Lettre au maire de Lorris, par Philippe Jallade

Pour info, ci-dessous texte envoyé tout-à-l’heure au maire de Lorris, copie au journaliste dont l’article a inspiré Caroline Alamachère :

A l’attention de Jean-Paul Godfroy, Maire de Lorris

Monsieur le Maire,

Une mosquée sera prochainement construite sur votre commune.
Vous n’êtes pas sans savoir que dans une mosquée, on lit/récite, explicite le coran.
Or, dans le coran, on trouve ceci :
. provocations à des atteintes volontaires à la vie, à des atteintes volontaires à l’intégrité de la personne ;
. provocations aux vols, aux destructions ; provocations aux actes de terrorisme ;
. provocations à la haine ; diffamation, menaces, injures ; discrimination raciale, religieuse, sexuelle ;
esclavagisme; provocation au génocide ; provocation au suicide ;
. pédophilie ; polygamie ;
. provocations à la rupture des liens familiaux ;
. provocations à des crimes et délits portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ;
. provocations à l’atteinte à l’intégrité du territoire national et à la forme républicaine du gouvernement. »

Voir notamment :
Sourate 1, verset 7
Sourate 2, versets 24, 75, 83, 87, 88, 89, 90, 120, 154, 159, 171, 184,185, 190, 191, 193, 216, 217, 218, 221, 223, 256, 282
Sourate 3, versets 28, 85, 110, 118, 127, 141, 149, 151, 157, 158
Sourate 4, versets 3, 11, 12, 13, 24, 25, 34, 74, 76, 89, 91, 92, 95, 100,144, 160, 171
Sourate 5, versets 3, 14, 15, 17, 32, 33, 34, 41, 42, 43, 44, 48, 49, 51, 54, 59, 60, 64, 65, 72, 73, 74, 75, 77, 77, 82, 95,116
Sourate 7, verset 81
Sourate 8, versets 1, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 22, 38, 39, 50, 55, 57, 59, 60, 65, 66, 67, 69, 72, 73, 74, 75
Sourate 9, versets 5, 17, 19, 20, 23, 24, 28, 29, 30, 31, 33, 34, 36, 39, 41, 44, 73, 111,123,
Sourate 13, verset 41
Sourate 14, verset 13,14
Sourate 16, versets 71, 106
Sourate 17, verset 33
Sourate 21, verset 44
Sourate 22, versets 17, 58, 78
Sourate 23, verset 6
Sourate 24, versets 2,3, 22, 29, 33
Sourate 25, verset 52
Sourate 30, verset 28
Sourate 33, versets 26, 27,50, 53, 60, 61
Sourate 47, versets 4, 35
Sourate 62, versets 2, 3, 5, 6, 7, 8, 9, 10
Sourate 63, verset 4
Sourate 65, verset 4
Sourate 66, verset 9
Sourate 70, verset 30
Sourate 98, verset 6

Ci-dessous un court exemple qui offre l’avatange de ne point nécessiter une savante exégèse :

8.55.????? ????? ??????????? ????? ?????? ????????? ????????? ?????? ??? ???????????
8.55. Les pires bêtes pour Allah sont les infidèles, qui ne croient pas.

A votre disposition pour de plus amples informations.
Evidemment, si vous lisez l’arabe, cela aidera un peu.

Philippe Jallade

 29 total views,  1 views today

image_pdf

24 Commentaires

  1. Reponse de ce maire à mon mail

    Madame,

    Pour faire suite à votre mail du 7 mai, je me permets de vous apporter les éléments d’information suivants :
    1. Ce projet ne date pas d’hier mais une première intention, il y a 5 ans, n’avait pas abouti faute de moyens financiers de la communauté marocaine de Lorris. Le même initiateur est revenu me voir avec un nouveau projet.
    2. Si le terrain près de la déviation a fait l’objet d’un compromis de vente, semble-t-il une clause restrictive d’achat est prévue en cas de refus du permis de construire, ce qui me semble logique.
    3. Aucun dossier n’a été déposé à ce sujet en mairie et il est bien évident que le dossier sera examiné très attentivement en liaison non seulement avec les services préfectoraux mais également avec l’architecte des Bâtiments de France et le Conseil Général qui a son mot à dire.
    4. Si le bureau municipal avec lequel j’ai discuté du principe de cette réalisation n’a pas émis d’avis défavorable à priori, il est évident que lorsque le projet sera concrètement lancé, nous en informerons la population Lorriçoise et le sujet méritera une réunion publique pour en débattre.
    5. Le site retenu par l’initiateur du projet ne me convient pas du tout en raison de sa co-visibilité avec le musée de la Résistance et de l’Eglise. Ce terrain se trouve d’ailleurs dans le périmètre de protection des bâtiments classés de Lorris.
    6. Au cas où vous ne le sauriez pas, il existe un local de prière pour les musulmans en plein centre-ville depuis plusieurs dizaines d’années et cela n’a jamais posé de problème aux habitants non musulmans.
    7. Si vous souhaitez plus d’informations à ce sujet important, je suis prêt à vous recevoir en mairie pour en discuter. Il vous suffit de me passer un petit coup de téléphone au 02.38.92.40.22 pour que nous convenions d’un rendez-vous.

