A cause de l’islam, on prend n’importe qui pour apprendre à lire à vos enfants en Seine Saint-Denis !

CHAHUT

Vous avez un bac plus 4 en management ? Vous avez décroché le gros lot, vous avez le droit de vous retrouver dès demain devant des
enfants de primaire ou de maternelle.

Vous avez un bac d’arts du spectacle ? Vous allez pouvoir aller faire le clown devant des gosses pour leur apprendre vous ne savez
quoi ni comment…

C’est le désolant spectacle qui s’offre en Seine Saint-Denis depuis quelques mois. Le département manque cruellement d’enseignants.
On se demande pourquoi. Le département ne peut plus remplacer des enseignants absents. On se demande pourquoi.

 http://www.europe1.fr/societe/quand-pole-emploi-recrute-des-instits-par-telephone-2249395

« Un entretien plié en 2 ou 3 minutes. Les conseillers Pole Emploi appellent plusieurs centaines de personnes par jour. L’entretien dure deux ou trois minutes, juste le
temps pour les conseillers de poser les questions essentielles. A ce jour, une centaine de personnes a accepté l’offre d’emploi sur les quelques 300 postes à pourvoir au total.

Seul critère : un Bac +4. Des appels au hasard ? Pas totalement. Les chômeurs appelés par Pôle emploi doivent être titulaires d’une première année de Master. Les
candidats, qui se retrouveront face à des enfants de deux à onze ans, doivent enseigner aussi bien le français que les maths, l’histoire et la géographie, ou encore les sciences, une langue
vivante, les arts plastiques… »

Ici l’on est rassuré, on apprend que les enseignants ainsi recrutés seront  » seront accompagnés, comme les autres
ensei­gnants, par les ins­pec­teurs de cir­cons­crip­tions et par leurs écoles
. ». Les volontaires sont sauvés. Récapitulons : il n’y a pas d’enseignants disponibles pour assurer les
remplacements, ceux qui sont en poste sont devant leurs élèves  (et pas question en Seine Saint Denis de discuter le bout de gras à la porte de deux classes communicantes, les élèves ne
le supporteraient pas et on peut douter de l’utilité d’une formation ainsi dispensée). Quant  aux inspecteurs… en petit nombre, chargés de nombreuses écoles, comment pourraient-ils assurer
en quelques heures l’équivalent d’une formation qui demande deux années au bas mot ? 

Il est évident que le mépris des Sans-Dents s’étend à leurs enfants.

Imaginez l’un des enfants de Royal et Hollande en C.P. avec un instit ne sachant pas du tout comment apprendre à lire aux enfants
(parce que apprendre à un enfant, le sien, c’est une chose -et encore ce n’est pas si simple- mais apprendre à 25 enfants en même temps…). Je vois d’ici Royal porter plainte, faire la
révolution, elle qui a refusé d’inscrire, il y a quelques années, son fils à un célèbre cours de théâtre parce que ce dernier se trouvait dans un quartier mal famé…     

Mais, en Seine Saint-Denis, n’est-ce pas, la population est majoritairement issue de l’immigration et musulmane, et la minorité de
Français d’origine qui reste ne le fait que contrainte et forcée, parce qu’elle n’a pas le choix. Alors, Hollande, Valls et Bel Kacem ne risquent pas grand-chose… 

Les nouvelles féodalités, surtout socialistes, se moquent comme de leurs premières chaussettes des enfants des pauvres. D’ailleurs
il y a beau temps qu’ils se moquent de l’école tout court, qui a trop longtemps servi d’ascenseur républicain et de formation des élites. Des élites, il n’en faut surtout pas,  des élites ça
pense, ça conteste, ça sert de tête de file, ça pourrait même mener une révolution ! Alors puisque l’école républicaine a été massacrée à l’aide des réformes des pédagogistes et sociologues à la
gomme, pourquoi se casser la tête à former et recruter des enseignants ? Ça coûte cher, et en plus, en Seine Saint-Denis, vu la population difficile, majoritairement intoxiquée par l’islam,  ils ne tiennent pas la route, tombent malades et ne pensent qu’à demander
leur mutation pour la Bretagne ou des cieux plus cléments…  

Evidemment je vois là encore le rôle de l’islam. Ce n’est pas moi qui le dis, mais le Haut Conseil à
l’Intégration
 qui, dans son rapport de 2011 (depuis Hollande a dissous cette assemblée qui était devenue trop critique sur le
communautarisme musulman… ) dit clairement les choses ( le Haut Conseil à l’Intégration et ses membres ne disent pas que l’islam est une saloperie, mais comment penser autrement quand on lit
les extraits ci-dessous ? ): 

« L’école est fortement exposée, dans certains quartiers populaires, aux tensions ethnoculturelles. Le communautarisme progresse avec des demandes aménagements de différentes natures
pour tenir compte de pratiques religieuses ou supposées telles
« .

