Quand certains catholiques ont tout oublié de l’histoire de leur église… Par Hundrid

unions homoJe suis effaré de la collusion entre certains musulmans et certains catholiques à propos des sujets sociétaux et notamment dans le rejet de l’homosexualité. Ils en oublient ou négligent le vrai combat, nécessaire, contre l’islam. Mme Tasin, vous pourriez rappeler à Mme Boutin et Mme Bourges qui copinent avec Mme Belghoul (ou ghoul tout court ? *rire*) la position de l’Église catholique au Moyen-Age sur l’union de personnes du même sexe qui les rendrait malade.

Unions du même sexe : De l’Europe antique au Moyen Age

http://www.amazon.fr/Unions-m%C3%AAme-sexe-lEurope-antique/dp/2213597189/ref=sr_1_14?s=books&ie=UTF8&qid=1394609846&sr=1-14&keywords=moyen-age+europe

« Le caractère relativement récent _ à l’aune de l’histoire _ du rejet puis de la répression de l’homosexualité en Occident est à présent bien établi: ils accompagnent la sacralisation du mariage et l’exaltation de la monogramie. Encore faut-il savoir ce qu’il en était auparavant, afin de prendre la mesure de cette mutation sociale et mentale.Au haut Moyen Age, ce n’est pas de simple tolérance, estime John Boswell, qu’il faut parler mais d’une reconnaissance de l’homosexualité à travers certains rites agréés par l’Eglise. Le vocabulaire, certains mots peuvent avoir des connotations affectives et non pas forcément juridiques ou sociales; quant au mariage, au concubinage et au divorce, ils sont désignés dans certains textes par les mêmes termes, qu’ils s’appliquent à des relations homo ou hétérosexuelles.Dès le IVe siècle et au moins jusqu’au XIIe siècle, particulièrement en Orient, l’auteur relève de nombreux exemples de cérémonies qui solennisent, entre deux personnes du même sexe, une relation affective stable reconnue par la collectivité et sanctionnée par l’autorité religieuse. De nombreux textes traduits et commentés avec subtilité forment la base d’une rigoureuse réflexion d’historien.Nul doute que ce nouvel ouvrage de John Boswell provoquera d’âpres débats, mais il sera difficile de l’ignorer.John E. Boswell (1947-1994), professeur à l’université de Yale, a publié plusieurs ouvrages relatifs à l’histoire sociale et des mentalités au Moyen Age, dont deux ont été traduits en français: Christianisme, tolérance et homosexualité, Gallimard, 1985 et Au bon coeur des inconnus, Gallimard, 1993. »

Commentaire sur Amazon :

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile
5.0 étoiles sur 5

Non il n’y a pas eu dans l’histoire une seule conception du mariage
3 août 2012
Par M. Vincent ROBAINE
Format:Broché|Achat authentifié par Amazon

Cet ouvrage est un travail universitaire très sérieux et très documenté. Il est passionnant de par ce qu’il révèle que la position actuelle de l’Eglise catholique sur le mariage et la famille qu’il soit hétérosexuel ou homosexuel ne date que de la moitié de son histoire et qu’elle s’est accommodée à d’autres époques d’une vision totalement diffèrente voir opposée.
A lire absolument donc pour avoir des arguments de taille à opposer à la droite conservatice chrétienne (Boutin, Vanneste et consorts) dans le futur débat sur le mariage pour tous.
Un seul regret : pour rendre son livre acessible au grand public John Boswel a cru bon de renvoyer en note tout ce qu’il n’estimait pas indispensable pour être compris, position certes louable mais qui rend la lecture de son ouvrage peu aisée pour le lecteur érudit qui doit jongler entre le texte et les notes en fin de livre.

Hundrid

 159 total views,  1 views today

image_pdf

17 Commentaires

  1. Au nom de quoi devrait on se soucier des interdits d une doctrine aussi ignoble que celle de l islam ? k

  2. @Christine
    Ayant hier fait quelques recherches sur le sujet, j’espère que mieux informé que moi vous répondra. Mais ces « unions » n’étaient pas des mariages mais bel et bien des adoptions, il n’y avait rien de sexuel dedans donc absolument rien à voir avec le mariage homo. John Boswel a un peu manipulé les faits. Les chrétiens depuis le début (sauf quelques protestants) ont toujours pensé que le mariage était uniquement entre un homme et une femme. D’ailleurs le mariage-sacrement n’existe que depuis 1200 environ. Il n’y a donc pas méconnaissance, par les cathos, de leur histoire. Mais les chrétiens doivent respecter les homosexuels et les aimer comme leur prochain.

    • Merci Sandrine pour ces éléments, on va attendre le compte-rendu de lecture de Philippe pour confronter les points de vue, mais j’avais déjà lu des études sur les unions d’homosexuels au Moyen âge qui étaient bien des unions sexuelles et je n’ai pas le temps de fouiller dans ma bibliothèque et sur internet mais je suis sûre que nous aurons d’autres éléments de la part de nos lecteurs… à suivre ! Par ailleurs effectivement la vraie conclusion c’est bien de respecter les choix de chacun

  3. Sur le genre et les Catholiques , quelques réflexions au fil de déclarations de Belghoul …

  4. Oui, ce serait bien de nous donner un résumé objectif de ce livre. Cependant à ma connaissance, dans l’ancien testament l’homosexualité est vigoureusement condamnée. Dans le nouveau testament rien sur l’homosexualité à ma connaissance, mais le Christ parle du mariage comme l’union de l’homme et de la femme. Et c’est la position des cathos (les protestants sont plus souples). D’autre part, chercher l’origine historique est intéressant, mais cette recherche nie en quelque sorte l’évolution de la pensée, fixer la pensée religieuse à un moment donné de l’histoire, n’est-ce pas un glissement vers l’intégrisme et le fondamentalisme ?…
    En fait la position du Christ n’est-elle pas ce que Christine a dit dans son discours du 9 mars : avant, on n’en parlait pas (de l’homosexualité) et chacun faisait ce qu’il voulait…?

