Pourquoi, moi, chrétienne d’Orient, j’ai perdu mon respect pour les musulmans « modérés » – Par Eva


chretiens_mossoulChristine, dans une note de l‘article consacré au financement de l’EI   dit  : « …où le statut de dhimmi est clair et où les non musulmans acceptent la place qui leur est réservée, on finit par ne plus voir l’islam tel qu’il est et que l’on se satisfait d’une situation « pacifiée… »

Les non-musulmans de ces pays n’acceptent pas la place qui leur est réservée, mais personne ne leur a demandé leur avis avant de leur octroyer un statut de citoyen de seconde zone.
Je ne me souviens pas avoir voté pour avoir ce statut de dhimmi. Je suis née dans une région que les musulmans avaient déjà envahie depuis des siècles.

Ne pouvant pas changer une situation si ancienne, ma priorité était de rester chrétienne, et de ne pas accepter les conditions imposées aux femmes musulmanes, ni les interdits de la religion musulmane en général. J’ai toujours mangé du porc, j’ai toujours porté une croix autour du cou, je n’ai jamais porté le voile, j’ai toujours été à l’école le vendredi, et eu congé le dimanche. J’allais à l’église la peur au ventre (risque d’attentat) mais j’y allais quand même. Les cloches des églises pouvaient sonner, et j’en étais heureuse, car je savais que pour d’autres chrétiens du Moyen-Orient, le son d’une cloche était inconnu, et remplacé par la sinistre gueulante du muezzin du haut de son non moins sinistre minaret.

Il est vrai que j’ai cru, dans ma jeunesse, que l’islamisme n’avait rien à voir avec l’islam, car les musulmans que je fréquentais, dans mon école chrétienne ou ailleurs, semblaient très éloignés des barbus enragés qui égorgent les non-musulmans.
C’est en grandissant que je me suis rendue compte que ces musulmans adorables ne manifestaient jamais leur désapprobation quand leurs coreligionnaires barbus massacraient leur voisins chrétiens.
J’ai mis ce mutisme sur le compte de la peur. Puis je suis venue en France, et j’ai constaté que les Français musulmans, bien que non menacés, ne protestaient jamais contre les exactions que leurs coreligionnaires commettent en France ou ailleurs. Ca m’a mis la puce à l’oreille, et j’ai perdu mon respect pour les musulmans « modérés ».

Beaucoup d’Occidentaux, quand ils veulent désigner un islamo-collabo, le traitent de dhimmi, ce qui est insultant pour les non-musulmans des pays musulmans.

Car le statut de dhimmi n’est pas choisi, il est imposé. Et je trouve que les non-musulmans en Orient ont plus de courage que bien des Occidentaux, qui ont peur de dire du mal de l’islam car ils sont psychologiquement menottés par le politiquement correct.

Pour donner un exemple: la France ne subit l’invasion musulmane que depuis une trentaine d’années, tandis que les chrétiens en Orient ont été envahis par les musulmans depuis 14 siècles. Je trouve que la gangrène de la religion de paix, d’amour et de tolérance se propage plus vite et rencontre moins de résistance qu’en Orient. Ce n’est pas un avis personnel, c’est un Français qui a longtemps habité en Orient qui a attiré mon attention sur ce point.

En Occident, la peur d’être mal vu réduit au silence les citoyens qui jouissent pourtant d’un régime démocratique. En Orient, des non-musulmans sont crucifiés, violés, emprisonnés, égorgés, mais refusent de céder et de se convertir à l’islam.
Je les trouve très résistants, ces dhimmis-là. Car leur dhimmitude est subie, tandis qu’en Occident, les islamo-collabos récoltent une dhimmitude choisie.

Jusqu’à il y a quelques années, j’avais l’impression que l’islam entrait dans la société française comme dans du beurre. J’étais effarée. La découverte des sites de ré-information sur l’islam fut une joie indescriptible pour moi.
A présent que les langues commencent à se délier, que la vérité commence à éclater, on entend les musulmans et leurs complices gauchistes s’offusquer de l’islamophobie « décomplexée » qui fuse de partout.

