La France donne 600 millions d'euros à l'Egypte

Oyez bonnes gens de France et de Navarre, vous êtes courtoisement priés de vous serrer chaque jour la ceinture afin d’économiser  des clopinettes,  de vous geler le derrière, de travailler toujours plus afin de rembourser les intérêts de la dette, de payer toujours davantage d’impôts afin que Hollande puisse se pavaner devant Merkel et les technocrates de Bruxelles, de  supporter toujours plus de délinquants dans les rues (et dans vos maisons, forcément… ) parce qu’on les libère faute de place dans les prisons qu’on ne pourrait pas construire faute d’argent… 

Mais la France, avaricieuse avec les siens, dilapide généreusement nos économies en donnant pour rien 600 millions à l’Egypte*. Et comme l’Egypte de 2012 est aux mains des Frères musulmans, la France lui donne un argent précieux afin d’aider ceux-ci à préserver leurs acquis pour qu’ils puissent se glorifier de la troisième ligne de métro construite et… se maintenir en place !

Il semble bien que, comme je le disais il y a peu, nos dirigeants aient accepté avec gratitude le statut de dhimmis et soient disposés à payer leur dîme d’être inférieurs à la religion musulmane. 

Sans doute, d’ailleurs, sont-ils aussi dans leurs petits souliers parce que l’Egypte, depuis que les salafistes tentent d’y imposer la charia, est boudée par les touristes, français entre autres.

Hollande et compagnie vont faire payer ces imbéciles de touristes français qui, parce qu’ils n’acceptent pas de voiler leurs femmes ni de se priver d’alcool, mettent l’économie égyptienne en danger, en faisant payer tous les contribuables français pour l’instauration de la charia en Egypte.

 Il suffisait d’y penser…

 Pendant ce temps, les Frères musulmans égyptiens font éditer et distribuer des DVD avec la vie du violeur assassin et pédophile Mahomet traduite en 30 langues…  Pendant ce temps  le Qatar investit en Egypte 18 milliards de dollars pour les 5 prochaines années (sans doute pour y prôner la liberté de penser et de croire… )… Pendant ce temps, les coptes de France tremblent pour leurs frères restés en Egypte au point de condamner le film qui, pourtant ne fait que dire le vrai à propos de l’islam…

 * 300 millions aujourd’hui, représentant la moitié de ce qu’elle s’est engagée à donner…..

Christine Tasin

PS Information complémentaire de Philippe Jallade

Signature par l’AFD d’une convention de don avec le ministère égyptien de la Coopération internationale :

L’AFD vient de signer, avec le ministère de la Coopération internationale et l’Ambassade de France en République Arabe d’Egypte, une convention de don de 800 000 euros pour l’élaboration et la préparation d’un projet de centrale électrique fonctionnant à l’énergie solaire.
« Dans le cadre des relations privilégiées entre l’Egypte et la France, que les deux parties souhaitent renforcer, Mme Fayza Aboul Naga, Ministre de la planification et de la Coopération Internationale en Egypte, a signé, avec M. Jean Félix-Paganon, Ambassadeur de France au Caire, et M. Jean-Pierre Marcelli, Directeur de l’Agence Française de Développement (AFD) au Caire, une convention de don de 800 000€, provenant de la Facilité d’Investissement du Voisinage (FIV) européenne. Cette convention vise le financement des études et de l’assistance technique pour l’élaboration et la préparation d’un projet de centrale d’électricité photovoltaïque d’une capacité de 20 MW liée au réseau électrique en Haute-Egypte.
Source : Ambassade de France en Egypte, mai 2012.

