Lutte psychologique contre l’islamisme par les musulmans eux-mêmes, par Anne Lauwaert

homme-pleurant2-448x293
 L’Iraq part en guerre contre ISIS en employant des méthodes de reality TV.

L’Iraq part en guerre contre ISIS en employant des méthodes de reality TV.

Article publié le 30.12.2014

Traduction abrégée d’un article de Rudi Rotthier qui a été publié dans le magazine flamand

Knack.

http://www.knack.be/nieuws/wereld/irak-trekt-met-reality-tv-ten-strijde-tegen-is-ook-vs-leger-zoekt-alternatieven/article-normal-521695.html

Irak trekt met reality-tv ten strijde tegen IS, ook VS-leger zoekt alternatieven

Rudi RotthierRudi Rotthier is correspondent voor Knack.be in Noord-Amerika.

Les USA ont constitué un groupe de travail spécial pour étudier les méthodes pour affronter l’Etat Islamique « psychologiquement » et « idéologiquement ».

L’Iraq confronte dans un reality-show les membres de ISIS, qui ont été fait prisonniers, avec leurs victimes.

L’émission s’appelle :  « Dans la poigne de la loi »

Une personne est présentée comme un « terroriste IS » On explique les preuves qui justifient l’accusation. L’accusé, qui exprime ses regrets, est mal à l’aise et a peur, il est habillé en jaune vif, les mains liées et est conduit sur les lieux de ses méfaits qu’il reconnaît. Ensuite le point crucial de l’émission est la confrontation du terroriste avec ses victimes ou leurs proches qui se déchaînent contre lui en l’insultant, le menaçant, mais sans vraie violence sur l’accusé qui est protégé par des soldats. Il exprime, les larmes aux yeux, ses regrets et ajoute même qu’il accepte d’être exécuté…

L’émission passe chaque vendredi sur Iraqiyya TV. et est, selon Der Spiegel, suivie par 9 million de spectateurs.

Les associations de défense des droits de l’homme ne savent pas par quel bout prendre l’affaire qui pose des tas de questions quant aux droits des prisonniers…

La télévision d’état produit aussi une émission satyrique critiquant l’islamisme et un deuxième reality-show dans lequel des journalistes suivent l’armée.

Le général américain  Michael K. Nagata chef des forces spéciales a commandé un rapport pour déterminer les cotés vulnérables de IS : « Nous ne comprenons pas ce mouvement. Et aussi longtemps nous ne les comprenons pas, nous ne pouvons pas les battre. » On continue à se demander comment IS fait pour avoir tant le pouvoir avec si peu d’hommes et on l’attribue à des « tactiques psychologiques ». >>

Parallèlement à la conversion des musulmans au christianisme ou à leur découverte de l’athéisme,  voilà donc la lutte psychologique et idéologique contre l’islamisme par les musulmans eux-mêmes… Le détricotage est en cours…

 Anne Lauwaert

 103 total views,  1 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. Après toutes les horreurs que ces fous ont commises, comment serait-ce possible de croire un seul mot de leur supposés regrets? D’ailleurs si cette émission télé-réalité est produite dans les règles du genre, c’est tout sauf la réalité! Faut vraiment être un cas lourd de connerie et de naïveté abrutie pour ne pas comprendre que ce genre d’émission suit un scénario et tout est programmé d’avance.

  2. Ne serait-il pas plus simple d’afficher sur toutes les TV du monde la bêtise criminelle des écrits; coran et hadiths. D’autant plus que beaucoup de fidèles des mosquées n’ont jamais lu le coran.

  3. « …voilà donc la lutte psychologique et idéologique contre l’islamisme par les musulmans eux-mêmes… Le détricotage est en cours… »

    Mais oui, soyons patients, car les musulmans vont d’eux-mêmes détricoter ce qu’eux-mêmes ont tricoté pendant 14 siècles.
    En résumé: dès que les Américains arrêteront de payer ces talk-shows débiles, nous ne verrons plus de prisonniers islamistes pleurnicher devant la caméra en demandant pardon aux proches de leurs victimes, dans l’espoir d’être mieux traités en prison, ou de bénéficier d’une réduction de peine.
    Le repentir d’un prisonnier menotté n’a aucune valeur, surtout quand il est exposé à la rancoeur de ceux dont il a détruit la vie, et quand il sait que 9 millions de téléspectateurs l’observent.
    A mon avis, les psychiatres qui ont mis au point ces méthodes mériteraient d’être rayés de l’ordre des médecins.

Les commentaires sont fermés.