En parlant de la lâcheté des magistrats, Hollande a été grossier

Illustration : François Hollande en compagnie du premier président de la Cour de cassation, Bertrand Louvel (au centre), le 16 juillet 2014 à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Le portrait psychologique de Hollande proposé par Christine Tasin me semble juste et je partage ce point de vue quant aux phrases et attitudes du Président de la République.
Quant à ses propos sur la justice, Marcus Graven sur Riposte laïque évoque leur « véracité ». Je préfère largement le point de vue exposé par votre article.

La justice, ce sont certes des décisions qui parfois déçoivent ou révoltent, mais aussi d’autres plus sages, comme les deux que j’ai évoquées récemment, par exemple. Certains juges font bien leur travail.
La justice, ce sont aussi des millions de décisions qui interviennent dans des domaines très techniques et qui ne présentent pas le même éclat politique.

Ce travail se fait, souvent bien, quand on sait dans quelles conditions les juges doivent le faire : changement permanent des normes à appliquer, engorgement des tribunaux, etc.
Il est impossible de se faire une idée parfaitement juste de la qualité de la justice, car cela supposerait de connaître toutes les décisions rendues tous les jours, de les apprécier, comparer la proportion des bonnes et celle des mauvaises… sachant que les universitaires, dont c’est le métier, sont souvent en désaccord quant au bien fondé ou non d’une décision.

Parler ainsi de lâcheté des magistrats, c’est donc grossier : il faut savoir exactement de quels magistrats il est question et dans quelle affaire il existe des motifs de leur faire des reproches.

La solution au problème me semble être l’élection populaire des magistrats… Il est nécessaire qu’un débat public sur la jurisprudence, la création prétorienne intervienne en dehors des tribunaux, que les magistrats présentent un programme contenant les grandes orientations de leur action dès lors qu’elle ne se cantonne pas à l’application pure et simple de la loi, qu’on reconnaisse enfin la dimension politique de certains choix dans l’art de juger et que prenne pleinement sens l’en-tête de chaque décision de justice : « au nom du peuple français ». Il faut qu’ils puissent être remplacés s’ils ne donnent pas satisfaction, ce qui supposerait de révolutionner l’institution judiciaire. S’il devait y avoir une sixième République, marquée par une nouvelle Constitution, c’est sur ce point précis qu’un changement me semblerait nécessaire.

 107 total views,  1 views today

image_pdf

15 Commentaires

  1. Et malgré tout, la meilleure façon d’aider Marine à être élue sera, probablement, de voter… Hollande aux primaires de gauche !
    Pourquoi ? Parce que, pour l’instant, il est DEUXIEME de gauche dans le seul sondage fiable des présidentielles : celui des bookmakers.
    Idem pour le deuxième de droite.
    C’est tout bien expliqué là :
    http://resistancerepublicaine.com/2016/09/27/pour-mettre-marine-a-lelysee-nous-avons-deux-armes-imparables-primaires-plus-bookmakers/

  2. L’attitude de Hollande envers le corps des magistrats , me déconcerte profondément car c’est précisément dans cette corporation que la goche socialo, puise actuellement son plus ferme soutien, dans la mise en oeuvre d’une politique anti France !
    Certains juges adoptent un comportement équitables et sont de bons professionnels me direz vous? Pourquoi pas ! mais pour combien d’autres qui se sont fait spécialité de rejeter dans la nature tellement de délinquants dangereux en vertu d’un laxisme éhonté, tout en dans le même temps , harceler cruellement tant de patriotes innocents , uniquement défendant leur précieuse liberté d’expression!
    Nous n’en finissons pas d’apprendre que des juges gauchistes projettent en taule des citoyens ayant eu le malheur de se proteger contre la racaille ,ou d’avoir rédigé un article un tant soit peu audacieux, et c’est pour entendre que ;;;;;;des juges font parfois correctement leur travail ? Personnellement , cela me fait une belle jambe !
    J’adhére en revanche parfaitement au concept américain d’élection des magistrats par le peuple, car en France , cette corporation est parvenue au statut de caste intouchable, dont les fautes et les errements ne peuvent en aucun cas être sanctionnés, ce qui est contraire aux principes fondamentaux démocratiques
    La soumission des juges à une élection, est donc bien un projet de chantier considérable et important au point de vue constitutionnel !

