Attention à l’école mais surtout veillons à ce que nos enfants soient heureux – par Philippe Le Routier

duteil

L’école publique et ce qu’elle devient…

http://resistancerepublicaine.com/2015/lecole-a-la-maison-propositions-de-coups-de-main/

C’est clair que, si mes filles resteront, pour le moment, dans l’enseignement public, on passera en enseignement privé dès le lycée pour chacune d’elle quand viendra leur tour (et PAF, encore des crédits à faire mais il n’y a pas le choix).

Notez, qu’ici on est plutôt bien servis, mon aînée est première de sa classe… Depuis qu’elle va à l’école, et elle termine son CM2 avec 19 de moyenne, ses cadettes, huit ans, dans la même classe forcément, sont respectivement première et seconde (les deux plus petites ne savent pas encore ce que c’est que l’école)

Mais, il ne faut pas voir dans le fait que j’encense mes crapules de la vanité de ma part, c’est juste que moi j’étais un cancre… Et que je suis donc obligatoirement fier de mes filles.

Cela dit, les bons résultats ne veulent plus vraiment dire grand chose.
Si on se contentait des cours qui sont dispensés, Gabrielle serait toujours première, MAIS… ELLE SERAIT LOIN DERRIÈRE LES PREMIERS D’IL Y A 20 OÙ 30 ANS, faut être honnête. (bon, moi, il y a un peu plus de 30 ans… J’étais régulièrement parmi les 5…derniers !)

Côté école je ne peux pas les aider beaucoup, math, géométrie, histoire, ça s’arrête à peu près là, le reste c’est ma femme et mon autiste de beau-frère (pratique quand même d’avoir un autiste génial dans la maison)

Mais, le « crétin scolaire » que je suis, et que je revendique d’être parce c’est vrai, aimerait se permettre une remarque… J’ai l’idée mais j’hésite un peu sur la façon de m’expliquer.

Le BONHEUR ! Ça peut paraître naïf mais je crois que c’est important.

Protéger nos enfants des conneries du serpent (Najat, ça me fait penser à un reptile) c’est une bonne chose, mais ça ne suffit pas.

Si je devais dresser ici la liste de toutes les difficultés que ma femme et moi avons, il est minuit… J’aurais fini (peut-être) à six heures du matin !
Il y a ma belle-mère totalement dépendante, chambre médicalisée, ma femme obligée de s’en occuper, c’est son job mais ça limite le nombre des autres patients qu’elle pourrait prendre, et donc ses revenus.
Les revenus de ma femme devant être limités pour le confort de ma belle-mère, je suis contraint de bosser comme un damné.
Je rénove une maison SEUL… Il y a intérêt que je parvienne à bien vendre celle où l’on vit actuellement, sinon vais m’enfoncer encore plus dans les dettes.
Récemment, deux jours de panne sur mon camion, rupture d’un essieu, j’ai pu réparer moi même, mais ça reste deux jours perdus.
Il y a mon père, à 600km, 83 ans, aucun de ses enfants biologiques ne vient le voir, pourtant ils vivent tous en Alsace ces en*****, c’est donc moi, le gamin placé qui tente de lui faire garder le moral (parfois je chante dans mon casque moto pour pas m’endormir !) Et, heureusement que mon cher Papa peut au moins compter sur une de mes nièces car la maison de retraite ça le tuerait !

Enfin bref, on a tous nos problèmes…Mais je pense que nos enfants doivent en savoir le moins possible voilà où je veux en venir.

Là, déjà trop d’heures travaillées pour cette semaine, vendredi sera donc consacré à la future maison… Mais, à 16h, quitte à me doper au café, je serai devant l’école, avec ma moto et son side-car, parce-que je sais que mes gosses adorent ça !

Samedi, je sors le kayak, commence à faire beau, les trois « grandes » veulent retourner en faire.

Dimanche, je serai chez mon père.

