Les caves, c’est trop d’honneur pour l’islam

Imaginons que nous arrivions à imposer à nos dirigeants cette évidence: l’islam n’est pas une religion.
Qu’arrivera-t-il à ce moment-là ?
Nous constaterons un inversement de la situation actuelle, qui nous mène lentement mais sûrement à notre perte.
Car une fois l’islam démasqué, le CFCM, l’UOIF, et toutes les associations musulmanes seront (ENFIN !) vues pour ce qu’elles sont: un ramassis de comploteurs contre leurs compatriotes non-musulmans. Des comploteurs qui sont paradoxalement subventionnés par ceux dont ils visent la perte.

Et tous ces non-musulmans « dialogueux » qui rejoignent régulièrement les musulmans modérés à la mosquée du coin pour boire du thé à la menthe accompagné d’étouffe-chrétiens à l’eau de rose, eh bien ils seront (ENFIN !) vus pour ce qu’ils sont: des traîtres à leur pays.

Et Madame Aubry qui se rend la tête enfoulardée dans les réunions mahométanes lilloises, eh bien les français ne diront plus qu’elle se couvre la tête par respect pour les autres « religions », car elle leur donnera plutôt le sentiment d’être fagotée avec le linceul prévu pour l’enterrement programmé de la France.

Il nous faut être intraitables sur ce point : pour démasquer l’islam, il faut lui refuser farouchement le statut de religion, même si les musulmans prient cinq fois par jour. Même s’ils jeûnent, même s’ils font des pèlerinages. Même si certains d’entre eux observent un certain recueillement, et une certaine recherche (parfois sincère) de spiritualité.
Puisque l’islam n’est pas une religion, nous ne devons pas nous laisser émouvoir par le fait que certains musulmans sont mécontents de pas avoir de mosquée, et qu’ils sont obligés de se réunir dans des caves…
Les caves, c’est trop d’honneur pour l’islam. Même dans ma cave, même dans mon débarras, je ne laisserais personne se réunir dans le but d’ourdir des complots contre la France.

EVA

 154 total views,  1 views today

image_pdf

33 Commentaires

  1. Avec l’islam il n’y a qu’une seule alternative : le combattre. Tout le reste n’est pas littérature, ce ne sont que des fioritures.

  2. Re-bonjour Marcel,

    Mahomet prétendait que l’islam est une religion monothéiste, et les musulmans le prétendent aussi. Les musulmans accusent les chrétiens d’être des « associateurs », c’est à dire de ne pas être monothéistes, et « d’associer autre chose à Dieu », c’est à dire le fils, et le Saint-Esprit, bref
    d’adorer trois dieux.

    Je ne sais pas si Mahomet avait des difficultés à comprendre le concept de la Sainte Trinité, ou bien si c’était un moyen d’accuser les chrétiens de polythéisme, afin de justifier leur extermination.

    Or, Mahomet était l’associateur par excellence, car il s’associait toujours à Dieu. Quelques exemples:

    Quand un poète du nom de Kaab ibn el Achraf se moqua de Mahomet, ce dernier dit à ses compagnons:
    « Kaab a offensé Allah ET son prophète, qui le tuera pour moi ? »

    Quand Mahomet attaquait une caravane ou une tribu, il ordonnait que 20 % du butin lui soit donné, et le reste devait être partagé entre ses compagnons.
    Il disait: « Un cinquième du butin revient à Allah ET à son prophète… »

    Je ne peux citer toutes les sourates où Mahomet dit qu’il faut « obéir à Allah ET à son prophète », et « croire à Allah ET en son prophète »…
    Mais si vous voulez vérifier, vous pouvez jeter un coup d’oeil à la sourate 24 verset 47, ou sourate 9 verset 63, sourate 47 verset 33, pour ne citer que celles-ci.
    La sourate 24, par exemple, évoque « ceux qui seront appelés devant Dieu ET son prophète ».

    Bien que le coran martèle sans cesse l’unicité de Dieu, une sorte de binôme Allah-Mahomet s’insinue progressivement, subrepticement.
    Les musulmans accusent les chrétiens d’associer le fils et le Saint-Esprit au Père, mais eux-même associent Mahomet à Allah.

    Pour moi, l’islam n’est pas une religion, et s’il était une religion, il ne serait pas monothéiste.

  3. Bonjour Marcel. Vous dites:

    « Il me semble qu’affirmer que l’islam n’est autre qu’une reprise usurpatrice du judaïsme…et dans la même déclaration affirmer que l’Islam avatar du judaïsme ne saurait être une religion est franchement contradictoire ».

