Obama est une catastrophe mais on peut encore trouver pire à son propos

Voici ci-dessous ce que Erik Rush, qui, depuis quelques années, traque les zones d’ombre dans la vie d’Obama a écrit à propos de la mort de l’ambassadeur Stevens. Article publié par Canadapressinfo. Je pense que Obama a fait, fait et fera suffisamment d’horreurs pour qu’on n’ait pas besoin d’ajouter qu’il aurait, en plus, laissé délibérément Stevens se faire massacrer pour éviter la divulgation de son homosexualité. Néanmoins il y a dans la liste des évènements bizarres et des scandales révélés ces derniers mois de quoi confirmer ce que nous disions en 2007, l’élection d’Obama aura été une catastrophe. Croisons les doigts pour qu’il ne soit pas réélu. Parce que les USA se mêlent de tout et que le Président des Américains a un rôle sur ce qui se passe au Moyen Orient, en Europe, en France…

 Obama : fourbe et impitoyable.

La mort de l ’ambassadeur  Steven a-t-elle été sciemment décidée ?

Les temps sont durs pour Obama. Afin de conserver son siège de président si mal acquis, Il lutte désespérément contre un adversaire expérimenté, et rien dans le bilan de son action ne peut lui apporter le salut dont il a besoin.  Certaines de ses actions criminelles éclatent au grand jour sans qu’il puisse l’empêcher : les récentes révélations sur le scandale « Fast and Furious » diffusées sur la chaîne hispanophone Univision en sont le plus bel exemple.

Dans la foulée, un autre agent a été tué mardi (le gouvernement qualifiera cet évènement de  « violence liée à la mission », en dépit des évidences). Il y a deux jours, d’autres vidéos accablantes sont apparues, soulignant son extrémisme et sa volonté d’utiliser des données raciales à des fins électoralistes.

Au final, les adversaires politiques d’Obama réclament à cor et à cris des explications précises sur les événements liés à l’attaque de l’ambassade  américaine de Benghazi en Lybie le 11 septembre 2012. Même la presse proche des Démocrates a rapporté le fait que le gouvernement a su, dans les 24 heures qui ont suivi, que l’attaque avait été menée par une cellule terroriste. Plus récemment, on a su qu’en dépit des demandes répétées émanant des diplomates en poste en Lybie, le gouvernement Obama avait refusé d’accéder à leur requête et ce, avant l’attaque du consulat le 11 septembre.

Tout cela révèle les manipulations opérées par le président Obama,  la ministre Hillary Clinton et leur porte-parole, qui ont qualifié l’attentat de mensonge absolu. Même le gouvernement et certains médias continuent à marmonner que les soulèvements au Moyen-Orient ont été provoqués en partie par un film anti-musulman complètement stupide que personne n’a vu.

Les soulèvements anti-américains très répandus dans le monde musulman (qu’Obama a lui-même attisés) et le « Benghazigate » sont sans aucun doute une source de grand embarras d’un point de vue diplomatique, mais d’autres aspects liés à cette affaire méritent qu’on s’y arrête, d’autant que le président nous a habitués à ses tours de passe-passe en politique.

Prenons par exemple le meurtre de Christopher Stevens, l’ambassadeur américain en Lybie, et celui de deux anciens soldats de la Navy Seal. Ces disparitions tragiques n’auraient jamais dû se produire. Il est également évident que la protection lamentable assurée par le Ministère des Affaires Etrangères a grandement favorisé ces assassinats. Bien sûr, tout ceci apportera son lot de désagréments, et pourrait avoir un impact sur la réélection d’Obama.

Mais pourquoi Stevens et son équipe auraient-ils été envoyés en mission dans un lieu aussi dangereux sous protection insuffisante ? Pourquoi leur a-t-on refusé une protection accrue à plusieurs reprises ? Selon moi, c’est là que se trouve la question essentielle, parce qu’elle révèle la duplicité et le caractère impitoyable d’Obama.

