Raoult aux assassins qui interdisent l’hydroxychloroquine : on soignera avec les médicaments appropriés


Raoult aux assassins qui interdisent l’hydroxychloroquine : on soignera avec les médicaments appropriés

.

Je suis dans une rage noire. Une envie de meurtre. Une envie incoercible de réunir un tribunal, de juger Macron, Véran, les salopards du Conseil de Santé et tous leurs complices. 

Ils ont osé. Ils osent interdire le seul traitement qui ait fait ses preuves en France et dans le monde. 

Assassins ! 

A partir de ce jour, chacun doit rappeler chaque jour, sur les réseaux sociaux, chez la boulangère, dans sa famille… que nous sommes dirigés par des assassins. Ce sont eux qui  ont tué délibérément les malades du Covid en interdisant la prescription de plaquenil par des médecins généralistes dès les premiers symptômes. 

Assassins ! 

Ils viennent de parfaire leur forfait en interdisant carrément toute utilisation de l’hydroxychloroquine pour soigner le Covid.

Ma première réaction c’est un seul cri : comment vont faire Peronne, Douste-Blazy et Raoult ? Non pas que je sois inquiète pour l’approvisionnement, je me doute que Raoult a des contacts en Chine et ailleurs pour se procurer le Plaquenil… mais comment faire face à une interdiction absolue comme celle qui vient de tomber, qui interdit de fait aux médecins 2 fondamentaux, la liberté de prescription et le respect du serment d’Hippocrate.

La réponse de Raoult est tombée presque immédiatement :

L’IHU Méditerranée Infection de Marseille « continuera à traiter [ses] patients avec les traitements les plus adaptés », a réagi mercredi, auprès de l’Agence France-Presse, l’institut dirigé par le professeur Didier Raoult. L’abrogation de l’autorisation n’entame pas la liberté de prescription des médecins, et un praticien hospitalier peut toujours prescrire et administrer un médicament hors-AMM (autorisation de mise sur le marché).

.

Il est évident que Véran ne va pas en rester là, les menaces contre lui vont se multiplier et s’aggraver. Le Conseil de l’ordre risque bien de le menacer à nouveau… J’ignore le statut de l’IHU et de Raoult, y a-t-il une autorité de tutelle ? Quelqu’un peut-il le nommer et le dé-nommer ? 

Il semble qu’un vent de révolte se lève partout en France, chez des médecins et des avocats contre cette décision plus que dictatoriale.

https://www.ouest-france.fr/sante/hydroxychloroquine-des-avocats-lancent-une-action-collective-pour-annuler-le-decret-de-son-6846712

.

L’hydroxychloroquine n’est plus autorisée en France pour traiter le Covid-19

La décision suit l’avis rendu mardi par le Haut Conseil de la santé publique. Vendredi, une vaste étude internationale concluait à un risque aggravé de mortalité chez les patients atteints de Covid-19 traités avec ce médicament.

Le gouvernement a abrogé, mercredi 27 mai, dans un décret publié au Journal officiel, les dispositions dérogatoires autorisant la prescription de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19 à l’hôpital en France, hors essais cliniques, à la suite d’un avis défavorable du Haut Conseil de la santé publique.

Depuis fin mars, l’hydroxychloroquine pouvait être prescrite à titre dérogatoire en l’absence d’autre traitement, à titre compassionnel ou dans le cadre d’essais cliniques « sous la responsabilité d’un médecin, aux patients atteints de Covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile », selon un premier décret datant du mois de mars. Le nouveau décret annule cette disposition, qui concernait aussi l’association d’antiviraux lopinavir/ritonavir.

« Que ce soit en ville ou à l’hôpital, cette molécule ne doit pas être prescrite pour les patients atteints de Covid-19 », a réagi le ministère de la santé dans un communiqué.

Le contexte : Pourquoi la France a choisi de suspendre l’hydroxychloroquine

Les espoirs portés sur ce médicament, dérivé de la chloroquine, un antipaludéen, avaient notamment été portés publiquement par l’infectiologue Didier Raoult, directeur de l’institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection de Marseille (IHU). Les présidents brésilien et américain en avaient également vanté les mérites du traitement. Donald Trump avait même annoncé, le 18 mai, qu’il en prenait à titre personnel.

Un risque plus élevé de mortalité

Mais, depuis, des études ont fait preuve de beaucoup plus de circonspection. La parution vendredi, dans la revue médicale The Lancet, d’une étude pointant son inefficacité et les risques entraînés par ce médicament a précipité son interdiction en France. Mardi, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) et l’Agence du médicament (ANSM) se sont prononcés contre son utilisation pour traiter le Covid-19.