    Nous n’avons pas parlé « d’avatar ».
    Nous avons dit que le coran est un mauvais plagiat de la Bible, ce qui veut dire que Mahomet, parce-qu’il était un imposteur, a plagié les textes sacrés des juifs et des chrétiens. Ca n’a rien de contradictoire avec l’affirmation que l’islam n’est pas une religion. Au contraire, ça va dans le sens de notre conviction que l’islam est une imposture, pas une religion.
    ——————————————
    « Que l’islam soit une religion « fabriquée de seconde main », dégradée, viciée, artificielle et aux dogmes inacceptables à vos yeux, voire hérétique par rapport au judaïsme, soit, mais son statut de religion monothéiste dérivée de la loi mosaïque n’en demeure pas moins incontestable »

    L’islam se prétend dérivé de la loi mosaïque. Par chance, nous ne sommes pas obligés de le croire.
    Moïse a-t-il dit qu’il fallait massacrer tous ceux qui refusent de devenir juifs ?
    Nous n’avons pas dit que l’islam est une religion « dégradée, viciée, ou hérétique ». Nous avons dit que l’islam n’est pas une religion. Aucune religion digne de ce nom ne pousse ses adeptes à tuer tous ceux qui refusent de s’y convertir, et à tuer aussi ceux qui y sont nés mais qui veulent en sortir.
    —————————————————-
    « l’islam n’est pas à combattre parce qu’il ne serait pas une religion, et pas davantage non plus parce qu’il en est une ! mais parce qu’il est porteur d’un programme politique totalitaire dont nous ne voulons pas ».

    Mais nous n’avons jamais dit que nous voulons combattre l’islam parce-qu’il n’est pas une religion.
    Nous avons dit que le fait de ne pas reconnaître à l’islam le statut de religion permet de le combattre efficacement sur le plan pratique.
    Par exemple: les musulmans réclament des mosquées, car ils s’estiment lésés de ne pas en avoir suffisamment, quand les autres religions disposent de nombreux lieux de cultes.
    Quand nous leur refusons la construction de mosquées, nous sommes accusés de faire de la discrimination entre les religions, et d’en privilégier certaines plus que d’autres. Or, dans un pays laïque comme la France, la constitution prévoit que toutes les religions doivent pouvoir s’exercer, et que tous les croyants doivent être protégés, à condition que soit assurée la séparation du pouvoir politique de celui religieux.
    En disant aux musulmans que pour nous, l’islam n’est pas une religion, nous pourrons expliquer notre refus de construire des mosquées, et pourquoi nous n’acceptons pas le niqab, le halal, et toutes les autres dérogations que les musulmans réclament pour des raisons religieuses.

    Donc je répète: le fait que l’islam ne soit pas une religion n’est pas le « pourquoi » de notre lutte contre l’islam, mais le « comment » nous pouvons lutter contre l’islam.
    Je vois mal comment nous pourrions dire à un musulman: « toutes les religions seront respectées en France, sauf la vôtre ».
    Il vaut mieux lui dire notre opinion, qui est que nous ne voyons pas l’islam comme une religion.
    S’il n’est pas content, il peut déménager dans un pays où l’islam est vu comme une religion. Il aura le choix entre 57 pays.
    ————————————————–
    « cet anathème ou ce diagnostic pseudo-théologique invalidant que vous portez sur cette religion est sans objet ni poids dans les enjeux et le combat politique, et c’est vous qui vous égarez en voulant mettre en avant cette caractérisation ou invalidation théologique de l’islam dans ce combat »

    Le simple fait de croire que Mahomet ait pu fonder une religion est un signe d’ignorance de votre part. Comment une religion pourrait-elle être fondée par un pillard, pédophile, violeur de captives, égorgeur de prisonniers de guerre, sournois, sadique, tortionnaire, esclavagiste, traître à sa parole, cupide, misogyne, polygame, et qui a répudié son fils adoptif pour voir épouser sa belle-fille ?
    Loi mosaïque dites-vous ? Le pauvre Moïse se retourne dans sa tombe !
    ————————————————–
    « Le combat pour la défense et la pérennité de la République face à l’islam n’est pas une guerre de religions »

    Nous ne sommes pas embarqués dans une « guerre de religions » avec l’islam. Beaucoup d’athées combattent l’islam et pensent que l’islam n’est pas une religion.
    —————————————————
    « Or, l’histoire de France nous l’enseigne : lorsqu’une religion dénie à une autre son statut, c’est bien cela que l’on assiste : une guerre de religion qui s’annonce, ou se déclare, et cette forme de belligérance est par nature étrangère au souci républicain ».

