Peyrelevade : comment ils trompent les maires ruraux avec les CADA (Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile)


Peyrelevade : comment ils trompent les maires ruraux avec les CADA (Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile)

Peyrelevade (19) : club de foot cherche demandeurs d’asile.

http://www.sofoot.com/club-de-foot-cherche-demandeurs-d-asile-207199.html

Quand j’ai vu ça sur FdeSouche (paru le 28/08), puis lu l’intégralité de l’article source (publié par SoFoot), et glané quelques infos supplémentaires sur « l’affaire », j’ai d’abord eu la tentation d’écrire un petit article plein de hargne, de m’insurger contre ces maires ruraux qui installent un CADA (Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile) dans leur commune, de les accuser de participer activement au Grand Remplacement et de trahison.

Mais, très vite, j’ai compris que ce serait  totalement vain, puisque ma hargne ne réussirait pas à renvoyer dans leur pays natal les occupants des CADA fraîchement installés dans nos campagnes, et probablement injuste pour la majorité de ces élus.  Injuste, parce s’il reste en France des gens capables d’abnégation et soucieux du bien commun, des gens donc qui pratiquent encore la politique au sens noble du terme, c’est bien parmi les élus de nos innombrables petites communes.

 

Il en faut du courage de nos jours pour siéger au conseil municipal d’un village de moins de 1 000 habitants ou même d’un bourg de moins de 3 000 habitants : garder les jeunes, attirer des familles, prendre soins des anciens, garder commerces et services publics, etc. et tout cela quand l’État ne cesse de diminuer les dotations tout en multipliant les charges qui pèsent sur les budgets communaux !

 

Par conséquent, plutôt que de fustiger les maires qui ont déjà installé un CADA dans leur village, je m’adresserai à ceux et celles, élus et habitants de nos petites communes provinciales, qui seraient tentés de suivre leur exemple. Je souhaite les mettre en garde contre l’escroquerie intellectuelle et financière que représente un CADA, contre le chantage masqué auquel se livre le gouvernement auprès d’eux. C’est à cette seule fin de mise en garde que j’utilise l’exemple de Peyrevelade (Corrèze).

On apprend qu’en avril 2015, PEYRELEVADE, « petit village de 800 habitants » s’est enrichi de 61 âmes, 61 demandeurs d’asiles « venant de tous les horizons (Nigéria, Congo, Angola, Russie, Ukraine, Syrie, Kosovo) », et que ces nouveaux venus ont permis :

1 – de sauver une classe (nouveaux enfants scolarisés),

2 – de créer 4 postes de travailleurs sociaux,

3 – de créer une 2ème équipe de football en intégrant 6 joueurs provenant du CADA à un club qui comptait jusque là environ 30 licenciés,

4 – de « dynamiser la vie associative » et de « booster » les commerces !

 

Ben dites donc, ils en ont de la chance à Peyrevelade ! Tout ça grâce à l’ouverture d’un CADA !

Et en plus, on ne leur a rien imposé aux Peyreveladois,  le Maire (Pierre Coutaud) est un démocrate, dès le 9/8/2013 il a organisé une réunion publique pour la population avec Forum Réfugiés, qui gère désormais le CADA ; on aura sans doute a exposé tous les bienfaits du vivre-ensemble, et on a convaincu (tout le monde ?).

 

Voyons maintenant l’envers du décor.

Peyrelade est une commune rurale de Corrèze de 809 habitants (recensement 2012), chacun étant endetté en 2013 de 1 417 € (moyenne nationale 605 €).

– En août 2013, la Mairie présente son projet de réhabilitation d’une ancienne maison de retraite. Le projet comprend une « partie communale » (mini médiathèque, salle de réunion, pépinière d’entreprises, ateliers municipaux, etc. et 4 logements locatifs) et une « partie CADA »). Budget total de l’opération : 630 000 €

– Juin 2014, le budget est « revu à la hausse », l’opération étant désormais chiffrée à 1 397 000 €.

Juillet 2014, l’opération est « validée » pour un coût total de 1 569 945 €.

