« C’est chic de parler français ! » me disait ma grand-mère avec son accent Alsacien, par Philippe le routier

Publié le 1 février 2014 - par - 14 commentaires

alsace-francaise-histoire-imagee-fischer-istra-1948-rattachement-la-franceEt elle avait raison !
Christine connaît mon histoire dans ses grandes lignes, je vais résumer pour ceux qui prendraient le train en route. Je suis alsacien… Ma femme est picarde… Fort heureusement nous sommes natifs d’une époque heureuse et aujourd’hui révolue qui nous a fait parler FRANÇAIS avant de parler notre dialecte régional.
Dans le cas inverse, je pense qu’on aurait connu de grandes difficultés de compréhension mutuelle. (Et c’est bien le but de notre gouvernement).

 Alors oui, je connais l’alsacien, je l’utilise avec mon Papa car né en 1932 il appartient encore à cette génération qui est plus à l’aise avec le dialecte qu’avec le français, MAIS, l’alsacien est en train de mourir, MAIS, C’EST UNE MORT NATURELLE ! Et cette mort naturelle prouve qu’on n’est plus tiraillés entre deux pays… Pour moi c’est plutôt une fin heureuse et cette charte à la con c’est de l’acharnement thérapeutique.

P***** ce « gouvernement » m’énerve !
1870
1914-1918
1939-1945 (et le Serment de Koufra, TRÈS important à mes yeux, merci Mon Général)
Des MILLIONS de pauvres gars ont quitté femme et enfants pour des guerres qu’on leur promettait courtes, joyeuses et peu risquées…
Des MILLIONS, ne sont JAMAIS REVENUS !

Pas des militaires d’active comme je l’ai été, NON, des gars ARRACHÉS à leurs champs, à leurs usines, leurs mines, leurs boutiques…
14-18 c’est SIX MILLIONS de tués pour que l’Alsace-Lorraine redevienne FRANÇAISE !
Environ autant de mutilés graves !

Historiquement mon Alsace a, pour le moment, été beaucoup plus allemande que française (ça se compte en siècles)
Mais au final elle est FRANÇAISE (et être allemand, moi qui connais leur système économique… Non merci !)

Je me CONTREFOUS que le dialecte alsacien meure pour une raison extrêmement simple…
C’est que je pense au poilu de 14-18… A ce mec qui venait peut-être de Paris, de Bretagne, de la Beauce…
…Et qui n’a jamais revu les siens pour cette fichue guerre de m**** !

Je pense à mon arrière-grand-père, qui, enfant vivant dans une Alsace germanique, annexée, faisait le cri de la carpe à l’école pendant que ses « camarades » teutons poussaient des Hoch (haut) devant le portrait du kaiser (le cri de la carpe je vous laisse deviner ce que c’est)

Et surtout je RÉFLÉCHIS !
Je lis et relis le journal de cet arrière-grand-père, QUI N’A JAMAIS PARLÉ UN MOT DE FRANÇAIS… …MAIS HAISSAIT LA PRUSSE !
Son journal le dit, les Alsaciens n’étaient RIEN pour les Prussiens, seul le sol avait un intérêt (économique et évidemment stratégique.,
Et ce petit alsaco-prussien adorait la France !

Je HAIS ce « gouvernement » car je n’ai pas UNE goutte du sang de cet aïeul aimé dans mes veines. Je suis seulement le bâtard d’une fille légère du Sud de la France, mise enceinte par un militaire, qui pour cacher la honte, est venue me donner le jour en Lorraine avant que la dass ne réalise que les orphelinats étaient surchargés et m’envoie en Alsace où à neuf ans j’ai trouvé une famille !
Une famille dont la grand-mère disait, « c’est chic de parler Français ! »
Avec un fort accent alsacien…

Et cette famille a fait de moi un Homme (pardonnez mon immodestie je m’accorde la majuscule) et cet Homme est devenu militaire, Légionnaire…
PARCE QUE L’ALSACE ÉTAIT FRANÇAISE.
PARCE QUE J’ÉTAIS FRANÇAIS…
ET QU’UN FRANÇAIS SE BAT POUR LA FRANCE !