« Ainsi, il n’est plus rare que, dès l’école primaire, des parties du programme soient refusées : alors que le programme d’histoire en CM1 prévoit expressément « les Gaulois, la romanisation
de la Gaule et la christianisation du monde gallo-romain », au même titre que l’étude « des conflits et échanges en méditerranée au Moyen Âge : les Croisades, la découverte d’une autre
civilisation, l’islam », des enseignants se voient systématiquement opposés un refus de parents musulmans à l’étude, par leurs enfants, de la christianisation. Lesmouvements migratoires,
conséquences des Croisades sont remis en cause au prétexte que les Chevaliers n’ont pas existé ou que dans le meilleur des cas, ils n’ont jamais atteint le Proche- Orient ! Qui imaginerait que
l’éducation musicale soit contestée ? Pourtant, des enfants refusent de chanter dans une chorale ou de jouer de la flûte à bec au prétexte d’une interdiction religieuse. »

« Ainsi, la pression religieuse s’invite au sein des cours et dans la contestation ou l’évitement de certains contenus d’enseignement. Ainsi, les cours de gymnastique et de piscine sont-ils
évités par des jeunes filles qui ne peuvent être en mixité avec les garçons. Ces dispenses d’enseignement, parfois justifiées par des dérogations médicales « de complaisance », pose le problème du
vivre ensemble entre filles et garçons. Il arrive que des enseignants, désemparés devant le peu d’élèves à la piscine lors du ramadan, cherchent auprès de l’imam le plus proche la justification
religieuse à pouvoir suivre les cours dispensés. Par une volonté de bien faire, ces enseignants contreviennent alors au principe de laïcité et inscrivent de fait la religion comme ayant force de
loi
. »

« Si des contenus sont contestés ou refusés, d’autres sont demandés qui portent sur le pays d’origine et non pas sur celui d’accueil. »

« Depuis peu, les professeurs du domaine scientifique ne sont pas davantage à l’abri de contestations qu’ils doivent sans cesse contrer. L’évolutionnisme est remis en cause au profit d’une
action divine ou créationniste imposée par l’élève, sans argumentation. Loin d’être marginales, ces contestations sont suffisamment récurrentes pour être remarquées et nous avoir été signalées au
cours de nos auditions comme perturbant le bon déroulement des cours.
« 

« Par ailleurs, de plus en plus nombreux sont les établissements du second degré dont les enseignements peuvent être, sinon troublés par des évènements géopolitiques, au moins perturbés par
des questionnements au professeur qui éloignent des programmes et des connaissances constitutifs du cadre commun. Ces questionnements, ces prises de positions Loin d’être marginales, ces
contestations sont suffisamment récurrentes pour être remarquées et nous avoir été signalées au cours de nos auditions comme perturbant le bon déroulement des cours.souvent bruyantes exigent de
la part de l’enseignant une forte conviction dans la portée de son métier et une formation solide pour affirmer rigueur et autorité pendant une séquence afin de garder le cap. Contrairement à ce
que l’on entend, il n’est pas certain que les enseignants confirmés soient les mieux préparés à cet exercice car, confortés par des années d’écoute relative de leur auditoire, beaucoup confirment
l’émergence soudaine de situations de classes qui leur étaient jusque là inconnues. Décontenancés, certains lâchent prise. Aussi faut-il craindre que, pour acheter la paix dans la classe, des
parties de programmes ne soient plus abordées ou deviennent l’objet de négociations permanentes mettant à mal les outils indispensables à l’intégration sociale. »

« Ces dernières années sont marquées par une affirmation de l’appartenance religieuse dans les comportements des élèves. Face à cela, les enseignants et les équipes éducatives ne savent pas
quelle attitude choisir : certains font semblant de ne pas voir le problème, d’autres justifient es comportements par la victimisation de ces élèves, d’autres encore cherchent un fondement
religieux pour légitimer leur cours… d’autres enfin refusent de négocier en tenant bon sur la laïcité. Enfin, insistons sur le fait que ces contestations perturbent le bon déroulement des cours
et empiètent sur le temps dévolu aux enseignements. Cela est un facteur supplémentaire qui peut contribuer à renforcer le fossé entre les savoirs acquis par les élèves de ces territoires et ceux
d’établissements plus à l’écart de ces débats.
« 