Lundi je reprendrai la route avec une des crapules, la plus grande, sa prof est d’accord…

C’est long, je sais et je m’en excuse, mais, vos soucis doivent rester VOS SOUCIS, faut pas les faire voir.
Vous avez cinq où dix minutes, elles doivent aller à vos gosses s’ils sont là.

Et, il y a pas que l’école, les livres (même si c’est important) moi j’ai la chance de vivre en pleine campagne avec la forêt autour… Ben, ça peut sembler étonnant mais mes filles préfèrent se balader avec moi que de jouer avec leurs consoles (me demande pourquoi j’ai acheté ces trucs… Mais elles sont un peu tombées du camion)

FAUT ETRE PRESENTS !
ET FAUT ÊTRE BIEN MÊME SI ON EST COMPLÈTEMENT VANNÉS !

Des gosses heureux c’est des gosses épanouis, et des gosses comme ça, c’est des éponges à apprendre et à comprendre !

Hommage à Christine et à sa passion pour la culture hellénique antique,
» Un esprit sain dans un corps sain »
(navré je sais pas l’écrire en Grec ni en romain)

PS, pour celles et ceux qui vivent dans les Cévennes…
Pouvez sans risque confier vos enfants à Daniel Pollett !

A l’école j’étais pas loin d’être complètement con, mais comme sous officier dans la Légion, là j’étais très bon et j’ai appris à juger les gens.
Daniel, je le connais, et si je devais lui confier ma vie je le ferais sans hésiter bien qu’il soit à peu près aussi épais qu’un sandwich sncf !

Je fais confiance à TRÈS PEU de gens…
Mais il en fait partie !

Voilà, navré pour la longueur du bidule mais ça me semblait important à ajouter.

Philippe Le Routier

 116 total views,  1 views today

image_pdf

31 Commentaires

  1. Bonjour Chatelain, les gens qui réagissent sur un forum comme celui-ci sont en majorité des personnes qui ont soufferts, souffrent. Sinon pourquoi chercher de tel site?
    En effets les enfants ne sont pas des anges qui le dit? Certains ici comme vous et moi exerçons au sein de l’environnement des enfants, en ce qui me concerne je suis également éducateur en centre fermé et travaille donc avec l’ase notamment. Je suis issus moi-même de l’assistance publique.
    Dans le fond je n’ai rien vu dans les commentaires qui soient fondamentalement contradictoires avec ce que vous écrivez. En effet, l’éducation doit mener l’enfant vers l’âge adulte en lui apportant les outils, la maturité pour prendre des décisions et se détacher de l’autorité parentale, en faire un adulte épanouis et indépendant, pourtant afin que cela puisse véritablement être le cas, il faut laisser à l’enfant le temps du temps et surtout celui de l’insouciance, il aura tout le temps en grandissant de connaitre par étapes la société dans lequel il grandit. Ce n’est pas en étant informé de l’ensemble de l’actualité au quotidien qu’un enfant deviendra fort, ouvert et tout et tout.
    Enfin, s’il a des réactions fortes ici c’est que nous sommes tous plus ou moins des écorchés vifs, personne ne s’est entendu pour faire « Haro » sur Chatelain (sourire) Bon dimanche à toutes et à tous.
    Jean

