L’UOIF veut un jour férié pour tous les Français le jour de la fête de l’égorgement !

Marianne

http://www.valeursactuelles.com/societe/lunion-des-organisations-islamiques-de-france-veut-des-jours-feries-pour-les-fetes#.VYGble4jPT4.twitter

Jusqu’à présent seuls Eva Joly, Dounia Bouzar et quelques autres illuminés avaient osé. Les associations musulmanes les laissaient monter au créneau, jouant le profil bas de celui qui ne demande rien.

Cette fois, encouragés par l’aplaventrisme de Hollande-Valls-Cazeneuve, ils osent demander non seulement un jour férié pour les musulmans mais un jour férié musulman pour tous les Français. Ou comment assumer son souhait d’une France musulmane.

Se souvenir, sans cesse, de la déclaration de Marwan Muhammad, alors porte-parole du CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France, invité au grand raout de Valls mardi dernier) en 2012 :

Qui a le droit de dire que la France, dans trente ou quarante ans, ne sera pas un pays musulman ? […] Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là , de nous nier le droit d’espérer une société globale fidèle à l’islam.

Nous avons déjà tant de fois expliqué pourquoi nous ne voulons pas de jour férié musulman que nous sommes las de dire et de redire. Mais il le faut bien, pour ceux qui découvriraient aujourd’hui le problème et chercheraient à comprendre !

Il y a deux volants au problème.

Le premier, c’est le choix de célébrer nationalement les fêtes d’un système totalitaire et barbare. Notamment, la « fête de l’égorgement ».

http://resistancerepublicaine.com/2014/aid-cest-demain-non-assistance-a-enfants-en-danger-que-font-les-assistantes-sociales/

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=jzwIdQPsEcw[/youtube]

Le second c’est que cela se ferait, forcément, sur le dos de nos jours fériés d’origine chrétienne, il faudrait bien dépouiller la France pour donner à l’islam.

Sur ce sujet voici ce que j’écrivais il y a 8 ans, il n’y a rien à enlever ni ajouter   :

On se souvient que la commission Stasi, applaudie par de nombreux pratiquants juifs et musulmans, avait proposé d’ajouter à la liste des jours fériés Yom Kippour et l’Aïd el-Kebir ; c’est aussi ce que proposent, sans rire, un certain nombre de doux rêveurs animés de bonnes intentions à l’égard de tout ce qui remet en question la nation française. Pour eux, en effet, il est scandaleux d’obliger les adeptes des religions non chrétiennes à chômer le jour d’une fête étrangère à leur propre religion, sans pouvoir se libérer pour leurs propres fêtes. D’autres, inversement, mais avec le même objectif de déstabilisation républicaine, trouvent qu’il est scandaleux de conserver des fêtes religieuses dans le calendrier d’un Etat laïque…

J’ai envie de répondre aux uns comme aux autres qu’ils devraient cesser de jeter aux orties ce qui constitue plus qu’un peuple, une nation. Notre calendrier, nos fêtes, sont, au même titre que Versailles, Notre-Dame de Paris ou les menhirs de Carnac notre patrimoine, notre héritage, les vestiges de notre histoire. Et, paradoxalement, les fêtes dites « chrétiennes », devenues des fêtes républicaines, nous permettent de continuer des rites et des fêtes païens, certes sans en avoir vraiment conscience, mais cela est-il important ?

En effet, ce que nous appelons « fêtes chrétiennes » représente, tout simplement, des survivances d’anciens rites universels, des vestiges de rites païens destinés à assurer aux hommes la bienveillance des forces naturelles ; ils servent, encore et toujours, à assurer la cohésion du groupe, à mettre en spectacle les changements de saison et à dire la peur des aléas naturels.

Nous en avons toujours besoin et supprimer ou remplacer nos fêtes dites « chrétiennes » reviendrait à faire un peu plus de l’homme un individu perdu sans repères dans un monde qui va trop vite pour lui. D’autre part, ajouter d’autres fêtes religieuses, comme l’Aïd-el-kébir, à notre calendrier, alors qu’elles n’évoquent rien dans l’inconscient collectif, alors qu’elles seraient juste le témoignage de l’existence d’une nouvelle religion dans un pays laïque serait non seulement un non-sens républicain mais un élément de plus pour favoriser communautarisme et repli identitaire.