Octobre 2014, le conseil municipal approuve le nouveau plan de financement : la partie CADA (36 logements) est chiffrée à 872 865 € (soit + de 1 000 €/habitant), couvert par des subventions de l’État, de la Région Limousin, de l’UE (FEADER) à hauteur de 501 200 €, le reste, soit 371 665 € par « autofinancement et/ou emprunt » (ce qui correspond à un endettement de 460 €/habitant).

– Décembre 2014, le conseil annonce que le Maire est autorisé à signer la convention d’Aide Personnalisée au Logement conclue entre l’État, la commune et Forum Réfugiés (le gestionnaire du CADA).

Ces chiffres proviennent des comptes-rendus des séances du conseil municipal, mis en ligne par la Mairie de Peyrelevade.

Là, il y a plusieurs réactions possibles :

1 – à la manière de François Hollande, « ça ne coûte rien, c’est l’État qui paie ».

2 – à la manière du contribuable lambda, râleur peut-être mais gérant ses propres finances en « bon père de famille » : la collectivité investit 872 865 € pour 61 nouveaux venus (soit plus de 14 000 €/demandeur d’asile), toutes les dépenses de ces derniers dans le village (le « boostage » des commerces) seront effectuées avec les aides sociales (ATA, allocations familiales) et leurs loyers seront financés par l’APL ; dans ces conditions, quel sera le bénéfice RÉEL pour les habitants-contribuables ? les nouveaux venus n’ont jamais rien produit pour la France, et ne produiront rien à Peyrelevade : peut-on vraiment parler de dynamique ?

3 – Est-il normal qu’une commune de 800 habitants doive investir près d’un million d’euros dans l’hébergement de 61 étrangers (dont quelques enfants)  pour que l’État lui permette de garder une classe ? Est-ce qu’on va  essayer de mettre dans le crâne des petits Limousins et de leurs parents que c’est uniquement grâce aux petits étrangers qu’il y a toujours une école au village ?

4 – Est-ce que si l’État ne dépensait pas autant pour les « migrants », il ne serait pas possible de financer le maintien de davantage de services publics dans les zones rurales, de diminuer les impôts (qui alimentent les subventions), les charges des entreprises, … et donc ainsi de permettre aux ruraux de France d’exercer le dynamisme dont ils sont naturellement pourvus plutôt que de les saigner à blanc pour « accueillir » le prétendu sang neuf d’une population exotique ?

 

L’escroquerie et le chantage du gouvernement avec ses « appels à projet pour CADA », vous les voyez maintenant ?

Et la 2ème équipe de foot de l’Entente sportive du Plateau (de Millevaches) créée grâce au CADA, ça compte comme avantage ? NON.

Les déclarations du Président du club témoignent des ravages du politiquement correct et de l’ethno-masochisme qui se manifeste désormais dans tous les domaines de la vie sociale, y compris le football amateur :

1 – Nous avons des garçons qualifiés d’emblée de « très bons joueurs », peut-être parce qu’ils « ne jouent pas le même football que nous » (a priori, ce ne serait donc pas les Russes du CADA qui ont intégré l’équipe), leur football à eux serait « davantage dans le spectaculaire », « joli », « mais pas toujours efficace », ce qui n’empêche pas d’affirmer que ces joueurs-la vont « tirer le groupe vers le haut ».

2 – Ces joueurs sont « les plus motivés de l’effectif, les plus fervents » : ça fait à peine 6 mois qu’ils sont là et ils n’ont pas sans doute pas grand chose d’autre à faire de leurs journées, mais en France et en 2015 il est de bon ton de saisir le moindre prétexte pour rabaisser les gens du cru.