    Cordialement.

    JP GODFROY.
    Maire de LORRIS.

  2. Prochaine étape : Les municipales. Il faudrait dresser la liste des maires qui agissent de la sorte….

    • Elle n’est plus à jour mais le livre de Joachim Veliocas « Ces maires qui courtisent l’islamisme » est déjà une bonne base

      • Et il se vend bien ce livre ?…je l’espère !
        PArce que les gens informés sont plus aptes à prendre les bonnes décisions que ceux tenus dans l’ignorance !

  3. Des actions en justices contre ces collabos serait la meilleure réponse .plus on attaque moins cela passera

    • Pour le moment seuls les citoyens des villes concernées peuvent demander une annulation au tribunal administratif d’une délibération de conseil municipal, et pour porter plainte contre les collabos il faut attendre que Résistance républicaine ait 5 ans, encore deux ans à attendre… mais nous signalons aux procureurs régulièrement les dérives….

  4. Voir aussi, à nouveau, ce verdict à la fin d’un livre publié en 2006 que je n’ai lu que très récemment : « Le Coran contre la République » – Laurent Lagartempe – Editions de Paris. L’auteur a listé 400 « versets incompatibles », regroupés par thèmes (Provocation à la vengeance, Provocation à l’esclavagisme, etc… ).

    « (Le Coran) constitue un délit de provocation à crimes et délits contre les personnes ; l’auteur présumé de cet écrit échappe définitivement à l’action de la justice ; mais la publication de l’écrit a le caractère délictueux de provocation à crimes et délits contre les personnes ; l’acte de ceux qui impriment, diffusent, utilisent à des fins d’enseignement ou de prosélytisme a le caractère délictueux d’intention de provocation à crimes et délits contre les personnes. Le caractère délictueux de l’écrit est suffisamment caractérisé et grave pour appeler l’application des dispositions légales en matière de restriction de la liberté d’expression et de la liberté de religion, dispositions visant à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui. Le tour d’horizon législatif allant du pénal au constitutionnel, montre que l’Etat dispose de tout l’arsenal législatif requis pour contrer efficacement l’offensive anti-républicaine fondée sur le texte coranique»

      • Il verra son utilité aux cabinets !…Croyez vous que le maire ne sache pas déjà tout ça ? Mais que voulez vous que ça lui fasse ? il n’a qu’une idée en tête : gagner son électorat pour garder sa place bien au chaud et tant pis pour le reste !
        Et pour ça, il semble prêt à tout.

      • @ resistancerepublicaine : Vous dites « Oui nous sommes en danger c’est un fait ». Alors que fait on…?
        A mon sens, la persuasion à coups de commentaires sur le danger d’un repeuplement arabo/africain ne suffit plus.
        Le moment venu, le Jour  » j  » surprendra tout le monde. Ce qui me fait penser au 1er novembre 1954 le déclenchement de la guerre d’Algérie et quand personne n’a rien vu venir ? Les français ont la mémoire courte.

  5. Espérons que les deux courriers exhaustifs de Philippe Jallade et de C. Laurent feront réfléchir cet élu. Mais j’ai bien peur que ce soit encore un collabo vendu (pléonasme – excusez-moi).

  6. J’envoie ce jour ceci:
    Monsieur le maire

    En tant que citoyen de ce pays, je me permets de vous inviter à lire les deux extraits d’un jugement de la cour européenne et seulement 3 sourates parmi les 65 qui incitent à tuer.

    Vous prenez de grands risques en autorisant la construction d’une caserne pour reprendre les paroles de Mr Erdogan.

    Erdogan président Turc——————-
    “Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques , les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats »
    Les mosquées étant à la fois centre cultuel mais aussi centre culturel.