Quand celui qui quitte son pays, la mort dans l’âme, s’installe ailleurs, il ne peut espérer s’intégrer, ou, encore mieux, s’assimiler, que s’il entre dans la culture de celui qui l’accueille, s’il en adopte les usages, les valeurs et les symboles. Lui permettre de se sentir à part, d’être à part, c’est créer les ghettos et les bandes « ethniques » qu’évoquent les médias, oubliant que l’on ne devrait parler d’ethnie qu’en Afrique ou dans certaines tribus d’Amazonie… Il n’y a pas d’ethnie en France, il ne saurait y avoir d’ethnie en France .

Par contre, conserver les fêtes dites « chrétiennes » du calendrier républicain se défend parce que les Français, majoritairement laïques, en ont oublié l’origine et le sens. Elles sont investies d’un pouvoir énorme, celui de pouvoir réunir, en même temps, tous les membres d’une famille, pour partager des moments forts ; ancrées dans le quotidien, elles ont la saveur de la madeleine de Proust : Noël nostalgique de l’enfance, Pâques et le repas savoureux, le premier de l’année sous le tilleul de la maison de famille, Pentecôte et le week-end entre amis au bord d’un lac…  Nulle référence religieuse et pourtant, les noms de ces fêtes restent doux à évoquer, à prononcer. A quoi bon les remplacer par des trivialités  » fête du plein air », « fête du foie gras » ?

En fait, le plus intéressant dans l’histoire est ce qui n’est pas dit, à savoir que derrière ces fêtes d’apparence chrétienne se cache la survivance d’ancienne fêtes païennes, récupérées jusque dans leurs symboles par la religion chrétienne qui cherchait à faire disparaître les anciens cultes en occupant leurs lieux sacrés, en reprenant leurs rites, en créant des « anniversaires » aux mêmes dates qu’eux …

Quelques exemples au hasard :

Comment ne pas faire le lien entre Noël, les fêtes païennes du solstice d’hiver, les Saturnales des Romains, qui se passaient en banquets et cadeaux offerts ou le culte de Mithra, né un 25 décembre et où les fidèles partageaient un repas ?

Quant à l’Ascension, fête introduite par saint Mamert en 470 dans la vallée du Rhône et étendue à toute la Gaule lors du concile d’Orléans, en 511, elle a peu à peu remplacé la fête romaine des robigalia, célébrations cultuelles pour la protection des céréales contre la rouille qui avaient lieu fin avril ; on y demandait au dieu Robigus, dieu des cultures, de bien vouloir épargner la future récolte. Comme par hasard, l’Ascension tombe en mai, au moment où les récoltes à venir courent les risques des gelées tardives, de pluviosité dangereuse ou de sécheresse ; il était donc nécessaire d’obtenir la bienveillance des divinités, quelles qu’elles soient. Les traditions populaires qui attestent de survivances antérieures au christianisme sont nombreuses, on en retrouve par exemple le souvenir dans la Calusarii, danse magique roumaine liée à la fertilité. Enfin, on ajoutera simplement que le mythe de l’ascension est vieux comme le monde, déjà utilisé pour Romulus en moins 716, foudroyé pour les uns, assassiné pour les autres, appelé à « monter » auprès des Dieux pour les autres …

La Pentecôte, qui est censée commémorer la Résurrection du Christ, cinquante jours après Pâques, quand le Saint-Esprit descendit parmi les apôtres, pourrait reprendre en fait un rite funéraire très ancien de purification des morts qui leur permet, après cinquante jours d’errance parmi les vivants, de retourner dans le Royaume qui leur est assigné. On trouve aussi, à cette époque, et selon les régions/pays, des fêtes de début de moissons, des rites en l’honneur de déesses mères, d’Aphrodite, de commémoration du Déluge…

Pâque(s), fête de l’Ancien comme du nouveau Testament, correspond à la fête des moissons, l’offrande des premiers épis, et rappelle le mythe d’Adonis, mythe sémite (qui serait d’origine sumérienne pour certains antiquisants) passé en Egypte et en Grèce ; Adonis, aimé à la fois de la déesse des Enfers et de celle de l’Amour, partage son temps entre elles ; comme la végétation il descend au royaume des morts en hiver et renaît ( résurrection ) au printemps …

