Lycée : pour en savoir plus sur les bidouillages des notes aux examens, par Jean-Paul Saint-Marc

Publié le 26 juin 2014 - par - 3 commentaires

profLe SNALC se réveille d’un long sommeil, Peillon n’étant plus ministre de l’EN !

Je vais vous conter le premier bidouillage que j’ai vu aux examens.
CAP habillement en 81, réunion de Niort.
Le président du jury : « Un président de gauche a été élu, il faut être compréhensif* !
* : je ne me rappelle plus de l’exacte formulation, mais c’est le sens.
Nous n’avons eu aucune réaction, nous étions totalement surpris. Les représentants des employeurs idem !

Les jurys du BAC sont pas mal, quand on y assiste… Avec en plus une réglementation plus que surprenante (arrondi en points entiers obligatoirement majoré si décimales dans une matière : simplification des calculs par ces temps d’informatique !)… Les épreuves sont organisées de façon à multiplier les points, ainsi les épreuves expérimentales (physique, SVT) voient souvent la partie expérience avec plus de la moitié des points -niveau professionnel V- aux dépens de la partie exploitation -niveau professionnel IV. La première année, l’épreuve expérimentale était sur 5 points à arrondir en point entier. Ayant réagi par un article, j’ai été « invité » par l’IG de physique qui était aussi le doyen des IG… Je ne me suis pas dégonflé et la notation a été changée…
La palme est quand même le remplacement du résultat d’une épreuve écrite au choix du candidat par un oral. A l’oral, il est rare de ne pas avoir la moyenne, remplacer par exemple un 6 par un 10 au coef 6 fait gagner ainsi 24 points !

Dans les pressions, le comparatif des moyennes des résultats, on considère que statistiquement les moyennes doivent être identiques. Ceci peut se justifier, mais à l’excès on nivelle les différences entre établissements. A la limite le collègue réticent à qui on demande de relever ses notes peut se voir « promettre » une inspection, voire risque de se trouver sans classe d’exam en lycée, en somme une sorte de bannissement… Bien sûr, ceci est pratiquement impossible à prouver, les justifications sont innombrables. A la limite, pour se défendre, on tombe dans des procédures de harcèlement… De toute façon sont aussi en place des procédures de sanction par opposition à des promotions (la hors classe où les avis ont pris un poids considérable).
Il faut cependant savoir, que faire pression sur un jury, peut être considéré comme tentative de corruption de fonctionnaire. Je n’ai pas connu un prof ayant engagé une plainte !

Jean-Paul Saint-Marc

Print Friendly, PDF & Email

3 réponses à “Lycée : pour en savoir plus sur les bidouillages des notes aux examens, par Jean-Paul Saint-Marc”

  1. Jean-Paul Jean-Paul dit :

    L’épreuve à l’oral -deux en réalité- dont il est question, c’est pour le rattrapage… L’élève qui a obtenu entre 8* et 10** au premier tour et qui doit passer une deuxième partie va généralement choisir à l’oral les épreuves où il a les notes les plus faibles…
    * : avec un 8 de moyenne, c’est que le jury lui a accordé des points sur le tapis vert pour qu’il puisse se présenter l’oral !
    ** : à 10 juste, c’est que le jury lui a accordé des points pour éviter l’oral !
    Dans les jurys, on voit des professeurs qui demandent à voir la copie du candidat pour voir s’ils peuvent accorder un point en plus… D’autres sont plus « expansifs »…

  2. Avatar Philippe le routier & Co dit :

    Et cette année, d’après ce que j’ai vu au JT de « rance2 » (et même sur tv-Libertés il me semble) après la fronde des étudiants (ouins, snif, c’était trop dur !) il font tellement trafiquer les coefficients et faire preuve de mansuétude…
    …Que dans certaines matières ils vont noter… Sur 24 ! ! !

    Bon, d’un côté ça permettra aux candidats du bac (Brevet Aux Chialleurs) de l’avoir même s’ils sont nuls (nos « chances pour la France » seront contentes.)

    Mais d’un autre côté, un très bonne élève pourrait avoir 24/20 ! (l’an passé on a eût des 21,5/20 !)
    Mathématiquement c’est absurde, mais, c’est pourtant mis en place !

    Moi j’ai retrouvé les épreuves de MON brevet de collèges !
    Et bien je pari que beaucoup de bacheliers version 2014 se casseraient les dents dessus.

    Anecdote rapide. Une de mes filles à une amie. Quand les petites veulent se voir hors classe, franchement je préfère les sms plutôt que de téléphoner.
    Et bien je reçois des réponses de la maman de l’amie de ma fille bourrées de fautes (j’en ai déjà compté 8 sur un sms de 6 lignes)

    Profession de la dame ?

    PROF DE FRANÇAIS ! (dans un collège sensible cela dit.)

    • Avatar Christine Tasin dit :

      Arrête, Philippe tu vas me casser définitivement le moral, faut pas me raconter des horreurs pareilles… ô Education nationale que j’ai tant aimée…

Lire Aussi