché du travail et réformé l’assurance chômage comme au Canada en rendant plus facile et contraignant le retour à l’emploi, on n’aurait pas cette immigration de remplacement qui « prend le boulot des Français peu qualifiés » de facto.

En plus cette immigration n’a jamais été vraiment choisie. On aurait fait venir des personnes qualifiées, sélectionnées, et finalement respectées et en nombre raisonnable, on n’aurait pas « la misère du monde » chez nous qui essaie de survivre parfois de manière pathétique.
J’ai été, moi-même, 7 ans travailleur immigré au Canada, et j’ai travaillé essentiellement avec des immigrés dont beaucoup de Noirs souvent anglophones, au niveau de superviseur. En France depuis 7 ans, je suis commerçant depuis plus de 3 ans dans un quartier populaire d’une ville bien pensante et au moins la moitié de ma clientèle est subsaharienne d’origine. Cela se passe plutôt bien, mais parfois je me demande « Où suis-je ?», je n’ai pas l’impression d’être raciste pour autant. Je suis le « babtou » du quartier, les Blancs résiduels sont assistés sociaux, alcooliques, ou vieux. Les Africains les remplacent, je vois leurs enfants dans leur poussette ou sur le dos des mamans au boubou coloré…

Ah pardon, j’ai quelques bobos qui viennent se convaincre qu’ils ne sont pas racistes et je m’amuse à tenir la conversation un peu plus longtemps avec mes clients pour les faire stresser, après ça ils rentrent vite dans leur banlieue 100% blanche et continuent à voter socialiste !!

