Danger : Hollande à Alger, ou l’histoire secrète du pétrole algérien…

Publié le 16 juin 2015 - par - 8 commentaires

histoiresecretedupetrolealgerien

En novembre 1981, quelques mois après son élection, le président Mitterrand se rendait en visite officielle à Alger. On apprit vingt ou trente ans plus tard qu’à l’occasion de cette visite l’Elysée avait consenti de faire payer par la France le prix du mètre-cube de gaz qui lui était vendu par l’Algérie, 27% plus cher que le cours normal du marché.

Pourquoi un tel « cadeau » de la part du gouvernement français à l’Algérie ? D’aucuns dirent que ce contrat « était une étape majeure de la consolidation de ce que l’on appellera plus tard la Françalgérie, cette puissante intrication des réseaux de corruption algériens et d’une partie de l’establishment politique et économique français. » (Hocine Malti, ex grand patron des hydrocarbures algériens, dans « Histoire secrète du pétrole algérien », nov 2010, page 276).

Comme Mitterrand, Hollande a fait un premier voyage à Alger quelques mois après son élection à la tête de l’Etat français. Apprendra-t-on un jour que Hollande, dans les coulisses de son numéro de repentance à Alger, nous aura fait à son tour un plan funeste? Il faut savoir que les hydrocarbures algériens se vendent de plus en plus mal, les installations sont mal exploitées et peu rentables, et la concurrence d’autres pays producteurs est sévère. Et, depuis toujours, l’argent disparaît.

Et Hollande remet çà, encore un voyage à Alger  ce lundi 15 juin (Note 1) Quelle sera la conséquence sur le prix du gaz algérien ? Et gageons que la délocalisation de sites industriels français en Algérie va se poursuivre, ainsi que dans le même temps, l’invasion algérienne en France. Oui, outre continuer à faire disparaître l’argent du gaz et du pétrole, des visas par milliers, par millions, c’est la principale raison des sinistres pitreries des uns et des autres.

Et maintenant, si nous laissions parler le meilleur (ces propos n’engagent que moi), Bernard Lugan ?

François Hollande en Algérie : entre realpolitik et auto humiliation, à lire sur : http://bernardlugan.blogspot.fr/2015/06/francois-hollande-en-algerie-entre.html

 

Philippe Jallade

Note 1 : Sarkozy a aussi fait le voyage à Alger au début de son quinquennat…, « étape de consolidation de la Françalgérie » ?

Print Friendly, PDF & Email

8 réponses à “Danger : Hollande à Alger, ou l’histoire secrète du pétrole algérien…”

  1. Avatar Jallade dit :

    Christine, au secours:
    . La photo du livre n’est pas droite
    . En note 1 Sarkozy, corriger septennat en quinquennat

    Voir mes deux mails d’hier

    • Christine Tasin Christine Tasin dit :

      glups, désolée, suis totalement débordée, j’y pense et puis j’oublie… par contre tu as scanné de travers je ne peux rien faire pour la photo, mais ce n’est pas bien grave !

  2. DANIEL POLLETT DANIEL POLLETT dit :

    On peut craindre le pire avec cette visite d’un Hollandouille inconséquent. L’article en lien montre comme nous devons être pénitents d’avoir laissé l’Algérie prospère, avec une production agricole en surplus, alors que maintenant l’Algérie doit importer de quoi se nourrir, en n’étant même plus capable d’exploiter son pétrole…

  3. Avatar S.jacqueline dit :

    la seule chose qu’est capable d’exploiter l’ Algérie c’est les beni oui oui de politicards français traitres à leur pays !! la gauche a sans cesse appauvri les peuples qui ont cru en eux !!
    les musulmans sont des constructeurs de désert !!!
    daesh nous le prouve chaque jour !!

  4. Avatar xtemps dit :

    Puisque les musulmans ne peuvent pas s’en sortir seul et qu’ils ne peuvent même pas nous respecter de par leur Islam imbécile, et bien qu’ils se débrouillent sans nous

  5. Avatar marc dit :

    Pour sûr que du pétrole, il y en a en plein d’endroits, au golfe du Mexique par exemple et que les échanges avec l’Algérie n’ont aucun intérêt pour le bien-être du peuple français. Commençons par lui rendre sa richesse : Sa population de désoeuvrés qui hante nos villes aujourd’hui.

Lire Aussi