Enfants vendus aux enchères en Egypte, conséquence des mariages islamiques temporaires ?

Publié le 8 octobre 2011 - par - 7 commentaires

Un article à lire sur Point de Bascule, ainsi que les liens indiqués. Un retour aux âges obscurs. Qui a parlé de révolution et de progrès ? Mélenchon, qui prétendait que nous devrions prendre modèle sur les révolutions arabes…

Print Friendly, PDF & Email

7 réponses à “Enfants vendus aux enchères en Egypte, conséquence des mariages islamiques temporaires ?

  1. Avatar sardo dit :

    Le mariage temporaire en islam ou l’hypocrisie musulmane dans toute sa splendeur !

    Ce n’est pas de la prostitution, non, puisqu’ils sont mariés le temps du rapport sexuel suivi du divorce immediatement apres et contre compensation financiere !

    Rien, a mon avis, n’est plus faux et cynique que cette pseudo religion.

  2. Avatar Miles Gregarius dit :

    Le mariage temporaire ou le génie islamique.

    Comment rouler le « prophète » dans la farine pendant que Allah n’y voit que du feu.
    Le mariage temporaire c’est du même tonneau que la finance islamique.
    Ya pas de taux d’usure, mais quand t’as finis de rembourser l’emprunt il t’a couté le double. Allahbracadabra ! L’islam c’est magique.

  3. Avatar CLOOTS dit :

    Quel horreur. Religion de pédophile. Je suppose qu’un paquet de ses pauvres mômes sont des chrétiens coptes enlevés avant de se faire massacrer comme en ce moment. Pas étonnant qu’ils se sentaient proches des nazis.

  4. Avatar Nordine dit :

    En plus d' »hypocrisie », j’ajouterais « amoralité ». Il me semble évident que la pauvreté, l’inculture et la religion majoritaire dans les pays arabes mènent à ce genre d’attitudes amorales. Et là je rejoins Robert Redeker – et beaucoup d’autres- qui pensent que le malheur des musulmans est le caractère très sclérosant de l’islam : un monde fixe, figé dans un manichéisme étroit et aveugle, une vision du monde et de l’humanité qui bien entendu achoppe sur la complexité de la psyché humaine, sur les contradictions patentes que nous offre la nature… La distance critique, la remise en cause sont des concepts insaisissables, voires criminels, pour un musulman nourri à l’idéologie extrémiste et obscurantiste de ses pairs depuis l’enfance. Est-il besoin de rappeler que dans la plupart des pays musulmans, l’école n’est que coranique, et qu’elle ne peut donc en aucun cas jouer son rôle d’émancipation intellectuelle ? Et que dire de la pression de la communauté, si présente, et hors de laquelle il n’y a pas de salut ?
    J’ajouterai que le fossé infranchissable qui sépare Islam et Christianisme, Orient et Occident, car qu’on le veuille ou non ces deux religions sont à la base de nos cultures, c’est le message complètement contradictoire qu’ils véhiculent sur les plans opératoire et humain. En Islam le fidèle doit appliquer la loi coranique à la lettre par soumission absolue à la parole Dieu et ce jusqu’ à l’extrême, jusqu’au meurtre (des apostats, des hommes et femmes adultères, des homosexuels…). A l’opposé me semble-t-il, les évangiles enseignent au Chrétien la tolérance et la relativité : l’épisode de la femme adultère, « aime ton prochain comme toi-même » ou  » Dieu a-t-il fait la loi pour l’Homme ou l’Homme pour la loi » expriment bien ce jeu possible, cet interstice dynamique qui a conduit la pensée occidentale aux idéaux des Lumières.
    Alors, ces unions devant imam avec des prostituées ne montrent pas tant l’hypocrisie de l’Islam que le monde effroyable parce que mort, figé et amoral vers lequel il peut tendre.
    Ou alors je me trompe complètement ! Et réjouissons-nous qu’au final que les imams d’Iran soient les héritiers directs de nos mères maquerelles les plus célèbres, que le voile et la burqa siéent à des messalines, et que le monde arabe remette au goût du jour les lupanars si chers à Apollinaire !

    • Avatar resistancerepublicaine dit :

      Toujours de pertinentes analyses, mais le suis sceptique quant à la conclusion, j’ai du mal à me réjouir de quoi que ce soit qui_ touche à l’islam !

Lire Aussi