Lettre d’un enfant craignant un barrage de castors dimanche…

Je suis un petit garçon de 11 ans. Je m’appelle Roméo et ma petite soeur Nathalie. Elle a 10 ans… Nous habitons en milieu rural, près d’un ruisseau dans lequel nous nous baignons l’été. Nous nous y amusons aussi grâce à un tout petit lac. 
Mais voilà qu’un problème de castors se présente alors que le village nous aime beaucoup parce que nous leur apportons la tranquillité…

.

Avec nous, les habitants sont rassurés, contrairement aux gens qui viennent d’ailleurs, vous savez, les touristes, ceux des grandes villes qui envahissent les lieux qu’ils ne connaissent pas et qui ne veulent pas se fondre dans notre vie locale… 
Ceux qui continuent de vivre comme dans les endroits d’où ils viennent en faisant la fête la nuit, dérangeant les villageois dont la vie est plus calme parce que calquée sur le rythme soleil/lune et ces étrangers -étrangers, c’est une façon de parler parce qu’ils viennent « de la grande ville » ! Donc ces étrangers, après avoir passé la nuit dehors, dans la discothèque de la ville préfecture, veulent pouvoir dormir le matin ! Ils ne savent pas que notre coq si français ne fait pas la foire la nuit : en bon chef de famille, s’il fait la foire, avec son harem de poulettes, c’est le jour !

.

Nous, au printemps, avant que les touristes n’arrivent …-cette année, ils auront une bonne semaine de retard à cause d’élections, je ne sais plus lesquelles, je demanderai à Papa- donc nous, ici, nous sommes réglés sur le doux tintement des cloches de notre église édifiée au XVIIe siècle. J’ai entendu Maman dire à Papa que certains touristes préfèreraient entendre un Monsieur hurler un texte du haut d’une bâtisse qu’ils veulent faire construire dans notre village. J’ai cru comprendre que Papa -sur un ton de mécontentement qu’il a rarement !- n’était pas du tout d’accord qu’un « monsieur-hurleur » vienne chez nous :

« Il n’en est pas question ! D’ailleurs, dimanche, pour le scrutin scolaire, on va voter pour la candidate, tu sais, celle qui, je pense, nous garantira de protéger l’avenir RN ! »

.
Ah oui, il faut que je vous explique Maman et Papa, lorsqu’ils parlent de nous, plutôt que de devoir dire « Roméo et Nathalie », ce qui fait un peu long, ils nous ont trouvé un surnom commun des plus courts à savoir nos initiales R pour Roméo et N pour Nathalie, d’où ce… RN !
Donc « pour RN », c’est-à-dire POUR NOUS, ils sont prêts à tout ! Jusqu’à prendre fait et cause pour le voisin agriculteur qui a cinq coqs pour sa vingtaine de poules, embêté parfois par des gens qui transitent par notre village. 
Et Maman et Papa sont aussi pour le son des cloches, son qui minute la journée de tous les villageois et ils sont contre quelqu’un qui, du haut d’une tour, crierait -et peut-être en ne donnant même pas l’heure !- lorsque viendraient, dans notre village, les vacanciers originaires de la grande ville.

Notre problème immédiat c’est pour dimanche prochain : Papa a entendu dire que des castors risquaient de monter un barrage en travers du cours du ruisseau, juste avant notre demeure…-j’ai même appris une expression en écoutant Papa : « en amont », a-t-il dit c’est-à-dire avant que l’eau passe devant chez nous !-
D’où la colère de Papa :
« Il ne sera plus possible à RN de faire ce qu’ils veulent : ils ne pourront plus mettre en pratique les projets auxquels ils pensent depuis plusieurs mois pour les présenter à la prochaine rentrée scolaire ! Finis leurs espoirs sur les idées qu’ils ont eues lors de leur visite scolaire au Conseil Européen ! Ils ne pourront plus inviter qui ils veulent au bord de ce ruisseau pour y discuter avec eux dans le but de réaliser, en octobre, en prévision des fêtes de Noël, des projets avec l’aide d’élus dans le domaine de la pisciculture au profit de ce cours d’eau ! D’autant que c’est le maire qui a décidé de ce barrage : il a même déjà demandé à un élevage de castors disparates de venir dimanche ! Et cela ne va embêter que RN ! », se désole Papa.

.

Mais ce que Papa, ni Maman ne savent, c’est que moi et… Pardon , comme Papa me le répète :
« Il faut toujours être poli lorsque l’on parle de soi, il faut se mettre toujours en dernier et citer toujours les dames ou les jeunes filles d’abord… » 
Donc… Je disais : ce que ni Maman, ni Papa ne savent, c’est que Nathalie et moi nous avons demandé aux copines de Nathalie et à mes copains, de nous soutenir avec des pancartes sur lesquelles nous avons écrit notre surnom familial que tous connaissent même le maire :

« Vive RN », « RN NOUS passaran malgré le barrage ! » et « Toutes les voix pour RN ! »

.
Mais, depuis cet après-midi, Nathalie et Roméo sont plus optimistes car leur Maman -qui est secrétaire en mairie d’un opposant au maire- a entendu une maire-adjointe menacer le maire de quitter son équipe municipale s’il faisait venir ces castors dans le ruisseau du village !

