Quand Christian Troadec, le chef des bonnets rouges, travaille du chapeau…

Un excellent article à lire sur Breizh-info.

La société Armor qui a vendu les fameux bonnets rouges de Quimper a déposé le nom de la marque pour les vêtements deux jours après Le Réseau Identités, présidé par Richard Roudier, qui avait déposé la même, pour ce qui concerne l’activité militante et politique. Aucun problème du côté du Réseau Identités, qui, n’ayant pas, jusqu’à ce jour, vocation à faire concurrence à la Redoute, se moque totalement que la société Armor use et abuse des « Bonnets rouges ».

Il semble que la réciproque ne soit pas vraie et que le patron d’Armor grince des dents. On se demande pourquoi, aurait-il l’intention de passer à la lutte politique et d’éditer des tracts ?

Cris d’orfraie de Christian Troadec, l’initiateur de la manif de Quimper qui prétend carrément interdire à Richard Roudier et aux siens le droit d’utiliser un symbole breton, remontant à la révolte du papier timbré, au prétexte que Les Bonnets rouges appartiendraient à l’histoire…

L’Histoire a-t-elle déposé la marque Bonnets Rouges à l’INPI ? Plus sérieusement, si on suit le raisonnement de Christian Troadec, faudrait-il des commissaires du peuple à l’INPI pour décider de qui a le droit de déposer des marques évoquant Jeanne d’Arc, Marignan, la Croix de Lorraine, « Ça ira » et quelques autres milliers de symboles de moments historiques forts ?

Comment comprendre ce mouvement contemporain qui pousse certains qui se revendiquent de gauche, comme Troadec (et on pense, aussi, évidemment, à Mélenchon) à vouloir tuer la liberté, à vouloir mettre dans des tiroirs bien compartimentés les gens et les mouvements et à décider, au fond, de l’existence ou de la suppression de mouvements et de pensées qui ne sont pas les leurs ?

 On peut ne pas être d’accord avec Richard Roudier mais à quoi bon agiter une fois de plus les étiquettes qui ne correspondent plus à rien depuis des lustres d’extrême-droite ou de fasciste ???

C’est d’autant plus stupide et contre-productif quand on s’appelle Troadec et qu’on a réussi la belle manifestation de Quimper qui avait délibérément refusé la tutelle des syndicats et politiques…

[youtube width= »380″ height= »258″]http://youtu.be/JhmQjkhuKVA[/youtube]

Christine Tasin

 157 total views,  1 views today

image_pdf

1 Commentaire

  1. Que Christian Troadec soit l’instigateur de la manif de Quimper soit, c’est une bonne initiative, mais comme c’est le maire divers gauche de Carhaix, c’est également un imbécile, je l’ai vu et entendu déclaré publiquement sur bfmtv que le FN était le cancer de la Bretagne, et que personne n’en voulait chez eux, la Bretagne étant par tradition une terre d’accueil ( tout comme le reste de la France d’ailleurs ) est une terre de tolérance, ok mais d’après mes recherches sur le nombre de mosquées à ce jour en France, au nombre de 2340, et le nombre continue de grandir, chaque département breton en possède 2, pour l’instant, eh bien un jour prochain, très proche il se rendra compte que l’accueil et la tolérance qu’il défend, ce qui est somme toute à son honneur, provoquera exactement la même invasion islamique que sur le reste du territoire, et ce jour là devant la vindicative et la revendication de musulmans toujours plus nombreux à entrer dans notre pays, il comprendra là sa trop grande tolérance face à cette idéologie, et il comprendra également qu’il devra lui et ses concitoyens favoriser les accommodements toujours plus nombreux et sans aucunes limites de ces musulmans, et il sera, s’il ne l’est pas déjà, le maire de sa commune qui se soumet à cette idéologie, sincèrement je n’envie pas sa place de maire de Carhaix, avec une telle doctrine il fera payer à tous ses concitoyens et concitoyennes la disparition progressive de leurs traditions et de leurs coutumes, er accordé du terrain pour la construction de mosquées ou de lieu de culte, pas étonnant quand on est issus de cette idéologie de gauche totalitaire !.mais le jour ou il comprendra ca il sera probablement déjà trop tard.

Les commentaires sont fermés.