Pourquoi devrions-nous avoir des « complexes » pour dénoncer une idéologie barbare déguisée en religion ?

Eva 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Eva

J'ai choisi pour me représenter un « noun » (la lettre N en arabe), que les musulmans peignent sur les portes des maisons des « Nazaréens » (chrétiens d’Orient) afin que leurs hommes de main passent les piller et les brûler.


16 thoughts on “Pourquoi, moi, chrétienne d’Orient, j’ai perdu mon respect pour les musulmans « modérés » – Par Eva

  1. Avatarmyosotis75

    Bravo Eva, et merci pour ce très bel article que tous nos concitoyens devraient lire, et en particulier les journalistes de la presse « correcte »

  2. Avatarfaucheux jean

    Cette dame est d’une rare intelligence , logique , et courage , je lui tire mon chapeau , ce que je ne peux en aucun cas faire envers nos politiques collabos ainsi que tous ces médias aux langues fourchues , à la solde de ces mêmes politiconnards , roublards , menteurs , qui veulent nous faire croire que l’islam modéré existe , ce n’est qu’un trompe l’œil , une désinformation bien orchestrée et une porte grande ouverte à l’invasion barbare pour la deuxième fois , il est temps de prendre conscience que nous devons non seulement combattre cette invasion , MAIS surtout éliminer de la gouvernance ceux qui leur ouvrent la porte ,

    à leurs installations ,exactement comme faire entrer le « RENARD DANS LE POULAILLER »

  3. AvatarEmile

    Cette dame a bien raison. des musulmans dit « modérés » se réjouissent même quand ils apprennent ce que les djihadiste font au chrétiens

  4. AvatarAntiislam

    Bonjour,

    Les témoignages qui paraissent dans la Presse sur l’Irak décrivent bien que « les gentils voisins musulmans » participent aux pillages des biens des Chrétiens d’Irak orchestrés par l’EIIL …

    Réfléchissons un peu : l’adorable voisin musulman qui vit près de chez vous , en France , (il y en a beaucoup) de quel côté sera-t-il quand ses frères seront assez forts pour mener le djihad contre la France ?

    Tu penses sérieusement , ami lecteur de RR , qu’il se rangera à tes côtés alors que ses frères djihadistes seront en passe de lui offrir sur un plateau un Etat islamique , une France totalement islamique , seule configuration où il peut espérer vivre pleinement sa « foi » ??

    1. EVAEVA

      Parler, c’est lutter.
      Lutter contre le silence qu’on nous impose. Lutter contre la désinformation,
      Les amendes auxquelles ont été condamnés Madame Tasin, Messieurs Camus, Cassin, Hilout…visaient à les faire taire. Les menaces qu’ils reçoivent de la part des musulmans prouvent que parler quand les silence est de mise est une arme redoutable.
      Donc parler, dire la vérité sur l’islam, ouvrir aux yeux de ceux qui sont victimes de la taqiyya, c’est un acte de résistance, qui n’est pas suffisant, mais qui est indispensable.

  5. AvatarJosiane Filio

    Bravo Eva pour ce beau texte qui nous touche directement au coeur, et félicitations à vous et aux Chrétiens d’Orient qui effectivement n’ont pas revendiqué leur dhimmitude, et possèdent le courage qui manque tant aux musulmans prétendus modérés mais qu’on n’entend JAMAIS se révolter ici.

    Car même si la France file un mauvais coton, ils n’auraient rien risqué de refuser dès le début les exigences des imams haineux et extrémistes. En fait c’est leur lâcheté qui a boosté les progrès de l’islam. Nos collabos au pouvoir auraient été obligés de choisir entre les modérés et les extrémistes si la différence était bien clairement établie … alors que leur silence a permis de faire croire que les musulmans parlaient d’une seule voix et de nous museler en prétendant que les extrémistes sévissaient au loin, mais que chez nous, ne séjournaient que de « gentils » islamistes modérés. Votre texte remet donc bien les pendules à l’heure.

Comments are closed.