On apprend aussi au passage que ces nouvelles stars (dont l’arrivée a pourtant « boosté » le commerce local selon monsieur le Maire) « ne pouvaient même pas se payer des chaussures », on a fait appel à nos partenaires comme les banques du coin, et on a pioché dans les subventions de la mairie pour leur acheter du matériel. Les licences, quant à elles, ont été prises en charge par le centre d’accueil.« 

 

Qui peut dire ce que sera, dans une ou deux saisons, l’ambiance de ce club quand les bénévoles du cru qui jouaient pour le plaisir, achètent leur matériel, paient leur licence et leurs déplacements commenceront à rechigner à financer le « sang neuf » ? Ou bien quand le « sang neuf » s’échauffera un peu trop à chaque rencontre, comme c’est déjà le cas dans certaines ligues amateurs ? Le football amateur est toujours l’un des sports les plus populaires, mais chaque club est aussi une communauté où toutes les classes sociales et toutes les générations se côtoient. Est-ce que le mirage du sport-spectacle vaut la peine qu’on prenne le risque de sacrifier ce lien sur l’autel de la préférence étrangère ?

 

40 ans d’immigration essentiellement afro-musulmane -ni incontrôlable, ni incontrôlée, mais au contraire sciemment orchestrée- ont abouti à des centaines de zones de non-droit dans et autour de tous les centres urbains, y compris les villes moyennes. Une zone de non-droit, c’est un quartier islamisé et multi-ethnique où les Français de souche et plus généralement les Blancs non-musulmans ne sont pas les bienvenus.

Aujourd’hui, le gouvernement VALLS a décidé d’imposer les nouveaux migrants sur TOUT le territoire de France métropolitaine, en ciblant particulièrement les zones rurales.

J’appelle les maires de ces communes et leurs administrés à entrer en RÉSISTANCE, à refuser l’installation de CADA (quelles que soient les « contreparties » qu’on leur fera miroiter), à refuser les zones de non-droit en campagne, le métissage forcé, le multiculturalisme, le halal dans les cantines, le burkini dans les piscines, l’africanisation des clubs de foot, les petites mosquées dans les prairies, … . Comme Renaud Camus, dites simplement NON, non au changement de peuple et de civilisation.

Béatrice Bontemps, responsable Résistance républicaine Ille et Vilaine

PS. Prière d’imprimer et envoyer cet article au Maire de votre commune, noté  « courrier important », avec un petit mot de votre part pour l’accompagner. C’est extrêmement important.

Christine Tasin 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Beatrice Bontemps

Rebelle et païenne, responsable Résistance républicaine de l'Ille et Vilaine


22 thoughts on “Peyrelevade : comment ils trompent les maires ruraux avec les CADA (Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile)

  1. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Pauvre Corrèze de mes deux grands-mères qui avait pourtant si vaillamment résisté à la première invasion des bandes musulmanes, celle du huitième siècle …

    Te voilà trahie, en 2015, par les dirigeants de la France, ceux qui auraient dû, pourtant, au premier chef, te défendre de cette abominable colonialisme: le colonialisme musulman, celui qui arase tout sur son passage, qui stérilise tout …

  2. AvatarRudolph

    Article extrêmement important, et fort bien monté. Bravo Madame BONTEMPS;
    Ce précieux document est en effet à diffuser largement auprès du public et des communes;
    On pouvait effectivement se demander par quel miracle de petits villages, abandonnés depuis longtemps par leurs habitants( sans doute partis pour la ruée vers l’or ), retrouveraient une vitalité simplement du fait de l’arrivée d’une population, en cours d’intégration, c’est-à-dire sans apport de ressources immédiates; sans préjuger d’une évolution potentielle, on est en droit de se demander pourquoi ce qui a contraint les anciens villageois à s’exiler, permettrait aujourd’hui des lendemains radieux sur le même territoire ?

    A part taper dans la babale ( le ballon rond, symbole de la …globalisation) et recevoir des aides d’un peu partout ,bien entendu prélevées sur d’autres postes vitaux, on sera curieux de voir quels retombées économiques, culturelles ou touristiques , une équipe bigarrée de m-i-grands pourrait rapporter à la commune.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Oui l’article est extrêmement important et il faut le faire circuler, comme vous le faites remarquer et il faut conserver cet argument à l’esprit, comment ce qui a fait partir les anciens villageois, à savoir essentiellement l’absence d’emploi pourrait-il arriver pour les immigrés ?