    Dans les pays nombreux pays où les non-musulmans sont persécutés ou massacrés en ce moment par les musulmans, le statut de religion n’a pas été refusé aux musulmans.
    Le simple fait que vous compariez l’islam au protestantisme montre que vous connaissez mal l’islam. Et l’on ne peut combattre ce qu’on méconnaît.
    Pensez-vous que tout ce que les musulmans désirent, c’est qu’on reconnaisse à l’islam le statut de religion, et que s’ils obtiennent ce statut, il n’y aura pas de guerre avec eux ?
    Nous avons 14 siècles de recul pour savoir que la seule manière pour éviter la guerre avec les musulmans, c’est de se convertir à l’islam, ou de chasser les musulmans, comme l’ont fait les ancêtres des français.

    Vous dites aussi que l’islam est une religion monothéiste. C’est faux, je m’en explique dans mon post suivant.

  4. Je ne vous comprends pas Résistance Républicaine : vous condamnez l’islam parce qu’il est « une hérésie » ou parce qu’il est le véhicule de forces d’agression et de domination. Si le combat contre l’hérésie est votre programme dites-le une bonne fois pour toutes, et condamnez du même coup les Bouddhistes, les Adventistes, les Baptistes et que sais-je… qui eux non plus ne peuvent se targuer d’un « clergé » ou d’une liturgie.

    Le statut de religion du mahométisme n’a jamais été contesté par qui que ce soit et ce débat est totalement hors sujet face aux menaces qui se profilent et dont cette religion à part entière est effectivement le véhicule.

    • Nous condamnons l’islam parce qu’il est une abomination et nous ne comprenons pas qu’il soit protégé par la loi protégeant les religions car il n’a pas les caractéristiques permettant ce statut. Il est notamment incompatible avec notre constitution qui garantit la liberté de conscience.

      • Oui, enfin à mon sens, il serait bon de décanter les motifs de votre lutte contre l’islam : vos motifs sont d’ordre théologique, ou bien ils sont d’ordre politique ?

        Si ces motifs sont d’ordre théologique, comme ceux avancés par Eva et d’autres dans cette discussion alors ils sont perçus comme orientés vers une guerre de religions, dans laquelle ceux qui se réclament d’une obédience chrétienne agissent pour exclure et expulser les mahommétans. Or ce type de scénario fait horreur aux français, non pas parce que les Français éprouvent une sympathie particulière pour l’islam en tant que tel mais parce que l’histoire de France est émaillée de guerres de religions qui dans la conscience collective du peuple historique agissent comme repoussoir à pareil scénario et à tout discours dans lequel une obédience ou tradition religieuse en condamne une autre comme hérétique en lui refusant le statut de religion. Et donc pareil discours-programme d’éradication de l’islam est voué à l’échec en France, y compris dans les couches populaires : il n’est pas besoin d’être doctorant en histoire pour détester l’idée d’une guerre de religions qui déchirerait le pays comme au XVIe siècle.

        Si vos motifs à combattre l’islam sont d’ordre politique, alors il convient de laisser de côté les arguties théologiques sur le statut de religion du mahommétisme et sa réfutation sous l’invocation de Paul de Tarse ou de Jean Damascène pour s’intéresser exclusivement à l’islam politique, soit celui qui a été rejeté en Egypte cette année non pour des raisons théologiques mais bien pour des considérations de gouvernance et dans un rejet de la Charia.

        En n’opérant pas cette distinction entre réfutation théologique et réfutation politique, en entretenant la confusion des deux, vous continuez de prêter le flanc à ce que certains appellent ici l’enfumage des Frères musulmans, soit l’objection d’islamophobie que ces derniers adressent à tous ceux qui condamnent l’islam non exclusivement sur sa plateforme politique mais aussi dans sa dimension théologique.

        C’est donc à un double échec que vous expose cette démarche amalgamiste de la théologie et de la politique : 1. programme porteur d’une perspective de « guerre de religions » rejeté par les français républicains des couches populaires; 2. poursuite de l’enfumage par les Tariq Ramadan de service qui continueront sans peine de faire accroire au public que votre islamophobie relève d’un obscurantisme paléo-chrétien et racialiste.

