Algérie : 1 an de prison ferme pour un pasteur, pour réunion religieuse illégale

IGAROVOX/TRIBUNE – Alors qu’un pasteur algérien comparaît, ce 23 avril, en appel pour avoir organisé une « réunion religieuse non autorisée » et célébré un culte illicite en Algérie, Thibault van den Bossche, expert à l’European Centre for Law and Justice, alerte sur la situation des chrétiens d’Algérie.

Expert à l’European Centre for Law and Justice (ECLJ), Thibault van den Bossche intervient régulièrement au soutien des chrétiens persécutés auprès des institutions européennes et du Conseil des droits de l’homme à l’ONU.

 


En Algérie, seulement 4 des 46 églises de l’Église protestante d’Algérie (EPA) sont encore ouvertes. Les autorités algériennes ne se cachent plus pour priver arbitrairement les chrétiens algériens d’exercer librement leur foi, ne reconnaissant ni leurs édifices pour le culte, ni leur agrément pour se constituer en association religieuse. Chaque réunion pour le culte, chaque assemblée chrétienne à proximité d’une église fermée, devient alors interdite. Le pasteur Youssef Ourahmane, vice-président de l’Église protestante d’Algérie, en a fait les frais. Condamné en septembre puis novembre 2023 pour avoir «célébré un culte non autorisé», dans un «édifice non permis à cet effet», le pasteur Youssef Ourahmane risque un an de prison. En mars 2023, il avait supervisé une retraite avec quelques familles chrétiennes dans un complexe paroissial qui abritait une chapelle fermée de force par les autorités. Il attend maintenant le verdict de la Cour d’appel de Tizi Ouzou, ce 23 avril.

Aujourd’hui, les chrétiens algériens sont dans un flou juridiqueentretenu à dessein par les autorités. D’une part, l’article 51 de la nouvelle constitution algérienne de 2020 dispose que «la liberté d’opinion est inviolable» et que «la liberté d’exercice des cultes est garantie, elle s’exerce dans le respect de la loi». Cependant, ces libertés ne vont pas jusqu’à inclure la liberté de conscience, constitutionnalisée dès 1989 mais retirée en 2020. Ce recul des libertés sape le droit de croire ou de ne pas croire et de changer sa religion pour les musulmans.

D’autre part, par l’ordonnance du 28 février 2006, l’Algérie reconnaît, sans le nommer, le culte chrétien. En effet, l’ordonnance encadre l’exercice des «cultes autres que musulmans» (article 1) et elle «garantit le libre exercice de culte» dans le cadre du respect «de l’ordre public» et «des bonnes mœurs», tout en rappelant la primauté de l’islam, religion de l’État (article 2). En réalité, cette ordonnance vise essentiellement à restreindre les conversions vers le christianisme, de plus en plus nombreuses depuis le début des années 2000.

Les lois algériennes sont un trompe-l’œil. Non seulement les autorités algériennes ferment et mettent sous scellés les églises, mais plus encore elles poursuivent les responsables si leurs communautés ne cessent pas de se réunir.

Thibault van den Bossche

En effet, l’ordonnance de 2006 donne un cadre législatif très contraignant pour l’exercice du culte chrétien, notamment en ce qui concerne la reconnaissance officielle des lieux de culte (articles 5 et 7). Pour l’agrément des associations religieuses chrétiennes, il faut également se soumettre à une loi supplémentaire, celle du 12 janvier 2012 sur les associations. Toutes les associations chrétiennes déjà existantes ont alors été obligées de s’enregistrer de nouveau pour se conformer aux nouvelles dispositions plus sévères, alors que les autorités algériennes peuvent refuser arbitrairement un enregistrement.

De plus, l’ordonnance de 2006 impose des dispositions pénales rigoristes concernant l’apostolat, puisqu’il est interdit de «convertir un musulman à une autre religion» ou même d’«ébranler la foi d’un musulman» (article 11). Ainsi, concrètement, quiconque «fabrique, entrepose, ou distribue des documents imprimés ou métrages audiovisuels» chrétiens est passible d’un emprisonnement de deux ans à cinq ans, rendant même impossible l’existence d’une librairie chrétienne. Enfin, les Algériens chrétiens souffrent aussi de l’absence de liberté d’expression, puisque leurs propos peuvent facilement être assimilables à du blasphème, lourdement puni pénalement (article 144 bis 2 du Code pénal algérien).

