Chasse à l’homme : le dirigeant du Hamas est aux abois… Il est foutu…

Le ministre israélien de la Défense a affirmé le 5 février que Yahya Sinwar, dirigeant politique du Hamas dans la bande de Gaza, était «en fuite», précisant que l’homme était «occupé par sa survie personnelle». Le mouvement islamique doit néanmoins donner une réponse sur un nouvel accord de cessez-le-feu.

Yahya Sinwar, dirigeant du Hamas et cerveau supposé de l’attaque du 7 octobre, serait «devenu un terroriste en fuite» : dans une allocution télévisée le 5 février, le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant a affirmé que Yahya Sinwar, dirigeant du Hamas et cerveau supposé de l’attaque du 7 octobre, allait de «cachette en cachette», ajoutant qu’il était «incapable de communiquer avec son entourage».

Ces derniers jours, les troupes de Tsahal auraient «trouvé du matériel important dans les endroits où il s’était récemment rendu». Selon Yoav Gallant, Yahya Sinwar ne dirigerait pas la campagne, ne commanderait pas les forces. Il serait «occupé par sa survie personnelle».

Une information confirmée par le site Axios qui se base sur des sources sécuritaires israéliennes. D’après un article publié le 5 février, Tsahal progresse dans les tunnels de Khan Younes, dans l’enclave gazaouie. À ce propos, le chef du Likoud a précisé le même jour que la guerre à Gaza ne serait pas terminée sans l’élimination des chefs du Hamas.

Le Hamas doit donner une réponse pour un nouvel accord de cessez-le-feu

Le 5 novembre dernier, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait d’ailleurs déclaré que Yahya Sinwar ne se souciait pas de sa nation et agissait «comme un petit Hitler dans son bunker».

D’après I24, le dirigeant du Hamas à Gaza est néanmoins censé donner prochainement sa réponse à l’Égypte et au Qatar pour un éventuel cessez-le-feu dans l’enclave gazaouie, en contrepartie de la libération des otages israéliens.

Élu à la tête du parti islamiste à Gaza en 2017, Yahya Sinwar est considéré par Israël comme l’architecte de l’opération «déluge d’Al-Aqsa» et dans le viseur des autorités israéliennes depuis longtemps.

Le dirigeant a déjà été incarcéré pendant 23 ans en Israël, à partir de 1989, après avoir tué quatre Palestiniens accusés d’être des collaborateurs de l’État hébreu. En 2011, 1 000 prisonniers palestiniens ont été échangés, dont Yahya Sinwar, contre un soldat franco-israélien, Ghilad Salit. En 2015, il a été placé sur la liste des personnes terroristes par Washington. L’Union européenne lui a emboîté le pas en janvier dernier, interdisant de facto tout lien économique avec le dirigeant du Hamas.

L’ambassadeur israélien auprès des Nations unies, Gilad Erdan, avait même brandi une pancarte le 12 décembre dernier lors d’une assemblée générale où était écrit «Pour un cessez-le-feu, demandez à Yahya Sinwar», avec le numéro de téléphone du dirigeant du Hamas affiché.

 667 total views,  1 views today

image_pdf

10 Commentaires

  1. Un peuple qui assassine ses ennemis en tuant les bébés dans le ventre de leur mère est un peuple d’assassins.Les assassins ne méritent que la mort.
    Les règles de la guerre sont bien établies et on ne peut tolérer qu’un non respect marginal. Le Hamas a assassiné délibérément sans aucune retenue par conséquent ses dirigeants ne méritent que la mort.Si une poignée seulement de terroristes avaient outrepassé les directives il en serait autrement.
    Les dirigeants du Hamas espéraient enflammer la planète entière et ils y sont partiellement arrivés quand on voit le nombre de traîtres prendre parti pour les assassins.

  2. Il se cache comme un gros rat puant .J’ espère qu ‘ il n’aura de repos ni le jour ni la nuit plus aucun endroit pour se terrer commeunrat dégoûtant.Cette raclure doit être éliminée.La débilité de ce peuple palestinien , je lance une attaque violente en massacrant femmes, enfants,vieillards,…en sachant très bien que la réplique israélienne sera forte et sans pitié.

  3. Problème, souffrira-t-il assez ???
    Comme Eichmann, ce serait pas mal !

  4. Le Yaya finit comme Saddam Hussein, à fuir et se terrer dans des trappes. Un quelconque paysan s’empressera de le dénoncer pour toucher une alléchante récompense. C’est décidément une constante chez ces gens là.

  5. Se terrer comme un rat de tunnel en tunnel encore intact si il en reste pour éviter le sort qui l’attend (saturnisme à haute dose) c’est déprimant et ça rend maussade . ” bonne chonce” (taken 1 the movie)

  6. Il sait que ses jours sont comptés. Quand Israël a un tueur dans le collimateur, elle le suit pas a pas… Jusqu’au bout du monde, s’il le faut. Exemple: Eichmann, en Argentine, sauf erreur de ma part. Avec tous les moyens technologiques actuels, un satellite peut répéter une mobylette. Donc, même sur une moto, il n’échappera aux yeux d’Israel.

  7. Hummm! J’ai comme un frétillement agréable aux bouts des orteils. Je pense que l’orgasme viendra lorsque cette raclure quittera notre terre. Amen!

Les commentaires sont fermés.