Maman a ajouté que cette maire-adjointe est même allée, très en colère, jusqu’à dire au maire :
« En plus, tu ne le sais pas ou plutôt tu fais celui qui ne sait pas mais ces castors viennent d’élevages très différents, ils ne se sont jamais fréquentés de près, donc jamais aimés, ils ne pratiquent pas du tout les mêmes techniques. Ils n’ont été mis ensemble que depuis mardi : c’est toi, le maire ! Oui, toi qui pourtant ne voulais jamais, au grand jamais, travailler avec ces castors, oui, c’est toi-même qui as changé d’avis et aS voulu monter ce barrage avec des castors ne s’aimant ni d’la veille, ni d’antan ! Comment veux-tu qu’ils se mettent d’accord pour, d’ici dimanche, élaborer un tel barrage ? Surtout que, pour y parvenir, il faut que les habitants du village l’acceptent. »
Et le visage de Maman s’éclaire d’un large sourire et elle poursuit à l’adresse de Papa :
 L’adjointe a ajouté ironique :

« Et tu sais le très bien, cher Môôôssieur le Maaiirre, que les petits RN sont très bien vus non seulement de tous les gamins du village mais aussi de nombreux parents même si, il y a quelques années, quand ils sont arrivés, la majorité des habitants étaient contre eux car des bruits avaient couru… On sait qui les avaient fait circuler ces bruits… Regarde moi bien dans les yeux, Môôôssieur le Maaiirre ! Parce que, toi, tu avais peur de leurs positions que tu disais « extrêmes » !!! Mais voilà, maintenant, ils sont parfaitement intégrés et tu es bien content qu’ils participent à la fête du village : notre fête maintenant, plutôt que ne réunissant autrefois que quelques familles… Oui, notre fête fait venir des dizaines de familles de toute la circonscription et, cette année, tu t’en souviens, c’était le dimanche 9 juin, pour la fête de la Sainte Patronne de notre village, Sainte Diane, ce sont jusqu’à 300 personnes qui sont venues de tout le département. Et pour quelle raison autant de visiteurs sont-ils venus ? Tout simplement parce que les parents de RN qui ont été -tu le sais mais tu refuses de le reconnaître !- à la tête de l’organisation de cette fête, sont de plus en plus acceptés et aimés de la population car ce qu’ils font plaît et qu’ils risquent fort aux prochaines municipales de te prendre la place ! Et le comble, cela pourrait bien être la… Mère qui deviendra maire et non le père ! »

Maman arrête son récit et, avec un doux sourire, regarde Papa qui, aussitôt, lui sourit car il serait trop content -et Nathalie et moi aussi !- que Maman devienne mère… pardon, maire !

.
Elle poursuit son récit :
 La maire-adjointe a ajouté à l’intention du maire :

« Et cela, tu ne l’acceptes pas ! Alors que ce que toi, le maire, et tous les responsables d’élevages de castors, vous êtes incapables de faire : aimer les gens du village, de notre village ! Plutôt que de faire venir des gens d’ailleurs, des gens qui veulent changer nos coutumes ! »

Papa la regarde, lui sourit satisfait de ce que Maman vient de nous apprendre. Il la voit déjà avec son écharpe de maire… Une écharpe tricolore, les couleurs préférées de toute la famille.
Mais, pour savoir si Maman a des chances d’arriver en mairie, -avec Papa comme premier adjoint ?-, il faut attendre dimanche et voir si les castors venus de divers élevages auront pu édifier un barrage… Mais Maman et Papa sont certains que les villageois n’en auront que faire de ce déficient barrage…

.

Screenshot

Ah, oui, vous savez que je me pré… pardon, que ma petite soeur se prénomme Nathalie et que moi, c’est Roméo. Mais j’ai oublié de vous dire que Maman se prénomme Marine et Papa, c’est Jordan ! Pardon… Ah, vous le saviez ? Ah bon ? Oui mais le maire ? Oui, vous avez raison, c’est Emmanuel ! Puisque vous savez tout, il est donc inutile que je vous dise le nom de notre village qui est en plein coeur de notre belle France !

Jacques MARTINEZ, journaliste, 
à RTL, de stagiaire à chef d’édition des informations de nuit (1967-2001), pigiste à l’AFP, le FIGARO, le PARISIEN…
Lien vers la page « barrages » du site « blagues & dessins » sur le thème « Le Père Noël, la petite souris et le « Front Républicain » :
https://www.blagues-et-dessins.com/tag/blague-barrage/page/5/

 819 total views,  5 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


2 Commentaires

  1. ..Il y a des gens des grandes villes,”des gens qui viennent d’ailleurs”, . qui justement fuient la racaille. et ne veulent pas déranger les villageois.Mais le problème c’est que,d’après les résultats des.élections,parmi ces villageois ,.tous. ne votent pas pour le RN.