Nouvelles centrales nucléaires : Gates et la Commission européenne travaillent main dans la main

Le salopard de Bill Gates toujours à intriguer et manipuler nos élus pour s’enrichir et nos crétins d’élus n’ont toujours pas compris que l’énergie (tout comme l’eau) est un produit stratégique dont nous devons avoir plusieurs sources et ne pas dépendre des autres, tout comme avec un placement de nos économies dans un choix diversifié de placements.
Je produit quelque 23’000 kWh sur mon toit, pas pour des raisons écologiques et diminuer le CO2 mais pour être plus  indépendant, plus diversifié et moins enrichir les pays musulmans producteurs de pétrole.
Docteur Dominique Schwander
Il y a quelques jours à Paris, le multimilliardaire Bill Gates prônait la construction de petits réacteurs nucléaires modulaires (SMR), que vend sa société TerraPower. Au même moment, le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, annonçait une alliance industrielle pour ce type de centrale nucléaire. Elle devrait commencer ses travaux début 2024.

Dès 2021, Bill Gates commençait à construire son premier petit réacteur nucléaire modulaire (SMR) à Kemmerer, une ville de l’État américain du Wyoming. Il y a quelques jours, lors de la « Conférence sur la croissance et le climat » à Paris, le multimilliardaire appelait à des innovations technologiques pour lutter contre la crise climatique. Les petits réacteurs nucléaires modulaires, comme ceux vendus par la société TerraPower de Gates, jouent un rôle crucial à cet égard (nous l’ avons rapporté ).

Pendant la « pandémie », il est devenu clair que les chefs de gouvernement nationaux et la Commission européenne se sentent étroitement liés à Bill Gates et aux autres acteurs de la Grande Réinitialisation . Cela se voit désormais également dans la volonté de rendre l’énergie nucléaire à nouveau socialement acceptable en Europe.

Le portail Euractiv rapporte que le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, a récemment annoncé une alliance pour les petits réacteurs modulaires (SMR) lors de l’ouverture du salon mondial du nucléaire à Paris, dont les travaux devraient commencer début 2024 .

Un vent nouveau semble souffler sur l’UE, estime Euractiv , car selon Breton, « l’énergie nucléaire n’est plus taboue, même au sein de la Commission européenne ». Par conséquent, l’Alliance SMR vise à rassembler les acteurs industriels existants, les organismes de recherche, les représentants gouvernementaux et les groupes de la société civile pour accélérer le développement de l’industrie.

Euractiv espère que les travaux de cette alliance se concentreront dans un premier temps sur les SMR basés sur des technologies nucléaires éprouvées de troisième génération. Mais de nouveaux projets, plus risqués, sont déjà envisagés. Nuclear Europe , l’association industrielle européenne de l’énergie nucléaire, a annoncé qu’elle inclurait également les technologies de quatrième génération dans son alliance.

La sortie du nucléaire prévue par certains pays européens – comme l’Allemagne ou la Belgique – n’est-elle donc qu’une façade ? Dans le cas de la Belgique , Euractiv rapporte que le pays recherche actuellement de nouveaux réacteurs. La Roumanie, l’Italie et les États-Unis se sont également fixé pour objectif d’accélérer le développement des petits réacteurs modulaires (SMR).

Selon Euractiv, la nouvelle alliance nucléaire sera organisée en sept groupes de travail :

  • Un « développement » qui rassemble utilisateurs finaux, fournisseurs et développeurs
  • « Acceptation publique » qui rassemble la société civile, le Comité économique et social européen et les organisations non gouvernementales
  • « Financement », dans lequel les États membres et les promoteurs sont représentés
  • « Cycle du combustible », avec également la participation des États membres et des développeurs
  • « Main-d’œuvre et compétences », qui inclut les acteurs et les développeurs de la chaîne d’approvisionnement
  • « Recherche », dans laquelle sont représentés les acteurs de la communauté de la recherche et du développement, l’industrie et les concédants de licence.
  • “Sécurité”, dont les membres restent à déterminer

Ces groupes seront supervisés par un conseil composé d’États membres de l’UE et du Groupe européen des régulateurs de sûreté nucléaire (ENSREG), ainsi que par un comité directeur composé de Nuclear Europe et de la plateforme technologique pour l’énergie nucléaire durable, SNETP – le tout avec le soutien de la Commission européenne.

« À ce stade, de nombreuses entreprises ont exprimé leur intérêt pour cette alliance, mais nous ne pouvons pas encore fournir une liste concrète des entreprises/organisations qui devraient y adhérer », aurait déclaré Nuclear Europe .

Les critères d’adhésion doivent également encore être déterminés. Ce qui est clair, cependant, c’est qu’un forum annuel des parties prenantes sera organisé. Euractiv rapporte également que les réacteurs nucléaires américains en Europe de l’Est devraient entrer en service d’ici 2030 ; ils seront construits en Roumanie et en République tchèque.