  2. , Ok ! Reçu 5/5. Je relis avec beaucoup d’ attention les commentaires qui font suite à ma dernière intervention. Je cherche parmi tous les intervenants quelqu’un – ou quelqu’une – qui, sans forcément adhérer de façon inconditionnelle à mon avis, et ce n’est pas ce que je demande, saurait tout de même faire preuve d’un peu plus de singularité en se démarquant de la pensée convenue. Car de toute évidence, il y en a une à laquelle il semble contre indiqué de déroger. Et bien moi, je n’aime pas cette unanimité de bon ton, cette solidarité dans le texte qui donne de toute évidence bonne conscience et n’engage à rien, sinon à se ranger derrière l’avis de celui qui précède, pourvu que ça ne froisse pas l’avis de celui qui mène. Et après, on fait quoi ? Merde ! Je vous lis ! Vous êtes tous à prôner la bonne conduite, mais c’est surtout celle qui fera de vous des gens bien , c’est à dire des gens conformes à qui on ne saurait rien reprocher, quoi qu’il arrive, le môme lui, il est déjà loin. Très loin ! Je suis papa de quatre enfants qui se débrouillent très bien aujourd’hui parce que le plus beau cadeau qu’on puisse offrir à son gamin, n’en déplaise à certains, c’est de tout faire pour qu’il n’ait plus besoin de vous. Et ça, ça en fait chier plus d’un qui ne parviennent pas à l’accepter. Parce que ça oblige à intégrer très tôt un principe de séparation que peu sont capables d’envisager. Et pourtant, la vraie liberté, la véritable autonomie pour l’enfant est à ce prix. Je suis également famille d’accueil, c’est mon boulot, et à ce titre, je travaille en collaboration avec l’ASE ( anciennement l’ADASS) qui délègue à une association ( mon employeur) le cas des enfants classés  » difficiles « . Je ne rentrerai pas dans le détail, mais les mômes qui viennent à la maison sont loin d’être des petits anges, en fait, ils sont déjà cassés par la vie, et c’est là que je vous attends de pied ferme en écoutant Yves Duteil chanter comment prendre un enfant dans ses bras…Derrière la guitare, oui, facile, dans le quotidien, c’est plus tout à fait la même chanson…Je n’ai rien contre le rêve, puisque sans lui pas de projet, merci, je ne pense pas être aussi con, mais enfermer le rêve dans le monde absurde de l’utopie, c’est lui interdire toute possibilité de réalisation. il y a un juste milieu. Merde ! C’est si difficile à comprendre ?

    • je ne pense pas que vous vuos adressiez à la bonne personne, Chatelain, Philippe a connu la Dass il sait de quoi il parle, merde ! Je n’ai pas eu une enfance rose, je sais aussi de quoi je parle, merde ! je comprends d’autant moins ce coup de gueule que nous sommes d’accord sur le fond. Et j’aile droit d’iamer la chanson de Duteil, merde !

  3. Merci cher Philippe, je vous écris ce soir.
    Je serai ravi de participer à l’école à la maison et renouvelle ma proposition en ce sens.
    Effectivement, la part du rêve est importante dans la vie d’un enfant. Que les plus anciens se souviennent dans quelle société nous avons vécu notre enfance, une société prometteuse et sécurisante : nous pouvions rêver. Aujourd’hui, nos enfants ont Valls qui leur dit qu’il leur faudra s’habituer au terrorisme…

  4. Et bien, j’ai bien tout aimé : Le bon routier Philippe et Yves Dutheil.
    Einstein était lent pour penser et était toujours ailleurs, il disait que c’était parce qu’il pensait en profondeur.

  5. moi j aime bien YVES DUTEIL…..j aime bien l homme parce qu il respire la gentillesse…et j aime bien l artiste….voila…

  6. à Philippe:
    J’étais instit, et je peux dire que la plupart des « cancres » étaient des enfants surdoués, mis de côté, et qu’on ne savait pas intéresser. les enfants à « l’intelligence limitée » n’était pas ce que j’appelle des cancres.

  7. Bon décidément ce sujet est très important.
    En bref, que peut-on attendre d’enfants devenu adultes, qui n’ont eu qu’une enfance grise? Peut-on attendre d’enfants qui ont baignés très tôt dans la soupe sociétale et surtout tout sa médiocrité, des adultes productifs par la suite vers notre société?

