Les razzias permanentes des Barbaresques ont laissé des traces partout, par Sandrine

Merci de ce texte, Jean-Marc, j’abonde dans votre sens. Mais puis-je me permettre d’ajouter quelque chose sur ce sujet qui me tient beaucoup à coeur ? Ce ne sont pas 315 ans de piraterie barbaresque mais bien plus, je dirai que depuis 972, année où à la bataille de Fraxinet Guillaume de Provence a mis à la porte les Sarrasins, ils n’ont jamais cessé de revenir. Par exemple à Toulon, il a fallu fortifier la ville au XIV ème siècle pour commencer à avoir la paix. Avant, chaque siècle a vu les Barbaresques venir quatre ou cinq fois pour brûler la ville de Toulon, ne laisser qu’un champ de ruines et emmener tout le monde en esclavage. En Méditerranée, le commerce était impossible. Les côtes désertées jusqu’au sud de l’Italie à cause de cela. Le chevalier Paul à la fin du XVIIème siècle  avait déjà conseillé à Louis XIV d’aller en Algérie pour régler le problème…Ces razzias permanentes des Barbaresques jusqu’en 1830 ont laissé des traces partout. Sur toutes les côtes d’Europe les villages, fortifiés, étaient construits à bonne distance de la mer, et le moins de personnes possible vivaient sur la côte elle-même.  Pourquoi les côtes ne se sont-elles urbanisées qu’après 1830 ?…C’est resté dans l’inconscient collectif. Petite, en vacances dans le midi, je me souviens d’un jeu qui consistait à tout laisser tomber subitement pour fuir les Sarrasins. Au Portugal ces dernières années une réunion publique se tenait dans une salle communale dans un port. Un plaisantin a lancé le cri séculaire de mise en garde pour l’arrivée des Sarrasins. Trente secondes après la salle était vide…!

Sandrine 

 136 total views,  1 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Il y a beaucoup de tentatives de cacher l’histoire, ou de la falisifier, c’est pourquoi il faut en parler. Récemment quelqu’un a nié que les tours gênoises ou sarrasines qu’on trouve partout en Provence étaient des tours de défense et de guet contre les Sarrasins !… J’ai eu l’occasion de rencontrer un responsable du diocèse de Toulon, il ignorait complètement que la cathédrale avait été transformée en mosquée en 1543 lorsque François Ier a accueilli à Toulon Barberousse, tous deux s’étant alliés contre Charles-Quint. Les habitants de Toulon avaient été priés de « dégager », sous peine de subir la potence, pendant six mois, et la ville leur a été rendue pillée, dévastée, la communauté ayant nourri l’armée navale de Barberousse composée de 200 navires dont 110 galères…épisode collabo très instructif.
    Il y a quelques années j’ai visité une petite île des Cyclades, peu connue, on ne voyait rien de la mer, aucune maison, la crainte des pillards venus de la mer avait empêché toute construction en bordure…Au risque de me répéter, ces pillards ont empêché les échanges commerciaux en Méditerranée et aussi nuit considérablement à l’activité économique des territoires côtiers jusqu’à ce qu’on décide d’aller occuper l’Algérie en 1830.
    Halte à la désinformation ! Il faut réinformer sans relâche sur le soi-disant islam des Lumières et sur ce que nous aurait soi-disant laissé l’islam en héritage au cours de notre histoire : en réalité, que de cuisants souvenirs.

    • C’est un vrai régal de vous lire, Sandrine, et d’apprendre tant de choses, encore merci

  2. Les bravades de St Tropez et dans d’autres Communes viennent de cette alerte du Dimanche matin pour indiquer que les hommes étaient armés pour aller à la Messe et qu’ils attendaient de pied ferme le sarrazin qui venait par la mer pour piller le village. Suite à un pillage grave à Sanary qui avait été pillé avec massacre d’adultes femmes et enfants pendant que les hommes étaient à la Messe du Dimanche matin. Les Bravades sur les bords de la Méditerranée, notamment du Var viennent de ce triste souvenir. Et dire que certains, sur les plateaux T.V, nous parlaient de l’islam des lumières, ils ne s’aviseraient plus aujourd’hui car ils savent que la volée de bois vert les renverraient à leurs pauvres études de falsificateurs.

  3. La Corse mériterait aussi d’être évoquée :

    http://traculinu.e-monsite.com/pages/patrimoine/les-maures-en-corse.html

    On y apprend que les maures y ont commencé leurs méfaits en 713 !

    Par contre, la Corse razziée n’a jamais été colonisée -trop pauvre- par les musulmans, contrairement aux regrets de certains qui déplorent que l’Eglise ait du faire disparaître les vestiges musulmans… Quelle bassesse !!!