Lire aussi : une étude internationale suggère un risque accru de mortalité sous hydroxychloroquine

Concernant les essais cliniques destinés à évaluer son efficacité et sa sûreté d’utilisation face au SARS-CoV-19, le HCSP est d’avis « de réévaluer le rapport bénéfice/risque de ce médicament dans les essais en cours et à venir ». L’ANSM, elle, a suivi l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et « souhaite suspendre par précaution les essais cliniques évaluant l’hydroxychloroquine dans la prise en charge des patients ».

L’essai européen Discovery, qui teste l’efficacité de plusieurs traitements contre le Covid-19, a « suspendu depuis dimanche »l’inclusion de nouveaux patients dans le groupe recevant de l’hydroxychloroquine, a indiqué mercredi l’institut de recherche Inserm, qui coordonne cette étude.

La liberté de prescription des médecins demeure

Le médicament, commercialisé sous le nom de Plaquénil en France, fait partie des nombreux traitements testés depuis le début de l’épidémie. Il est par ailleurs prescrit pour lutter contre des maladies auto-immunes, le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde.

L’IHU Méditerranée Infection de Marseille « continuera à traiter [ses] patients avec les traitements les plus adaptés », a réagi mercredi, auprès de l’Agence France-Presse, l’institut dirigé par le professeur Didier Raoult. L’abrogation de l’autorisation n’entame pas la liberté de prescription des médecins, et un praticien hospitalier peut toujours prescrire et administrer un médicament hors-AMM (autorisation de mise sur le marché).

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/05/27/le-gouvernement-abroge-l-autorisation-de-l-hydroxychloroquine-pour-traiter-le-covid-19_6040915_1650684.html

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


19 thoughts on “Raoult aux assassins qui interdisent l’hydroxychloroquine : on soignera avec les médicaments appropriés

  1. AvatarJ

    Ce sont des assassins. Ils interdisent la chloroquine, mais que l’un d’entre eux tombe malade et vite, il a sa plaquette de Plaquenil, pour sûr. Et il y a encore des abrutis pour soutenir ces salopards ?
    J’espère que beaucoup de médecins réagiront comme le Professeur Raoult et prescriront la bonne association de médicament contre le Covid.
    Par ailleurs, la semaine dernière, j’ai dû faire une prise de sang chez mon laboratoire. L’infirmière en charge a été formée à Marseille et connaît le Dr Raoult. Elle m’a dit qu’il est hors norme, certes misogyne et tyrannique envers ses étudiants, mais qu’en bactériologie et infectiologie, c’était un vrai génie et qu’on pouvait lui faire confiance sur le sujet des microbes et virus.

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Merci pour ce témoignage qui confirme que nous avons choisi le bon cheval 😉

  2. Avatarcachou

    La France n’est plus constitué que des membres du gouvernement. Hors ces quelques dizaines de personnes, la France est un désert. Il n’y a plus d’habitants, fini, nada, que de l’espace rempli par la nature.
    Face à du vide, on peut prendre toutes les décisions que l’on veut. Le vent et les arbres ne sont pas sensibles à la politique.
    Dans des pays habités à l’étiquette démocratique, des décisions prises comme celles qui le sont en France, les gouvernements sautent pour 2 % desdites décisions.
    Face à un désert, les décideurs font ce qu’ils veulent et dorment tranquille.
    France ? Késako ? Ça se mange ?

  3. AvatarJackturf

    Bonjour, vous devriez lire l’étude de « The Lancet » en 2003 sur la chloroquine, c’est très intéressant , en gros ils concluent : Nous concluons que l’administration de chloroquine / hydroxychloroquine présente une toxicité limitée et représente donc un faible risque quand au rapport bénéfice / risque. D’autres part, il est incroyable que les « médias » ne répondent pas à la seule question qui vaille : Pourquoi les pays les plus riches, sont-ils ceux qui ont le plus grand nombre de morts (dixit Raoult), oui pourquoi ? L’article de The Lancet ici :
    https://actucourses.blogspot.com/

    Pour le reste, je vous suis régulièrement et je tenais à vous remercier pour le formidable travail de réinformation réalisé sur ce site, courage à tous…

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Merci pour l’indication, c’est très intéressant je vais regarder ça et merci pour vos encouragements

  4. AvatarVent d'Est, Vent d'Ouest

    Dans quelles mesures un gouvernement peut trahir les dispositions inscrites dans la Constitution sans faire preuve de dictature comme le cas en France ?