Et maintenant on devrait chier sur l’Histoire ?
Oublier ceux qui sont morts pour que mon Alsace soit Française ET PARLE FRANÇAIS ?

Merde et re-merde ! Nos filles parlent Français et cette charte à la con n’y changera RIEN !
Qu’on reste en Picardie ou qu’on retourne vivre en Alsace, je jure que si un prof tente de ramener autre chose que du français pour ce qui est de l’enseignement général, il ou elle finira très mal !

Philippe le Routier

Print Friendly, PDF & Email

14 réponses à “« C’est chic de parler français ! » me disait ma grand-mère avec son accent Alsacien, par Philippe le routier”

  1. Avatar Jean-Louis dit :

    Réponse à Philippe le routier,

    Cher Philippe,
    Je lis et partage toujours avec plaisir tes interventions qui me comblent par leur clarté et leur lucidité. mais là, je ne suis plus du tout d’accord avec toi.
    Je suis moi aussi Alsacien. Enfant, je ne parlais pas un mot de français avant d’entrer en maternelle à cinq ans. Il est vrai que nos maîtres faisaient leur possible pour que nous parlions le français entre nous, mais dès la sortie de l’école, l’alsacien reprenait le dessus.

    Sachez, amis résistants, que l’Alsacien, qui est un dialecte germanique (et non allemand) était en usage plusieurs siècles avant que n’apparaisse le français. Ce n’est donc pas une langue importée, mais dont l’origine remonte loin avant celui de la langue française. Rappelons que l’Alsace est devenue française suite à l’affaiblissement et les conflits internes de l’Empire germanique qui ont permis aux français de s’approprier cette province par un coup de force.

    Il me paraît donc naturel que les Alsaciens veuillent perpétuer leur langue originelle. Il me paraît tout aussi naturel que les Alsaciens dialectohones utilisent le français, qui est la langue officielle de notre pays et qui, je l’espère, le restera. Il se peut bien que ce dialecte meure de sa belle mort, nos jeunes baignant aujourd’hui dans un environnement presque exclusivement francophone, là je suis d’accord avec toi.

    Mais je voudrais tempérer ton patriotisme en rappelant que la France a trahi et vendu l’Alsace et la Moselle sans trop de remords et à plusieurs reprises, notamment en 1870 et en 1940.
    Alors, les Alsaciens, à force d’être conquis par les uns et trahis par les autres, sont méfiants. N’empêche, dans les circonstances actuelles, il n’y a de solution que de se serrer les coudes. la France est (encore) une nation et il faut se battre pour qu’elle le reste.

    Quant au contexte allemand dont tu fais allusion, je connais très bien leur situation ayant de la parenté et des amis en Allemagne, ils sont exactement dans la même situation que nous en matière d’immigration, de perte d’identité et de liberté d’expression.

    Mais en matière économique, une petite blague résume pas mal de choses.
    Un alsacien décède. Il arrive devant le Grand Aiguilleur qui lui annonce que sa vie peu exemplaire le condamne à l’enfer. Mais il lui dit aussi avoir le choix, puisque ayant habité sur la frontière franco-allemande, entre l’enfer français et l’enfer allemand.
    Réponse de l’intéressé : je préfèrerai l’enfer français. Et pourquoi donc dit le Grand Aiguilleur ? Eh bien, c’est simple : dans l’enfer allemand, le feu où l’on va me jeter brûle sans discontinuer, tandis que dans l’enfer français, un jour il y a grève, un autre jour le charbon vient à manquer. Je préfèrerai donc l’enfer français…

    Jean-Louis

    • Avatar resistancerepublicaine dit :

      Ma foi, Jean-Louis, le débat est lancé ! J’adore la conclusion, si française !

    • Avatar Philippe le routier & Co dit :

      Je te cite,

      « Mais je voudrais tempérer ton patriotisme en rappelant que la France a trahi et vendu l’Alsace et la Moselle sans trop de remords et à plusieurs reprises, notamment en 1870 et en 1940  »

      Ok… Et ? Les jeunes générations doivent être AUSSI coupables de ça ?
      Soyons sérieux, on va pas demander repentance perpétuelle à la France, Thiers et compagnies brûlent en enfer (Allemand de préférence la dessus tu as raison 😉 ) Et passons à la suite ou alors on sera aussi cons que les Algériens !