Nul besoin de m’accuser d’être une briseuse de rêves, je n’ai fait qu’évoquer, ici, en les traçant à grands traits, des pistes développées en long et en large par ceux qui ont pour métier de comparer les mythes. Et ce n’est pas faire injure à quelque religion que ce soit que d’essayer de comprendre pourquoi et comment elle s’est implantée, pourquoi et comment elle a réussi à utiliser des symboles vieux comme le monde pour que chacun garde son lien avec celui-ci… Gardons bien à l’esprit que toute cette imprégnation, tous ces substituts ont mis des siècles à se modifier, à remplacer un élément par un autre, à évoluer vers une forme laïque, civile, mais porteuse de sens. Il serait donc absurde d’imposer au forceps dans notre calendrier des fêtes d’autres religions, elles ne feraient pas sens pour la très grande majorité de la population, elles nous feraient perdre, encore un peu plus, le lien social, si fragile actuellement, qui nous unit. N’oublions jamais la force du symbole.

http://ripostelaique.com/Jours-feries-surtout-ne-changeons.html

Voilà pourquoi nous ne devons pas toucher à nos jours fériés, qui, d’ailleurs, avaient été protégés par nos ancêtres qui avaient rédigé et voté la loi de 1905 :  son article 42 précise  :

ART. 42.- Les dispositions légales relatives aux jours actuellement fériés sont maintenues.

Article abrogé de façon scélérate en 1973, par les traîtres qui, depuis 40 ans, n’ont de cesse de faire disparaître notre nation et notre histoire pour mieux remplacer notre peuple. Il nous appartient de défendre la loi de 1905 dans son intégralité parce que si les jours fériés en 1905, essentiellement des fêtes chrétiennes, n’ont pas été supprimés par les laïques qui ont voté la loi de 1905 c’est parce que, quoi qu’en disent des Tauzin, c’était de véritables républicains et, surtout, de véritables patriotes, amoureux de leur pays et suffisamment intelligents et cultivés pour savoir qu’on ne fait pas table rase du passé et que couper un peuple de ses racines c’est l’handicaper gravement.

Comme l’expliquait fort bien Philippe Jallade, si la clique Hollande accède aux demandes de l’UOIF, (affiliée aux Frères musulmans, organisation terroriste, ne nous lassons pas de le rappeler) il s’agirait d’une violation de l’article 410-1 du code pénal, pour atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation

http://resistancerepublicaine.com/2013/en-nommant-bouzar-hollande-trahit-larticle-410-1-du-code-penal-par-philippe-jallade/

Christine Tasin

 

 36 total views,  1 views today

image_pdf

32 Commentaires

  1. Je ne souhaite pas m’engager dans des considérations théologiques, car le fond n’est pas là. Mais juste, au passage, souvent on présente les fêtes chrétiennes ayant pour origine des fêtes païennes. Ce qui est totalement faux. Certes toutes ces commémorations citées dans l’article ont existé. Les fêtes chrétiennes sont venu remplacer ces fêtes païennes,mais n’en découlent pas. Comment pourrait-il en être autrement. Il fallait bien que le christianisme prenne son essor. Et Dieu merci. Car, comme vous l’exprimez bien, chrétiens ou pas, nos valeurs en sont issues, et c’est ce qui compte. L’amour du prochain, la tolérance, la compréhension, le pardon, la retenue, le respect de son prochain, c’est là notre héritage. Peut-être serions nous différends dans nos croyances, mais nous sommes unis dans nos valeurs.

    • C’est plus compliqué que cela. Les fêtes chrétiennes ont utilisé un certain nombre d’éléments païens pour ancrer la religion chrétienne. Elle a par exemple pris de nombreux élélments du culte de Mithra « sol invictus », fêté le 25 décembre… et le mythe de la résurrection (Pâques) est lui aussi bien antérieur et a été récupéré et utilisé. Cela ne change rien à la réalité du christianisme mais il ne faut pas occulter le rôle historique du paganisme et des mythes qui ont permis au christianisme de s’implanter. Il n’ y a pas de héros fondateurs sans mythes, dans héros fondateur…