En comp

 187 total views,  1 views today

image_pdf

17 Commentaires

  1. L’information est simple à aller chercher, vous vous rendez sur le site de l’établissement public Français dégageant le fonds : l’Agence Française pour le Développement + Utilisation de la Réservge PAys Emergent prévue dans la loi de finances 2008 ou 2009.
    Après une très brève recherche et au moins 1minutes30 d’effort, vous tombez sur un document intéressant qui vous apprend qu’il s’agit d’un prêt concessionnel souverain, c’est à dire, grosso modo, d’un prêt à taux très avantageux, que les égyptiens n’auraient pu obtenir auprès de nul autre organisme financier.
    AFD ==> http://www.afd.fr/webdav/site/afd/shared/PORTAILS/PAYS/EGYPTE/PDF/FP%20CEG1003%20Metro%20fr.pdf
    Ce qu’est le RPE ==> http://www.tresor.economie.gouv.fr/4081_mode-demploi-de-la-reserve-pays-emergents-rpe
    Quant aux histoires d’annulation de dettes des pays non-développés, ce n’est pas innocent, l’Etat s’est tout de même bien gavé d’intérêts avant de laisser couler pour le capital. C’est un peu comme si les créanciers de la France nous lâchait la grappe après nous avoir pompé 1500 milliards d’euros rien qu’en intérêts depuis les années 80. Ne vous en faites pas, ils s’en remettraient. Et pour ces ardoises que nous effaçons gracieusement, nous nous en remettrons.

  2. ET PENDANT CE TEMPS :
    L’Etat va serrer la vis aux collectivités… dans deux ans
    Mots clés : collectivités territoriales,Marylise Lebranchu
    25/09/2012 | Mise à jour : 17:15
    Par lefigaro.fr
    La ministre de la Réforme de l’Etat a affirmé, dans un entretien aux Echos ,que les collectivités territoriales seront associées à l’effort de redressement du pays en 2014 et en 2015.
    » François Hollande annonce l’acte III de la décentralisation

  3. Je m’excuse, juste un dernier post vite fait ; vu l’heure qu’il est je n’ai pas trop le loisir de vraiment relire /corriger et d’aller plus avant.
    FABIUS EN EGYPTE
    Dans un style de plus en plus soviétoïde, mode la « PRAVDA » de la belle époque de la défunte URSS, Le Figaro du 18 septembre fait comprendre à ses lecteurs que FABIUS a été convoqué en Egypte, rapport au film machin.
    Titre de l’article du Figaro: « L’Égypte réclame une pénalisation du blasphème ». Extraits :
    « La question ultrasensible de l’incrimination du blasphème a été notamment mise sur la table par le grand cheikh d’al-Azhar, avec lequel le chef de la diplomatie française s’est entretenu mardi. À la veille de la venue au Caire du ministre français, la plus haute autorité sunnite avait indiqué qu’elle lui demanderait d’appuyer une démarche à l’ONU. »
    Mon commentaire :
    . Le chef de la diplomatie française a-t-il des comptes à rendre à la plus haute autorité islamique en Egypte, dont l’audience est certes mondiale ? Est-il tenu d’appuyer leur démarche à l’ONU ?
    . La publication soviétoïde « Le Figaro », succursale servile de l’AFP, se garde bien d’apporter des précisions sur la nature de cette démarche, en fait celle de l’OCI, à savoir imposer l’islam mondialement via l’ONU sans que personne n’ouvre la bouche, sinon condamnation pour blasphème.
    « Lors de ses entretiens avec le cheikh d’al-Azhar, M. Fabius a rappelé les réticences de la France, comme de la plupart des pays occidentaux, à pénaliser la diffamation des religions, au nom de la liberté d’expression. Une notion qui «chez nous pose problème».
    Mon commentaire :
    On comprend bien là que la liberté d’expression pose un problème « chez eux ». Qu’ils restent donc « chez eux ».
    Et lire dans le détail un verset du Coran, 100 versets, 400 cents versets, et s’exprimer là-dessus, c’est pas de la diffamation, Fabius, c’est de l’étude de texte niveau classe de seconde.
    Fabius, laisse tomber tes tableaux, tes œuvres d’art, et lis bien le Coran ; après cela, épouvanté, tu chercheras refuge dans le Code pénal … pour interdire ce bouquin.
    « Au Caire, il s’est également entretenu avec le président Mohammed Morsi.
    Paris a décidé d’accorder à l’Égypte un crédit de 300 millions d’euros pour le troisième tronçon du métro du Caire. »
    Question finale au Figaro etc : après s’être bien fait remonter les bretelles au Caire, FABIUS tout penaud sur la photo, est-il passé, pour le métro, d’un prêt à 2 % sur 25 ans (de toute façon annulable comme souvent), directement à une «subvention non remboursable » selon une autre source, et non pas un « crédit » ? Et 300 millions, c’est le bon chiffre ? Et pour quoi faire, quelles prestations? C’est pas terrible pour un métro. Si dans le passé, il y a vingt ans, ALSTOM a fourni des métros au Caire, désormais le matériel est fourni par les asiatiques.
    RAPPEL : Il y a deux mois, FABIUS était à Alger pour préparer le voyage de HOLLANDE, prévu en novembre prochain. Alors là, attendez-vous au pire. Mais de toute façon vous ne saurez rien, jamais rien, même et surtout si vous lisez la sous-gazette Le Figaro-AFP. On en reparlera.