    Comprenant votre soucis de protéger la paix sociale, je vous invite à ne pas favoriser l’installation de risques envers votre population; musulmane athée ou catholique.

    Des esprits limités et conditionnés par une idéologie allant contre la LDH, peuvent menacer la population.
    Le djihad étant inscrit dans l’idéologie, un seul extrémiste peut causer de gros dégâts, comme les divers événements le démontrent dans le monde.
    L’islam, figée depuis 14 siècles, est donc une idéologie de la droite d’extrême droite!
    [Coran 8:17] Ce n’est pas vous qui les avez tués : mais c’est Allah qui les a
    tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre), ce n’est pas toi qui lançais :
    mais c’est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d’une belle épreuve
    de Sa part ! Allah est Audient et Omniscient. Autrement dit c’est l’absolution
    par avance pour un meurtrier pour peu qu’il tue un infidèle au nom d’Allah.
    [Coran 3:110] Vous êtes la meilleure communauté….etc..
    [Coran 4:34] Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs
    qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci,….etc.
    le Prophète a dit : si quelqu’un (un musulman) s’écarte de sa religion, tuez-le. » (Récit d’Ikrima, Bukhari LII 260). Vous en connaissez beaucoup, des religions qui appellent à tuer celui qui désire les quitter ? Cette pratique est celle des sectes!

    Extraits de l’arrêt de la CDH du 31 juillet 2001

    la Cour européenne des droits de l’homme a estimé que la Charia est incompatible avec la
    Convention européenne des droits de l’homme de 1950. Il s’agissait à cette occasion pour la Cour de juger si le gouvernement turc avait le droit de dissoudre un parti islamique turc, le Refah, en raison des valeurs prônées par ce parti (la Charia notamment). La Cour a validé la dissolution du Refah. Du jugement final, on citera essentiellement les extraits suivants :
    • La Cour constitutionnelle a rappelé qu’un tel système (la charia), qui avait ses origines dans l’histoire de l’Islam en tant que régime politique, s’opposait au sentiment d’appartenance à une nation ayant une unité législative et judiciaire.

    • Pour la Cour constitutionnelle, la Charia serait l’antithèse de la démocratie, dans la mesure où elle se fonde sur des valeurs dogmatiques et est le contraire de la suprématie de la raison, des conceptions de la liberté, de l’indépendance, ou de l’idéal de l’humanité développé à la lumière de la science.

    • La Cour reconnaît que la Charia, reflétant fidèlement les dogmes et les règles divines édictées par la religion, présente un caractère stable et invariable. Lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme dans la participation politique ou l’évolution incessante des libertés publiques.

    • La Cour relève que (…) les références explicites à l’instauration de la Charia sont difficilement compatibles avec les principes fondamentaux de la démocratie, tels qu’ils résultent de la Convention, comprise comme un tout.

    • Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la Charia, qui se démarque nettement des valeurs de la Convention, notamment eu égard à ses règles de droit pénal et de procédure pénale, à la place qu’il réserve aux femmes dans l’ordre juridique et à son intervention dans tous les domaines de la vie privée et publique conformément aux normes religieuses.

    • La Cour constitutionnelle (fait également référence) à la notion de djihad, qui se définit, dans son sens premier, comme la guerre sainte et la lutte à mener jusqu’à la domination totale de la religion musulmane dans la société.

    • La Cour constate également que les propos tenus par Xxxxx, le député d’Ankara, (…) traduisaient une haine profonde envers ceux qu’il considérait comme des opposants au régime
    islamiste. La Cour estime à cet égard que lorsque le comportement incriminé atteint un niveau élevé d’insulte et se rapproche d’une négation de la liberté de religion d’autrui, il
    perd pour lui-même le droit d’être toléré par la société. »

    Extraits de l’arrêt du 13 février 2003

    • La Cour rappelle que la liberté de pensée, de conscience et de religion représente l’une
    des assises d’une « société démocratique » au sens de la Convention. Cette liberté figure,
    dans sa dimension religieuse, parmi les éléments les plus essentiels de l’identité des croyants et de leur conception de la vie, mais elle est aussi un bien précieux pour les athées, les agnostiques, les sceptiques ou les indifférents.

    • Il y va du pluralisme – chèrement conquis au cours des siècles – qui ne saurait être dissocié de pareille société. Cette liberté implique, notamment, celle d’adhérer ou non à une religion et celle de la pratiquer ou de ne pas la pratiquer.