  2. Pourquoi la photo de Paul serait-elle truquée? Si vous, vous n’y croyez pas, alors comment voulez-vous alarmer la France entière de ce qui se passe vraiment dans notre pays? Ça prouve que vous n’avez même pas idée de la façon dont on tue aujourd’hui dans les abattoirs français. Et bien je vais vous éclairer: depuis que la religion musulmane est bien présente sur notre territoire français, et pour une question économique, un bœuf sur deux, 95% des ovins, et deux tiers des poulets sont tués façon HALAL, c’est-à-dire qu’ils ne bénéficient plus des règles établies dans notre joli pays civilisé qui impose que l’animal est étourdi avant d’être saigné. Et comme il faut aller vite, toujours par souci d’économie, les animaux, encore vivants, ont déjà les membres tranchés avant même d’être complètement vidés de leur sang. C’est donc une bonne quinzaine de minutes d’agonie avant la mort effective de l’animal.
    Perso, je ne mange pas de viande, mais des vétérinaires ont déjà alerté les médias car l’abattage rituel pose des problèmes sanitaires qu’on peut comprendre.
    Alors, la photo qui montre une mer « rouge sang » aux portes d’Istanbul, vous pouvez imaginer aisément que cela se passe dans le monde entier…et même en France! Allez vous promener dans les bois, le loup n’y est plus mais, des restes de moutons gisent par-cí, par-là.
    A bon entendeur…

  3. Que les gouvernants continuent à tout concéder à l’islam et nous serons nous Français tous dominés puis on fine anéantis politiquement,socialement et culturellement et peut être finalement physiquement.
    D’ores et déjà la mort sociale de détracteurs est engagée sur le plan professionnel et cela fonctionne…

  4. carrément dégueulasse la photo du Bosphore le jour des égorgements de l aid….
    je me demande si la photo n est pas truquée…..

  5. Bonjour,

    Une des premières mesures à prendre est la dissolution de l’UOIF

  6. On a pas fini de rire : (presse web) :
    « Une étudiante algérienne triche au bac avec une puce satellitaire dans l’oreille – « …

  7. La graine d’islam planté en France, dixit tobrou, celui de Bordeaux, celui qui a eu la légion d’honneur pour ça…et depuis lui et ses sbires en veulent toujours plus. La décontamination de l’islam va faire partie de longs et pénibles efforts…

  8. Chère Christine,

    Merci pour cet excellent article auquel je souscris sans réserve.
    Nous sommes (encore) en France, dans un pays de culture grecquo/latine et judéo-chrétienne. Ceux qui veulent s’épanouir dans la religion de paix, d’amour et de tolérance peuvent émigrer (ils seront accueillis à bras ouverts, je n’en doute pas…) dans un des merveilleux 57 pays de la conférence islamique. Il seront ainsi « conséquents » c’est-à-dire logiques avec eux-mêmes en quittant une terre-La France- où les mécréants (!) sont nombreux et même majoritaires…Reste que je suis assez pessimiste sur l’avenir de notre beau pays, que j’aime tant. Nous savons que les civilisations sont mortelles : souvenons-nous de Rome et des invasions barbares…
    Le communautarisme est une réalité et menace la République en l’occurrence, comme c’est le cas en ce moment, quand elle est dirigée par des faibles incapables d’affirmer une identité et des règles claires…Résistons !

    Diogène le païen

    • Merci Diogène, oui Résistons, plus que jamais, plus qu’hier et moins que demain…

  9. Mais non, vous n’y êtes pas !
    L’égorgement des animaux a toujours été le propre de l’homme. Dans ma jeunesse, je décapitais les poulets, tuais et dépouillais de leur pelage les lapins, noyais les chatons qui venaient naître. Aujourd’hui, je ne pourrais plus. je suis devenu protecteur des animaux. Je me suis donc ramolli et ai perdu une fonction qui était vitale pour mes ancêtres.

    Et avec moi, tous les Français se sont ramollis. Le Ramadan et l’Aïd sont donc devenus un rappel indispensable de nos anciennes coutumes où l’on vivait tantôt avec l’estomac vide, tantôt avec l’estomac plein. Et du coup, ce serait une marque de respect pour nos ancêtres.
    Vive l’égorgement, heureusement que les musulmans sont venus pour nous rappeler à nos devoirs. Merci à eux.

    Bigre, je sent déjà voler virtuellement des kilos de tomates. Arrêtez, je plaisantais.

    • Personnellement je ne vous jetterais aucune tomate à la figure…
      … Surtout que vous avez l’air très capable de les cultiver vous même. (ce qui devient rare)

      Mais au delà de votre humour, que j’apprécie croyez le bien, vous mettez le doigt sur une chose essentielle.

      Nous, apparemment nous avons un point commun, nous savons tuer un lapin, un cochon, des poules, chèvres, vaches etc…
      … Ça sera utile en cas de guerre, même si pour nous, tuer le lapin n’était pas un plaisir mais une nécessité (je soupçonne les musulmans d’y prendre du plaisir car ils peuvent acheter des moutons congelés)

      Mais, avec l’industrialisation et la désertification de nos campagnes, qui est encore capable aujourd’hui d’entrenir un simple élevage de lapins ? Et surtout de le faire bien, c’est à dire en évitant la consanguinité chez des animaux aussi prolifiques ?

