La Tunisienne Meriam Abidi a failli se faire massacrer à Paris parce qu’elle défendait le droit au blasphème


La Tunisienne Meriam Abidi a failli se faire massacrer à Paris parce qu’elle défendait le droit au blasphème

.

Voilà ce que Mélenchon et toute la clique gauchiste défend. L’agression d’une simple femme par une foule haineuse parce qu’elle défend juste le droit de critiquer l’islam. C’est parce qu’ils lui ont arraché sa pancarte qu’elle a enlevé son pull pour faire apparaître ses seins et sa défense de la laïcité. Elle savait ce qu’elle risquait au milieu de musulmans chauffés par des islamistes et convaincus d’être dans leur droit puisqu’ils réclament le droit pour les musulmans de vivre comme en pays musulman. 

 

 

En tout cas ne manquez pas cet article-enquête qui raconte l’enfance musulmane de Meriam et les mille raisons qu’elle a de dire non au délit de blasphème, non au voile, non à l’islam .

Meriam est de la graine des Zineb, nous sommes fiers qu’elle ait choisi la France pour et s’y réfugier et nous aider dans notre combat contre l’obscurantisme. 

Quant aux Femen catolicophobes mais islamophiles, leur attitude ne nous étonne pas du tout. 

Christine Tasin

 

Face à la bêtise, essentiellement machiste, d’une idéologie mortifère, une femme libre se dresse, la gorge nue, pour crier sa révolte.

Elle a vécu dans sa chair ce que  l’hydre nauséabond a de plus ignoble.

Cette saloperie de secte abjecte pourrit la vie de millions de personnes soumises…

Et Meriam est une véritable insoumise !

Ne cherchez pas plus loin le courage : c’est cette femme admirable qui l’incarne !

C’est un article de Valeurs actuelles qui nous le dit.

Diogène

.

Meriam Abidi, la féministe conspuée par les Femen qui combat l’islam politique

 

Son apparition gorge au vent lors de la marche contre l’islamophobie, le 10 novembre à Paris, a fait scandale. Mais, qui est donc Meriam Abidi, cette militante féministe qui combat le communautarisme islamique ?

.

« Solidarité avec les femmes voilées. » Le cortège de la marche contre l’islamophobie qui rallie la place de la République, à Paris, scande sans relâche ce slogan sans équivoque. Alors que les manifestants atteignent le boulevard de Denain, une femme d’une quarantaine d’année brandit avec panache un écriteau où est inscrit « le blasphème est un droit républicain ». Son nom : Meriam Abidi. Alors qu’elle tente de protester contre l’instrumentalisation du corps de la femme dans la religion musulmane, elle est violemment prise à parti par plusieurs individus.

Au loin, les sifflets désapprobateurs de la foule s’abattent sur elle. Tentant de s’accrocher tant bien que mal à sa pancarte, Meriam Abidi cède sous la brutalité des gestes de ses détracteurs. Elle ne se résigne pas et décide de faire entendre sa voix autrement. D’un coup d’un seul, elle défait sa veste. Seins nus, les poings levés vers le ciel, la jeune femme arbore sur son buste un pan de phrase courageux : « Ne bradons pas la laïcité ». Son prêche ne convainc pas. La vindicte populaire s’abat avec hystérie sur cette dernière. Les insultes en arabes fusent. On lui jette des bouteilles en plastique à la figure. La grande piété des hommes musulmans est particulièrement perturbée par le geste de Meriam Abidi, qui seins nus proteste contre la dictature sexuelle du Coran.

Poings levés, elle ne renonce pas mais se fait rapidement évacuer par le service d’ordre de la manifestation. Un homme perché sur un lampadaire va même jusqu’à recouvrir le corps de la ‘‘perturbatrice’’ par le drapeau palestinien. Elle est escortée sous la garde ‘‘bienveillante’’ de militants anti-fa qui lui demandent de «fermer sa gueule». Le service d’ordre la plaque violemment contre la porte cochère du 6 boulevard de Denain, tandis que la foule vengeresse la conspue. Un membre de la sécurité lui demande de lui serrer la main et de se taire après qu’elle ait fait .passer son message.

Meriam n’en démord pas et scande « vive Charlie » et « la France n’est pas raciste ». Le courage si ce n’est son audace déplaît aux défilants qui scandent encore plus fort « solidarité avec les femmes voilées. » Voilée par la foule qui recouvre son corps par des foulards, Meriam Abidi est interpellée par la Police qui la place en garde-à-vue. Ultime affront fait à cette femme qui lutte de toutes ses forces contre l’islam politique, le groupe des FEMEN d’Inna Shevchenko se désolidarise de son action. Elles publient un communiqué décriant son geste. Pourtant, malgré les critiques la cataloguant de « féministe blanche islamophobe » Meriam Abidi est une figure du féminisme en Tunisie.