      Avec cette chartre, stupide je le maintien, ils viendront faire des cours d’alsacien en Alsace, de picard en Picardie (etc)
      Avec le pourcentage de mômes qui arrivent en sixième, complètement nuls en français je suis pas sûr que l’idée soit bonne.

      Et puisque tu es Alsacien, tu admettra je pense qu’ils ne pourront « enseigner » qu’un ersatz d’alsacien.
      Juste un exemple, j’ai grandi à côté de Strasbourg, pour dire « chien » nous on prononçait « hunt » avec un T…
      …ben vers Benfeld ça devenait déjà « hund » avec un D !
      Il y a quoi, 40 km entre les deux villes ? Au maximum, par l’A35 c’est l’affaire de trente minutes (hors des heures de pointe je me souviens des bouchons monstres côté Elsau)
      Ils vont donc « enseigner » quoi ?
      l’alsacien de Strasbourg ou de Mulhouse ?
      Car puisque différences il y a, il aura fatalement des perdants dans l’histoire.

      Les langues, les dialectes, ça vit, et hélas ça meurt. (qui parle encore couramment le Latin ?) c’est ainsi, mais avec cette chartre, ce sera le français qui mourra (dans les préfectures, nombres d’étrangers ou de « français de papiers » ne font DÉJÀ plus l’effort de parler français, puisque des interprètes sont déjà là)

      Et je bloque par rapport à toi sur un point crucial, tu dis,
      « les Alsaciens, à force d’être conquis par les uns et trahis par les autres, sont méfiants  »
      Trahis… OUI on l’a été !
      Mais par des hommes (politiques) par leurs décisions, PAS PAR LA FRANCE (on se comprend je pense)
      Ben la rebelote dans la trahison car cette énième connerie de nos « gouvernants » va profiter aux arabophones… Réunis ils sont déjà plus nombreux que ceux qui utilisent un des nombreux dialectes qu’ils y a en France (et ils en profiteront)

       » N’empêche, dans les circonstances actuelles, il n’y a de solution que de se serrer les coudes. la France est (encore) une nation et il faut se battre pour qu’elle le reste  » C’est encore de toi et là dessus on est d’accord, c’est le principal.

      Comme dirait Kansas fon Elssas, « che te dis by, ça veux dire tchao en anglais »

  2. Avatar le français provençal dit :

    évidemment que c’est chic de parler français !!!!!!

    je suis contre cette charte pour langues régionales et minoritaires car je sais quel est le but poursuivi par les technocrates a Bruxelles : briser les nations qui sont assez fortes pour faire face a cette entité artificielle.

    par contre je suis toujours halluciné par cette spécificité française qui consiste a opposer la langue nationale (le français) aux langues régionales QUI FONT PARTIE DE NOTRE PATRIMOINE !!!!!!

    en Espagne il y a longtemps que le bilinguisme langue nationale/langue régionale est devenu une norme et sans l’UE tous les partis indépendantistes seraient desséchés depuis longtemps, idem en Allemagne et en Italie.

    mais non ! en France on nous demande de choisir entre notre père et notre mère, entre notre région et notre pays, entre notre poumon droit et notre poumon gauche…..

    et qu’on ne me dise pas que les gens peuvent parler leur langue régionale sans avoir besoin de légiférer dessus, depuis la révolution la république s’est acharnée a tuer les langues régionales et dans cette tache (les hussards de la république, la dévalorisation des langues régionales etc…), la première guerre mondiale a donné un sacré coup de pouce notamment en ce qui concerne le provençal, le savoyard et le corse, et aujourd’hui même en 2014 les profs de langue régionale sont trop peu nombreux pour pourvoir a la demande des élèves.

    et je suis ravi de constater que nous les jeunes sommes de plus en plus nombreux a vouloir nous réapproprier nos langues régionales (c’est le cas en Bretagne, en Alsace, dans tous les pays d’oc ainsi qu’au pays basque français et en Corse), non par sentiment anti-français mais par amour d’une partie de nous mêmes !

    bona jornada !