    Nous sommes en partie (en grande?) ce que nous avons vécus enfants. Un enfant vit principalement par son ressentis, tout comme il commence en cp ce qui est facile à apprendre, nous devons en tant que parents, référents filtrer les informations selon son âge. Simplement parce qu’un esprit jeune, qui vient de naître, n’a pas la capacité d’assimiler jusqu’à un certain âge la complexité de notre société. Sinon, c’est du vécu actuel, nous retrouvons des petits qui se mettent dans des coins de la cours et qui n’osent pas bouger car déjà ils savent que les adultes ne les protégeront pas: qu’ils vont devoirs supporter les bousculades dans la file d’attente pour aller à la cantine, que des garçons ou des filles, sans raisons leurs donneront des tapes sur la têtes, sans raisons, qu’ils marcheront sur leurs vêtement dans la cours… et combien d’autres choses! Les enfants doivent impérativement êtres protégés jusqu’à ce qu’ils soient en capacités de comprendre… leur apporter l’énergie de bien grandir. Un enfant qui à ce qu’il faut, le soleil qu’il faut, devient un adulte fort qui pourra gifler si nécessaire ou avoir la répartie pour contrer les « horreurs pour la France » Il faut y penser, un enfant aujourd’hui pourra être un adulte productif, solide pour notre pays, notre culture plus tard. Le tout étant de bien comprendre qu’un enfant doit avoir son contant d’insouciance et de soleil sans filtre, aucuns!
    jl

  8. Christine, vous me permettrez de rajouter ceci,
    De plus en plus de responsables »scolaire » attrapent toutes les occasions afin de casser la politique de « discrimination positive » qui est un fléau au sein de l’animation. Ma lettre de motivation fait de tout évidence la différence, elle est inhabituelle, assez pour que les maires à qui ont la présente acceptent que les services me reçoivent en entretient. Le reste… Cela démontre que de plus en plus de personne comprennent qu’en effet, il y a un temps « de l’insouciance » pour les enfants. C’est un début.
    bon week-end à toutes et à tous.

  9. Bonjour,
    Avec le recul, je vois au quotidien ce que sont devenu certains adultes que j’ai eu lorsqu’ils avaient 6 ans. Le contraste entre ceux qui ont eu un environnement familial dont les parents les ont préservés du « tout information » et qui ont mis en place des règles de vie aidant une certaine insouciance par rapport à ceux que l’on retrouvaient dehors à 23 heure à 8 ans, qui avaient les dernières consoles de jeux et dont les parents ne cachaient rien de leurs quotidiens d’adultes et ou dont ils acceptaient les moindres caprices est sans conteste. Les premiers sont épanouis en grande majorité avec tout ce que ce terme comprends, les deuxièmes sont médiocres intellectuellement peu ouvert et très souvent plutôt violent en grande majorité. Et encore suis-je prudent car à ce sujet la généralité est de mise. Je le pense, l’insouciance et la naïveté sont nécessaire aux enfants car ils sont des éponges captant tout jusque les humeurs, les mal êtres mais n’ont pas encore la maturité pour bien assimiler. La vie, les difficultés, les règles cela s’apprends et comme tout cela demande du temps.
    —————
    Une lettre de motivation que je joint à mes candidatures.

    • Merci Jean pour votre témoignage, mais je me permets de supprimer votre lettre de motivation, elle vous permettrait d’être identifié par une des personnes l’ayant reçues, ce qui ne serait pas une bonne idée en ces temps où il est difficile de trouver du travail et où on poursuit les islamophobes

      • Bien-sur , merci Christine. Je ne souhaitais pas faire ma promotion, dailleurs je n’en ai pas besoin actuellement, Une partie, disait ce que nous « protecteur de l’enfance » considérons comme profitable pour les enfants. J’espère ne pas avoir été génant. Les enfants doivent à mon sens disposer d’un temps d’insouciance car je le constate au quotidien, l’esprit d’un enfant n’a pas la capacité de gestion d’un adulte. Un parent affirmant que son enfant peut tout entendre a oublier que lui-même ne comprenait pas ce qui ce disait autour de lui alors qu’il avait 8/10 ans.

