Est-ce la peur d’ingérer l’âme avec la chair qui explique l’égorgement ? Par Philippe Jallade

Olivia Blanche m’a demandé si « l’égorgement est pratiqué dans l’esprit de ne pas ingérer l’âme des animaux avec leur chair », ci-dessous réponse partielle.

Effectivement, ces choses sont liées, quoique ce souci, explicité dans la Bible, ne l’est pas ouvertement dans le coran.
De toute façon, même dans les versets bibliques concernés, curieusement rien ou presque n’apparaît dans les traductions françaises -y compris Bible du Rabbinat, voir lien infra-, car pour la circonstance un mot hébreu qui signifie « âme » y est alors traduit par « vie ».

1 – Genèse 9-4 : Toutefois aucune créature, tant que son sang maintient sa vie, vous n’en mangerez.
2 – Deuteronome 12-23 : Mais évite avec soin d’en manger le sang (du bétail) ; car le sang c’est la vie, et tu ne dois pas absorber la vie avec la chair.
3 – Levitique 17-11 : Car le principe vital de la chair gît dans le sang, et moi je vous l’ai accordé sur l’autel, pour procurer l’expiation à vos personnes; car c’est le sang qui fait expiation pour la personne.
4 – Levitique 17-14 : Car le principe vital de toute créature, c’est son sang qui est dans son corps, aussi ai-je dit aux enfants d’Israël : Ne mangez le sang d’aucune créature. Car la vie de toute créature c’est son sang: quiconque en mangera sera retranché.
Voir pour ce dernier verset traduction de Rachi (Salomon de Troyes), plus célèbre commentateur de la Bible au Moyen-Age : « Son sang est dans son âme », « Car l’âme de toute chair est son sang ».
Bible du Rabbinat : http://www.sefarim.fr/

En fonction des traductions ou des versets d’une même traduction, on trouve donc « âme », « vie », « principe vital » … pour traduire le mot hébreu « nephech » (?????? ) (d’où l’arabe « nafs » ?????? -, « âme »).
LE SIEGE, LE SUPPORT, DE L’AME, DE CE « PRINCIPE DE VIE » EST LE SANG.
Sang et âme sont donc étroitement mêlés.
Il y a en hébreu un autre mot pour désigner l’âme : « nechama », qui serait selon certains l’âme humaine, « nephech » désignant plutôt l’âme animale. Ainsi, vider une bête de son sang après l’avoir égorgée empêcherait ensuite l’homme d’ingérer une âme d’un être inférieur. Il y a probablement au moins une autre explication…

Techniquement (hum), si on égorge une bête déjà morte, le sang ne va pas se vider complètement (je ne suis ni boucher ni vétérinaire pour aller vérifier moi-même) car le cœur ne bat plus. Il faut donc qu’elle soit égorgée vivante.
Mais, pour anticiper sur la suite, il n’est dit nulle part qu’il est interdit d’assommer -au sens d’étourdir- la bête avant de l’égorger.

Philippe Jallade 

 99 total views,  1 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Les nerfs régentent , meme après l’  » extermination  » du cerveau , le corps…
    Les expériences en labos sur les souris l’ont démontré…
    Cependant , la souffrance est contenue , maintenue , omniprésente , quand l’animal ou ….l’humain n’est pas dans …la privation du ressenti physique…de la douleur , tant qu’il existe un lien entre le cerveau et les nerfs …( voir ou revoir les cours de conductions électriques…éteindre ou allumer un interrupteur…
    Assommer la bete ou l’humain revient à soulager sa souffrance physique , la douleur , du fait que la « conductibilité  » est déconnectée…
    Alors pourquoi l’islam n’agit-il pas ainsi…?
    Le sadisme  » hérotique  » est sans nul doute un ajout à la jouissance des bourreaux …

  2. Avec tous mes respects à tout le monde, la différence entre l’homme et l’animal c’est que l’homme est une vie avec une âme qui a un compte à rendre devant Dieu, elle sera jugée pour ses actions sur terre, tandis que l’animal est une vie sans âme.
    L’embryon est simplement une vie au début sans âme, par contre le fœtus est un être humain qui a une âme, c’est pourquoi l’avortement est un crime.
    Je sais qu’il y en a beaucoup de personnes qui ne partagent pas mes idées mais quand même je respecte leur croyance, l’homme est un être libre, chacun est libre de penser comme il veut, nous sommes nés libres, nous avons la totale liberté de suivre le chemin qu’on veut tant qu’on est sur terre.