      Pas grand monde j’en ai peur.

  10. Hoplite, je parlais de la vidéo de hollandouille bourré au salon du vin !

  11. La question se pose véritablement de savoir si les Français souhaitent intégralement conserver leur patrimoine historique,leurs usages et coutumes ou autre possibilité,s’ils aspirent à être soumis et inféodés à des pratiques rétrogrades archaïques et relevant de la soumission.
    En ce qui me concerne ,je suis persuadée que notre pays doit demeurer laïc et exclure de fait tous les obscurantistes de plus en plus nombreux(taux de fécondité de pays sous développés avec une femme procréatrice uniquement et naturalisations intensives)et qui relèvent quasiment tous de la religion dite d’amour et de paix.Et qui en réalité se dévoile comme étant davantage un projet politico religieux conquérant vidant à substituer un modèle laïc et démocratique à un modèle visant à la soumission dans toute l’acception du terme.

  12. Je ne voulais pas être drôle Daniel, crois moi. Après la transformation des églises en mosquées, l’introduction des fêtes musulmanes, la suppression des symboles dans les mairies et autres lieux publics, le déboulonnage des statues et la mise à sac des musées et l’autodafé des bibliothèques, il ne restera que l’obscurantisme moyenâgeux vers lequel nos dirigeants nous précipitent.
    Christine connait parfaitement l’histoire et l’histoire des religions et elle a bien sûr raison de dire que les fêtes chrétiennes ont été calquées sur les anciennes fêtes païennes et sumériennes.
    Non seulement il faut s’élever contre cette forme d’anéantissement de notre calendrier mais en premier chef, interpeller le clergé!

  13. Le texte de Christine est fondé sur la raison et explique très bien pourquoi nous devons refuser l’introduction de fêtes musulmanes dans notre calendrier républicain. Ceci avec des arguments issus d’une culture remarquable, autant que l’est l’inculture et l’inconscience de ceux qui nous gouvernent. Nous n’avons pas à accepter des manifestations d’une culture d’importation communautariste et par cela mettant en danger la République.

  14. Drôle, assurément dans l’instant, mais n’oublions pas que ce pitre grotesque est détenteur du code nucléaire. Hips, nukélaire, c’est quoi déjà le nunuméro atom’hic???

  15. Un premier pas vers la suppression des fêtes traditionnelles (Noël, Pâques, 14 juillet, …) et l’instauration du calendrier lunaire des musulmans. Nous allons tous rajeunir d’un coup puisque selon ce calendrier hégirien, nous sommes en …1436.
    Pour rappel le 20 mai 1436, Jeanne des Armoises devient…Jeanne d’Arc (source Wikipédia).

  16. A « droite » (?) c’est pas mal non plus (presse web) : Nicolas Sarkozy : « Les sociétés meurent de la consanguinité et n’ont rien à craindre du métissage »

    Intellectuellement parlant on se demande comme un individu capable d’asséner des conneries pareilles a pu être président de la république ! Le pire c’est que certains vont voter pour lui en 2017 !

  17. Voici encore une courte vidéo (Memri TV) d’un prédicateur égyptien qui explique fort bien c’est qu’est le djihad.
    Ce qui me tue c’est qu’ils sont clairs dans leur noirceur et pourtant, les paupières ont dû mal à s’ouvrir!

    https://youtu.be/9able08cXMM Le prédicateur égyptien Mostafa Al Adwy explique les principes du djihad (2.53 min)

    Evidemment qu’ils veulent un jour férié. Il faut bien préparer le terrain, déjà si fertile et bien ensemencé. Arroser régulièrement, ôter les « mauvaises herbes » et le jardin d’Allah grandira, bien gardé par les guides forestiers du néant.

  18. Et les moutons, ils en pensent quoi de la fête de l’égorgement ???? Sans oublier les autres animaux et les humains qui subissent aussi cette …..fête !!!!!!!!!!!!

  19. on est pas sorti du merdier avec un type pareil!!!!
    quand on voit la tache qui gouverne….on peut etre inquiet!!!!!

  20. c est meme pas qu il est bourré le président…
    tout simplement….il a l air d etre dans son état normal!!!!

Les commentaires sont fermés.