Connaissez-vous les dessous du coup d’Etat de de Gaulle du 1er Juin 1958 ?

Un peu d’histoire me paraît nécessaire afin de rafraîchir les mémoires :
Le 1er janvier 1958, de Gaulle, alors simple citoyen, écrit directement au général Salan, car il a parfaitement compris son erreur de jugement de 1956 (autoriser un attentat dans l’objectif d’assassiner Salan. Complot organisé par Michel Debré, alors fervent défenseur de l’Algérie Française (Voir le « Courrier de la Colère). Il supposait que le général Salan, de retour d’Indochine, avait été nommé à ce poste avec pour objectif de « liquider » la présence française (attentat au cours duquel le commandant Rodier fut tué par accident). De Gaulle tient absolument à se faire un allié du général Salan : « Puisse la France comprendre les immenses services que vous lui rendez en Algérie. »
.
Vous comprenez ainsi les raisons qu’a toujours eu le général Salan de douter de la sincérité de De Gaulle.
L’opération «Résurrection» est lancée sous le patronage de Jacques Soustelle, Chaban-Delmas, Michel Debré, Lucien Neuwirth, l’envoyé spécial à Alger Léon Delbecque, et quelques autres partisans.
Ce complot a pour unique objectif de ramener de nouveau De Gaulle au pouvoir.
Le 13 mai 1958, c’est le jour où Pierre Pflimlin doit être investi comme chef du Gouvernement.
.
À Alger, une manifestation monstre se déroule à la mémoire de trois militaires du contingent, fusillés par les fellaghas en Tunisie.
Sous la conduite de Pierre Lagaillarde, la foule donne l’assaut au bâtiment du Gouvernement général.
Sur l’incitation de Léon Delbecque, un comité de salut public est nommé et la présidence en est confiée au général Massu, l’idole des Algérois à l’époque.
A Paris, les députés n’apprécient pas mais investissent comme il se doit Pierre Pflimlin.
Toujours en fonction à la présidence du conseil, Félix Gaillard confie les pleins pouvoirs civils et militaires au général Raoul Salan. Celui-ci entérine le comité de salut public et confirme Massu dans sa présidence.
.
Le 13 mai à Alger, c’est l’explosion de joie, l’allégresse générale. « Nous avons gagné ! »
De sa retraite campagnarde de Colombey, de Gaulle affirme qu’il se tient « prêt à assumer les pouvoirs de la République ».
Manœuvré par Léon Delbecque (délégué tout spécialement par de Gaulle), le général Massu s’adresse à la foule le 14 mai : « Le comité de salut public supplie le général de Gaulle de bien vouloir rompre le silence, en vue de la constitution d’un gouvernement de salut public qui, seul, peut sauver l’Algérie de l’abandon. »
Le lendemain 15 mai, c’est au tour du général Salan de prendre la parole, devant une foule immense qui ne quitte pas le forum : «Nous gagnerons parce que nous l’avons mérité et que là est la voie sacrée pour la grandeur de la France. Mes amis, je crie Vive la France, Vive l’Algérie française. »
Salan se retire vers l’intérieur mais il se retrouve face à Delbecque qui lui souffle : «Dites « Vive de Gaulle », mon général !»
Reprenant le micro, le général Salan crie alors « Vive de Gaulle ! »
Afin de repousser toute idée qu’il ait pu participer à un complot, De Gaulle donne une conférence de presse le 19 mai, afin de déclarer qu’il n’acceptera pas le pouvoir sous la pression d’Alger.
Le 27 mai, il ment délibérément en affirmant que Pierre Pflimlin s’efface afin de le laisser libre de ses mouvements et que dès lors il entame le processus régulier pour l’établissement d’un gouvernement républicain.
Pflimlin ne peut s’empêcher d’avouer : « Je n’aurais jamais pensé que cet homme illustre puisse être un menteur ». Il confiera en privé : « Les gens d’Alger vont avoir des surprises avec de Gaulle car il ne croit pas à l’Algérie française ! »
Effectivement, jamais le Président du Conseil ne lui avait laissé prévoir, lors de leur dernier entretien, qu’il s’effacerait avant même qu’il ne soit appelé.
Pour les députés il ne fait plus aucun doute, c’est un coup d’Etat qui se prépare.
.
Mais tout n’est pas joué, loin s’en faut : les partis en majorité sont contre l’éventualité d’un retour du général, aussi Messieurs Soustelle, Roger Frey et de Bénouville, contactent le général Salan, au nom de Michel Debré, afin qu’il envisage, si nécessaire, le débarquement de ses régiments en métropole.
Le général Salan refuse tout net : « Il n’en est pas question. Le sang n’a pas coulé ici et je ne veux pas apporter le risque en France. »
Le 1er juin à 11 h. Olivier Guichard téléphone directement au général Salan pour l’informer que «les affaires se présentent mal» et que ce sera à lui de jouer et de se tenir prêt à intervenir.
Salan refuse une nouvelle fois. Mais il n’empêche qu’on affirme qu’une opération militaire serait donc prête à « occuper » Paris, si l’Assemblée refuse l’investiture à de Gaulle.
Cette opération militaire, le largage d’un régiment de parachutistes sur la capitale, est organisée, dit-on, par le ministre de la Défense, Chaban-Delmas.
L’intox fonctionne à fond. Les gaullistes se servent de cette menace (ce ne sera pas la dernière fois) pour forcer la main aux députés et les menacer d’une guerre civile qui n’aurait jamais eu lieu.
Ils usent de cet épouvantail qu’est un coup de force militaire.
Lors d’une conférence de presse organisée « à la va-vite », de Gaulle s’écrie, alors qu’un journaliste lui demande s’il s’agit d’installer une dictature : « J’ai rétabli les libertés publiques quand elles avaient disparu. Croit-on qu’à 67 ans je vais commencer une carrière de dictateur ? »
Nouveau mensonge puisqu’il dirige lui-même le complot destiné à le faire investir, par un coup de force militaire si besoin est.
.
Preuve de sa duplicité, de Gaulle rencontre les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, André Le Troquer et Gaston Monnerville. Il exige les pleins pouvoirs, la dissolution du parlement et une nouvelle constitution.
Devant leur opposition il les menace : « Je n’aurai pas d’autre solution que de vous laisser vous expliquer avec les parachutistes d’Alger. »
Le 1er juin 1958, de Gaulle investit l’Assemblée nationale.
.
Pierre Mendès-France : « Je ne voterai pas le pistolet sur la tempe. »
François Mitterrand : « De Gaulle détient ses pouvoirs par un coup de force. »
C’est trop tard, De gaulle a réussi son « coup d’état » d’une manière magistrale. Il en réussira d’autres par la suite.
On peut penser ce qu’on veut de De Gaulle mais il connaissait parfaitement les Français et la lâcheté des députés confrontés à une épreuve de force.
(Davantage de détails dans mon livre « J’accuse De Gaulle » – Edition 2016)
Manuel Gomez