    Cependant, des installations provisoires ont servi de point de départ pour d’autres razzias vers des régions plus riches…

    • DAn Corbet, notre responsable Corse, nous a préparé un petit papier sur le sujet que je publierai un des prochains jours

  4. Merci Jean-Paul, merci Duradupif pour vos précisions. Je ne savais pas qu’un navire de la marine nationale avait le nom du Chevalier Paul !
    Le roi a refusé au Chevalier Paul d’aller à Alger, ou n’a pas donné suite, mais sinon il a fait armer six navires pour lutter contre les Barbaresques et en 1662 les a confié au Chevalier Paul qui a été victorieux (enfin c’est ce que dit Paul Maurel dans son Histoire de Toulon, Montbarbon, 1943)
    Oui, je parlais des razzias qui ont duré mille ans peut-être. En revanche je voudrais préciser pour ceux qui par hasard ne le sauraient pas ou l’auraient oublié, que Saint Vincent de Paul et Cervantès ont été des captifs des Barbaresques. Ils ont eu de la chance de s’en sortir, car tellement d’hommes de femmes et d’enfants y ont laissé la vie, des ordres chrétiens ont été fondés pour racheter les esclaves, il y a un moment où il y avait tellement d’esclaves à Alger qu’un esclave valait tout juste le prix d’un oignon.
    Je trouve qu’on devrait ériger une stèle sur un port quelconque à la mémoire du razzié inconnu et qui n’est jamais revenu. Mais le sujet n’est pas politiquement correct…Pourtant des Cyclades à l’Irlande, en passant par l’Italie, et puis l’Atlantique, le long de l’Espagne, et jusqu’à l’embouchure de la Tamise, les Sarrasins ont razzié.
    Merci Christine de m’avoir permis de m’exprimer…
    J’ai retrouvé le cri qu’on poussait pour prévenir de l’arrivée des Barbaresques : « maure à la côte ! » peut-être dans mes jeux d’enfant dans lesquels il fallait tout laisser en plan et fuir à toutes jambes, (mais ce qui était devenu un jeu avait été réel et bien vécu autrefois dans les villages ), le disait-on en provençal ? Je tacherai de me renseigner là dessus.

    • Merci à vous Sandrine pour ces compléments et pour ce cri demeuré dans les mémoires…

  5. Merci Sandrine pour le Chevalier Paul qui s’appelait Saumure et qui était né à Marseille et d’origine extrêmement modeste et qui a fini comme pratiquement le commandant en Chef de la Marine Royale en Méditerranée sous Louis XIV a qui il a écrit pour lui demander de renforcer la flotte Royale pour combattre la flotte barbaresque qui empoisonnait toutes les activités maritimes. Ce grand Monsieur fidèle en amitiés avec ses anciens compagnons moins fortunés que lui, n’ a pas reçu de réponse favorable du Roi, plus préoccupé par les guerres terrestres. Un Navire puissant de la Marine Nationale en Méditerranée porte son nom aujourd’hui avec son buste au centre du bateau. Face à ce Chevalier Paul là les muzz ni personne ne risquent pas de s’amuser aujourd’hui en Méditerranée ni dans le Golfe Persique. Il leur en cuirait…

    • Nos lecteurs sont terriblement savants, merci pour ces informations complémentaires

  6. J’ai parlé de 315 ans, car la piraterie a pris le qualificatif de barbaresque avec l’action des ottomans.
    J’ai précisé quelque part, sans compter avant, effectivement les musulmans installés au Maghreb pratiquaient les razzias depuis le début du 10ième siècle…

    Effectivement, c’est sous Louis XIV que la royauté a commencé à combattre sérieusement les barbaresques, la marine n’était pas suffisament puissante avant pour assurer la sécurité des cotes atlantiques et méditerranéennes. D’autre part, les barbaresques étaient un gène importante pour les espagnols et la défense méditerranéenne a été négligée…

    Quand Duquesne est allé bombarder par deux fois Alger, il n’a pu faire plier les barbaresques… Malgré le retard économique et sociétal du Maghreb, le port d’Alger était un des mieux protégés en Méditerranée, particulièrement parce que l’esclavagisme lié aux prises d’européens procurait un main d’oeuvre abondante et souvent qualifiée…

    Il est à noter, que bien des voyous des mers, ex-corsaires qui n’avaient plus de chasse accordée par la royauté, allaient preter main forte aux barbaresques et redevenaient corsaires si la royauté en avait besoin !

Les commentaires sont fermés.