        Merci de votre attention. Et bon courage à tous !

        • Marcel désolée mais je ne lis même plus ce genre de proses, la question n’est pas de faire un colloque entre universitaires mais de lutter contre un danger extrême, parce que le danger extrême. Je me fous de savoir dans quelle catégorie vous mettez mes raisons, les historiens pourront toujours passer du temps à les chercher si nous gagnons. Si nous perdons il n’y a aura plus d’histoire. Pardonnez ma brutalité mais en l’occurrence nous devons informer nos concitoyens au lieu de se masturber le cerveau.

        • @Marcel:
          « Il serait bon de décanter les motifs de votre lutte contre l’islam : vos motifs sont d’ordre théologique, ou bien ils sont d’ordre politique ? »

          Ils sont d’ordre politique. En France, vous avez le droit de vénérer un serpent à sonnettes si le coeur vous en dit. Mais vous n’avez pas le droit de lâcher ce serpent sur autrui, ni d’exiger la construction d’un grand vivarium en pleine ville pour pouvoir vouer votre culte au reptile.
          Si l’islam n’avait pas détruit toutes les sociétés qu’il a envahi, personne ne lutterait contre lui.
          ——————————————–
          « Si ces motifs sont d’ordre théologique, comme ceux avancés par Eva et d’autres dans cette discussion alors ils sont perçus comme orientés vers une guerre de religions, dans laquelle ceux qui se réclament d’une obédience chrétienne agissent pour exclure et expulser les mahommétans ».

          Les motifs que j’ai exposés ne sont pas d’ordre théologique, et plein d’athées, de juifs ou de bouddhistes luttent contre l’islam. Donc personne ne pourra dire que le combat contre l’islam se résume à une lutte de chrétiens contre des musulmans.
          ————————————————
          « Or ce type de scénario fait horreur aux français, non pas parce que les Français éprouvent une sympathie particulière pour l’islam, mais parce que l’histoire de France est émaillée de guerres de religions qui dans la conscience collective du peuple historique agissent comme repoussoir à pareil scénario et à tout discours dans lequel une obédience ou tradition religieuse en condamne une autre comme hérétique en lui refusant le statut de religion ».

          Les français ont horreur des guerres pour motif religieux quand ces guerres opposent des chrétiens contre d’autres chrétiens, (comme dans le cas des catholiques et des protestants).
          Mais les français sont très fiers des guerres qui ont servi à bouter l’envahisseur musulman hors d’Europe. Car si leurs ancêtres n’avaient pas combattu l’islam, votre prénom ne serait pas Marcel, mais Mouloud. Et vous seriez obligé d’aller aux toilettes avec une boussole, afin d’être sûr de ne pas faire vos besoins en étant tourné face à la Mecque, ou bien de dos à la Mecque.
          ————————————————
          « Et donc pareil discours-programme d’éradication de l’islam est voué à l’échec en France, y compris dans les couches populaires : il n’est pas besoin d’être doctorant en histoire pour détester l’idée d’une guerre de religions qui déchirerait le pays comme au XVIe siècle ».

          Il n’est pas besoin d’avoir mis les pieds à l’école pour savoir que si l’islam n’est pas éradiqué, c’est nous que l’islam éradiquera, comme il l’a fait dans chacun des 57 pays qu’il a envahis. Combattre l’islam est donc une question de survie.
          Et ce sont justement les couches populaires françaises qui sont le plus exaspérées par l’islam, car ce sont elles qui sont le plus exposées à ses sinistres pratiques. Les couches populaires n’ont pas les moyens de vivre protégées dans les beaux quartiers, dans des immeubles truffés de caméras et de portes blindées à digicodes et interphones.
          ———————————————————-
          « Si vos motifs à combattre l’islam sont d’ordre politique, alors il convient de laisser de côté les arguties théologiques sur le statut de religion du mahommétisme, pour s’intéresser exclusivement à l’islam politique, soit celui qui a été rejeté en Egypte cette année non pour des raisons théologiques mais bien pour des considérations de gouvernance et dans un rejet de la Charia ».