J’avance l’idée que la légèreté avec laquelle Obama a traité les renseignements collectés sur la commémoration du 11 septembre 2001  lui a permis de rejeter de manière vraisemblable toute connaissance d’évènements qu’il savait pourtant être imminents. Pour faire bref, je crois qu’il savait que des soulèvements populaires étaient prévus le jour de la commémoration des attentats du 11 septembre 2001, et qu’il a même peut-être tiré quelques ficelles.

Scandaleux ? J’ai encore mieux…

Un nombre non négligeable d’organes de presse ont évoqué  la possible homosexualité de l’ambassadeur Stevens. La plupart des articles s’interrogent sur les motivations d’Obama, qui n’a pas hésité à envoyer une telle personne dans un pays où la culture rejette fermement les homosexuels. Les commentateurs et les journalistes (dont je suis) ont évoqué l’idée que Barack Obama pourrait être secrètement homosexuel. Ceci serait, en fait, communément admis au sein de la communauté gay de Chicago.

Mardi, le chroniqueur et écrivain Jerome Corsi a relayé les dires des membres de la Trinity United Church of Christ de Chicago (qu’Obama fréquentait auparavant), qui affirment que l’ancien pasteur Jeremiah Wright a offert ses services d’entremetteur et « conseiller » auprès d’hommes noirs homosexuels soucieux de leur réussite professionnelle, dont Barack Obama.

De grandes suspicions ont également vu le jour suite aux meurtres d’homosexuels que connaissait Obama et avec lesquels il aurait pu avoir des relations. Dans un article paru à Chicago le 14 septembre, le journaliste Kevin Dujan (interviewé précédemment par Corsi) a cité deux sources locales émanant de cercles diplomatiques et affirmant que l’ambassadeur Stevens était également homosexuel.

Il y a donc bien une « Chicago connection ». Nous savons aussi qu’Obama a plus ou moins vécu  une vie de célibataire à Washington, où Stevens travaillait également, de 2005 à 2008. Il faisait les allers et retours entre Chicago et Washington, pendant que Michelle et les filles restaient à la maison. Serait-il exagéré de penser que soit il y a eu une relation secrète entre le sénateur gay et le diplomate gay (qui plus tard allait être au service du premier), soit le diplomate était mieux informé des orientations sexuelles du sénateur que vous et moi ?

Ce raisonnement suggèrerait presque qu’Obama, conscient de l’imminence de troubles au Moyen Orient, en ait tiré parti afin de cibler et atteindre le diplomate, intentionnellement laissé sans protection. Steven connaissait-il un secret que quelqu’un préférait qu’il emporte dans la tombe ? Est-ce que ça impliquait des informations  personnelles embarrassantes ou bien des magouilles perpétrées à la Maison Blanche ?

Pour être honnête, je pense que les deux solutions sont envisageables…

Pour l’internaute moyen, inconscient des monstruosités et trahisons qui se trament à l’échelle planétaire et locale, tout ceci paraîtra grotesque, aussi grotesque que de dire qu’Obama est un marxiste convaincu et un sympathisant islamiste qui souhaite punir l’Amérique qui depuis des siècles exploite les travailleurs et les petits hommes bruns partout sur la planète.

Je vais laisser mes lecteurs décider, puisque il peu probable que ces questions n’atteignent le parlement. Est-ce que je fais fausse route, ou ai-je tout simplement déduit avec perspicacité sous quel gobelet le magicien a vraiment caché la balle ?

Eric Rush, Canada Free Press, 4 octobre 2012

Traduit par Nordine

 

 106 total views,  1 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. C ‘est tres interressant mais on ne peut ni diffuser ni en parler autour de nous.
    On se ferait immédiatement renvoyer dans nos 22.
    En effet, il n’y a aucune preuve de citée.
    Je me méfie toujours des articles ou l’emploi du conditionnel est trop présent.
    Djill

  2. A écouter le politiquement correct et les médias, le chômage est en baisse, il n’a jamais été aussi bas

Les commentaires sont fermés.