Franck Fauchon

 87 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Je comprends ce commerçant qui se demande où il est. Agent d’accueil à la CAF pour 5 mois et demi. Je me demande où je suis quand je viens bosser chaque matin. Je vois une file d’attente toute noire ou très foncé, du blanc très peu, pourtant je ne suis pas en Afrique, je suis bien en France.
    Je supporte toute la journée des étrangers qui ne comprennent pas le français, qui ne savent pas lire, qui ne savent pas écrire. Qui demande la monnaie mais qui ne comprennent pas que les droits sont aussi accompagnés de devoirs, c’est pas sans contrepartie. Je me fais agresser, je me vais engueuler par des africains, des turques, des romains, des je ne sais pas quoi. On est là pour les aider dans leur démarche, on est là pour allonger la monnaie et le retour c’est des comportements que je ne qualifie pas parce que je crois que dans tu es accueilli dans un pays qui t’apporte des aides sociales, qui te donne droit à des paiements sans autre formalité que de faire des gosses et de déclarer des situations familiales et professionnelles en toute transparence, tu dois respecter le pays, les gens qui travaillent dans ces organismes et surtout pas de les agresser et de les engueuler.
    Je suis française, à leur service, pour un modique salaire de 1200 euros, en précarité dans l’emploi et eux ils sont étrangers, ils ne me rendent aucun service, ils ne travaillent pas pour bénéficier d’un maximum d’aides avec une smala de gosses, dans la précarité aussi, mais parce qu’ils le veulent bien très souvent. Si ils sont ici, c’est pas toujours parce que leur pays est en conflit, mais parce que la France paye bien à ne rien faire et plus ils ont d’enfants plus les prestations tombent chaque mois. Je vois des paiement jusqu’à 2000 euros par mois pour 5 gosses, avec le RSA. Un petit boulot au noir et ils roulent en Mercedes, alors que moi je prends le train, j’ai plus de voiture, je me lève à 6 h 15 pour prendre le train à 7 h 30, j’ai un seul enfant donc pas de CAF tous les mois pour 2000 euros.
    Je suis là à les entendre se plaindre toute la journée, ils n’ont pas été payé, ils vont faire comment pour nourrir les enfants, pour acheter les fournitures scolaires, pour payer le loyer, pour payer les factures, la banque les appelle pour découvert, surendettement, les huissiers aux portes des logements. Ils m’engueulent parce qu’ils veulent voir des techniciennes immédiatement qui ne reçoivent que sur RDV et pas pour toutes les demandes des assistés. Ils ne répondent pas au courrier de la CAF demandant des documents officiels justifiant le versement des allocations familiales, comme le titre de séjour valide , l’acte de naissance de l’épouse ou de l’époux vivant à l’étranger ou pas, certificat médical Ofii pour le regroupement familial des enfants, contrôle de situation, situation familiale non déclarée, mariage, reprise de vie commune, enfants partis du foyer, salaire non déclaré, allocation chômage non déclarée dans le RSA, des APL, loyers impayés, plan apurement avec bailleur non signé ou non respecté, dettes au trésor public, femme déclarée seule qui est enceinte du troisième enfant, Pour toutes ces raisons et d’autres encore, les prestations sont donc suspendues en attendant qu’ils bougent, parce qu’ils ne bougent pas tant qu’ils sont payés, ils ne réagissent que quand il n’y a plus d’argent sur le compte. Et là, c’est urgent, ils n’ont pas reçu le courrier, ils ne savaient pas qu’il fallait répondre (généralement quand tu perçois de l’argent et que l’on te demande de justifier certains éléments pour continuer à être payé, quand tu n’es pas trop con, tu réponds, tu fais pas le mort), ils n’ont pas compris la demande, ils ne sont pas venus demander des explications non plus, ils étaient en vacances au Pays, alors qu’ils sont bénéficiaires du RSA, un billet d’avion c’est pas donné pour une famille, comment ils peuvent prendre l’avion avec le RSA ?, ils étaient à l’hôpital, ils étaient malades, ils se trouvent toutes les excuses possibles et ils nous prennent pour des connes. Après, ils veulent que leur dossier soit traité en quelques jours, les délais de la CAF c’est trois semaines, mais ça peut être bien supérieur, restriction de personnel, surcharge de dossier, personnel ne finit pas les dossiers, ils sont dans les bureaux, pas de contact avec ce public difficile, ils n’ont pas la pression des agents d’accueil qui collectent les documents qu’on rassemble dans une corbeille, relevée tous les soirs par un responsable et traiter ensuite par les services jamais en contact avec le public. Quand les dossiers ne sont pas traités, ils nous montrent du doigt comme des sauvages, en nous disant mais c’est à vous que j’ai donné le document, donc c’est notre responsabilité si ils attendent encore le paiement.
    Bon moi, j’aime pas qu’un africain ou une africaine, un ou une turque, un ou une romaine, une nationalité étrangère m’engueule, j’aurai plus tendance à l’accepter d’un ou d’une française malgré que j’estime que quant tu demandes de l’aide aux autres tu le fais avec diplomatie et pas par la force, le respect est primordial quand tu as quelque chose de l’autre et dans ma position, je ne suis pas respectée par toute cette masse de pauvre méchant. Ils sont pas gentils les pauvres, avec les riches peut-être, ils lèchent les pompes pour avoir des miettes mais avec ceux qui leur sont vraiment utiles parce qu’ils ne savent pas faire grand chose, ils sont mauvais et je ne risque pas de pardonner et d’oublier.

  2. L’un des pièges fait par les escrocs aux pouvoirs, et tout a été fait derrière le dos des peuples européens, si cela avait été une réussite pour la France, les autres pays européens sont tombés dans le même piège financier, les petits arrangements qui rempli les poches des multinationales sur le dos des peuples.
    La réforme de la banque de France de 1973 a interdit que celle-ci prête à l’état à taux zéro.
    L’état est allé donc emprunté avec intérêt sur les marchés privés.
    Si nous en étions resté au système précédant, qui permettait, répétons le, à la banque de France de prêter à l’état à taux zéro, notre dette serait de 16 ou 17 % du PIB, soit bénigne.
    Ps : à voir sur dalymolition : Quand Michel Rocard dévoile le pot aux rose sur Europe 1.
    Voir la loi Pompidou-Rothschild du 3 janvier 1973, la loi n 73-7 ( appelée loi Pompidou Giscard, Pompidou fut directeur général de la banque de Rothschild) est une loi votée en France sous l’impulsion de Valérie Giscard d’Estaing, alors ministre de l’économie et des finances, sous la présidence de George Pompidou.
    Voilà une des raison pourquoi nous sommes si salement arrangé, vous ajoutez le reste des conneries avec l’union européenne et l’immigration, nous somme parti pour la grande ruine de l’Europe les amis.
    Tous les problèmes que nous avons en Europe vient des mêmes escrocs rapaces.
    Idem pour le reste du monde et toujours par les mêmes rapaces, c’est toute une organisation qui s’attaque aux peuples du monde, provoque des guerres, des virus et pillent les bien les peuples du monde.
    Aujourd’hui les nouveaux maîtres du monde sont les Golmans Sachs.