« 3.2 L’enseignement de l’histoire : le « roman national » contesté

La France est depuis longtemps un pays d’immigration. Pour des générations d’enfants d’immigrés, la remise en question de l’histoire ne s’est pas posée. La formule bien connue de « nos
ancêtres les Gaulois », aujourd’hui considérée comme assimilatrice, était conçue comme un moyen d’intégrer dans une même histoire des écoliers venus de pays différents. La France étant une terre
de droit du sol, le lien qui unit les nationaux est un lien de communauté choisie

qui s’incarne dans une histoire nationale. Or, depuis plusieurs années, dans un nombre croissant d’établissements, les cours d’histoire sont le lieu de contestations ou d’affrontements, de
mise en concurrence de mémoires particulières qui témoignent du refus de partager une histoire commune. Les sujets difficiles portent sur ce qui apparaît comme une concurrence des mémoires ou une
difficulté à gérer une « contradiction dans le sentiment d’appartenance » ».

« Trois questions provoquent des situations de tension dans certains établissements :

– l’enseignement du fait religieux ;

– l’extermination des Juifs d’Europe ;

– le Proche-Orient (le conflit israélo-palestinien).

On peut y ajouter la décolonisation, notamment la guerre d’Algérie et les Etats-Unis (guerre du Golfe, guerre d’Irak, attentats de septembre 2001). »

« Plusieurs incidents sont liés à la visite de lieux de culte ou mémoriaux (refus de visiter des églises ou des mosquées, refus de visiter les cimetières de Verdun…). Des revendications
religieuses se font jour : demande de pause pour la rupture du jeûne lors du Ramadan, rupture du jeûne de professeurs musulmans avec leurs élèves dans un collège du Nord de Paris, refus de
représentation de figures humaines en cours de dessin… »

« L’antisémitisme est souvent exprimé anonymement et peut se manifester lors des cours consacrés à l’enseignement du génocide des Juifs : plaisanteries déplacées, refus de voir des films comme
Nuit et Brouillard. Les tensions viennent souvent d’élèves qui s’affirment musulmans. L’antiaméricanisme est souvent lié à l’antisémitisme
. »

Alors, si les enseignants, malgré le chômage, malgré la crise, désertent la Seine Saint-Denis, il faut bien en accuser l’islam, que
cela plaise ou pas à Boubakeur, Valls et compagnie !

On rappellera pour la petite histoire que la désaffection professorale pour ce département remonte à plusieurs années

http://www.vousnousils.fr/2012/11/02/penurie-enseignants-il-faut-plan-marshall-pour-93-seine-saint-denis-536721

http://www.vousnousils.fr/2013/04/26/classes-sans-maitre-il-faut-un-plan-d%E2%80%99urgence-en-seine-saint-denis-546540

Et pourtant, à part mettre encore plus d’argent, plus de moyens, engager des professeurs ne sachant pas enseigner, on n’a pas trouvé
de parade. Normal, la seule parade possible serait d’interdire l’islam – et les pédagogistes- dans notre pays. 

 

Christine Tasin

Les commentaires postés les 7 et 8 ne seront pour la plupart d’entre eux validés que le 9 dans la journée, je serai très occupée et loin de l’ordinateur pour cause de procès, de débats et de rendez-vous divers et variés ces deux jours… Retour aux nouveaux articles jeudi, quelques-uns programmés très tôt comme d’habitude et quelques nouveaux au cours de la journée… 

Avec toutes mes excuses.

Christine Tasin

 183 total views,  1 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Ce qui soudait les français dignes de ce nom et de toutes origines sociales, c’était précisément la culture de leur langue, adoptée en même temps que leur république. Mais l’intégration aujourd’hui n’est plus qu’une hypocrisie : Mettre une musulmane à la tête de l’éducation nationale est déjà une trahison politique. Pour un musulman, le français est forcément secondaire.