  4. Oui en effet la FRANCE patrie des droits de l’homme si généreuse avec les autres ( pas nous les nationaux )
    peut avec NOS IMPOTS !! nous les ouvriers employés les  » petits  » de cette terre effacer cette dette que come au maroc avec la ligne tgv ne serais jamais payé par eux … déjà le métro c’est nous les couillons de FRANCAIS qui l’avons PAYE au CAIRE merci CHIRAC
    alors des contrats comme cela pour moi merci……….
    nos politiques sont si généreux avec notre argent ..
    ah simple réflection :
    un SAINT JUST je pense est devenu nécessaire de nos jour afin d’éradiquer ce cancer cette pourriture que gangrené la sphère politique de nos élus…

  5. Mesdames,
    Voulez-vous faire un p’tit tour dans le métro du Caire ? C’est trop loin ? Bon, patientez un peu, bientôt à Paris ce sera pareil.
    Ci-dessous, situation en 2008 ; qu’est-ce que çà doit être maintenant…
    « Les incidents qui se produisent fréquemment dans le métro du Caire, plus précisément dans les rames réservées aux femmes, illustrent bien le phénomène. Ceux qui ont déjà emprunté le fameux métro égyptien, vieux de vingt ans, ont pu remarquer que les femmes avaient tendance à monter dans un wagon qui leur est réservé.
    Or, si les femmes voilées représentent aujourd’hui la majorité, il y a aussi des non-voilées, de rares musulmanes, mais aussi des chrétiennes, des coptes. J’ai pu constater moi-même que pour se protéger d’éventuelles agressions, ces dernières portaient souvent des chaînes ornées d’une croix, histoire de ne pas être confondues avec des musulmanes, autrement dit des femmes susceptibles d’être prises à parti par des intégristes. Ce qui au demeurant est loin d’être une garantie puisque les femmes coptes, plus que les hommes, sont davantage exposées au danger, justement parce qu’elles sont coptes, femmes et sans voile.
    C’est déjà difficile pour les femmes de cette minorité –malgré tout forte de 10% de la population-, de circuler dans une société où l’islamité s’affiche de manière ostentatoire, et où les Frères musulmans représentent un véritable Etat dans l’Etat. Imaginons ce qui peut se produire dans ce microcosme qu’est le métro, et où les femmes voilées, à l’instar des hommes, lisent le Coran à voix haute, psalmodient, et prêchent.
    La tension entre les deux communautés peut à tout instant basculer dans de véritables affrontements. Les manifestations d’hostilité des musulmanes, les invectives et les insultes conduisent souvent à l’expulsion pure et simple des coptes du wagon. Quant aux rares musulmanes non voilées qui s’aventurent dans ces lieux insolites de la prédication, elles n’échappent pas au sermon habituel sur le voile et sont vouées à la Géhenne si elles ne se soumettent pas à la loi divine.
    Au-delà du climat d’intolérance qui s’exacerbe à l’égard des Coptes, illustré régulièrement par des vexations, des agressions et des attentats, c’est l’attitude des femmes musulmanes qui nous interpelle. Que l’on soit d’accord ou non avec les mesures de séparation des sexes, on peut penser que ces rames réservées aux femmes présentent à tout le moins l’avantage de leur permettre d’éviter la promiscuité pénible qu’impose la foule des hommes durant les heures de pointes, ces multiples désagréments d’un contact trop étroit avec des hommes mal intentionnés, et il y en a tant dans les transports en commun. Or là, nous assistons à une autre ligne de partage : non plus entre hommes et femmes, mais entre femmes voilées et femmes non-voilées, entre musulmanes et non-musulmanes. »
    http://leilababes.canalblog.com/archives/2008/11/05/11240935.html

    • Merci Philippe je mets en ligne ce témoignage remarquable de Leila barbes !