    • Avatar resistancerepublicaine dit :

      Ne comparez pas ce qui n’est pas comparable, la tradition jacobine française n’a rien à voir avec celle de l’Espagne, depuis toujours éclatée en régions avec leurs langues. Je répète que la situations actuelle et les coups de main donnés aux langues régionales sont largement suffisants pour que celui qui veut parler sa langue régionale le fasse sans être obligé de choisir entre son père et sa père

  3. Avatar Paul dit :

    Je considere qu une langue regionale est une richesse et non un handicape..Et si le Français est chic,j adore l accent Alsacien (celui de ma grand mere )….Cependant helas ,en Alsace aujourdhui ,les Arabophones sont dejà plus nombreux que les Alsaciens sachant s exprimer dans leur dialecte..

    Cette loi pour ce qui concerne les langues minoritaires(pour l instant) importés ne sera rien de plus qu un nouveau moyen pour l islam de se renforcer encore plus qu il ne le fait dans nos pays…Des enfants Français dit de souche ,en minorité dans leurs ecoles ,ne seront il pas tentés d apprendre l Arabe et ainsi devenir des proies faciles pour l islam ?

    au moment ou en Algerie et meme en Tunisie ,l Arabisation et la reference Arabo musulmane sont renforcés volontairement ,En Europe on fragilise davantage l homogeinité dejà mal en point de certains pays….D ailleurs ce genre de loi devrait faire l objet de referendum nationaux ,c est un minimum.

  4. Avatar Sandrine dit :

    J’avoue que je suis de l’avis de Christine : les coups de main donnés aux langues régionales me paraissent suffisants.
    Et je partage l’avis de Philippe : je suis Provençale, mais on ne m’a jamais appris ni parlé cette langue. (J’ai pourtant un oncle qui a écrit une grammaire provençale). OK c’est une très belle langue et non un patois, aussi ancienne que le français, on dit que Dante a failli écrire la Divine Comédie en provençal…Mais la vie est trop courte pour me mettre au provençal, je préfère parler les langues européennes. Pourquoi se mettre à n’importe quelle langue régionale alors que le français nous convient très bien pour communiquer entre nous ? Ensuite on n’a jamais fini avec le français, et j’ai toujours un dictionnaire sous la main. Je pense que je communie assez avec mes racines en admirant la Provence, son patrimoine, ses paysages, sa lumière, avec un peu de généalogie par dessus le tout, pour savoir de quels villes/villages je viens…et je laisse mes enfants libres d’apprendre les langues de leur choix.

  5. Avatar DURADUPIF dit :

    Ils détricotent la France et ils sous traitent la famille naturelle. Curieux, mais que leur a donc fait la France ? Cette France généreuse et ouverte ! Trop peux-être et cela se retournerait-t’ il contre elle ? Et pourtant cette belle France du Peuple ne vient que pour proposer amour pendant que d’autres ne viennent proposer que haine.

  6. Avatar Stor dit :

    Vous méprisez et laissez mourir la langue natale de vos grands-parents? Que direz-vous quand vos petits-enfants abandonneront le français pour l’anglais ou l’arabe?

    • Avatar Christine Tasin dit :

      Un peu moins de mépris et de mensonges seraient préférables Personne ici ne laisse mourir une langue quelconque, les langues régionales sont encouragées et enseignées partout, que voulez-vous de plus sinon la mort du français ?

      • Avatar Stor dit :

        Quel mensonge? Je réagissais à l’auteur du fil de discussion qui, semble-t-il, se réjouit de la mort de l’alsacien.

        • Avatar Christine Tasin dit :

          apparemment vous n’avez pas compris le texte, nulle réjouissance de la mort de l’alsacien, au contraire, juste le constat qu’une langue régionale ça se parle mais que cela n’a pas la forme arrêtée d’une langue nationale avec des règles, un dictionnaire puisqu’il y a des variantes régionales et qu’il faut donc absolument conserver le français comme langue nationale

          • Avatar Stor dit :

            Effectivement vous avez raison, j’avais mal compris le texte !
            Le monsieur ne se réjouit pas que l’alsacien se meure, il s’en (je cite) contrefout. Heureusement, les réactions des lecteurs ne vont pas toutes dans son sens.
            Au temps pour moi et bonne continuation.

          • Avatar Christine Tasin dit :

            Merci pour votre honnêteté intellectuelle

Lire Aussi