          La charia, c’est la loi que Mahomet a transmis de la part d’Allah.
          Donc on ne peut pas être musulman et rejeter la charia.
          Si en Egypte, il existe des gens qui veulent garder le « label » musulman mais sans suivre les préceptes de l’islam, c’est leur problème.
          Il y aura toujours une lutte entre les musulmans qui veulent instaurer la charia et d’autres qui voudront un islam « à la carte ». Or l’islam à la carte n’existe pas, et nous ne voulons pas dans le futur assister à des bras de fer entre musulmans sur le sol Français.
          ———————————————————–
          « En n’opérant pas cette distinction entre réfutation théologique et réfutation politique, en entretenant la confusion des deux »

          Dans un premier temps, vous aviez soutenu mordicus que l’islam est bel et bien une religion. Voyant que vos arguments ne portaient pas, vous avez changé de tactique. A présent, vous nous dites que le peuple français ne nous suivra pas, et croira plutôt les enfumeurs comme Tarek Ramadan.
          Vous avez une piètre opinion du peuple français, Marcel.
          ——————————————————-
          « vous continuez de prêter le flanc à ce que certains appellent ici l’enfumage des Frères musulmans, soit l’objection d’islamophobie que ces derniers adressent à tous ceux qui condamnent l’islam non exclusivement sur sa plateforme politique mais aussi dans sa dimension théologique ».

          Nous nous fichons éperdument des objections que peuvent exprimer les Frères Musulmans et autres malfrats dans leur genre au sujet de notre combat contre l’islam.
          Les Frères Musulmans taxent tous leurs contradicteurs d’islamophobie, quelque que soit le motif du désaccord.
          ———————————————-
          « C’est donc à un double échec que vous expose cette démarche amalgamiste de la théologie et de la politique: 1. programme porteur d’une perspective de « guerre de religions » rejeté par les français républicains des couches populaires »

          Le seul amalgame qui soit réside dans votre esprit. Vous n’êtes pas le porte-parole des couches populaires françaises, qui ont hâte d’en découdre avec l’islam, vu que ce sont elles qui y sont le plus exposées.
          —————————————————
          « 2. poursuite de l’enfumage par les Tariq Ramadan de service qui continueront sans peine de faire accroire au public que votre islamophobie relève d’un obscurantisme paléo-chrétien et racialiste ».

          Ca m’amuserait de voir les athées qui luttent contre l’islam être accusés « d’obscurantisme paléo-chrétien ».
          Et ça m’amuserait que des personnes comme moi, originaires du Moyen-Orient, soient accusées d’un « obscurantisme racialiste ».
          Pour votre info: l’islam n’est pas une race. Et il y a des musulmans dans toutes les races (même en Chine, même dans le Caucase).

    • @Marcel May
      Non vous ne pouvez pas du tout comparer l’islam aux autres groupes que vous citez, ces groupes sont pacifiques et acceptent autrui par contre l’islam est envahisseur c’est un prédateur de civilisations, oui c’est un véhicule de forces d’agression et de domination qui est toujours en guerre continu « le Djihad » , sa guerre ne s’arrête pas jusqu’à ce qu’il convertit la planète entière, l’islam est en même temps une hérésie et une force agressive dominante et satanique qui détruit tout sur son passage, l’islam abuse de la tolérance des autres envers lui parce qu’il la considère comme une sorte de faiblesse des autres à son égard qui le pousse à ne pas s’arrêter à avancer ses pions pour gagner plus du terrain, l’islam ne comprend que la force comme vocabulaire avec lui, tout autre moyen utilisé avec lui est considéré comme une faiblesse, il ne faut pas avoir peur de lui imposer les règles et les lois à suivre sans jamais lui demander veuillez les appliquées, les dirigeants français de droite ou de gauche ne savent pas comment il faut dialoguer avec l’islam c’est à travers cette faille qu’il a réussi à entrer dans la bergerie.

    • Marcel, ne nous faites pas dire sans arrêt ce que nous n’avons pas dit, sous prétexte que nous ne sommes pas d’accord avec vous.
      Nous n’avons pas parlé d’hérésie, à aucun moment, au sujet de l’islam.
      Nous avons parlé d’idéologie criminelle, ce qui n’est pas la même chose qu’une hérésie. Et non, nous n’allons pas condamner les bouddhistes, les baptistes, etc…car eux n’ont pas notre mort au programme, et leur « messager » n’est pas une sombre crapule.

      Ce n’est pas à vous de décider si ce dont nous discutons est « totalement hors sujet » ou pas, et ce n’est pas parce-que l’islam véhicule des menaces que nous n’avons pas le droit de dire qu’il ne s’agit pas d’une religion.
      Contrairement à ce que vous dites, le statut de religion de l’islam a toujours été contesté, mais vous n’êtes visiblement pas au courant. Et même s’il ne l’avait pas été avant aujourd’hui, il y a un début à tout, et nous débutons, aujourd’hui, de renier à l’islam le statut de religion, sans renier pour autant le danger qu’il représente.