        Merci pour ce courage , pour ces risques que vous prenez, je suis toujours étonnés qu’il y ai des personnes comme vous. Je suis sans doute dans la période d’assimilation (lol)
        jean.
        Je prépare un document à l’adresse de Francois Bayrou, comment vous le proposer?

        Bon week-end à toutes et tous. Et A chatelain, il est mieux de participer même si parfois l’on peut se tromper que de se taire. Sans leçon aucune.

        • Merci Jean je vous écris depuis ma messagerie, comme ça vous pourrez me proposer directement des textes

  10. « Cela dit, les bons résultats ne veulent plus vraiment dire grand chose… »

    Pour illustrer ces propos, prenons le cas de ma fille, âgée de 17 ans, en classe de terminale.
    Depuis sa première année au collège, elle a toujours été dans le trio de tête, spontanément, alors même que j’avais de longues absences à l’étranger et que sa mère, d’Afrique Centrale, n’a jamais fait d’études et ne pouvait pas l’aider. (Hé, le CRAN et compagnie, je vous attends de pied ferme).
    A la fin de l’année dernière, elle était en première donc, j’ai constaté une évolution de son comportement : de plus en plus souvent en train de causer rapidement à l’aide de son téléphone portable, bla-bla plutôt incompréhensible.
    J’avais constaté en début d’année que le contenu de ses livres notamment d’Histoire était hallucinant de lacunes voire de mensonges aussi bien sur la métropole lilloise, d’où je suis originaire, que sur l’Algérie, que je connais bien pour raisons professionnelles.
    Cette année, c’est pire, bien qu’elle soit la première de sa classe et qu’elle bosse dur pour avoir son bac avec mention bien.
    Nos gosses sont de plus en plus décérébrés par l’Education « Nationale ».
    Je n’ose plus vraiment demander à mademoiselle ma fille de me montrer le contenu de ses cours, afin de ne pas l’importuner, de ne pas la déstabiliser.

    • terrible témoignage Philippe, emblématique de ce qui se passe partout en France

    • Il faut oser demander à votre fille de vous montrer le contenu de ses cours. Vous avez le devoir de demander à votre fille de vous montrer le contenu de ses cours. Vous avez le devoir de la déstabiliser avec la vérité avant qu il ne soit trop tard. Cela est difficile mais nécessaire mais, bien plus, tard elle vous en remerciera.

      Tous les parents ont le devoir de regarder ce que leur enfants lisent à l école primaire et secondaire, ainsi que les programmes de TV et autre sur internet.

      Parler avec ses enfants sur la situation en France et en Europe est important, car ce sont eux qui risque de vivre ce que vivent les chrétiens d Orient maintenant. Au début et pendant longtemps mes enfants se moquaient de moi. Maintenant elles réalisent que je disais vrai et me remercient de les avoir fait grandir hors du mensonge officiel.

      • Cette famille -ma famille- est d’une complexité que vous ne sauriez imaginer et a une histoire chargée dont le génocide rwandais de 1994.
        Aussi, veuillez ne pas essayer d’interférer et contentez vous de la vôtre.
        Je n’ai aucune leçon, conseil ni ordre à recevoir de qui que ce soit.

    • Bonjour Monsieur Jallade,

      De mon côté, je constate la même chose que vous: des lacunes dans les livres d’histoire, en plus des mensonges.
      Pour lutter contre cet enseignement incomplet, et orienté vers la haine de soi et le culte des ennemis de la France, j’offre aux enfants de mon entourage des livres sur ce qui risque de ne pas leur être enseigné à l’école: par exemple, un livre sur l’empire byzantin, ou sur d’autres pans de l’histoire qui ne sont plus, ou peu, ou mal enseignés. Il y a aussi des livres simplement écrits mais très bien documentés, qui racontent la vérité au sujet de l’Algérie, de l’esclavage, etc…
      Pour l’instant, c’est tout ce que j’ai trouvé comme moyen pour lutter contre le genre d’idiot qui a dit à Eric Zemmour, (après une émission polémique à la télé) dans la salle de démaquillage:
      « Vous pouvez dire ce que vous voulez, c’est nous qui tenons les livres scolaires ! »