    1. Avatarcachou

      Dans la mesure où la passivité et la résignation d’un peuple existe.
      Dans la mesure où tout pouvoir d’analyse et de réflexion d’un peuple à disparu.
      Dans la mesure où l’égoïsme, la jalousie et l’irresponsabilité atteint un peuple.
      Dans la mesure où tous les 5 ans, un dictateur islamophile est élu depuis 45 ans.
      Dans la mesure où tout ce qui est susnommé caractérise parfaitement le peuple français pour 85%.
      Là, les dictatures s’installent et se durcissent en permanence.
      Le meilleur exemple en est feu la France désormais Islafrance.

  5. Avatargigobleu

    Les médecins du pouvoir sont les dignes héritiers des sommités allemandes des années quarante dont les « essais cliniques » effectués à Auschwitz, Treblinka et autres « sanatorium » ont finis par être évalués à Nuremberg …

    1. Avatarcachou

      AB-SO-LU-MENT !!
      Et c’est exactement pour cela, que personnellement, dès le premier jour de cette affaire, j’ai* qualifié Macron d’Hitler.
      =====
      * personnellement > je = pléonasme, certes !

  6. AvatarJoël

    Alors voilà, juste un bout de notice :
    Consultez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien ou les urgences médicales.

    Le surdosage peut être à l’origine d’une maladie du foie (insuffisance hépatique), d’un saignement gastro-intestinal, d’une maladie du cerveau (encéphalopathie), d’un coma, voire d’un décès, et notamment chez les populations plus à risque telles que les jeunes enfants, les personnes âgées et dans certaines situations (maladie du foie, alcoolisme, malnutrition chronique). Dans les 24 premières heures, les principaux symptômes d’intoxication sont : nausées, vomissements, perte d’appétit, douleurs abdominales, pâleur.

    Le surdosage peut également entraîner : une atteinte du pancréas (pancréatite), une hyperamylasémie (augmentation du taux d’amylase dans le sang), une maladie des reins (insuffisance rénale aiguë), et un problème de sang dans lequel les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes sont tous réduits en nombre ce qui entraîne :

    · une fatigue, un souffle court et une pâleur ;

    · des infections fréquentes accompagnées de fièvre et de frissons importants, des maux de gorge ou des ulcères de la bouche ;

    · une tendance à saigner ou à présenter des ecchymoses spontanées, des saignements de nez.

    · Rarement, une réaction allergique peut survenir :

    o boutons et/ou des rougeurs sur la peau,

    o urticaire,

    o brusque gonflement du visage et du cou pouvant entrainer une difficulté à respirer (œdème de Quincke),

    o malaise brutal avec baisse importante de la pression artérielle (choc anaphylactique).

    Si une allergie survient, vous devez immédiatement arrêter de prendre ce médicament et consulter rapidement votre médecin. À l’avenir, vous ne devrez plus jamais prendre de médicaments contenant du paracétamol.

    · De très rares cas d’effets indésirables cutanés graves ont été rapportés.

    · Exceptionnellement, ce médicament peut diminuer le nombre de certaines cellules du sang : globules blancs (leucopénie, neutropénie), plaquettes (thrombopénie) pouvant se manifester par des saignements du nez ou des gencives. Dans ce cas, consultez un médecin.

    · Autres effets indésirables possibles (dont la fréquence ne peut être estimée sur la base de données disponibles) : troubles du fonctionnement du foie, diminution importante de certains globules blancs pouvant provoquer des infections graves (agranulocytose), destruction des globules rouges dans le sang (anémie hémolytique chez les patients présentant un déficit en glucose-6-phosphate-deshydrogénase), éruption cutanée en plaques rouges arrondies avec démangeaison et sensation de brûlure, laissant des tâches colorées et pouvant apparaître aux mêmes endroits en cas de reprise du médicament (érythème pigmenté fixe), douleur localisée dans la poitrine qui peut irradier vers l’épaule gauche et la mâchoire d’origine allergique (syndrome de Kounis), difficulté à respirer (bronchospasme). Dans ce cas, consultez un médecin.

    Ouh, la, la ! Mais c’est un véritable poison ça. Il faut l’interdire immédiatement.

    Ah mais non, pas possible ! c’est le Doliprane de Sanofi.
    http://base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr/affichageDoc.php?specid=69309629&typedoc=N

    Vous pouvez aussi lire la notice de l’Efferalgan, c’est pratiquement un copié-collé avec les mêmes termes.