    • Par ailleurs, dans une société démocratique, où plusieurs religions coexistent au sein d’une même population, il peut se révéler nécessaire d’assortir la liberté en question de limitations propres à concilier les intérêts des divers groupes et à assurer le respect des
    convictions de chacun

    • Selon la Cour, dans une société démocratique, l’Etat peut limiter la liberté de manifester une religion, par exemple le port du foulard islamique, si l’usage de cette liberté nuit à l’objectif visé de protection des droits et libertés d’autrui, de l’ordre et de la sécurité publique

    • la Cour estime (…) qu’un parti politique dont les responsables incitent à recourir à la violence ou proposent un projet politique qui ne respecte pas la démocratie ou qui vise la destruction de celle-ci ainsi que la méconnaissance des droits et libertés qu’elle
    reconnaît, ne peut se prévaloir de la protection de la Convention contre les sanctions infligées pour ces motifs.

    • Nul ne doit être autorisé à se prévaloir des dispositions de la Convention pour affaiblir ou détruire les idéaux et valeurs d’une société démocratique.

    • Dans ce contexte, la Cour considère qu’il n’est pas du tout improbable que des mouvements totalitaires, organisés sous la forme de partis politiques, mettent fin à la démocratie, après avoir prospéré sous le régime démocratique. L’histoire européenne contemporaine en connaît des exemples.

    • la Cour partage l’analyse effectuée par la chambre quant à l’incompatibilité de la charia avec les principes fondamentaux de la démocratie,

    • A l’instar de la Cour constitutionnelle, la Cour reconnaît que la charia, reflétant fidèlement les dogmes et les règles divines édictés par la religion, présente un caractère stable et invariable. Lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme dans la participation politique ou l’évolution incessante des libertés publiques.

    • La Cour relève que (…) l’instauration de la charia est difficilement compatible avec les principes fondamentaux de la démocratie
    • Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la charia, qui se démarque nettement des valeurs de la Convention, notamment eu égard à ses règles de droit pénal et de procédure pénale, à la place qu’il réserve aux femmes dans l’ordre juridique et à son intervention dans tous les
    domaines de la vie privée et publique conformément aux normes religieuses.

    • La Cour considère que, quelle que soit l’acception que l’on donne à la notion de djihad
    (dont le premier sens est la guerre sainte et la lutte à mener jusqu’à la domination totale de la religion musulmane dans la société), invoquée dans la plupart des discours mentionnés ci-dessus, une ambiguïté régnait dans la terminologie utilisée quant à la méthode à employer pour accéder au pouvoir politique.

    Merci de m’avoir lu.

    Recevez, Monsieur le Maire, mes meilleures salutations, en espérant que par souci du vivre-ensemble, vous ne prendrez par le risque de soumettre votre région à un totalitarisme latent.

    C.Laurent

    • Bon le maire a de la lecture, et de qualité… Qu’en fera-t-il ?

    • « Le djihad étant inscrit dans l’idéologie, un seul extrémiste peut causer de gros dégâts »

      A ce sujet, « un seul extrémiste » peut très bien se lancer dans le djihad, sans en avoir reçu l’ordre de son « autorité », imam ou autre. Voir verset 44 sourate 9, traduction Hamidullah, la plus usitée chez les musulmans francophones, qui donne le feu vert aux initiatives individuelles de terroristes type Merah (sept assassinats à Toulouse et Montauban en mars 2012).
      9.44. « Ceux qui croient en Allah et au Jour dernier ne te demandent pas permission quand il s’agit de mener combat avec leurs biens et leurs personnes. Et Allah connaît bien les pieux. »

      Dans le texte arabe, qui ne sera pas infligé ici aux lecteurs, il est bien question de djihad et pas d’une bagarre dans la cour de récréation.
      Hé, Laurent, j’insiste au passage, c’est pas « mes » sourates, c’est celles de Momo.

      Maintenant, évidemment, à plusieurs c’est mieux que tout seul, voir ce hadith prémonitoire du grand prophète Fernand Reynaud (sketche « Ne me parle pas de Grenoble ») :
      « – Vous frappez fort ?
      – Je frappe… je frappe comme tout le monde. Mais je préfère quand on est à plusieurs »

      • Philippe « ma fourche a langué » à propos des sourates, je cite tes sourates car tu les extrait à bon escient !

        Quant au sketch de Fernand, était-ce celui enr éponse à l’annonce « on demande tôlier » et il répondait « oui j’ai fais quelques années de taule » ??