      1. AvatarOlivier Peyronie

        Vous ne comprenez pas le monde dans sa globalité. Le plus important c’est de sauver notre planète. Nous sommes tous issus de mélanges.Et vous avez déjà du sang et des ancêtres venant de l’islam, ne vous en déplaise.!
        Le danger qui vous menace est bien plus grands. c’est la montée des eaux due au réchauffement climatique et les désherbants.
        La montée des eaux va faire fuir des centaines de ,millions de réfugiés CLIMATIQUES: Imaginez les guerres à venir…
        Les nouveaux désherbants (et en particulier Monsanto) vont entrainer des maladies chez l’homme, la disparition des abeilles et autres insectes pollinisateurs. Tout ceci est sans commune mesure avec ce qui vous effraie.
        Utilisez votre énergie (vous en avez) à aider ces réfugiés pour atténuer l’impact que vous craignez. Vous ne pourrez rien n’y changer. La France sera bientôt habitée par plus de français de souche non française que de français de souche.
        Répandez la culture française et amenez les immigrés que vous rencontrez à la découvrir. Bonne chance.
        Olivier

        1. Christine TasinChristine Tasin

          Olivier, sur quelle planète vivez-vous pour ne pas voir que le pire c’est de vivre sous l’islam et non de voir la planète submergée ? Je préfère quant à moi que notre monde disparaisse sous un déluge ou une catastrophe nucléaire plutôt que d’exposer nos descendants au pire des cataclysmes, vivre sous régime islamique. La montée des eaux ? Partout dans l’histoire de l’humanité on y a fait face, en construisant des cités lacustres, des polders, en migrant à l’intérieur des terres… Les « réfugiés » ont à se prendre en main pour inventer et trouver des solutions, ils n’ont pas à compter sur la générosité masochiste des autres. Il est toujours possible de dire non et de s’opposer à une invasion les Romains, entre autres, ont longtemps su et réussi à faire. Mais il ne faut pas que l’Etat attaqué soit constitué de péteux qui préfèrent l’étranger à leurs propres enfants. La haine de soi… réfléchissez et lisez sur ce sujet au lieu d’enculer des mouches à propos de la planète. Par ailleurs je suis d’accord avec vous sur les effets délétères de Monsanto et il faut s’y opposer, là où vous êtes à la ramasse c’est de lier la lutte contre Monsanto à l’accueil des réfugiés…

  3. AvatarChristian Charpentier

    Oui, carrément bon, cet article.
    Dans un autre domaine, on voit des maires de petites communes recruter des médecins roumains pour assurer les soins aux populations rurales complètement abandonnées par les pouvoirs publics, en Basse Normandie par exemple,
    A croire que nos facultés de médecine ne sont plus capables de former les médecins dont les français ruraux ont besoin!

    1. Christine TasinChristine Tasin

      En effet, nous payons le prix du numerus clausus installé dans nos facultés de médecine il y a des lustres, qui ont empêché nos enfants qui auraient fait de merveilleux médecins de faire le métier de leurs rêves, afin de permettre à présent aux médecins étrangers d’être omniprésents et même majoritaires dans les hôpitaux publics, partout, et les cabinets de petites villes

    2. Avatarjan

      Ça ira croissants , c’est l’Europe qui veut ça.
      C’est à cause des travailleurs détachées européens. Prendre un travailleurs étrangers européens , ici des médecins, coutera moins cher à l’entreprise en charge sociale. Car l’ Entreprise ne paiera que les charge sociale en vigueur dans le pays de l’étranger, donc moins élevé qu’en France…

  4. AvatarFaivre G

    J’habite une petite ville thermale dans les Vosges, malheureusement en déclin, désertée par les jeunes qui ne trouvent plus de travail ici… Il y a beaucoup de logements HUM vides et je viens d’apprendre que sur ordre impératif du préfet des réfugiés ont été installés dans des logements refaits à neuf avec électo-ménager neuf… Ils n’ont pas le droit de travailler, reçoivent de la nourriture, un peu d’argent (X euros par jour) et bien sûr touchent allocations logement et allocations familiales… Les comptes de la commune sont pourtant déjà au rouge…

    1. Christine TasinChristine Tasin

      L’horreur qui se multiplie partout… Merci pour votre témoignage, bon courage à vous. La seule solution est de se regrouper dans le village pour ne pas être seul à dire non, partout en Europe des actions citoyennes de refus des migrants ont lieu, on n’en parle pas trop dans les medias, histoire de ne pas donner de mauvaises idées aux Français. Mais ils cherchent à ce que cela finisse comme cela !