     » De très rares cas » « Exceptionnellement » « Dans certains cas rares » etc.

    1. Charles Martel 02Charles Martel 02

      Mais, comme l’a souligné Didier Raoult, au cours de son interview par le rat Pujadas (qui a lamentablement et en vain essayé de le piéger tout du long) , le paracétamol (principe actif du Doliprane, Efferalgan, Dafalagan et autres…) qui est délivré sans ordonnance et en quantité libre est une molécule très toxique au niveau hépatique et rénal, dont le seuil de toxicité est atteint dès qu’on double la quantité maximale absorbable par jour, le paracétamol peut déclencher des hépatites fulgurantes qui vous bousillent le foie et vous emportent dans l’au delà en quelques semaines (cas rares heureusement). Le paracétamol tue plus que la quinine, et est souvent utilisé par les jeunes pour se suicider, mais ça on ne le dit pas, probablement parce que bien que vendu en générique, vu le volume de vente, le paracétamol doit encore bien rapporter à Big Pharma. C’est là qu’on mesure toute l’incohérence des interdictions et mesures débiles anti chloroquine prises par les ignobles pantins vendus qui nous gouvernent

    2. Avatarcachou

      Dans la mesure où la passivité et la résignation d’un peuple existe.
      Dans la mesure où tout pouvoir d’analyse et de réflexion d’un peuple à disparu.
      Dans la mesure où l’égoïsme, la jalousie et l’irresponsabilité atteint un peuple.
      Dans la mesure où tous les 5 ans, un dictateur islamophile est élu depuis 45 ans.
      Dans la mesure où tout ce qui est susnommé caractérise parfaitement le peuple français pour 85%.
      Là, les dictatures s’installent et se durcissent en permanence.
      Le meilleur exemple en est feu la France désormais Islafrance.

    3. Avatarcachou

      E-POUS-TOU-FLAN !!!
      Je transmets à tous ceux que je connais et qui ne sont pas trop abrutis aveugles et sourds.

    4. AvatarDorylée

      Un surdosage de paracétamol peut détruire le foie, un surdosage de vitamine C peut entraîner une grave hypervitaminose avec calcification des artères, un surdosage de Nutella et de MacDO peut entraîner de graves problèmes cardiaques et un surdosage de connerie peut entraîner un président merdeux pour 5 ans (et peut être 10 si le surdosage est important…) La vie est un risque permanent de mourir.

  7. AvatarJackturf

    Si je peux rajouter un petit mot, ce qu’il faut comprendre avec le traitement du Professeur Raoult, ce n’est pas tellement le taux de guérison qui ne peut être mis en doute, sauf par les obscurantistes, mais surtout la qualité de vie des personnes guéris après traitement. Je serai curieux de voir par exemple un panel de 100 personnes guéris naturellement (sans traitement) face à 100 personnes guéris par le protocole du Professeur Raoult et de voir au final, le taux de séquelles des uns et des autres…Je crois que nous aurions bien des surprises, d’ailleurs le Professeur Raoult avait bien insisté la-dessus et avait été le premier à dire, gare aux séquelles…Regardez d’ailleurs la tête à Olivier Mazerolle, on dirait un « poupon aux joues bien roses » et regardez la tête d’un célèbre médecin, qui a dit avoir arrêté le traitement au bout de trois jours, y a pas photo, il a une tête de déterré, souffrant visiblement de séquelles…Alors rien que pour cela, OUI, ça vaut le coup de faire confiance au Professeur Raoult. A bon entendeur…

  8. AvatarR.E.D.

    Au départ de la pandémie, monsieur Raoult avait dit ,si je me souviens bien ces mots/ »il semblerais que des l’apparition des premiers symptomes, l’administration d’une molécule existante apporterait un mieux significatif.  »
    Il n’avait alors jamais dit qu’il guérirait tout le monde avec la chloroquine.
    Les bâtards de journaleux se sont alors approprié et transposé ces mots.
    La nivaquine administrée pour le palu est nocive et s’accompagne d’une liste d’effets indésirables. Le codoliprane, l’aspirine, pris au de la des prescriptions engendrent touts des effets dangereux. Quasi tous les médocs quoi!!!
    au fait ils recommencent avec BIGAR président . J’ai honte et la gerbe pour ce pays devenu si minable. Je pense rester très loin. Cela s’appelle : » le bout du monde » ou le caillou.

Comments are closed.