  11. Ne me faites pas passer pour le censeur que je ne suis pas ! Je parle simplement à partir d’un vécu personnel.
    Quant à la chanson de Duteil, elle est tout de même d’une affligeante naïveté…Et je ne peux pas m’empêcher d’entrevoir, derrière les paroles d’un texte qui vaut ce qu’il vaut, la tentative maintes fois répétée d’un adulte qui ,cherche l’effet miroir pour être plus fort qu’il ne le sera jamais.

    • encore une fois en désaccord, c’est moi qui ai choisi cette chanson pour illustration, parce qu’elle est belle tout simplement ; j’en ai quant à moi plus que marre de ces gens qui ne préservent pas les rêves de leurs enfants ; on ne fait pas d’hommes si l’enfant n’a pas été heureux ou au moins capable d’avor des rêves de bonheur qui l’aident à grandir, comme un eldorado à atteindre. marre notamment de nos profs, droidelhommistes, artistes et compagnie qui veulent montrer la réalité, moche, de la vie à des gosses de 7,8 ans et encore plus à des ados, les désespérant. marre de ces spectacles sur l’esclavage, la guerre etc (en laissant de côté la manipulation qui n’en est pas absente) ; j’ai même vu des pseudo conteurs faire de l’interprétation psychanalytique des contes à des gosses !!!!!

  12. Je ne vais pas me faire que des amis, je le sens bien, mais les propos de Philippe le Routier me laissent un peu perplexe. C’est bien évidemment dans un esprit de débat contradictoire que je reviens sur ce que j’ai lu. Tout d’abord, je ne pense pas qu’il faille éloigner les enfants de la vérité de nos difficultés d’adultes en se débrouillant pour qu’ils en sachent le moins possible. Pour quelle raison devrions-nous agir ainsi ? Les enfants qu’on a conçus dans l’amour nous accompagnent dans un amour qui se suffit à lui même, c’est à dire qui n’a pas besoin d’être prouvé. Le reste, et bien, c’est la vie, avec aussi ses mauvais côtés. Quand les enfants se sentent aimés vraiment, sans artifice aucun, ils n’ éprouvent pas le besoin de porter la responsabilité des difficultés que traversent leurs parents pour tenter de se faire aimer en retour, et dès lors falsifier la réalité devient inutile, voire absurde ( je n’accuse personne, c’est un point de vue global ). Plus que pour les bons moments qui peuvent être partagés, quand une tempête est à traverser, c’est tous ensemble. Si nous excluons nos enfants de ce qui nous contrarie ou tente de nous barrer la route sous prétexte de leur embellir la vie, ils finiront par se croire incapables de participer pleinement à la recherche d’une solution et ils agiront de la même manière plus tard en se retirant des problèmes des autres et pour les mêmes raisons. Il n’y a aucune honte à dire honnêtement à ses enfants qu’on a tout juste ce qu’il faut pour finir le mois. Le jour où ils vivront une situation semblable, ils n’en auront pas honte non plus.  » Des gosses heureux sont des gosses épanouis et des gosses comme ça, c’est des éponges à apprendre et à comprendre ». Entièrement d’accord…A condition de leur donner toutes les armes pour y parvenir. Le bon et le mauvais. Et ce bon et ce mauvais, quoi qu’on en dise, passent par nous, parents. Si nous n’acceptons pas d’être des parents imparfaits, nos enfants nous reprocherons à leur façon d’avoir placé la barre trop haut pour pouvoir la franchir à leur tour. Ne me faites pas passer pour le censeur que je ne suis pas, ma