    • Marcel, avez-vous vu la vidéo de A Wagner ?
      « L’islam est un mensonge, Mahomet un criminel, le Coran est du poison ». C’est seulement quand le monde islamique aura compris cette vérité qu’il pourra se libérer du mal, et rendre ainsi le monde un endroit meilleur et plus sûr pour tous les Humains.

      Une vidéo très instructive de Alain Wagner résumant la conquête perpétuelle islamique avec carte géo à l’appui.
      http://www.youtube.com/watch?v=XXqIBH70f9Ate.
      Il est intéressant d’entendre le père Samuel Boniface:
      Père Samuel Boniface
      http://www.youtube.com/watch?v=W4xCsR2gCNo&feature=youtu.be
      Quand on lit quelques sourates du coran, on constate que l’islam n’est pas une hérésie mais une ignominie!

  5. L’islam n’est pas une religion ça coule de source ,, il s’agit d’une secte mortifere qui prône l’inégalité entre homme et femme , le djihad contre les gens du livre etc… si ils veulent pratiquer leurs culte satanique c’est chez eux ,, marre de ces cancers qui phagocytent notre société judeo -chrétienne depuis des millénaires .RESISTANCE

    • Une secte mortifere qui prône l’inégalité entre homme et femme , le djihad contre les gens du livre, et qui pratique un culte satanique.
      L’islam est donc bien une religion.

      • Aucun rapport de cause à effet entre les différents termes de ce raisonnement, Rodolphe

  6. Loin de moi l’idée de polémiquer trop loin sur la question mais il me semble qu’affirmer que l’islam n’est autre qu’une reprise usurpatrice du judaïsme, lequel est incontestablement une religion (ou bien contestez-vous aussi au judaïsme son statut de foi religieuse ?) et dans la même déclaration affirmer que l’Islam avatar du judaïsme ne saurait être une religion est franchement aporétique, ou pour le moins contradictoire. Que l’islam soit une religion « fabriquée de seconde main », dégradée, viciée, artificielle et aux dogmes inacceptables à vos yeux, voire hérétique par rapport au judaïsme, soit, mais son statut de religion monothéiste dérivée de la loi mosaïque n’en demeure pas moins incontestable: l’islam n’est pas à combattre parce qu’il ne serait pas une religion, et pas davantage non plus parce qu’il en est une ! mais parce qu’il est porteur d’un programme politique totalitaire dont nous ne voulons pas. Là est l’essentiel. Et, si vous le permettez, cet anathème ou ce diagnostic pseudo-théologique invalidant que vous portez sur cette religion est sans objet ni poids dans les enjeux et le combat politique, et c’est vous qui vous égarez en voulant mettre en avant cette caractérisation ou invalidation théologique de l’islam dans ce combat, ou en voulant, comme vous semblez le faire, fonder et articuler votre combat sur cette invalidation.

    Le combat pour la défense et la pérennité de la République face à l’islam n’est pas une guerre de religions. Or, l’histoire de France nous l’enseigne : lorsqu’une religion dénie à une autre son statut, c’est bien cela que l’on assiste : une guerre de religion qui s’annonce, ou se déclare, et cette forme de belligérance est par nature étrangère au souci républicain.

    • @Marcel May
      J’attire votre attention que c’est l’islam qui a déclaré la guerre en sourdine à l’occident de toute façon l’islam est en guerre continu contre tous ceux qui ne pensent pas comme lui, il utilise tous les moyens par la ruse, l’argent ou la force ça dépend des circonstances, qu’on le veuille ou non l’occident et en particularité la France seront obliges malgré eux de faire face à l’islam, en France l’islam prend sa force du laisser faire français et il avance à pas sûrs d’une façon intelligente, le loup est déjà entré dans la bergerie il faut le faire sortir maintenant avec le moins de dégâts possible.

    • « Loin de moi l’idée de polémiquer trop loin sur la question… »

      Vous pouvez polémiquer.
      Contester, argumenter, n’être pas d’accord sont des droits. C’est grâce à la liberté d’expression que les idées peuvent être échangées, vues sous divers angles, grandir et donner naissance à d’autres idées.
      Une société sans liberté d’expression est une société stérile.

