Grèce : une touriste française violée par un moniteur d’équitation pakistanais…

Une jeune Française voulait simplement admirer des paysages magnifiques et la plage de sable noir volcanique à dos de cheval.

 

Jusqu’à récemment, la Grèce était connue pour sa tranquillité.

Les Grecs sont le peuple le plus doux, accueillant et serviable qu’il soit.

Mais c’est sans compter sur les récentes et massives arrivées d’hommes venant d’une autre culture où la femme occidentale est une proie.

Une Française qui a méconnu cette réalité vient d’en faire les frais : le “guide expert” d’équitation était un prédateur du Pakistan…

Santorin, îles des Cyclades, dans la mer Égée : ses maisons blanches, ses églises et ses guides d’équitation pakistanais…

Une touriste française qui a décidé de passer quelques jours sans soucis à Santorin a vécu des moments cauchemardesques aux mains d’un Pakistanais.

Comme elle l’a signalé aux autorités, l’homme de 36 ans l’a agressée et violée mercredi soir dernier .

Plus précisément, selon le reportage, la jeune femme de 25 ans a déclaré à la police que cette mésaventure a commencé il y a quelques jours lorsqu’elle a rencontré l’ homme de 36 ans lors d’un cours d’équitation, l’homme étant instructeur.

Après s’être rencontrés, ils se sont retrouvés mercredi soir dans un restaurant de Perissa et, après avoir mangé, sont repartis. Puis, alors qu’il traversait une rue étroite et sombre, l’ homme de 36 ans s’est arrêté, a jeté la jeune fille au sol avec force et l’a forcée à avoir des relations sexuelles orales.

L’homme a été identifié par les autorités et est recherché.

Proto Thema

 

 

 

 999 total views,  4 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


14 Commentaires

  1. Une electrice de Mélenchon. Le Pakistan, qui ne souhaitait pas payer le repas sans contrepartie, a pris ce qu’il voulait. Il connaît nos traînées nationales féministes qui trouvent normal que l’homme soit un portefeuille sur pattes. Toutes les femelles qui se fourvoient avec la diversité devraient être tatouées au front pour que tout homme blanc puisse les éviter.

  2. Il y a assez d’informations sur ces peuplades invasives pour ne pas se laisser avoir en s’aventurant seule avec ces vermines ! Aux écervelées, il leur faut vivre ces expériences pour pouvoir s’en rendre compte…

  3. En Islam une femme qui accuse un homme de viol doit avoir 4 témoins hommes sinon c’est la peine de mort ( pour elle ).
    Il faudrait être folle pour porter plainte en terre d’islam et c’est pourquoi il n’y a jamais de condamnation.
    Quand ils sont dans un pays civilisé ils croient que c’est pareil.

  4. Il faut lui couper les roubignolles,et lui faire bouffer de force. Ensuite,le larguer au-dessus du Pakistan.

  5. Une naïve qui croyait au vivre-ensemble et à la beauté de l’islam.
    Sinon, elle ne serait pas allée manger avec l’individu. Une gauchiotte qui a payé par où elle a péché.

      • @Bouchabiel,
        Je ne peux que compatir à ses malheurs, et beaucoup de jeunes Françaises sont dans son cas, aveuglées par la propagande immigrationniste.
        Je fais juste remarquer qu’on ne peut pas déplorer les effets dont on a chéri les causes, et même j’ajoute, dont on a installé les causes.

  6. Au “Pakistan”, le viol est un sport national. Si cela s’était passé là bas, c’est sa victime qui serait en garde à vue.

  7. Aucun commerce avec ces animaux : AUCUN !
    Il faut être un peu niaise pour avoir partagé un restaurant avec un de ces boucs lubriques , ce qui est arrivé ensuite était prévisible .
    ( quand les occidentaux – surtout les occidentales – vont ils admettre qu’ils ne sont que des proies pour ces arriérés mentaux ? Même s’ils se montrent aimables – comme nous le sommes en occident , ils ont compris nos codes – , c’est pour mieux vous niquer )

  8. Les migrants, le pape a dit que c’étaient des hôtes en quête d’amour et de réconfort, à la recherche d’un toit pour les accueillir. Belle connerie !Par contre, cette Française aurait dû savoir qu’il ne faut pas fréquenter cette engeance. Il faut pratiquer l’apartheid.

      • Par apartheid, je veux dire qu’il ne faut pas fréquenter cette engeance. Surtout pour les femmes. Par contre, si ce sont des groupies de Mélenchon ou de Renaissance, je m’en fous dans les grandes longueurs.