  6. DESOLEE Christine, j’ai oublié ce poste, certes c’est l’europe, et l’europe c’est nous :
    6 milliards d’Euros de subventions de préadhésion versées à la Turquie et silence des médias !
    La Cour des comptes européenne au Luxembourg a validé le 22 octobre 2009 un rapport indiquant comment la Commission devra verser plus de 6 milliards d’Euros à la Turquie dans le cadre de sa « pré-adhésion » ! Ce rapport de la Cour des comptes européenne intitulé « La gestion, par la communauté européenne, de l’aide de préadhésion en faveur de la Turquie » a été rendu public le 15 janvier 2010 … Il est pour le moins étrange qu’aucun média « officiel » n’en ait parlé, sans doute parce que la communication de ce rapport au grand public risquait d’être embarrassante à plusieurs niveaux et pas que pour les instances européennes !
    1) L’énormité des sommes versées (voir partie 2) ne laisse plus guère planer de doute sur la volonté des instances européennes d’intégrer « à terme » la Turquie comme membre à part entière de l’Union Européenne même si on s’emploie à faire croire aux populations que rien ne serait encore décidé :
    La Turquie est actuellement, avec la Croatie et la république de Macédoine, l’un des trois pays candidats à l’adhésion à l’Union européenne. Pour chaque pays candidat, l’UE met en place un « partenariat pour l’adhésion ». Celui relatif à la Turquie a été adopté en 2001 et actualisé en 2003, 2006 et… 2008 ! C‘est à dire plus d‘un an après donc l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française… Lui qui s‘est déclaré tellement opposé à l’entrée de la Turquie dans l’UE n’aurait donc pas autant de pouvoir à Bruxelles qu’il le prétend ? Ou n‘aurait-il pas tout simplement au nom d‘une bienséance politique décidé de renier ses idéaux de campagne (s‘il en a jamais eu) afin de se conformer à l‘idéal proatlantiste d‘une Europe élargie qui ne serait plus qu‘une vaste zone de libre échange ? Cetenregistrement vidéo (exploité ensuite par de Villiers auquel je ne m‘associe nullement) où l‘on voit la représentante du groupe UMP au Parlement européen voter sans hésitation en 2006 les crédits de pré-adhésion de la Turquie pour la période 2008-2010 qui passent donc comme une lettre à la poste (voir vidéo, excusez à la fin le groupe Libertas) indiquent bien les dispositions de longue date de la majorité présidentielle ; plus précis et beaucoup plus documenté ce document* qui par delà les discours officiels rassurants montre l‘ensemble des reniements du chef de l‘état vis à vis de ses promesses électorales, l‘évènement le plus marquant étant sans doute le 21 juillet 2008 (II 2) lorsque les députés et sénateurs UMP ont voté pour la suppression du référendum obligatoire (art. 88-5) de soumettre au référendum toute nouvelle adhésion d’un Etat à l’Union européenne faisant ainsi sauter le verrou d‘un niet potentiel du peuple français à l‘entrée de la Turquie dans le club européen, après un coup comme celui-là la messe est dite !
    En résumé pour la majorité présidentielle comme pour en gros le PS, l‘adhésion de la Turquie à l‘UE, ce n‘est jamais dit clairement mais de fait c‘est déjà décidé, circulez y a rien à voir…
    * ce document est à prendre avec des pincettes concernant les commentaires car émanant du même groupe politique présidé par de Villiers, néanmoins il indique une bonne chronologie des évènements et les faits sont les faits quoiqu‘on veuille.
    2) Pays de près de 80 millions d’habitants, la Turquie est un gros morceau à « intégrer » et cela est déjà très perceptible au niveau du montant des subventions de pré-adhésion, celles-ci sont détaillées chronologiquement sur le tableau résumé ci-dessous, étalées sur une période allant de 2002 à 2013 elles vont crescendo avec le temps avec une moyenne de quelque 510 millions d’euros par an, elles se terminent en 2013 sur un montant de 936 millions tel que l’indique le tableau résumé ci-dessous :
    Année Millions € Document source indiquant le montant de la subvention
    2002 : 126 Millions € Rapport spécial n°16/2009 Tableau 1, page 10
    2003 : 145 Millions € Rapport spécial n°16/2009 Tableau 1, page 10
    2004 : 237 Millions € Rapport spécial n°16/2009 Tableau 1, page 10
    2005 : 278 Millions € Rapport spécial n°16/2009 Tableau 1, page 10
    2006 : 463 Millions € Rapport spécial n°16/2009 Tableau 1, page 10
    2007 : 497 Millions € European commission enlargement Turkey Financial assistance
    2008 : 539 Millions € European commission enlargement Turkey Financial assistance
    2009 : 566 Millions € European commission enlargement Turkey Financial assistance
    2010 : 654 Millions € European commission enlargement Turkey Financial assistance
    2011 : 782 Millions € European commission enlargement Turkey Financial assistance
    2012 : 899 Millions € European commission enlargement Turkey Financial assistance
    2013 : 936 Millions € Rapport spécial p.11 §4 : 4873 M. € – 3937 M. € (2007-2012)
    Total : 6122 – total APT 1249 Millions € + total IAP 4873 Millions €
    3) Ce fameux rapport publié le 15 janvier dernier indique pour qui sait déchiffrer le langage technocratique quel’usage peu conforme à ses objectifs de départ qui a été effectué de ces subventions (absence de traçabilité pour employer le jargon homologué) inaugure mal de la fiabilité de ce futur nouvel adhérent, il n’y a qu’à lire les 54 pages du dit-rapport ;
    Pour qui n‘a pas envie de lire ce long rapport ennuyeux de la Cour des comptes rédigé en langage très lissé et parfois assez abscons, le parcours de la Table des matières en page 5 est un vrai petit régal suffisant pour se forger une opinion sur le fond, il suffit de voir les têtes de chapitre résumées :
    §13-19 : les documents stratégiques du conseil et de la commission n’ont pas permis d’orienter pleinement les aides de l’UE en fonction d’un ensemble d’objectifs réalisables
    Déjà tout est dit pour qui sait décrypter le langage des technocrates, cela veut dire quele fric a été claqué n’importe comment et ce sans retour possible !
    §22-29 : manque de rigueur dans la sélection des projets APT (aide de préadhésion à la Turquie)
    Ça veut dire qu’ils ont soutenu le plus souvent n’importe quel projet…
    §38-47 : le DIS (système de mise en œuvre décentralisée) n’a pas permis de mettre en œuvre en temps opportun les projets contrôlés, mais des mesures correctrices ont été prises depuis
    Nous voilà heureusement rassurés !
    §54-59 : les problèmes liés à la mise en œuvre n’ont pas toujours été signalés
    Y a une logique dans la corruption, qui est de retarder le plus possible sa découverte…
    La Cour pense « rattraper le coup » en passant de l’APT (système en place de 2002 à 2006) à l’IAP (Instrument d’aide de préadhésion de 2007 à 2013), cela ne change pas grand-chose car l’argent confié à cette nouvelle usine à gaz est toujours en grande partie gérée par les autorités turques, pas besoin d’être grand clerc pour se douter que les fonds versés vont à nouveau se perdre comme l’eau dans les sables du désert, tous ces machins à subventions (aux frais du contribuable européen) partent toujours des meilleures intentions du monde, en pratique ils débouchent sur des systèmes de pompe à fric qui va filer dans la poche de quelques initiés, d’ailleurs comment pourrait-il en être autrement dans un pays qui n’a que des notions approximatives de comptabilité nationale quand on voit déjà dans nos pays occidentaux l’absurdité de nombre de programmes subventionnés en dépit de la rigueur proclamée des instruments de contrôle, bref rideau !
    Il faut aussi être conscient qu’une fois ces « aides » versées, l’argent ne revient jamais, plus jamais !
    Que penser en conclusion ?
    De Gaulle parlant de l’ONU disait « ce machin », la tragédie est qu’on est tenté d’utiliser le même terme concernant l’Union Européenne qui ressemble de plus en plus à un organisme extrêmement budgétivore, sorte de monstre géant mais dont l’organisation du pouvoir et les procédures de prises de décision demeurent opaques, on a progressivement abouti au fil du temps à une organisation oligarchique qui ne dit pas son nom et dont les compétences supranationales s’imposent de toutes façons aux Etats qui en sont membres, l’exemple de l’intégration forcée de la Turquie le démontre, on agit en fonction d’objectifs politiques et idéologiques qui ne tiennent nullement compte de l’intérêt des citoyens de l’Union car tout indique que cette intégration se révèlera :
    1) extrêmement coûteuse et problématique à tous les niveaux
    2) elle provoquera chez les membres de l’UE une dénaturation du sentiment de conscience européenne qui pouvait encore subsister … et bien de toutes ces objections pertinentes, les instances européennes n’en ont cure et décident de passer en force, vaille que coûte ! Cela montre que l’esprit européen est déjà mort de facto…
    http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/6-milliards-d-euros-de-subventions-70798
    J’ajoute le 5ème hélas, car de mes souvenirs nous avions dit NON
    Pour François Hollande, l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne (UE) n’aura pas lieu au cours du prochain mandat présidentiel. « Aujourd’hui, il y a un processus de négociation qui est en cours depuis d’ailleurs des années » mais « aucune condition majeure n’est réunie, et donc, dans le prochain quinquennat, il n’y aura pas d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne », a ainsi déclaré le candidat socialiste lors de l’émission Des paroles et des actes sur France 2 mercredi. Interrogé par leJDD.fr, Jean-François Bayart, spécialiste de la Turquie au Centre d’études et de recherches internationales (Ceri) dresse un bilan des rapports franco-turcs.
    Pour François Hollande, l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne (UE) n’aura pas lieu au cours du prochain mandat présidentiel. « Aujourd’hui, il y a un processus de négociation qui est en cours depuis d’ailleurs des années » mais « aucune condition majeure n’est réunie, et donc, dans le prochain quinquennat, il n’y aura pas d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne », a ainsi déclaré le candidat socialiste lors de l’émission Des paroles et des actes sur France 2 mercredi. Interrogé par leJDD.fr, Jean-François Bayart, spécialiste de la Turquie au Centre d’études et de recherches internationales (Ceri) dresse un bilan des rapports franco-turcs.
    Et pendant ce temps depuis 2002, on sème, et pour quelle récolte !