    • Au sujet de l’élection des juges, à ma connaissance, le FN ne propose pas de réforme à ce propos, mais il propose d’organiser l’inamovibilité des membres du parquet, ce qui serait effectivement intéressant… Pourtant, les deux vont de pair. Cette proposition mériterait donc d’être améliorée.
      Finalement, puisque, majoritairement voire unanimement les commentateurs considèrent comme Hollande que la plupart des juges sont lâches, notamment quand ils statuent en matière pénale, je pense qu’il faut aussi tenir compte du fait que leur sécurité est menacée par l’exercice de leur fonction. Ils doivent faire face directement aux menaces déclenchées par l’incurie et les trahisons de politiques de l’exécutif comme du législatif. Leur position est inconfortable de ce point de vue.

  3. Je pense que Hollande a aussi voulu parler du Conseil d’Etat qui fait échouer toute réforme et a fait de la Haute Cour Européenne de Justice une juridiction qui lui est supérieure, ce qui aboutit à un vrai « gouvernement non élu des juges et de l’Europe de Bruxelles ». Quant aux petits juges, ils ne sont pas mieux lotis, il suffit de lire les décisions judiciaires ou « La France orange mécanique » qui est un condensé de la presse régionale pour se rendre compte de leur laxisme évident et l’échec évident de la justice en France. Le fameux « mur des cons » et la toute puissance du syndicat d’extrême gauche de la magistrature confirment le rôle nuisible d’une bonne partie des juges. La justice doit être foncièrement purgée et réformée.

    • Le Conseil d’Etat ne peut pas faire échouer une réforme législative par exemple, seul le Conseil constitutionnel le peut et en indiquant dans quel sens la loi doit être modifiée… Dans le cas où cela bloquerait encore, le Parlement peut surmonter le blocage par un vote de 60% des députés et sénateurs. Donc ce serait abusif encore d’attribuer à une juridiction le malaise qui règne dans la France de Hollande.
      Quant à la CJUE ou la CEDH (je ne sais pas exactement laquelle vous avez en tête… mais ça vaut pour les deux), elle doit son autorité à des traités ratifiés par la France, donc là encore ce n’est pas la faute des juges.

  4. « engorgement des tribunaux » alors pourquoi ces juges qui manquent de moyens et de personnels, passent ils le temps à libérer les délinquants pour les revoir passer régulièrement en jugement..pourquoi perdent ils aussi souvent le temps à statuer sur des propos (sortis de leur contexte) dénoncés par ces associations qui profitent pour remplir leurs tiroirs caisse,ce qui consiste en déni de démocratie ou censure ? même ces écoutes qui ont duré toute une année entre Sarko et son avocat ,si coûteuses au contribuable en sachant que les terroristes présentant un réel danger pour le citoyen n’étaient pas inquiétés
    comment se fait il que les policiers ou les gendarmes soient si entravés dans l’exercice de leur travail à cause de petits juges idéologues?
    j’avoue que pour une fois je partage l’avis de FH (c’est bien la seule fois)

    • Justement, il ne faut pas tomber dans ce piège à mon avis !
      Vous commentez comme si vous n’aviez pas lu l’article, ou alors vous êtes en désaccord mais sans vraiment avancer de contre-argument, mais des magistrats, en France, il y en a des milliers et les uns et les autres n’interviennent pas dans les mêmes domaines. Ceux qui collent des amendes à des patriotes ne sont que quelques uns, dont le nom d’ailleurs circule sur les sites de RR, RL etc.
      Quant aux procureurs, c’est l’indépendance du parquet qui est en cause !
      La faute à qui ? Pas aux magistrats, mais aux politiques (exécutif comme législatif) et ce n’est pas prêt de changer là encore : http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/04/06/independance-du-parquet-le-baroud-d-honneur-d-urvoas_4897124_1653578.html
      La solution est sans doute :
      1/ de consacrer un pouvoir judiciaire comparable à celui des Etats-Unis, qui ont des leçons à nous donner en la matière (une fois n’est pas coutume) ;
      2/ de créer un véritable lien entre le peuple et les magistrats, mais encore faut-il que ce peuple soit éclairé et comprenne quelle est la marge de manoeuvre d’un juge respectueux des textes qui s’imposent à lui.
      Cela pourrait passer par des enseignements de droit dans les filières générales au lycée par exemple, alors qu’actuellement, il n’y a qu’une filière, à ma connaissance (terminale STG) où les lycéens acquièrent des bases en droit.
      Ce serait plus utile et normal que l’enseignement de l’arabe ou de l’islam.

  5. pour une fois mou du bulbe 1° est lucide ,en parlant de la lâcheté des magistrats , qui n’ont pas appréciés cette phrase véridique émise par le grand niqueur à scooter Je vous dis grand bien vous fasse car effectivement vous êtes d’une lâcheté monstre face aux terroristes islamistes et face aux racailles allogènes , mais par contre vous êtes sans pitié pour les français de souche ou les patriotes ,je vous dis bien fait si ces déclarations vous touchent et vous blessent car c’est la VERITE , vous les magistrats vous êtes des lavettes, des lâches face aux clandestins ,aux terroristes aux racailles allogènes , vous faîtes partis de ceux qui aident et favorisent le grand remplacement , vous aurez des comptes à rendre au peuple souverain soyez en certain , nous ne vous oublierons pas et nous ne vous pardonnerons pas .