Face à la misogynie du fondamentalisme religieux du Coran, Meriam Abidi fait le choix d’un féminisme pacifique

La vie na pas toujours été facile pour Meriam Abidi. Née en 1980, à Kasserine en Tunisie, dans une famille pauvre, Meriam Abidi a vécu une enfance difficile. Elle comprend vite que les règles sociales imposées par la religion musulmane pèsent sur son statut de femme. Les interdits prônés par les imams sont nombreux : elle n’a pas le droit de s’habiller comme elle décide, ni de jouer dans la rue avec ses copines. De plus, sa famille est très exigeante et lui demande de se comporter comme une bonne musulmane, en dehors de la cellule familiale. Se comporter comme une bonne musulmane ? Cette phrase interpelle la jeune fille qui n’en comprend pas bien le sens jusqu’à ses 13 ans. Une jeune fille de son quartier qu’elle connaît bien est empoisonnée par ses proches, pour être tombée enceinte. Cette peur va gâcher son adolescence. 

 

À 18 ans, elle se prend d’affection pour un jeune garçon de son quartier. L’attraction est mutuelle. Les parents de Meriam approuvent cette relation. Pourtant, cette attirance va virer au cauchemar. Son petit copain l’invite chez lui. Ils se retrouvent seuls. Sous prétexte d’un jeu, elle est attachée aux barreaux du lit de son amoureux. Il va alors se jeter sur elle et la déshabiller brutalement. À 18 ans, Meriam Abidi est violée par cet être qu’elle considérait comme cher à son cœur. Après l’avoir prise en photo, nue et attachée au lit, l’homme fait chanter sa victime. Il lui ordonne de lui obéir. Il menace Meriam en jurant devant Dieu de diffuser les photos si elle ne fait pas ce qu’il lui dit. L’adolescente s’exécute. Par peur de représailles et par honte de la réaction de sa famille, elle demeure cloitrée de force chez elle pendant un an et demi. Sa famille devient sa prison. Elle a peur des siens. Son compagnon d’alors va l’obliger à se marier de force avec lui. Meriam refuse et quitte précipitamment la Tunisie pour rallier en 2006, la France.

.

En 2013, elle rejoint les rangs du très controversé groupe féministe ‘‘Femen’’. Sa rencontre avec Inna Shevchenko est un déclic. Elle se jure de lutter de toutes ses forces contre les abus de la religion musulmane sur la condition de la femme. Face à la misogynie du fondamentalisme religieux du Coran, Meriam Abidi fait le choix d’un féminisme pacifique. Elle affronte dans les yeux ceux qui longtemps ont nui son existence en rabaissant son image de femme et de musulmane. Désormais, elle fait table rase de cette morale islamique qu’elle a longtemps porté comme un lourd fardeau.

.

Membre active du groupe, elle monte au créneau à plusieurs reprises contre les représentants du fondamentalisme islamique. En 2015, seins nus, elle perturbe le rassemblement des imams radicaux lors du salon de la femme musulmane de Pontoise. Lors de cette manifestation, elle scande en arabe, « personne ne me soumet, personne ne me possède, je suis mon propre prophète ! ». Cette phrase marque les esprits. En 2016, seins nus, elle participe à l’interruption du 33e rassemblement des musulmans de France, organisé au Bourget, par Tariq Ramadan et ses complices, les frères musulmans. Elle initie le cri de colère des Femen, « Allah n’est pas un politicien » et défie publiquement l’islamologue. Meriam Abidi met tout son cœur dans la cause. Pourtant, elle sera de nouveau trahie par celle qu’elle considérait comme sa sœur, Inna Shevchenko.

 

Les Femen renient l’une des leurs

[…]

Pour lire l’ensemble de l’article voir sur Valeurs actuelles

Si leur idéologie est volage, il n’en est pas de même pour Meriam Abidi qui a été au bout de ses convictions et de son combat.

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/meriam-abidi-la-feministe-conspuee-par-les-femen-qui-combat-lislam-politique-112788

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




26 thoughts on “La Tunisienne Meriam Abidi a failli se faire massacrer à Paris parce qu’elle défendait le droit au blasphème

  1. Avatarseveric2009

    Et,bien,mais..!!??,ou sont les « FEMEN »si prompt a perturber les églises,et autres manifestations patriotes,au moins cette demoiselle,a le courage de venir défendre l’oppression et l’humiliation que subissent les musulmanes,que leur fait subir »L’IDÉOLOGIE ISLAMIQUE »..!!

