Saint-Raphaël : je ne veux pas voir régner des gens opposés au port du bikini

Le cas de Saint Raphaël est représentatif de toute la Côte d’Azur.

Il y a plus de cent ans c’était encore un tout petit village de pêcheurs et rien d’autre. Puis des gens, du pays principalement, sont arrivés et y ont construit, avec le fruit de leur travail, des villas au bord de l’eau. Puis ces villas ont été remplacées, comme vous le voyez sur l’image, par des immeubles de plus en plus serrés les uns contre les autres, et qui ont fini par cacher, ce qui est une faute, l’église de style byzantin. Ma mère y a connu des vacances de rêve, mais son Saint-Raphaël je ne l’ai pas connu, il a été remplacé, et mon Saint-Raphaël à moi a aussi été remplacé.

J’y suis née, mais n’y suis plus allée depuis vingt ans car le brouhaha et l’odeur des voitures, une musique tonitruante, et de chères boutiques de mode ont remplacé les jardins fleuris. Avoir été remplacés par d’autres Français, je n’y vois rien à redire. C’est l’évolution des choses. Mais je n’accepterai pas que nous soyons remplacés par une autre civilisation, réductrice et destructrice. Il ferait beau voir que les Françaises ne puissent plus se promener librement au soleil sur la belle promenade bordée de palmiers, en admirant le lion de mer (rocher en forme de lion allongé qui est la « spécialité » de Saint Raphaël) comme je l’ai fait, et ma mère, ma grand mère et mon arrière grand-mère avant moi…

Que la sortie de la messe doive être surveillée me révolte. Où est le temps où on avait le droit d’aller ou non à la messe, en toute sérénité, et d’échanger dans tous les cas les derniers potins devant l’église, avant de filer à la plage qui a toujours bien sûr été mixte et de moins en moins vêtue au fil des ans…!

Je me souviens encore de l’arrivée « shocking » du bikini ou du deux-pièces, vite conquérant, à Saint-Raphaël. Il serait mille fois plus choquant de voir régner dans la ville des gens opposés au bikini…

Sandrine

 41 total views,  1 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. Il y a 9 ans déjà, la regrettée Brigitte Bré Bayle nous donnait un texte sur le recul des libertés vestimentaires sous la pression des mahométans. Elle écrivait :

    « si vous observez bien le public des plages, vous pourrez constater qu’une excessive pudeur envahit de plus en plus le camp du sexe masculin. Les garçons, jeunes ou moins jeunes, portent des sortes de caleçons difformes qui leur tombent sur les genoux. Le constat est inquiétant : si les femmes ont su vaincre les tabous religieux qui, depuis des siècles, entravaient leur liberté, ce sont à présent les hommes des nouvelles générations qui s’adonnent à la pudibonderie vestimentaire et qui semblent ainsi faire régresser l’histoire des émancipations humaines y compris celle des femmes. »

    Son texte est ici : http://www.gauchemip.org/spip.php?article679

    J’ai observé ce recul au point qu’aujourd’hui, on peut acter de la dispartion du maillot de bain tant sur les rayons des magasins qu’à la plage, remplacé par le short islamiquement correct. On l’appelle « boardshort » pour faire sportif. Ainsi, Monsieur se croit dans le vent alors qu’il ne fait qu’obéir à Allah en cachant ses cuisses impures. L’homme occidental s’est laissé emburkiner, par l’alliance objective de l’industrie textile et de la demande islamique.

    Oui, il y a un recul par rapport aux années bikini où nous nous sommes débarrassés des tabous sur le corps. Ce recul arrive par les hommes et, comme le remarquait justement Brigitte, fera aussi régresser les femmes si elle n’y prennent garde. Aussi Mesdames, je vous conjure, ne laissez pas votre mari s’emburkiner. Vous pourriez fort le suivre dans cette voie. Mes frères, mes soeurs, combattons leur pudibonderie par le slip et le bikini!

Les commentaires sont fermés.