  7. Voir aussi accessoirement :
    Signature par l’AFD d’une convention de don avec le ministère égyptien de la Coopération internationale :
    L’AFD vient de signer, avec le ministère de la Coopération internationale et l’Ambassade de France en République Arabe d’Egypte, une convention de don de 800 000 euros pour l’élaboration et la préparation d’un projet de centrale électrique fonctionnant à l’énergie solaire.
    « Dans le cadre des relations privilégiées entre l’Egypte et la France, que les deux parties souhaitent renforcer, Mme Fayza Aboul Naga, Ministre de la planification et de la Coopération Internationale en Egypte, a signé, avec M. Jean Félix-Paganon, Ambassadeur de France au Caire, et M. Jean-Pierre Marcelli, Directeur de l’Agence Française de Développement (AFD) au Caire, une convention de don de 800 000€, provenant de la Facilité d’Investissement du Voisinage (FIV) européenne. Cette convention vise le financement des études et de l’assistance technique pour l’élaboration et la préparation d’un projet de centrale d’électricité photovoltaïque d’une capacité de 20 MW liée au réseau électrique en Haute-Egypte.
    Source : Ambassade de France en Egypte, mai 2012.
    La dernière phrase sent bon les études/prestations bidon, non ? Pour masquer quoi ? (J’ai peut-être de chouettes souvenirs personnels dans ce genre de choses…)
    Mais, me direz-vous, 800.000 euros, c’est que dalle.