 1,142 total views,  2 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. Les P.N avaient cru à sa parole à Mostaganem quand il a dit que l’Algérie resterait française, 1958. Mais pourquoi dans toutes les émissions que l’on voit, son reniement sur ce sujet n’est pas évoqué ? Et les Dupont Aignan, Philippot qui va fleurir sa tombe tous les 18 juin, les LR gaullistes, occultent cet épisode comme ils occultent que Degueldre et Bastien Thiry ont été condamnés à mort par De Gaulle qui n’a pas fait preuve de magnanimité en les graciant.

  2. Au final, c’était un homme politique comme les autres, il laissait croire ce que les gens voulaient entendre, puis , une fois au pouvoir, il a fait ce qui lui convenait, le contraire de ses promesses.
    Sarko est un fidèle successeur de De Gaulle.

  3. Merci pour ce rappel. La Grande Zohra a banane tout le monde. L’Algerie française est devenue la France algérienne. Bienvenue en Francarabia!

  4. Il y a longtemps que je le dis, et cela m’a valu l’opprobre de nombre d’intervenants, De Gaulle était un manipulateur et un sombre magouilleur. Mon père était militaire de carrière et j’ai pu être le témoin de ce qui se pensait et se disait dans ce milieu. Ceux qui considèrent que le Général était un héros et les généraux du putsch des traîtres, devraient consulter les états de service de ces derniers et ceux du Général, qui d’ailleurs ne l’était qu’à titre temporaire. Ce n’ai pas par haine du citoyen de Colombey que je m’exprime, mais pour rétabli la vérité. Et il y a bien d’autres crapules dans l’ombre du grand homme. En fait, la politique est un milieu pourri, et ce dans tous les partis.

    • Veuillez excuser les fautes d’orthographe, mais ce correcteur est débile.

Les commentaires sont fermés.