Les intercommunalités, à quoi ça sert ? Par Daniel

En principe (mais en principe seulement !! ) les intercommunalités étaient destinées à faire des économies…. moins de fonctionnaires territoriaux, moins de matériel lourd mis en commun, regroupement de la voirie, de l’assainissement…..
C’est exactement l’inverse qui s’est produit !! Des couches supplémentaires du mille-feuilles sont apparues comme par enchantement (il n’est pas permis d’acheter des électeurs !) (Ah bon ??), la fiscalité locale a fait des bonds cosmiques et les maires cooptés comme vice-présidents de communauté n’ont pas craché sur leurs indemnités.
Mon petit bled (qui comptait de nombreux « contributeurs » lourds et une zone industrielle, donc compté par les communes plus pauvres (ou moins bien gérées) comme « salauds de riches » a été cooptée « de force » (même si la loi le permettant a été votée par la gauche la droite ne s’est pas privée de l’appliquer !!) et nos impôts locaux multipliés par 5 ….Sans compter bien entendu les entreprises installées là pour la fiscalité attrayante, et qui se sont barrées le feu aux fesses, ou ont fermé…. Paradis fiscal ? ça va pas, non ? On rentre dans le rang des cochons de payants, et plus vite que ça ….Vive la solidarité obligatoire !! et sans contestation possible…..

Daniel.

 62 total views,  1 views today

image_pdf

4 Commentaires

    • Excellent complément au texte de Daniel, merci Philippe je confisque pour publication sans doute samedi

  1. Et çà ne va pas s’arranger (c’est étudié pour…) ; toutes les communes doivent passer à la casserole.
    La réforme des collectivités territoriales de 2010 rend obligatoire pour les communes l’adhésion à une intercommunalité au plus tard au 1er janvier 2014. Elle crée également deux nouvelles formes d’association : la métropole, pour les intercommunalités les plus importantes, et le pôle métropolitain, forme de syndicat mixte regroupant des intercommunalités à fiscalité propre.
    Là-dedans, le rôle de l’état s’amenuise de plus en plus, à part évidemment allonger l’oseille, en partie.

Les commentaires sont fermés.