    « L’arabisation se fait par l’adoption de la religion puisque celle-ci implique la connaissance de la langue pour la lecture du coran. Elle est totale pour la Syrie et l’Egypte où le syriaque et le copte disparaîssent. La transformation des populations est partout décisive car les prescriptions coraniques ne sont pas seulement religieuses mais fixent le cadre de toute la vie » ( d’après Jacques Cartier, « l’aventure des hommes », 1974 )

  2. voici le texte intégrale authentique du discours qu’a prononcé Claude Bartolone en tant que Ministre délégué de la Ville du Gouvernement socialiste Jospin sous Chirac !
    P

  3. Christine, bonjour.
    Heureusement que personnellement je suis à la retraite de l’EN…..Après 40 ans d’enseignement: normalien, instituteur (hussard de la République), professeur de collège (français-espagnol), formateur en FLE et formateur de formateurs, certifié d’espagnol et …….retraité. Voilà mon parcours, mais aujourd’hui je me désole des niveaux atteints par l’école, collège et lycée….c’est le laxisme le plus complet, les chiffres sont mensongers le Bac est galvaudé, on le brade avec les fameux 80% d’une classe d’âge !!
    Je ne suis plus en France depuis 30 ans, j’ai travaillé pas mal d’années à l’étranger, mais j’imagine trop bien le type d’élève dont parle le rapport de feu le Haut Conseil à l’Intégration dissout par le « Guignol de l’Elysée ». C’est lamentable…et merci pour nous faire connaître ce rapport….sûrement étouffé par « le politiquement correct » du Guignol « farceur » précédent et de l’actuel. Et c’est pas Belkacem qui arrangera les choses !!
    ¡ Pobre Francia !

    • Oui Pierre, moi qui ai consacré ma vie active à l’enseignement avec passion et bonheur je suis malade, vraiment malade, de voir ce qu’on a fait de notre merveilleux ascenseur républicain

  4. Le 9 3 est un département considéré comme perdu depuis pas mal d’années déjà, mais avec les lâches que nous avons depuis des décennies au pouvoir, rien de surprenant, pas étonnant que dans ces conditions l’école républicaine et les enseignements scolaires soient de plus en plus contestés, en fait il faut réécrire l’histoire de France, refaite par les immigrés musulmans, effectivement quand on parle de nos ancêtres les gaulois et de la romanisation de la Gaule peu avant l’ère chrétienne ne correspondent en rien aux musulmans communautarisés qui peuplent ce département, pour eux ce n’est absolument pas leur histoire, qui leur ait complètement étrangers, c’est la nôtres celle des français de souche, ce qui n’est pas le cas des musulmans, et je dit cela sans aucuns racisme, mais tout simplement en étant réalistes, quand a ceux qui sont persuadés du contraire, eh bien ceux là sont des ânes.

  5. Bonjour,

    Les élites ne veulent absolument pas considérer ce problème de l’immigration …

    C’est exclu , c’est tabou !

    Ce matin , sur BFM , débat sur l’Ecole avec uniquement des libéraux.

    Des solutions …libérales sont proposées devant la faillite du système scolaire actuel.

    Rien , absolument rien n’est dit sur les responsabilités d’une politique d’ immigration folle …

    Pourtant les lycées de centre ville continuent de fonctionner « comme avant » pendant que les lycées des banlieues de l’Islam continuent à sombrer dans toujours plus de barbarie …

  6. Le principal c est d apprendre comme ils disent les bons principes dés le début.
    Une chance pour la France d etre le premier pays musulman d Europe selon l ordure Plenel. dans l’atmosphère chaude et fraternelle des familles, des coins de rue et des écoles. Vivement ces nouveaux travaux pratiques dans nos écoles de la republique.

    https://www.youtube.com/watch?v=V1ZbHckg0FM

  7. Bonjour Christine, je penserai bien à vous ce jour de votre procés, et je suis persuadé que de très nombreux amis inconnus ou connus aussi.
    Suggestion ; pourquoi ne pas dénoncer le silence radio ahurissant concernant l’égorgement de 75 millions de moutons et autres animaux dimanche dernier dans le monde entier ?

  8. Il n’y a pas que les enseignants qui désertent la Seine Saint-Denis, il y a les médecins, les libraires, les habitants français de souche mais aussi tous ceux qui ont fuit la charia dans leur pays pour trouver la Liberté en France; ces derniers sont horrifiés par ce qu’ils voient et ne comprennent pas l’aveuglement de la classe politique française.

    Un bac plus 4 en management devient enseignant de primaire ou de maternelle…

    Éducation Nationale : « Où en est l’enseignement …. Il subsiste toujours des problème mais on se serre les couds. C’est ainsi que Monsieur Frank Bardu professeur d’éducation physique a décidé de prendre la place du professeur de philosophie toujours vacante. »
    http://www.dailymotion.com/video/xtmut_les-inconnus-les-professeurs_fun

Les commentaires sont fermés.