  5. Avatargb

    Quelques nouvelles de Pouilly en Auxois, ou tout se passe bien depuis l’arrivée des nouveaux habitants de l’ancienne gendarmerie. Lundi matin 31 aout 2015, un serrurier est intervenu !….

      1. Avatargb

        Dans les locaux ADOMA ( l’ancienne gendarmerie ). Pas plus de détails sur les raisons de cette intervention, pour le moment.

  6. AvatarAnonyme

    En lisant votre article, j’ai honte d’être française.

    Je suis Peyrelevadoise et très fière de l’accueil des réfugiés au sein de notre village.

    Peut-être que si notre pays était en guerre, vous seriez heureux de pouvoir faire vivre vos enfants en sécurité… A moins que vous préfériez voir vos enfants mourir.

    Réfléchissez donc avant d’écrire…

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Renseignez-vous avant d’écrire : 90 % des pseudo réfugiés sont des hommes jeunes, seuls, qui ont laissé leurs parents, femmes et enfants se faire tuer. Leurs enfants ne sontpas en sécurité et ils n’ont pas besoin de les mettre en sécurité car ils n’en ont pas.Les seuls vrais réfugiés avec famille qu’il faut aider sont les chrétiens. Par ailleurs Peyrelevadoise mais pas téméraire vous n’avez même pas le courage de mettrevotre nom, postant votre lettre anonyme…Tout mon mépris pour vous qui faites de notre pays un enfer qui obligera nos propres enfants à devenir à leur tour des migrants ou des esclaves de musulmans. Je ne vous salue pas, allez au diable.

      1. AvatarAntifacho

        Renseignez vous avant de reprendre des ineptie lancez par lepen ! 90% des réfugiés ne sont pas de hommes, sur les images on voit plus d’hommes effectivement, mais si vous croyez vraiment tout ce que vous voyez à la télé c’est que vous êtes bien naïve (pour ne pas dire super c…). Fière d’habiter dans le limousin ou au moins on est humain !

        1. Christine TasinChristine Tasin

          Pauvre cloche !renseignez-vous avant de parler ce sont les chiffres de l’ONU jusqu’à preuve du contraire Marine Le Pen ne fait pas les statistiques publiées par l’ONU

  7. AvatarMonique

    Super votre article et édifiant. Il y a une chose qui m’interpelle au sujet des footballeurs qui n’ont pas les moyens de s’acheter les chaussures et licence, je crois plutôt qu’ils ne veulent pas les acheter, sachant très bien que le club le fera pour eux !

  8. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Que ces cloches limousines apprennent le passé de leur région et les horreurs commises en Limousin par les Musulmans au huitième siècle.

    La propagande médiatique omniprésente , depuis 40 ans, a aboli l’esprit de défense des Français.

    Bref les Français ont changé.

    La lecture des sites musulmans, les actes des Musulmans, les dires des Musulmans montrent que, les Musulmans, eux, n’ont pas du tout changé leur but de toujours: asservir la France à leur secte.

  9. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    RR a publié une carte (via le « Figaro »,carte issue du Ministère de l’Intérieur), montrant que la Creuse (23) était le SEUL département français exempt de Musulmans fichés pour djihadisme !

    La Corrèze était, elle, modérément touchée …

    Heureux habitants de la belle région du Limousin : Hollande-Valls-Taubira-Cazeneuve sont en train de mettre fin à cette horrible stigmatisation du Limousin !

    Vous allez avoir droit au même nombre de djihadistes que tous les autres départements français.

    La Creuse mieux que la Seine Saint-Denis: vive la décentralisation !

Comments are closed.