    • En effet Joseph chacun est libre de penser et de croire ce qu’il veut tant qu’il n’impose pas ses croyances aux autres. Je ne crois pas en Dieu quant à moi mais je n’ai pas besoin de Dieu pour essayer d’être droite dans avoir peur d’un jugement. je veux simplement me regarder dans la glace chaque matin. Pour l »avortement c’est votre point de vue je considère quant à moi que le crime c’est que des femmes meurent sur une table où officie une faiseuse d’anges… Nous sommes en désaccord là-dessus mais d’accord sur la lutte contre l’islam alors demeurons sur des sujets qui nous rapprochent

      • Vous avez bien dit Christine, moi je n’aime pas imposer mes idées ou mes croyances, j’aime bien exprimer mes pensées tout simplement tout en respectant les pensées et les croyances des autres sans aucune rancune même si elles sont différentes des miennes, le fait de dialoguer et échanger les idées librement contribue à l’épanouissement des personnes d’une manière positive, pour que l’intelligence se développe au cours du temps elle a besoin de liberté d’expression ce que l’islam n’en a pas, c’est pourquoi l’islam est resté stagner n’acceptant pas ceux qui ne sont pas comme lui, c’est un régime totalitaire et sanguinaire incompatible avec tous ceux qui ne partagent pas ses idées.

  3. Voilà qui est, culturellement, très intéressant. Merci de cet éclairage, Philippe. On ne peut cependant pas accepter que le débat s’installe sur le plan théologique.

    • Entièrement d’accord avec vous, la théologie n’a pas à s’immiscer dans le débat, surtout que, c’est mon avis, Juifs et Musulmans ont tort avec leur abattage sans etourdissement.

      J’espère que vous allez pardonner cette sanglante chronologie, mais voici mon expérience personnelle.
      -À neuf ans, fraîchement placé en famille d’accueil, il était évident qu’à par mon Papa (adoptif donc) et son pere, PERSONNE dans la famille ne supportait de couper la tête à une poule…
      …moi, SI ! Et j’en ai vu des dizaines partirent en courant…
      …SANS TÊTE !
      -Vers 12 ans je suis passé aux cochons, avec un fusil de chasse à canon scié chargé en double zéro DANS LES DEUX CANONS ! et bien même en tirant simultanément avec la double détente, et en étant CERTAIN que le cerveau était détruit, j’ai vu des porcs se « relever »…
      -À 16 ans, marre de l’école je me suis retrouvé…
      …à l’abattoir municipal. La bas nous utilisions un epieux poussé par une charge de poudre ou de l’air comprimé pour transpercer le cerveau, idem, j’ai vu des bêtes se remettre debout, et de toute façon les membres donnaient encore des coups 15 minutes après la mort cérébrale !
      -À 22 ans, jeune Légionnaire, j’ai vu un corps dont bras et jambes frappaient dans le vide alors que le cerveau avait été ASSURÉMENT DÉTRUIT par une rafale de mitrailleuse lourde (en fait la tête n’était carrément plus là), les doigts ont dût bouger pendant bien trente minutes…

      L’explication à tout cela est fort simple, le coeur est un organe incroyablement solide, à 99% je pense, une blessure mortelle en pleine tête ne l’arrête pas, au contraire même, il s’affole, il bat à plein régime…et le sang coule !

      L’electronarcose employée actuellement dans les abattoirs traditionnels est la solution idéale car, la encore, si le cerveau est détruit par la décharge, ce n’est pas le cas du coeur on peut donc toujours compter sur lui pour jouer son rôle de pompe jusqu’au bout et assurer un bon écoulement du sang, n’importe quel boucher le sait (le sang est seulement à retirer, dans une certaine mesure, pour des questions d’hygiène et/ou gustatives)

      Je reviens rapidement sur l’aspect théologique.
      L’homme a toujours saigné ses animaux de consommation au maximum, mais ça n’est pas théologique, c’est PRATIQUE !
      Essayez donc de conserver, au saloir ou au fumoir, une viande ou il reste trop de sang. C’est juste impossible, elle deviendra immanquablement impropre à la consommation, et ça, nos ancêtres l’avaient constaté, MAIS, sans pouvoir l’expliquer et c’est sur cette absence d’explication que s’est greffé cet interdit.

      J’espère que ces bribes de mon sanglant passé ne vous empêcheront pas de dîner ce soir. Dites vous bien une chose, c’est que vous voyez chaque jour des créatures sans cerveau et qui pourtant se déplacent…
      …on les appelle des hommes politiques !

      • Brrr! tout ça fait froid dans le dos mais la pirouette finale rachète tout ! 😉

1 Rétrolien / Ping

  1. Est-ce la peur d’ingérer l’&...

Les commentaires sont fermés.