  2. Avatardmarie

    Inna Shevchenko n’est qu’une idiote ! Elle n’a rien compris au combat pour la libération de la femme prisonnière de l’islam, et aussi le maintien de la liberté pour toutes les femmes du monde entier qui risquent de subir l’islam un jour ou l’autre…
    Le combat contre l’islam est une cruelle réalité et il serait bien que la shevchenko s’en rende compte avant qu’il ne soit trop tard !
    Mille bravos et mille mercis à Meriam pour son courage inouï et souhaitons que son acte soit répété à l’infini pour la liberté de tous et toutes !
    Il est plus que temps de détruire le poison islamique avant qu’il ne nous détruise !

    1. AvatarVictoire de Tourtour

      Inna Shevchenko est stipendiée par quelque lobby (Soros ?) qui veut détruire les racines de l’Europe, de la France en particulier, pour fondre les pays d’Europe dans un melting-pot sans racines, sans repères, sans identité, sans Histoire,sans civilisation… D’où ses exhibitions minables, avec son groupe de Femen, dans des églises de France.
      Aucun sens du ridicule, la pauvre Inna.

  3. AvatarMachinchose

    elle vient de Kasserine

    le bled ou le jeune vendeur de légumes s’était immolé par le feu………

    la Tunisie ,pays parait il démocra sseux,l’ a déclarée personna non grata

    je suis fier de recevoir dans mon pays cette femme!

    «  » »Je vous salue Meriem , pleine de courage ….. »

    et munie d’ une paire de roubignolles qui manquent a tant d’ hommes, surtout a 95% de nos politichiens envahis d’ une veuleriemonstrueuse

    je ne parle ni d’ un Méchancon, ou de ses sbires, eux ils font ça pour crouter…

    ils finiront comme un Brasillach, un Céline ou un rebatet

    et ce sera justice

    1. Armand LanlignelArmand Lanlignel

      Oui, bien des politichiens sont semblables à un serpent : ils rampent (devant l’islam), ils n’ont pas de couilles (pas le courage d’affronter les intégristes) mais ils ont une grande gueule !

  4. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Elle est des nÔôtres ; elle boit la coupe comme nous Ôôtres !

    Bravo Meriam ! Respect et admiration sans oublier la reconnaissance, parce que comme le dit l’article :

    – » Meriam est de la graine des Zineb, nous sommes fiers qu’elle ait choisi la France et nous aider dans notre combat contre l’obscurantisme. « –

    Amie, Amie tu as pris la coupe la France avec nous pour surtout ne pas la renverser.

    Oui ! On est fiers et heureux pour tout ce combat et cet autre de l’opportunité que tu nous donnes de montrer au monde, que la France, les Français, dont tu es, ne sont pas racistes ; ils sont Français tout simplement ; Français de France, celle que nous aimons et dont nous voulons qu’elle vive pour toujours.

  5. AvatarJolly Rodgers

    bravo a cette femme belle et rebelle , j’ai plus de respect pour elle que pour une femen gauchiste . d’ailleurs elle a rien perdue en quittant les femens . sachant que inna shevenchenco , a laissée mourir (elle s’est suicidée ) dans la solitude et la précarité la co- fondatrice des femens !

    1. François des GrouxFrançois des Groux

      Bonjour, Oleksandra et Inna Shevchenko sont toujours vivantes. C’est Oksana Chatchko qui est décédée (je remercie Wikipedia car les patronymes ukrainiens ne sont pas évidents)

      1. AvatarJolly Rodgers

        bonjour @ françois des groux,
        oui en effet les patronymes de l’est , ne sont pas évident .
        j’avais lus un article , il parait qu’elles l’ont laissée mourir (Oksana Chatchko) dans le mépris , la précarité et la solitude la plus totale . de drôles d »’amies » !

  6. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    J’adore tout ce qu’elle dégage sur cette photo et l’expression de son visage ; c’est très fort !

    Encore une fois, bravo Meriam !

  7. AvatarDominique N

    Quelle histoire extraordinaire !
    Notre époque et ses injustices « fabrique » d’authentiques résistants que l’histoire retiendra.

    1. AvatarSun

      Bravo Meriam ,comme Zineb ,vous êtes courageuses, des femmes comme vous on en veut bien en France,on vous accueille sans problème,quand aux femens à mon avis ,elles ont la trouille de l’islam comme nos politiques, chapeau bas Meriam.

  8. Avatarplaque à vélo

    « je vous salue, Meriem, pleine de courage » oh oui alors !!