    • Oui l’homosexualité n’est pas présente, ni en bien ni en mal dans les Evangiles selon mes souvenirs qui commencent à dater, j’étais chrétienne il y a près de 40 ans… 😉 tout simplement parce que la société de l’époque, dominée par les Romains héllénisés n’y voyait aucun problème ; par ailleurs si j’ai bien compris la démarche de Hundrid, il ne s’agit pas d’interidre l’évolution et de figer quelque dogme ou église mais il s’agit de remettre les pendules à l’heure pour les intégristes qui ne parlent que de « loi naturelle » de loi de l’église qui serait immuable. Accepter de voir l’évolution c’est accepter qu’il n’y a it pas sur ce sujet une vérité intangible pou rl »éternité.

  5. @ Lanlignel Armand,

    Vous pouvez lire la critique de Claudine Leduc

    Extrait :

    Texte intégral en libre accès disponible depuis le 21 mars 2003.

    1Il s’agit certes d’un dossier de passion et de combat destiné à soutenir la cause de la reconnaissance officielle des « unions du même sexe » dans les sociétés d’aujourd’hui, mais d’un dossier constitué par un historien de grande notoriété et très érudit : 293 p. de thèse, 77 p. de documents à l’appui et 128 p. de notes ! D’une écriture pressée et émue, parfois douloureuse et toujours vibrante, le plaidoyer est volontairement provocant : considérée comme inhérente au judéo-christianisme, la tradition matrimoniale qui identifie amour, union hétérosexuelle et reproduction légitime et rejette sans appel tout autre modèle de couple est, en fait, une tradition récente : les églises chrétiennes ont accepté « les unions du même sexe » jusqu’au concile de Latran IV (1215) qui a érigé l’union hétérosexuelle en sacrement ; les sociétés de l’Antiquité gréco-romaine et du début du Moyen Âge ont reconnu publiquement, voire juridiquement, deux modèles comparables d’union permanente et exclusive, le mariage hétérosexuel « pour la famille et pour la patrie » et l’union homosexuelle fondée sur la réciprocité des sentiments.

    La suite ici : http://clio.revues.org/327

    • Merci pour ce lien qui est déjà assez étoffé en montrant que la question n’est pas simple et qu’il faut connaître bien des choses sur le contexte historique pour ne pas trop se tromper.

      Cet article de Claudine Leduc me suffit étant donné la complexité du sujet.

      • En complément, je suis déçu car j’ai l’impression que l’on ne peut rien avoir de sûr. Aucune certitude donc chacun peut tirer la couverture à lui!

        Néanmoins, attendons le résumé que Philippe s’est proposé de faire. Je lui souhaite bon courage et bien du plaisir!

  6. Que le clergé se pose des questions sur la désertification des églises en campagne Pour être dans un petit village actuellement ,j’observe et écoute ,ce dont se plaignent les anciens paroissiens: plus de messe, une fois tous les 6mois, des prêches,qui consistent à demander de l’aide sonnante et trébuchante pour les pays Africains, alors que de nombreux villageois âgés vivent avec des ressources frôlant le seuil de pauvreté… Tous les prêtres vivent à plusieurs , en ville ou dans les gros bourgs et refusent de se déplacer , les obsèques sont pratiquées par des civils quant aux messes anniversaires des défunts de même que les baptêmes ,le tout groupé coûte le même prix,aux familles…….Je constate que lorqu’il y a une messe peu de gens se déplacent , le prêtre est pour eux est un inconnu… quant à la petite église qui est ancienne, ravissante ,elle est fermée à longueur de temps et commence à se détériorer, qu’importe , elle sera peut-être vendue, transformée en restaurant, boîte de nuit ou autre, notre patrimoine culturel fiche le camp, mais l’episcopat à d’autres ouailles à se préoccuper!!!

  7. Merci pour cette information très intéressante. Mais qui aura le courage de nous faire un résumé en moins de cent pages de ce gros bouquin de six cents pages (et à 30 euros)? Ou un simple aperçu de cinq à dix pages, cela rendrait bien service.
    Sur le fond, cette persécution des homos est déplorable. Elle est le fait de personnes totalement ignorantes des lois de la nature. Il faut du temps et de la réflexion pour s’apercevoir que l’homosexualité est simplement une caractéristique naturelle qu’il faut accueillir telle qu’elle est. Mais les esclaves des dogmes sont incapables d’objectivité.

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous, Armand, si quelqu’un pouvait accéder à votre demande on le publierait ; c’est cher et long en effet…

      • Je viens de le commander, réception demain. Le temps de le lire et je vous en fait un résumé. Le sujet m’intéresse et je ne connaissais ni cet ouvrage ni la position antérieure de l’Eglise sur ce thème. Merci Hundrid.

        • Génial ! Tu es génial ! on le savait mais ça se confirme ! Bises Si tu fais un compte-rendu un peu long au lieu de le mettre in extenso sur le site je le mettrai en téléchargement

Les commentaires sont fermés.