  3. Pauvre petit patron qui ne trouve pas de main d’oeuvre française sans diplôme . heureusement qu’il y a des émigrés corvéable et manipulable à souhait que l’on peut jeter comme des kleenex, que l’on peut faire travaillé pour pas grand chose. Les patrons commence sérieusement à nous faire chier, à force de tirer les salaires vers le bas et de nous prendre pour de la merde.Toujours à se plaindre parce que leurs train de vie n’est toujours pas suffisant. Et nous les pauvres ouvriers qui avons du mal à joindre les deux bouts alors que l’ont contribue par notre travail à remplir les poches de ses patrons qui n’en ont jamais assez.J’en ai fait pas mal des patrons et aucuns n’en avez jamais assez de pognions. Pourtant leurs trains de vie était très supérieur à l’ouvrier, très grande maison en pierre, grande piscine, grosse voitures souvent la dernière sortie, croisière, vacance aux sport d’hiver , restaurant les plus cher et j’en passe et des meilleures. Et nous ,les ouvriers ont nous a rogné les heures supplémentaire en nous disant que c’était pour l’entreprise et qu’on devait s’estimé heureux d’avoir du travail. Entendre se plaindre les patrons des charges,je connais. Se plaindre la bouche pleine je connais très très bien. alors merde. Et quant il ne délocalise pas pour gagné encore d’avantage en laissant sur le carreau des centaines d’ouvriers.

  4. Je m’explique sur « facile et contraignant ».
    Facilité, ça veut dire plus de flexibilité dans l’embauche comme dans le licenciement. Pour les périodes de chômage, l’Etat devrait proposer des formations en partenariat avec les entreprises qui cherchent à former in situ et embaucher, aider à la mobilité géographique aussi.
    Contraignant veut dire que l’assurance chômage est encore trop généreuse, il faut trouver un intérêt financier à retravailler et non pas à rester au chômage.

    Récemment Hollande a annoncé qu’il souhaitait 60 % d’une classe d’âge à l’Université !! Pour faire quoi ? Les postes moyennement ou faiblement qualifiés sont ceux qui connaissent le plus de pénurie de main-d’oeuvre exemple auxiliaire de vie, employé de commerce, hôtellerie, restauration, etc.. Des Français sur-qualifiés ou avec des formations improbables peu attirés par ces métiers ?
    Une raison de plus pour faire appel à la main-d’oeuvre immigrée !!

    Quant au manque de travail, il résulte du manque d’investissement des entreprises trop taxées ou voulant faire trop plaisir aux actionnaires. Les impôts et taxes, l’excès de réglementation, la gabegie des fonds publics (assistanat, corruption généralisée, dépenses en tout genre) diminue notre compétitivité car elle prive les entreprises d’une trésorerie qu’elle ne retrouve déjà plus avec l’aide des banques.
    Nos produits sont trop « milieu de gamme » et ont du mal, certains, à l’exportation. On ne sait pas vendre, les écoles de commerce servent à tout en France sauf à ça. Prenez l’exemple des Etats-Unis ou de l’Allemagne, ils ont des commerciaux chevronnés et bien formés pour vendre des produits parfois de qualité inférieure. On compte trop sur le marché intérieur grossi artificiellement par… Notre dette !!