    • pas tous quand même… il suffit de voir le nombre d’assignations à résidence confirmées par le Conseil d’Etat par exemple. cf les décisions que j’ai évoquées dans le passé sur le site à diverses reprises, au fur et à mesure que j’en avais connaissance.
      Même si, de mon point de vue, le Conseil d’Etat sur bien d’autres questions adopte des positions contestables (par exemple, en consacrant la dimension collective de la liberté de culte et en obligeant des collectivités à mettre à disposition des salles pour les fêtes musulmanes).
      Comme on ne sait pas QUI exactement a rendu la décision, l’étiquette « Conseil d’Etat » masque des divergences vraisemblables entre les membres de cette juridiction.
      Or, en France, à la différence des Etats-Unis, les opinions des uns et des autres ne sont pas révélées (opinions dissidentes).
      Il faudrait que ce qu’a décidé chaque juge membre d’une formation juridictionnelle soit transparent, qu’il ait à en répondre, par l’élection et même éventuellement par la possibilité d’engager sa responsabilité dans les cas de violation manifeste de ses devoirs professionnels.

  6. Sauf erreur de ma part, il a en France trois pouvoirs :
    L’exécutif, le législatif et le judiciaire.
    Les deux premiers font l’objet de contre-pouvoirs et sont sanctionnés par le vote populaire.
    Quant au pouvoir judiciaire, il est totalement libre de faire ce qu’il veut et n’est susceptible d’aucune sanction !
    On pourra objecter que les juges se doivent d’appliquer les lois, c’est effectivement ce que croit le bon peuple.
    Comme le disait cyniquement l’ancien patron du syndicat de la magistrature : « On fait son marché dans les lois européenne, les lois françaises, les jurisprudences, etc. et au final on fait ce dont on a envie ! »
    A part des juges élus, je ne vois pas de solutions…

    • Faire comme aux usa ou les juges sont élus et ré élu suivant leurs résultats et leurs impartialités. Si l’on faisait de même en France la donne serai autre !

    • Très intéressant complément.
      Le modèle actuel est aristocratique et non démocratique.
      On a institué des gérousies censées réguler les excès judiciaires en cas d’atteinte à un droit fondamental. Cela s’est fait dans un premier temps avec la création de la CEDH, de façon évidente, et de façon nettement plus discrète avec la QPC en 2010, puisqu’il a été considéré que l’interprétation judiciaire de la loi pouvait faire l’objet d’un contrôle de constitutionnalité… remis entre les mains du Conseil constitutionnel, dont les membres ne sont pas élus mais désignés. Ils n’ont donc pas de comptes à rendre aux citoyens.
      Je pense qu’il y a une alternative à un système d’élection généralisée de tous les juges : au-dessus de la Cour de cassation dans la hiérarchie judiciaire, on pourrait concevoir l’existence d’un Aréopage composé de citoyens élus et auxquels elle devrait renvoyer le jugement de questions particulièrement épineuses sur le plan politique, de la même façon qu’elle renvoie actuellement certains questions au Conseil constitutionnel ou à la CJUE (questions préjudicielles). Cela introduirait un élément démocratique dans le processus judiciaire.

  7. Lacheté des magistrats ? Sans aucun doûte.
    Il suffit de voir le niveau de délinquance d’aujourdhui dû à des décennies de lachetés et de laxisme.
    Mais pas seulement: Il suffit également de se rendre dans des tribunaux comme celui de « Proximité » de Gap (05), où une dictature règne.
    Il y est très mal vu d’être honnête.
    Par contre, le voyou sous prétexte qu’il est au RSA ou immigré à tous les arguments pour y être reconnu comme victime !!!

    • Il faut aussi se demander ce qui n’est que l’application pure et simple de lois votées en amont par le Parlement et ce qui constitue à proprement parler la liberté du juge dans l’application de la loi… On ne peut pas faire supporter à celui qui applique les conséquences des fautes et des erreurs de celui qui a conçu !

    • Absolument ! J’ai assisté personnellement aux 3 procès où les personnes étaient condamnées sur un doute, sans preuves. Or, selon la jurisprudence constante le doute bénéficie au condamné.
      pour une fois, je suis d’accord avec François Hollande. Dommage qu’il n’est pas capable de défendre ses opinions.

Les commentaires sont fermés.