15000 euros pour les lunettes de Pulvar… par Sylvia Bourdon

Culturellement je suis plus Allemande que Française. C’est la raison pour laquelle mon rapport à l’argent est détendu. Je n’ai aucune envie pour ceux qui en possèdent plus que moi. Bien au contraire. Cependant, il y a des choses dans ce « vieux pays » qu’est la France, qui me chiffonnent. Comment se fait-il qu’une simple journaliste, qui perçoit des mensualités, comme tout le monde, peut-elle se payer des lunettes à 15 k€ ? A-t-elle écrit un livre à succès qui lui aurait rapporté des millions? Est-elle une héritière ? Dans ce cas, je n’aurais rien à dire. Sauf qu’à ma connaissance elle n’est qu’une simple journaliste, de surcroît, jamais avare de faire la leçon à son public qu’elle contribue à lobotomiser en faveur d’un système funeste, qui s’efforce de garder la masse dans l’ignorance, afin de mieux avancer ses projets tragiques. Terra Nova, elle en est …
Qu’un millionnaire se paye des « carreaux » à ce prix ou plus ne me choque pas. C’est même normal. Il fait travailler des artisans d’exception. Les millionnaires font travailler les artisans d’exception. Et c’est bien ainsi. Ils contribuent à la préservation du beau que personnellement j’apprécie tant.
Vous me direz, elle aussi les fait travailler, ces artisans. Simplement, je me pose la question sur ses revenus qui doivent être considérables pour s’offrir de tels achats ! En écaille de tortue en plus ! Pas écolo la Pulvar ! Cette révélation sur le prix de ses lunettes, alors qu’un peuple entier est en train de souffrir de récession et que l’Etat qu’elle défend est incapable de tirer d’affaire, est du plus mauvais goût. Les Français ont coupé la tête de leur roi, en est issue une aristocratie de gôche plus que funeste pour le développement du pays. Aussi  bien intellectuellement qu’économiquement  et politiquement. La seconde guerre mondiale aura parachevé le reste. La gôche est dans le camp du bien, la droite, dans celui du mal. Ce clivage est calamiteux pour un pays qui possède des cerveaux, éclairés, ceux là, que le système soutenu par Pulvar écarte, cache et passe sous silence.
En conclusion, les grandes marques prêtent ou offrent souvent leurs articles à des personnalités en vue. Ce qui leur sert de publicité. Si Pulvar avait une once d’intelligence, elle aurait déclaré que telle marque lui avait offert ces lunettes. Cà n’aurait choqué personne et on n’aurait jamais su le prix.  Je souhaiterais qu’elle déclare ouvertement ses revenus maintenant. Même si ses affidés du Nouvel Obs estiment que c’est du ressort privé. Comme toujours les copains et les coquins …  A ce stade, lorsqu’on est un personnage public, une « faiseuse d’opinion » aussi funeste, on se doit de se justifier, surtout en cette période de crise. Elle s’en honorerait.

Sylvia Bourdon

 

 25 total views,  2 views today

image_pdf

2 Commentaires

  1. Pour rebondir sur les propos de Sylvia, il est vrai que sur la forme, le fait que Mme Pulvar possède des lunettes à 15 K€ ne me regarde pas, SAUF QUE sur le fond, j’aimerais, à toutes fins utiles, connaître le nom de sa mutuelle… parce qu’elle a forcément une mutuelle cette dame et qu’elle se fait prendre en charge « tout ou partie » de ces lunettes. A partir de ce moment là, le problème devient le nôtre car qui dit mutuelle dit solidarité et que ceux qui ont le malheur d’avoir la même mutuelle qu’elle contribuent au financement des chères lunettes, non ??? Parmi les nombreux lecteurs de RR, certains ont sans nul doute des mutuelles « cadres ». Celles-ci remboursent outrageusement bien les frais d’optique entre autre et ce, pour des cotisations toutes petites voire inexistantes puisque prises en charge par l’employeur…

  2. Dans le prolongement de ce constat accablant sur la pathétique miss Pulvar, la punaise bobo télévisuelle, parasite es-« tendance » du paysage télévisuel, voici la suite quant à ses « achats » :
    http://www.voici.fr/news-people/actu-people/video-critiquee-audrey-pulvar-se-revolte-dans-le-grand-8-468484#!
    Avec toutes ses « copines » bobos du plateau de la chaine D8, la blondasse ex-TF1 en tête, elle se pose en victime, et annonce clairement qu’elle se « fout que son attitude en insupporte certains » et « qu’elle fait ce qu’elle veut  » car elle n’a de compte à rendre à personne; … même si au passage son incapable de mari se fait copieusement égratigner par l’attitude inconséquente, et la quasi indécence, des propos de sa myope de faire-valoir.
    Notez à la fin de la vidéo toutes ces bobos parvenues et arrogantes, qui sourient en se moquant ouvertement du petit peuple (et de ses remarques), qui se congratulent et qui applaudissent à tout rompre cet étron à lunettes, pour son intervention à la rhétorique oiseuse. Le fond de la fosse septique en direct !

Les commentaires sont fermés.