  8. DEJA en 1996 pour le MAROC :
    15 janvier 1996 à 23:56 La France allège la dette marocaine –
    La France a décidé d’annuler purement et simplement 400 millions de francs de la dette marocaine
    (60 979 606 €). Le ministre de l’Economie et des Finances, Jean Arthuis, a également annoncé au cours de son déplacement au Maroc que la dette du royaume chérifien serait allégée de 600 millions de francs supplémentaires (91 469 410€) en échange de «facilités» accordées à des entreprises françaises pour leur permettre de participer à la privatisation des sociétés publiques marocaines. La dette du Maroc à l’égard de la France s’élève actuellement à 25 milliards de francs (3 811 225 €) en 1996.
    http://www.liberation.fr/economie/0101169354-la-france-allege-la-dette-marocaine
    2°) – Madagascar : 375 millions + 12 millions de subvention
    La Convention de Fi¬nancement relative au Programme d’Appui Conjoint au Secteur Santé a été signé entre le gouvernement malgache et l’Agence Française de Déve¬loppement.
    Le programme a comme objectif de contribuer au renforcement du système de santé afin d’augmenter l’utili¬sation des services de santé en ciblant par¬ticulièrement la santé maternelle et infan¬tile. Le montant de la subvention s’élève à 12 millions d’euros
    PARIS (AP) – Le ministre français de l’Economie Nicolas Sarkozy s’est félicité mercredi d’un accord prévoyant l’annulation totale de la dette publique de Madagascar vis-à-vis de la France, pour un montant de près de 376 millions d’euros.
    L’accord bilatéral « traduit la volonté d’aller au-delà » d’une mesure multilatérale signée mardi avec les principaux pays créanciers de Madagascar, qui portait sur une réduction de la dette malgache, souligne le ministère de l’Economie dans un communiqué. L’annulation de la créance française se déroulera sur six ans.
    L’accord a été paraphé par le directeur du Trésor français, Xavier Musca, et le ministre malgache de l’Economie, Andriamparany Benjamin Radavidson, en présence du Premier ministre malgache Jacques Sylla. « Venant du premier créancier de Madagascar, ce geste (…) traduit l’importance de l’engagement de la France en faveur de la réduction de la dette des pays pauvres », souligne le ministère. AP
    3°) – – Les Comores :
    L’Ambassade de France auprès de l’Union des Comores et le Ministère des Relations Extérieures, de la Coopération, chargé de la Diaspora, de la Francophonie et du Monde Arabe ont signé le 24 novembre 2011 une convention pour l’exécution d’un Programme franco-comorien de codeveloppement (PFCC). Ce concours financier du Ministère chargé du développement solidaire de la République Française est un don de DEUX MILLIONS d’euros sur une période d’exécution de 36 mois.
    http://www.francais-de-l-ocean-indien.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=506:communique-de-presse&catid=37:france-union-des-comores&Itemid=67
    4°) La France a décidé d’annuler la dette publique de :
    – La Guinée-Bissau : 8,56 millions d’Euros
    Une convention en vue de la remise de toute la dette de la Guinée-Bissau envers la France, qui s’élève à 8,56 millions d’euros, a été signée vendredi à Bissau, rapporte la presse locale – La convention a été signée entre l’ambassadeur de France, Michel Fresch, et le ministre des bissau-guinéen des Finances. A cette occasion, le ministre a lancé un appel aux étrangers afin qu’ ils investissent dans son pays.
    La liste est longue je m’arrête sur ces 4 là – Et nous avez vous une solution pour effacer nos dettes (relance de l’économie)

