Saint-Brévin : des opposants ont essayé de s’introduire dans le futur centre d’accueil pour migrants

Nous étions fort étonnés du silence de la caste politique et de la presse sur la tentative de squatter le Cada de Saint-Brévin.

https://resistancerepublicaine.com/2023/09/10/oui-il-y-a-bien-eu-tentative-doccuper-le-cada-de-saint-brevin-hier/

Voici enfin une première réaction dans le Figaro qui précise tout de même que la Préfecture a refusé de commenter… Bizarre. Vous avez dit bizarre ? Comme c’est étrange !

 

Venus du Grand Ouest et de Paris, ils ont tenté samedi d’occuper le nouveau Cada de la commune de Loire-Atlantique pour dénoncer son ouverture prévue d’ici la fin de l’année. Ils ont été stoppés par les gendarmes.

Le Figaro Nantes

C’est un feuilleton qui n’en finit pas. À quelques semaines de l’ouverture du futur centre d’accueil pour demandeurs d’asile de Saint-Brévin-les-Pins, une action des opposants a été déjouée par les forces de l’ordre bien renseignées. Samedi matin à l’aurore, dans la station balnéaire de Loire-Atlantique devenue célèbre après l’enchaînement de manifestations rassemblant des «pour» et des «contre» l’implantation du Cada aux abords d’une école, des individus ont tenté s’introduire dans le bâtiment controversé. Ils ont été stoppés par les gendarmes.

«L’action était prévue pour 200 personnes», indique au Figaro Éric Mauvoisin-Delavaud, représentant de «Les Nôtres avant les autres», un regroupement d’associations patriotes et souverainistes à l’initiative de l’action. Après avoir été contrôlés, «on a prévenu les groupes qui devaient nous rejoindre [de ne pas venir]», poursuit celui qui est aussi président du mouvement local «Rassemblement vendéen». Des gens du Grand Ouest et de Paris étaient attendus et ambitionnaient d’y rester 48h. Contactée, la préfecture de Loire-Atlantique ne souhaite pas commenter ces informations.

D’autres actions à venir

Dans une vidéo relayée par le Collectif Brévinois pour la préservation de la Pierre Attelée (du nom de l’école), Éric Mauvoisin-Delavaud, ex-responsable départemental de Reconquête, a présenté aux «amoureux de la France» l’objet de la démarche. «Les revendications étaient sur la priorité aux nationaux. On avait d’ailleurs prévu d’installer des nationaux qui étaient en demande de logements sur Saint-Brévin et la France», énonce celui qui a participé à toutes les manifestations d’opposition au Cada. Dans cette prise de parole, il demande également «la mise en place du référendum sur l’immigration», à travers une consultation citoyenne brévinoise autour du centre qui pourra accueillir jusqu’à 110 demandeurs d’asile. Il souhaite aussi «la lumière sur le fameux incendiaire des voitures de M. Morez car nous pensons que les forces de l’ordre connaissent très bien l’incendiaire et ne communiquent pas dessus».

En mai, le maire Yannick Morez avait annoncé sa démission après l’incendie criminel de ses voitures et d’une partie de son domicile. Les semaines précédentes, il avait indiqué avoir reçu des menaces d’opposants et de militants d’extrême-droite. En juin, le parquet avait communiqué sur la garde à vue de deux hommes de 48 et 63 ans remis en liberté. Aujourd’hui, l’enquête se poursuit. Aucun nouvel élément n’a été communiqué depuis ces interpellations infructueuses.

«C’était une action politique revendicatrice forte, à la limite hors la loi, mais malheureusement, on est obligé d’en arriver là car sinon on raconte des bêtises», reprend Éric Mauvoisin-Delavaud, qui regrette d’être traité à chaque fois de «facho» ou «nazi» alors qu’il souhaite «défendre» son pays et «essayer de trouver des solutions». «Je ne suis pas contre toute l’immigration», affirme-t-il.

Il assure que d’autres actions seront bientôt menées dans la commune devenue le symbole d’une politique migratoire gouvernementale. Le week-end du 23 septembre, un important dispositif de sécurité sera ainsi à nouveau déployé à Saint-Brévin. Un colloque intitulé «Accueillir les exilé-es. Pourquoi ? comment ?» est organisé le samedi par le Collectif des brévinois attentifs et solidaires, défenseurs du Cada, mais aussi la Ligue des Droits de l’Homme ou encore Caritas-Secours catholique. Après un mot de bienvenue de la nouvelle maire (sans étiquette) Dorothée Pacaud, qui a elle aussi reçu des menaces, des politologues, journalistes ou encore sociologues sont attendus. «Alors que se déchaînent la haine de l’étranger et les discours d’extrême droite, que les effets des politiquesmigratoires sont catastrophiques, la solidarité avec les exilés est plus que jamais indispensable», est-il inscrit dans le descriptif de l’événement.

https://www.lefigaro.fr/nantes/saint-brevin-des-opposants-ont-essaye-de-s-introduire-dans-le-futur-centre-d-accueil-pour-demandeurs-d-asile-20230912

 729 total views,  1 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. Et bien voilà, il n’y a en général que les gens d’extrème gauche qui ont la parole avec leurs manifestations à répétition , sans peur et SANS REPROCHES, n’est ce pas ! nous voilà bien face à face ..

  2. Les exilés ? Tu parles d’un nom. C’est pas le synonyme d’envahisseurs, des fois? Ras le bol de payer de plus en plus pour cette engeance… Impôts, taxes, se priver en plus. Quel pays et quelle époque de merde molle.

  3. En tout cas j’apprécie l’action des Patriotes opposés à la Cada de Saint Brevin car leur combat est légitime face à l’invasion migratoire imposer par le Poudré Macronor Flatulator et les immigrationistes forcenés d’extrême gauche qui veulent accélérer le Grand Remplacement de la population française !

  4. Puisque c’était un échec pour eux, et après avoir fait tout ce trajet depuis ces autres départements voisins j’espère qu’ils ont au moins profiter de la plage et de la mer.Le flop ne doit pas empêcher le plouf! La Fraiseraie est, elle aussi à ne pas manquée, elle est très courue à Saint Brevin l’Ocean pour ses glaces qui sont vraiment délicieuses…une tuerie !

Les commentaires sont fermés.