        • Oui, c’est ce sketche-là. A une époque je connaissais par cœur quelques sketches de lui, pourtant mort depuis longtemps, que j’imitais pour les copains, par exemple. Ce sketche était mon préféré.

  7. On dirait un discours du Grand Mufti du Val-de-Marne et de Lille-Roubaix-Tourcoing réunis (déchainement de versets convainquants pour le PC

    N’ayant pas trouvé d’école « intelligente » à cette religion d’amour, je vais m’en référer à ce grand mufti afin qu’il me fournisse un cours Assimil… moi y en a vouloir devenir grand muffle ticroiraispas pou le dipatement de l’aisne car mon grand- père fut blessé au front dans l’aisne a l’épaule 🙂

    • Je m’en veux un peu de ne pas avoir fait avant ce genre de chose, mais je cours un peu trop de lièvres à la fois dans la « sainte » littérature (j’engrange).
      Mais, promis-juré, j’aurai bien l’occasion de réutiliser ce texte.

  8. À mon avis. Ça ne sera pas lu par le maire.

    Une mosquée n’a jamais été seulement un lieu de prière et de réflexion, car touts les mosquées sont basés d’après les textes islamiques. L’origine des mosquées vient de la première mosquée, la mosquée de Médine. Ceci a été établi une fois que Mohammed a détenu le pouvoir politique islamique. Malgre le fait, qu’il avait établi aucune mosquée au cours de ses 13 premières années à La Mecque, pour des prieres. l’idee était principalement une fonction politique, utilisé pour les activités suivantes:

    Application de la Doctrine islamique qui exige les musulmans à suivre l’exemple (Sunna) de Mahomet (Coran, Sourate 33:36).
    L’enseignement religieux basée sur le Coran, Sunna et les autres lois islamiques
    Expéditrice et la réception de délégations officielles.
    Conduite des affaires de l’Etat islamique.
    L’élaboration des contrats (mariage, divorce)
    Déclarer la charia.
    Déclarer la supériorité des musulmans et de l’infériorité des non-musulmans.
    L’enseignement de la suprématie des hommes sur les femmes.

    La doctrine sacrée de la charia oblige à une mosquée d:être le centre fonctionnaire pour les:

    Nomination des juges, des collecteurs d’impôts, des fonctionnaires de l’Etat, et les commandants militaires par Mohammed, et ses successeurs.
    Prononcer la peine de mort sur ceux qui s’étaient opposés Mohammed ou parlé défavorablement sur lui.
    Opérations du la guerre religieuse, planifiés et dirigés, et les commandants nommés.
    Une base militaire et cela explique pourquoi les armes ont été trouvés dans les mosquées dans différentes capitales, comme Londres et Munich.

    La congestion et perturbation sera un problème sérieuse car LLa mosquée sera généralement ouvert au moins 16 heures par jour, 365 jours par an. Et la perturbation sera particulièrement mauvais les vendredis, et le debut du matin, ( 05 heures 00-7h00). Il n’y aura pas de possibilité de se garer la voiture dans les environs ou promener le chien pendant ces moments, ou à tout moment si la mosquée devient vraiment populaire.

    Cela signifie que la pratique de l’islam sera concentrée autour de votre quartier. Si vous êtes content avec cela, très bien. Si non, alors vous avez besoin de s’opposer le permis de construction.

    • Je vous site  » À mon avis. Ça ne sera pas lu par le maire. »

      C’est pas une raison pour pas tenter, personnellement j’ai écrit aussi, mon style est beaucoup moins érudit que celui de Philippe Jallade et finalement tant mieux, ca prouve que des arguments pourtant différents mènent à la même conclusion.

      « le meilleur allié du mal est l’inaction des gens de bien »

        • C’est vrai, il faudra que je lretienne ce proverbe que j’ignorais, transmis par Philippe Le Routier. Et félicitations à Philippe Jallade.

  9. Comment qualifier ces gens qui refusent de voir la réalité ? Les pacifistes des années trente, déclaraient que « Monsieur Hitler ne veut pas la guerre »
    M. le maire de Lorris a-t-il seulement compté le nombre d’églises construites dans les pays musulmans ses cinquante dernières années ? (leur nombre tient sur les doigts d’un manchot)
    L’aplaventrisme est la pire chose que puisse pratique un élu. Il trahi ses électeurs en trahissant sa conscience.
    Je fais cadeau à ce maire de ce proverbe Lituanien en passe d’être d’actualité :
    Même le plus dur hiver a peur du printemps

Les commentaires sont fermés.