  9. la folie n’a plus de limites ! Ce charlatan de freud leur a bien appris à faire le mal !! Ils en sont tous atteint !!! Ce monde à l’envers me rend malade. Je suis athée depuis de très nombreuse années mais je crois bien que vais finir par croire en l’existence du diable !! Tout ce qui se passe dans ce pays et dans ce monde est du grand n’importe quoi ! …Qui pourra remettre les choses à l’endroit ? Pas sur que l’on puisse, je suis si découragée de tant de conneries …

  10. J’ai horreur des disparités volontairement entretenues, surtout quand elles le sont à des fins inavouables car par trop honteuses.
    Nos anciens vivent pour beaucoup avec des pensions et autres retraites de miséreux, pendant que le gros lard de locataire de l’Elysée s’empiffre et donne le fruit de NOS efforts à ces crasseux.
    Néanmoins quelle version doit-on croire ?
    S’agit-il de don ou de prêts de 300, 600 ou 900 millions d’euros car à chaque fois il y a 300 millions d’euros d’écart, et sachant que cela représente 1 967 871 000 Francs ce n’est quand même pas une paille ?
    Trois versions se contredisent ; d’abord celle-ci :
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20120923trib000720859/940-millions-d-euros-de-paris-et-bruxelles-pour-le-metro-du-caire-.html
    qui annonce une somme de 300 millions d’euros consentis sous la forme d’un prêt sur 25 ans à environ 2% d’intérêt ?
    ou celle-là :
    http://bonjouregypte.com/news.php?id=10861
    qui annonce que c’est un don, non-remboursable de 900 millions d’euros ?
    Tout en lisant dans votre article que :
    « … la France, avaricieuse avec les siens, dilapide généreusement nos économies en donnant pour rien 600 millions à l’Egypte* (300 millions aujourd’hui, représentant la moitié de ce qu’elle s’est engagée à donner…..)

Les commentaires sont fermés.