    • Merci pour cette excellente explication à laquelle j’adhère presque totalement.

      Presque à cause de la flexibilité en fait, car c’est le genre d’arguments que servent les gros groupes pour forcer leurs employés à déménager même si ces derniers n’en ont aucune envie.
      Et j’ai du mal avec ça !

      Mais votre analyse très pertinente, merci encore.

  5. Entendu un restaurateur parisien qui employait des clandestins dire que le salaire qu’il pouvait donner ne permet pas de vivre décemment à Paris… »Alors comment font les clandestins, lui demanda le journaliste ? Eh bien, répondit le commerçant, ces gens vivent à plusieurs dans de petits logements et dépensent peu pour se nourrir…Mais une fois’ régularisés, ils ne veulent plus travailler et vivre dans ces conditions…Quand va-t-on, enfin baisser les charges sociales pour que les employés aient un salaire qui leur permette de se loger correctement, de se nourrir, de vivre quoi !!!

  6. C’est li main d’oeuvre pas chère qui va remplacer les ouvriers Français,ah elle est belle la France. Je reconnais bien là la cgt, tous des faux cul.

  7. Je n’ai pas vraiment compris le rapport avec le travail manuel.
    Il est clair que le travail en France n’est pas assez reconnu de façon générale et que d’autres logiques polluent le domaine de l’octroi des mérites (logiques de castes dites de « réseaux », mot à la mode et pourtant terriblement moche dans cette acception ; logiques successorales qui ne sont que des survivances des logiques dynastiques d’un autre temps ; l’impôt pourrait jouer un rôle régulateur à ce titre, mais on préfère frapper aveuglément les revenus pour exonérer largement les successions… l’égalité des chances est un vain mot).
    Quant au travail intellectuel, il n’est pas vraiment reconnu non plus souvent, sauf rares exceptions. Vous pouvez être très diplômé et travailler beaucoup en gagnant un peu plus que le SMIC… c’est très fréquent. C’est la passion du travail que vous faites alors qui aide à tenir…

  8. Pardon mais j’ai l’impression qu’il y a une faute de frappe.
    Dans cette phrase,

    « … comme au Canada en rendant plus facile et contraignant le retour à l’emploi…  »

    Facile et contraignant ?
    Cela me paraît bizarre comme tournure puisque les deux s’opposent.

    Sur le reste, 100% d’accord.

    Avant, j’ai l’impression d’être un vieux con en disant ça alors que je n’ai que 42 ans, on pouvait devenir couvreur ou maçon en apprenant sur le tas.

    C’est toujours possible, mais il y a tant de candidats qu’il faut d’abord trouver un patron qui embauche, et l’économie étant ce qu’elle est, ben les petits patrons hésitent à embaucher, et c’est compréhensible, un employé payé 1500€ net vous coûtera le double, faut du rendement pour prendre ce risque, il faut des contrats, un carnet de commandes bien rempli, sans tout ça, on garde sa boîte comme elle est mais on ne pense pas à l’agrandir.

    Les donneurs de leçons sont bien gentils, mais ils ont des oeillères, pour mettre au travail tous ces immigrés…
    … Ben il faudrait… DU TRAVAIL !

    Et ça, ça devient rare !

    A Strasbourg port du Rhin il y a eu durant des décennies une entreprise qui fabriquait des panneaux fibres, le frère de ma mère y a fait toute sa carrière.
    Il a eu de la chance, sa retraite est arrivée en 96…
    … En 98 l’usine à été delocalisée, 800 ouvriers envoyés au chômage !

    Pourquoi ? Parce ce que les charges sont écrasantes ici, je crois que les machines sont en Hongrie actuellement, dans un pays où les salaires sont infiniment plus bas en tout cas.

    Le problème ne pourra se résoudre qu’avec un gouvernement qui empêcherait les patrons faisant des bénéfices -et l’entreprise dont j’ai parlé en faisait- de delocaliser pour en faire encore plus.

    C’est pas pour demain donc !

Les commentaires sont fermés.