Afin de garantir un démarrage optimal de la nouvelle alliance nucléaire, seules quelques lois européennes doivent être modifiées. « Les parties prenantes travaillent dur là-dessus », informe Euractiv .

“Il faut retirer les textes européens qui excluent l’énergie nucléaire d’une série de mesures”, a déclaré Valérie Faudon, déléguée exécutive de la Société française de l’énergie nucléaire, SFEN, association qui représente les intérêts de l’industrie nucléaire.

Le 14 décembre, le Parlement européen doit voter un premier rapport d’initiative sur les centrales nucléaires.

Nouvelles sur la transition des commentaires :

On ne peut qu’espérer que le contrôle de la nouvelle alliance nucléaire, qui doit être effectué avec le soutien de la Commission européenne, n’échouera pas de manière aussi catastrophique que le contrôle de la sécurité des « vaccins » contre le coronavirus.



Source:

Transition News : https://transition-news.org/bill-gates-kampf-gegen-klimawandel-bedarf-innovationen-und-vor-allem-atomkraft – 6 décembre 2023

Euractiv : Réacteurs nucléaires modulaires : l’Alliance nucléaire européenne prend forme – 4 décembre 2023

Documents

MPEG4 – (186,7 Mo)

Traduction Google

https://transition-news.org/neue-atomkraftwerke-gates-und-eu-kommission-arbeiten-hand-in-hand

 1,260 total views,  1 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Cela est loin d’être fait. Disperser des déchets nucléaires , assurer la sécurité des installations, attribuer la fourniture d’uranium et surtout les quantités d’eau nécessaire au refroidissement des installations dans les mains de sociétés privées principalement américaines seraient une véritable soumission à la finance .

  2. Astrid, Superphénix, Fessenheim, tout a été détruit pour laisser la place libre aux Amerloques.
    Mais c’est pas perdu pour tout le monde, certains s’en mettront plein les fouilles .

  3. Ce connard de Kill Gates qui veut réduire la population, ne va-t-il pas vendre des réacteurs défectueux pour reproduire d’autres Tchernobyl ? C’est complotiste ?

    • Si il y a des complotistes c’est parcequ’il y a des cpmploteurs…CQFD
      Et avec cet olibrius mieux vaut s’attendre au pire on est jamais déçu.

  4. toutes ces ordures de politicards se sont vendus à Bill le coyote, européens levez-vous ils sont capables d’essayer de vous tuer pour de l’argent.

  5. Pourquoi devrions-nous dépendre d’acteurs privés étrangers là où ce joyau énergétique était public avant grâce à De Gaulle ? Nos polytechniciens et nos ingénieurs sont moins bons aujourd’hui ? Ou nos politicards à pendre plus corrompus ? Accessoirement, je vois maintenant la différence entre sourire de corrompu passif et sourire de corrompu actif. Comme la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit (©Napoléon)

  6. C’est toujours la filière uranium qui est utilisée alors que nous n’avons pas ou très peu d’uranium en France.
    Pourtant, dans les années 1980 – 1990, une filière utilisant les sels d’éléments radioactifs bretons (thorium) a été proposée par des spécialistes. Mais black-out !! Pas de pile expérimentale comme celle de Saclay avant la construction de la première centrale de Chinon vers 1955. On peut supposer que des intérêts puissants ont torpillé cette filière avant sa naissance.

  7. Tout ça sa pue la grosse magouille , laissé la construction et l’installation de petits réacteurs nucléaires modulaires à du privé américain ,c’est le signal de la fin de notre indépendance énergétique et ce n’est pas nos traîtres qui nous gouvernent qui feront barrage pour sauver l’opérateur historique !La destruction d’EDF et de l’industrie nucléaire française se dirige vers la phase finale de disparition, l’ordure ,l’assassin covidiste de bill le gates imposera son prix de vente du kW/h comme il voudra en versant des pots de vins ou des dessous de table comme l’on dit plus communément, avec toutes ces pourritures de corrompus ça reste du domaine du possible!

  8. Macron lui a vendu le projet Astrid en 2019, maintenant il va nous le revendre en se gavant au passage.

  9. Après avoir gagné et imposé un modèle mondial basé sur Windows puis su Aix en fait Linux, dont nous sommes en majorité dépendants, ce monstre froid qu’est Gates va aussi gagner mondialement sur tous les autres secteurs grâce à l’écologie qu’il nous impose
    Bien sûr l’énergie avec le nucléaire Small, il sera partenaire si ce n’est propriétaire de cet avenir dont nous serons les obligés
    En fait il pourra même posséder tout et son contraire grâce à l’écologie imposée pour manipuler des cons.
    Il a compris l’essentiel depuis longtemps, le monde est composé majoritairement de cons manipulables à souhait, il suffit de l’avoir compris et de s’y consacrer sans scrupule.
    En fait il a raison.

    • Bis, Joël. Il y a de séances de corde et des annexions de biens mal acquis à titre de faible compensation en perspective.

Les commentaires sont fermés.