      « …son statut de religion monothéiste dérivée de la loi mosaïque n’en demeure pas moins incontestable… »

      Le statut de religion monothéiste accordé à l’Islam est contestable. L’abbé Pagès explique pourquoi dans la vidéo : Qui est Allah ? http://www.youtube.com/watch?v=UyzmYR7lwHY
      Pour la Chrétienne que je suis, Allah n’est pas Dieu, son messager est un anti-Christ et l’Islam est une secte satanique.
      Pour la citoyenne française que je suis, Allah et son messager sont les ennemis de mon pays car les textes de l’Islam sont une violation des textes fondateurs de mon pays, parce que l’idéologie de l’Islam vise à la destruction de la Liberté et des Droits Humains.

      L’Islam est à combattre parce que l’Islam est un système politique totalitaire qui se déguise en religion afin de tromper les non-mususlmans et s’installer dans leurs sociétés pour les attaquer de l’intérieur. À regarder et à diffuser la vidéo de Political Islam : The Destruction of Classical Civilization
      A historical account of 1300 years of jihad against western civilization and the spread of Islam. http://www.youtube.com/watch?v=RuxqXjhl13Y

      L’Islam n’est pas une religion. L’Islam est une civilisation qui nie la Liberté et les Droits Humains. Nous sommes au début d’une guerre de civilisations.

    • C’est bien ce que je pense. RR s’attaque à l’islam en lui refusant le statut bienveillant de « religion ». Une religion est une doctrine de pensée et de comportement qui impose des croyances sous peine de damnation. Opposer l’islam au christianisme mène à une guerre de religion. Je préférerais qu’on s’attaque par l’éducation et la science à la faiblesse de jugement des personnes endoctrinées.

      • Il y a beau temps que l’éducation fait le lit de l’islam … et la science ne peut empêcher les croyances. .. si nous opposons islam et christianisme c’est pour montrer la supériorité de nos origines chrétiennes incompatibles avec l’islam.

  7. Discuter sur le statut de religion ou d’idéologie politique ne mène pas loin. Les religions à vocation universelle, tendant à s’étendre et à convertir par conviction, persuasion ou force, sont des idéologies. Le clergé catholique a toujours été l’allier des souverains et son discours a toujours visé à légitimer le souverain en le déclarant élu par Dieu. C’est la peur de Dieu qui rend le citoyen fidèle à son roi. « il n’est pas d’autorité qui ne vienne de Dieu », disait Paul de Tarse.

    Le terme de spiritualité prêté aux religions cache en fait un projet politique qui n’est autre qu’un régime totalitaire dans lequel un souverain dirige un peuple crétinisé par un groupe de religieux.

    Il faut sortir de ces terminologies. Il faut éduquer et instruire le peuple afin qu’il ne soit plus bêtement croyant par idéologie, mais savant par connaissance du réel. Voilà un projet qui apporterait une vraie démocratie, avec un peuple capable de raisonner.

    • Ce n’est pas notre propos. Le sujet a déjà été abordé ici les semaines précédentes. Nous nous battons contre l’islam pas contre les croyances et les religions qui sont le libre choix de chacun du moment qu’elles n’imposent rien dans l’espace public et aux autres ; nous ne sommes plus dans l’Ancien Régime et n’avons plus rien à craindre du christianisme

      • Le christianisme est porteur d’un message universel et chaque chrétien a le devoir de communiquer la foi. C’est là le discours du Vatican. Il existe une doctrine de la foi dans l’idéologie chrétienne.
        Nous ne sommes plus dans l’ancien régime, et c’est justement ce qui rend inutile le christianisme. Le christianisme est une idéologie de soumission qui n’a rien à faire dans une société démocratique.
        En fait, en mauvais chrétiens puisque résistants et méprisant la soumission, vous vous attaquez à une religion en prétextant son caractère liberticide, raciste, sexiste, alors que votre dieu professe l’amour de l’ennemi, quel qu’il soit.
        Je suis tout à fait avec vous, mais ayez la cohérence de ne pas soutenir une idéologie de soumission en en combattant une autre.