    ….. et pleine de grâce ….

    Donc ? des connards de flics (auxquels je me remettais, petit à petit, à redonner quelques considération – idiot que je suis ! -) l’ont arrêtée et placée en garde à vue !!!

    Pour quel motif tordu ? On rêve !! Le monde à l’envers !

    Gros cons de flics; Super gros con leur(s) supérieur(s) qui leur en ont donné l’ordre.

    Quand vont-ils comprendre, ces valets, serviles pour quelques miettes jetées en pâture, ? Combien faut-il qu’ils en prennent plein la gueule avant de mettre la crosse en l’air ?,,,

  9. Avatardmarie

    plaque à vélo, vu les circonstances c’est sans doute une bonne chose pour elle d’avoir été mise en garde à vue ! Si elle était restée au milieu de ce cortège, elle aurait probablement été massacrée ! Je pense qu’elle a plutôt été « sauvegardée », du moins j’ose le croire….

  10. AvatarOrange

    Dans l’article l’affirmation « La grande piété des hommes musulmans est particulièrement perturbée par le geste de Meriam Abidi » me révulse. Les hommes musulmans sont des violeurs et batteurs de femmes autorisés par la sharia et le coran de haut en bas et de long en large. Jusqu’à Kohmeini qui explique les jeux sexuels avec des nourrissons. Le corps humain est beau. Ce que les hommes musulmans ne veulent pas qu’on découvre et mette à l’air c’est leur chasse gardée de leur dégueulasserie vis-à-vis du corps humain qu’ils tuent, violent, torturent, enlaidissent, abusent selon les instructions détaillées de l’islam. Oh la la, l’interdiction de la représentation du corps humain. C’est qu’ils ne conçoivent le corps humain que comme zone d’outrage. C’est sûr que ça parait mal affiché sur un mur. Les médecins musulmans qui excisent en clinique médicale. Des crétins finis oui. SVP ne pas associer le mot piété à leur malfaisance extrême.
    En passant l’ordre shariatique fait à l’homme de s’éloigner du lit de sa femme désobéissante avant de la battre, est un bon moyen d’éleveur de bestiaux d’augmenter l’animosité de l’homme en le privant quelques heures des trous conjugaux d’évacuation de sperme… la femme est un trou pour le musulman, alors ses états d’âmes sur la pudeur, épargnez-moi.

  11. AvatarOrange

    N.B. Le « épargnez-moi » s’adresse évidemment à Valeurs Actuelles qui prend des précautions obséquieuses avec les musulmans qui eux sont en réalité en dissonnance totale avec les rapports humains civilisés. Pour avoir « l’honneur » de violer leur épouse, ils sont prêts à la battre et la tuer, alors… une femme qui se dénude quand elle le veut pour la raison qu’elle choisit est une femme qui échappe à l’ogre musulman, et c’est ça qui le contrarie. Pas la pudeur.

  12. David BelhassenDavid Belhassen

    Une véritable résistante ! Une héroïne ! Une jour viendra où la vengeance sévira ! Merci Miryam (C’est ainsi qu’il faut écrire ton nom d’origine hébraïque et qui signifie justement « rebelle ») !

  13. Avatarplaque à vélo

    Orange : ouah ! quel vigoureux recadrage d’un prétendu « pieux » muzulment.

    Qui tombe bien, afin que nous ne nous laissions pas tenter de croire en la moindre humanité de ces ordures.

  14. frejusienfrejusien

    La Inna russe, n’a eu aucun problème en Russie à se donner en spectacle dans les églises orthodoxes,

    mais irait-elle faire de même dans une mosquée iranienne , ou turque ou saoudite, ou pakistanaise ?? ,

    ces filles sont des couilles molles qui aiment simplement se faire remarquer mais qui n’ont ni courage, ni raisonnement,
    tellement trouillardes qu’elles se désolidarisent ! bouououhhhh !!!

  15. AvatarVent d'Est, Vent d'Ouest

    Inna Shevchenko et sa clique ne sont que des instruments du système anticatholique et anti-France, instruments librement consentis par ailleurs et subventionnés par nos impôts, ce qu’avait compris une des premières co-fondatrices de ce mouvement pourri Femen et qui s’en est désolidarisée (je ne me souviens plus de son nom… Quelqu’un peut-il me rafraîchir la mémoire ? Merci d’avance)?

    Femen : ça sonne bizarre, du reste.

    Merci Meriam Abidi de votre courage à combattre SEULE la barbarie islamique et ses diktats au milieu d’une foule hostile !

Comments are closed.