    • Chatelain je pense que vous êtes sur la même longueur d’onde Philippe et vous, il n’est pas du genre à faire croire à ses enfants que la vie c’est comme une pub à la télé, ce qu’il explique -du moins c’est ainsi que je l’ai compris et je partage entièrement son analyse- c’est qu’il faut veiller à prendre et donner du temps à ses enfants, même si on a des soucis, en les laissant autant que possible dehors, la sortie au cinéma, la ballade en bateau, la partie de cartes… cela n’empe^che pas que les enfants vous entendent, à table ou au moment du café, parler de ce qui vous préoccupe !

    • « Je ne vais pas me faire que des amis, je le sens bien, mais les propos de Philippe le Routier me laissent un peu perplexe  »

      Ben pourquoi voudriez-vous que votre commentaire vous fasse avoir des ennemis ici ?

      C’est logique que certains de mes propos vous laissent perplexe, déjà, on a tous son vécu propre, et, n’oubliez pas que j’écris souvent en pleine nuit, j’ai parfois du mal à faire la synthèse de ce qui me passe par la tête.

      Aucun de nous, avec la meilleure volonté du monde ne pourra jamais être un parent parfait… L’essentiel, je crois que c’est de faire de son mieux.

      Ensuite, chaque enfant a son caractère, ses facilités et ses difficultés, idem pour nous, donc, faut faire avec.

      Bref, quand la critique est constructive elle est non seulement bonne, mais elle est indispensable, d’ailleurs, j’ai pas trop l’impression que vous critiquez, j’ai plutôt l’impression d’un complément… Moi, ça me gêne pas !

      Le choix de musique, vous n’aimez pas ?
      Moi j’aime bien !
      Mais ça, c’est une question de goût.

      Vous imaginez un monde où l’on serait d’accord sur tout et tout le temps ?
      Oh punaise, qu’est-ce qu’on se ferait chier !

      Donc, je valide votre avis et celui de Christine, car il me semble bien qu’on est, en effet, sur la même longueur d’onde et c’est le principal.

      Ensuite, pour finir, vous êtes Chatelain…
      … Je ne suis qu’un gueux !
      Logique encore donc, qu’on soit pas à 100% d’accord.
      (blague pourrie c’est vrai, mais j’ai pas pu me retenir !)

      Vous êtes patriote !
      Moi aussi !

      Le reste c’est du détail.

  13. Bonjour Philippe,

    Pour que nos enfants soient heureux il faut leur apprendre à être libre. Il faut leur apprendre à se limiter donc à ce connaitre. Le bonheur doit se conquérir par un travail libre. C’est tout le sens de l’enseignement classique Français que nos socialistes veulent détruire via notamment la modification des programmes scolaires. C’est pourquoi il est primordial de lutter contre la réforme le l’enseignement en cours. Merci Philippe de nous avoir rappelé un des buts de l’éducation y compris nationale à savoir celui de « conduire » nos enfants vers un état ultime d’Homme. Les former pour qu’ils deviennent des adultes avec une « tête bien faite » et non des sots à la « tête moins pleine » seulement avides de jouissances immédiates et de plaisirs faciles. La société contemporaine pouvait encore leur offrir de médiocres agréments dont ils seront privés par le totalitarisme islamique surtout les femmes d’ailleurs. C’est à dessein que le pouvoir s’attaque aux fondements de l’Education Française pour mieux imposer à nos enfants une doctrine qui fera d’eux non pas des adultes agissants en Homme mais des adultes serviles agissants en Bêtes.

  14. vous etes un père de famille digne je trouve PHILIPPE…c est tout a votre honneur…
    ca m enmerde beaucoup de savoir que l education nationale formate nos gosses a accepter la secte des égorgeurs…
    que puis je écrire d autre sur ce sujet….hormis mon dégout…..
    bon week end a vous!!!!

Les commentaires sont fermés.