        • Vous me gonflez, Rodolphe, excusez-moi, mais franchement on a autre chose à faire que d’enculer des mouches avec des procès sans objet. Le pire est que je suis athée et que j’ai autre chose à faire de ma vie que de me justifier parce que je défends le christianisme et le droit des chrétiens de croire et d’avoir leur religion ! Le problème c’est l »islam et non le christianisme je ne reviendrai pas sur ce point sans cesse

  8. Bien Béate a effectivement vite dégainé comme dit Christine, et j’ajouterai simplement que Marcel devrait se plancher sur les cultes et leurs méthodes d’endoctrinement et lavage de cerveau. Il y trouvera grande similitude avec ce qu’il considère être une religion. Je me demande également si Marcel serait un de ceux que ce menteur et enfumeur de Ramadan réussit à endormir avec ces discours à triple langage ? Je l’amène sur le tapis lorsque ce type a bien évidement été foutre son nez dans les affaires des Grecs, son enfumage justement fut bien exposé par l’Anglais Douglas Murray. Cliquez sur le CC en bas/droite de la vidéo pour activer le sous-titre en Français.

    https://www.youtube.com/watch?v=jGNPhoFycVo#t=79

  9. L’islam est un prédateur de civilisations, là où il passe il anéantit tout sur son passage

    • Qui peut nous expliquer précisément pourquoi l état français recherche cet asservissement et cette déchéance pour son peuple ?

      • Les réponses sont multiples hélas, je laisse nos commentateurs répondre, chacun à sa façon, et s’ils ne le font pas j’y reviendrai demain, je suis prise aujourd’hui par des soucis judiciaires, pour changer un peu…

  10. Si l’Islam n’était pas une religion, cela se saurait. Ses progrès jusqu’ici s’opèrent classiquement comme toute religion à prétention universaliste et exclusive et il est incontestable que cette religion est en même temps machine à détruire et à refonder les sociétés qu’elle aborde (les institutions politiques, les Etats-Nations). C’est cette dualité, pas si facile à penser, qui a fait la clé de sa réussite jusqu’ici. L’islam est religion et politique. Sans cette dualité sa progression dans nos sociétés ne serait pas ce qu’elle est. Elle est le contraire du christianisme, certes, mais elle n’est pas très différente d’autres machines idéologico-religieuses conçues pour dévitaliser et à réduire à néant les sociétés préexistantes : le communisme, le droit-de-l’hommisme, qui eux aussi comportent ou comportaient des formes de religiosité.

    Avec son livre canon, son clergé, ses prières, son sens du sacré, cette religion en est bien une, et ce qui la rend détestable et dangereuse tient au fait qu’elle se mêle de vouloir régenter la cité dans un système total, une loi séculaire, la charia qui doit renverser l’existant, ce que n’a jamais voulu faire ni être le christianisme (« rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César »). La différence entre les deux (Christianisme et Islam) réside dans ce rapport au politique et à l’ordre civique, elle se ramène à une différence fondamentale entre deux manières de coexister avec l’organisation sociale, civile et morale préexistante, et cette différence n’est pas à rechercher dans la nature, religieuse ou non, de la foi mahométane.

    Pardon d’être un peu « académique » dans ce commentaire, mais je crois important de ne pas s’égarer dans les raisons qui nous font rejeter l’islam

    • Point de vue intéressant, je laisse le débat s’installer avec Eva et d’autres, le sujet est important.

    • « Avec son livre canon, son clergé, ses prières, son sens du sacré, cette religion en est bien une. »

      NON, l’islam n’est pas une religion. C’est une idéologie mafieuse déguisée en religion. Il n’y a pas de liturgie, ni de clergé. Pour entrer en Islam il suffit de quelques mots prononcés, mais pour en sortir on risque la mort. Cette caractéristique est similaire à toutes les mafias et les sectes.

      Le livre canon de l’Islam n’est qu’un mauvais assemblage d’idées anciennes du peuple Juif. Et oui, il y a de grandes similitudes entre les musulmans et les juifs intégristes.

      Jésus est venu pour apporter un message d’Amour universel et de Liberté, faisant table rase des codes rigides et stupides du judaïsme, ouvrant les bras à toute l’humanité.
      Quelques siècles plus tard, un faux prophète – vrai criminel – est venu remettre en place les codes rigides et stupides du judaïme : la segrégation des femmes, l’exaltation de la supériorité du peuple de « dieu », les interdits alimentaires, la lapidation… avec bien sûr la mythologie des superstitions et contes bédouins.

      Vous vous égarez lorsque vous affirmez que l’Islam est une religion. Cet égarement est du à la confusion voulue et entretenue par les musulmans. L’Islam vit grâce à la manipulation. Cela marche très bien, puisque même des personnes intelligentes et instruites tombent parfois dans le piège.

      Je recommande la lecture de cette page : Ibn al-Rawandi http://unmondesansislam.wordpress.com/about/

Les commentaires sont fermés.