Les lois algériennes sont un trompe-l’œil. Non seulement les autorités algériennes ferment et mettent sous scellés les églises, mais plus encore elles poursuivent les responsables si leurs communautés ne cessent pas de se réunir. Pire encore que le cadre juridique lui-même, son application abusive attente aussi bien à la liberté d’association que de réunion des chrétiens algériens, et in fine, à leur liberté de religion. L’Algérie doit donc respecter ses engagements internationaux en matière de droits de l’homme ; et la France et l’Union européenne, avec les moyens dont ils disposent, devraient y veiller. Les chrétiens algériens ne constituent en rien une menace pour le pays, mais y sont au contraire une source de paix.

https://www.lefigaro.fr/vox/monde/les-chretiens-algeriens-sont-une-source-de-paix-pour-le-pays-preservons-leur-liberte-de-culte-20240423?utm_source=brevo&utm_campaign=Pasteur%20Ourahmane%201%20an%20de%20prison%20pour%20runion%20religieuse%20illgale%20en%20Algrie&utm_medium=email

 

 913 total views,  4 views today

image_pdf

13 Commentaires

  1. Les chrétiens sont persécutés partout où se trouve l’islam ou le communisme.
    C’est lamentable, au XXIème siècle.
    Et nos traitres gauchiasses s’inquiètent aujourd’hui encore pour les Ouighours, et jamais pour les Chrétiens, c’est étrange…

  2. Rien de plus normal et même biblique: “Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus Christ seront persécutés. Mais les homme méchants et imposteurs avanceront toujours plus dans le mal, égarants les autres et égarés eux-mêmes.” 2 Timothée 3:12-13

  3. Si la France avec le Roi Charles Martel, la Reine Espagnole Isabelle de Castille ils sont fait dégager l’islam d’Europe pendant le XV siècle aujourd’hui c’est d’actualité le 2024 , pour laisser à nos enfants et petits enfants une societé à la française et en Occident Europe et ailleurs il faut faire dégager l’Islam et ceux qui le soutiennent

  4. On attend quoi pour faire la même chose en France avec l’islam et les mosquées ?

    Que nos dirigeants aient un paire de couilles…

    Premières mesure à tout changement dans notre pays : suppression du Conseil constitutionnel, du Conseil d’État, sortie de la CEDH, et Frexit.

  5. Heureusement résistance républicaine est là pour dénoncer la persécution aux chrétiens dans les pays musulmans, je suis pour appliquer une politique réciproque la même qui subissent les chrétiens pour l’islam en France et en Europe

  6. Heureusement résistance républicaine est là pour dénoncer la persécution aux chrétiens dans les pays musulmans, je suis pour appliquer une politique réciproque pour l’islam en France et en Europe

  7. Par contre les mosquées en frankistan et autres faibles pays sont légion et ne sont jamais interdites malgré les prêches haineuses envers les non muz.
    Conservez toutes ces preuves actuelles concernant le remplacement de population afin que de futurs historiens, s’il en reste, puisque expliquer aux enfants : ” voyez le monde d’avant, voyez ce qu’il s’est passé et voyez pourquoi vous êtes là sans rien sauf les 5 choses à faire par jour “. Peut-être qu’une révolte prendra forme en 2080 sauf si le peuple copie l’Espagne d’antan…7 Siècles.

  8. Merci à Christine pour la présentation de cet article où je me suis contenté de lui transmettre cette information.
    Les dirigeants algériens n’ont aucun amour propre, eux dont les ancêtres arabes ont commis de nombreux crimes pour conquérir ce pays. Jadis, cette région était chrétienne. L’intolérance de l’islam est manifeste.

  9. La fermeture des églises est surtout opéré en Kabylie car c’est là où il y a le plus de conversation au christianisme et cela fait parti du panel répressif contre les revendications de liberté du peuple kabyle.

  10. En France les églises brûlent. Cherchez l’erreur et les coupables… La sharia religieuse a commencé. Avec l’approbation de Macron et de Sa Sainteté Bergoglio dernier.

  11. Et chez nous, en France, il y a des cons qui leur construisent des mosquées pour qu’ils puissent instruire les adeptes de cette secte à la haine des koufars. Quand est-ce qu’on arrête d’être con et que cette secte est maléfique et totalement incompatible avec nous. L’islam dehors.

Les commentaires sont fermés.