Insécurité : Génération identitaire descend du métro lillois


generation-antiracailleshttp://www.lavoixdunord.fr/region/insecurite-generation-identitaire-descend-du-metro-lillois-ia19b0n1987780

Puisque l’insécurité et le sentiment d’insécurité augmentent. Puisque les racailles sortent libres du commissariat, trop souvent non poursuivies en justice, trop souvent condamnées à des peines dérisoires quand elles sont poursuivies, il est normal que le peuple se prenne en charge.

Ici on achète des bombes lacrymo, là on prend des cours de self-défense, ailleurs on crée des milices de quartier… et chez les Identitaires, on fait des descentes dans les transports en commun, pour recruter et sensibiliser les citoyens.  POurquoi pas ?

Contrairement à ce que voudrait sous-entendre le journaliste une vingtaine de jeunes déterminés luttant contre l’insécurité, je suppose que ça a rassuré plus d’une personne âgée et plus d’une adolescente ! Cela ne peut pas faire naître une quelconque insécurité, au contraire.

Quant à imaginer que la présence de ces jeunes pourrait susciter une réponse des racailles visées, on sent que le journaliste l’espère presque, histoire de dire que Génération identitaires aurait provoqué la bagarre… sauf que, si des racailles se sentent stigmatisées d’être traitées de racailles, c’est qu’elles sont bien des racailles et, si elles sortent du bois, il sera du ressort de la police de les arrêter. Parce que, tout de même, elles ne vont pas oser faire des rames de métro des territoires perdus de la République avec la bénédiction de nos édiles !

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


3 thoughts on “Insécurité : Génération identitaire descend du métro lillois

  1. JackJack

    Et voilà la réforme pénale que proposera sous peu Christiane Taubira à l’Assemblée Nationale, en gros, selon Laurence Havel, Secrétaire nationale de l’Institut pour la Justice :
    – Supprimer les peines plancher qui permettaient de punir (un peu) plus sévèrement les recidivists.
    – Libérer des milliers de délinquants « sous contrainte pénale », donc en liberté dans nos rues plutôt que neutralisés en detention.
    – Rendre quasi-automatique la libération de tous les criminels à la moitié de leur peine, ce qui leur permettra de récidiver plus tôt .
    Si les généraux Soubelet et collègues de la gendarmerie nationale ne lèvent pas le petit doigt, c’est à désespérer.

Comments are closed.