Assises bretonnes de l’immigration, interview de Christine Tasin

Publié le 29 mai 2012 - par - 4 commentaires

Christine Tasin : « Mes raisons d’’intervenir aux assises bretonnes sur l’immigration »

Posté par Novopress dans Actualités, Politique, Société le 27 mai 2012 | Imprimer cet article

Présidente de Résistance Républicaine, un mouvement créé fin 2009 pour fédérer « tous ceux qui, conscients des dangers que courent  la République et les valeurs issues des Lumières à cause des progrès de l’islamisation, du modèle anglo-saxon et du libéralisme », Christine Tasin a accepté de participer aux assises bretonnes sur l’immigration qui se tiendront à Vannes le 2 juin prochain.  (Ces assises pourront être suivies en direct sur Internet via mon blog, le site de Résistance républicaine et le site Breizh Novopress, note de C. Tasin)

 

Elle donne ici les raisons de sa participation à ce colloque exceptionnel qui réunira pour la première fois des intervenants issus de milieux bien différents. A ses côtés en effet, Padrig Montauzier, président de la revue “War raok, la voix de la nation bretonne“, défendra le point de vue de l’indépendance bretonne face à l’immigration ; Jean Claude Empereur, politologue et ancien élu local, soutiendra quant à lui la nécessité de l’émergence d’une Europe indépendante et souveraine ; enfin Philippe Milliau, co-responsable identitaire de Jeune Bretagne, présentera une synthèse de la position identitaire. 

NOVOpress Breizh : Pourquoi ces assises ?

Christine Tasin : L’immigration est un thème encore tabou dans le débat politique, on l’a vu lors de la campagne pour les présidentielles, alors que l’immigration en France, qu’elle soit voulue ou subie par nos élites, fait partie des enjeux les plus importants de notre époque, eu égard à son coût et aux problèmes d’intégration et de communautarisme qu’elle génère.

Qu’en attendez-vous ?

C.T. : Ces assises devraient permettre de montrer, dans le culte du débat, typiquement français, comment des patriotes soucieux de leurs valeurs et de leurs pays peuvent, face  à une même inquiétude, proposer des analyses et des solutions très différentes les uns des autres.  Ces assises permettront d’approfondir le dialogue entamé dans le livre Apéro Saucisson-pinard entre jacobins, régionalistes, européistes, voire indépendantistes bretons ! Cela permettra à ceux qui y assisteront ou qui pourront les regarder sur le net de mieux comprendre les enjeux et les choix politiques qu’ils auront à faire au cours des prochaines années.

Quel projet allez-vous défendre ?

C.T. : A Résistance républicaine, nous sommes, comme notre nom l’indique, des républicains soucieux du bien commun et, à ce titre, ennemis du régionalisme, de l’européisme et de l’autonomie des régions françaises, tous projets porteurs à  nos yeux d’un éclatement de la nation. Nous sommes jacobins et donc partisans d’un centralisme fort pour une République une, laïque et indivisible, mise en danger par l’immigration depuis trente ans. 

Assises bretonnes sur l’immigration, samedi 2 juin de 14h30 à 18h30. Le colloque sera suivi d’un banquet de clôture en compagnie des quatre orateurs.

Entrée 5€ par personne et 25€ avec le repas. Inscription à adresser à [email protected] ou par courrier à : Jeune Bretagne – Milin Coz – 29650 Guerlesquin. Chèque à rédiger à l’ordre de Jeune Bretagne. L’adresse sera communiquée après inscription uniquement.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine [http://breizh.novopress.info/

Print Friendly, PDF & Email

4 réponses à “Assises bretonnes de l’immigration, interview de Christine Tasin”

  1. Avatar mampel robert dit :

    J´avais 22mois l´orsque mes parents sont partis au Maroc.
    J´en suis sorti en fin 1969 à 24 ans… Je peux manifester que je connais bien ces gens-là et ils n´ont rien de particulier: ce ne sont que des êtres humains tel que vous et moi… Le problème plus important de tous les peuples n´est que l´ignorance! Quand l´homme sait et comprend, il est est en mesure de faire de bons choix et devient maître du discernement…Mais quand il s´agit du contraire il vaut mieux le conduire et si en plus on l´a éloigné de son auto-concience, et de sa voix intérieure, il n´est plus qu´à la merci de ceux qui lui crient plus fort et il ne réagit que par les émotions et par l´instinct plus animal qui demeure en eux. Et il ne réagira que par la voix du « maître »…Si en plus on lui a distortionné la vérité de l´histoire de l´homme. Et on lui montre du doigt où est son ennemi, il attaquera sans remords…
    Il y a un grand boulot à faire, mais avant il faut mettre le loup sous contrôle, pour empêcher qu´il dévore et détruise ce qu´il y a de bon et ce qui a coûté des générations et siècles pour être bâti.
    Et nous ne pouvons plus nous permettre de distractions ni de faux pas car leur maquiavélique plan est bien tracé et inexorable.
    Pour celà faire il faut travailler depuis la Paix mais sans relache et en nous servant des lois qui sont contenues dans la constitution et parallèlement faire le travail de véritable information et formation, car ce qui les attend, ne sera vraiment pas la gloire; mais bien au contraire: ce sera la ruine pour nous mais ils seront dans le même bâteau que nous et ils se retrouveront exclus automatiquement de ce bon niveau de vie au quel ils s´y étaient tant attachés. Ils n´ont pas les idées nécessaires ni la préparation pour faire de la France leur foyer.
    Il n´y a qu´à voir ce qu´ils en ont fait du nord d´Afrique après notre départ !!!
    Croient-ils qu´ils feront mieux en France avec toutes les ficelles qu´il y a à manipuler ???
    Je vous salue et vous souhaite toute la lucidité possible pour mener à bon therme la tâche que vous menez si bien.
    robert

  2. Avatar JJR dit :

    C’est assez marrant de lutter pour préserver l’héritage des Lumières et d’avoir comme ennemi le libéralisme qui lui même est issu des Lumières.

    Lire JJ Rousseau, regarder Henri Guillemin!

    Merci

    • Avatar resistancerepublicaine dit :

      Si vous en êtes encore à confondre libéralisme au sens du XVIIIème siècle et ultralibéralisme que nous vivons il y a du souci à se faire, enlevez vos oeillères

Lire Aussi