Le Cada de Saint-Brévin a-t-il failli être occupé hier matin ? Pourquoi ce silence des autorités ?

Article mis en ligne au soir du 9 septembre, qui parlait de la nuit du 8 au 9 septembre puis remis en tête des articles le 10. Nous avons donc changé le titre en parlant de “hier matin” et non de “ce matin”.

Nos amis de Saint-Brévin que nous avons soutenus et aidés à lutter contre le projet de l’infâme Cada jouxtant une école, rien que ça, nous disent que, la nuit dernière, de nombreux policiers auraient été déployés dans la ville. Et personne n’en parle… à l’heure où le moindre mot de travers attire toute la clique des journaleux, silence radio.

Silence radio des journaleux, ravis d’avoir de quoi se mettre sous la dent. Silence radio du Maire, pourtant fort bavard pour taper sur les opposants au Cada. Silence radio  des préfets, maires, députés… macronistes et gauchistes pourtant prêts à déchiqueter à belles dents les opposants à l’immigration, traités évidemment d’extrême-droite. Et silence radio de la police que quelques habitants ou visiteurs de la ville ont pourtant croisée ou dont ils voyaient les lampes dans les arbres. Ils n’ont pas rêvé, quand même !!!!!

Oui, il paraît que, cette nuit,  il y avait beaucoup d’uniformes bleus dans la ville et nombre de torches apparaissaient dans les arbres (les policiers perchés, en planque ? attendant quoi ? ). Il paraît que des autorités (gendarmerie, police, envoyés de la Préfecture…) auraient patrouillé dans la ville, vérifiant l’identité de ceux qui circulaient à pied et à voiture et les invitant à aller voir plus loin si l’air y était meilleur.

Des bruits nous viennent d’amis résistants au Cada nous disant qu’il y aurait eu un projet d’envahir le cada, d’y installer “les nôtres” au lieu des autres. Cela ne me choque même pas dans ce pays où les squatteurs sont le plus souvent protégés par la loi, ce qui rend leur expulsion très difficile, voire impossible.  Alors autant vous dire que le mot d’ordre “les nôtres avant les autres” ça me botte.

Saurons-nous  dans les heures qui suivent si ce ne sont que rumeurs infondées ou bien si il y a bien eu une tentative d’action résistante (et laquelle) et surtout les raisons du déploiement des forces de police et des autorités dans la nuit ?

Mais, surtout, la question qui se pose est “pourquoi ce silence” ? Pourquoi aucune communication des autorités qui sont si enclines à chanter victoire dès qu’ils croient avoir identifié une menace de ce qu’ils appellent “l’extrême-droite”? “Extrême-droite” qu’il faudrait absolument discréditer, traîner dans la boue, accuser de tous les malheurs du monde… 

Or, ça fait des mois que nos amis de Saint-Brévin sont publiquement traités de racistes, voire d’assassins puisque accusés carrément d’avoir voulu incendier les voitures de l’ancien maire, sans aucune preuve, forcément, d’autant que, comme nous l’avons déjà dit , la nuit de l’incendie, des gauchistes s’en étaient pris au pont de Saint-Nazaire, juste à côté de Saint-Brévin…

Que cache cette action policière qui demeure cachée au moment où j’écris, presque 24 heures après les faits ?

A suivre, amis lecteurs !

 

 1,218 total views

image_pdf

19 Commentaires

  1. Le bon côté de ce fiasco, sans doute du à des fuites, c’est que les poulets ont pu se promener et s’égayer en bord de mer, y en avait jusque dans les arbres…
    Si ce genre d’excursions pour du flanc se reproduit trop souvent, le préfet va se faire tirer les oreilles.
    A recommencer par conséquent dès que possible.
    Au loup, au loup !

  2. Pourquoi ce silence ? La peur des autorités qu’il se mette à arriver systématiquement ce que vous suggérez : loger les nôtres avant que les AUTRES n’y soient imposés ?
    Les forces d’occupation craignent toujours une Résistance, et surtout que son exemple fasse tache d’huile.

  3. Les cadas
    C’est caca.

    C’est tout ce que j’ai trouvé. C’est dimanche et je suis crevé. Je demande l’indulgence du jury.

  4. Étant de Saint Brevin je n’ai rien vu ni entendu dire des choses de cette agitation décrite pour cette soirée du 8 au 9 septembre. Ce non-événement devait concerné une ou deux rue face au CADA qui est à l’extrémité de la commune. Je ne pense pas que les personnes du collectif anti-cada (8/10 personnes) soient raciste, juste xénophobe tout au plus.

    • Ah vous savez, la peur fait qu’ils sont 8 à 10 personnes..peut être ! en 1940 ils étaient peu aussi, des jeunes de 16, 20 ans que l’on a torturé ! il faut dire à ceux qui ont peur, que les trois premiers mois seront pris en charge par les collectifs pro cada, pro immigration, mais que, après, c’est la commune ( c’est à dire les contribuables ) qui paiera leur installation ! seront ils d’accord ? ce sera trop tard , comme toujours !!!
      C’est comme pour TOUT le reste ! tient le gouvernement s’aperçoit que la France est endettée jusqu’au cou, veut donc faire payer les français qui travaillent !! C’est bête mais enfin, les français le savaient, nous savons compter ce qu’il y a dans un porte monnaie ! il y a des grands travaux comme les portiques qui ont été abandonnés, mais aussi les émeutes et tout ce qui a trait à l’immigration ! vous croyez que prendre en charge des familles qui ne vivent pas comme les français qui ont été habitués culturellement à se prendre en charge, ne coûte rien ? une assistante sociale, les éducateurs travaillent t ils bénévolement ??

    • Suite …les destructions systématiques, de voitures, de structures publiques, les attaques de policiers ne coûtent rien vous croyez ?? c’est sans doute de la xénophobie !! mon âge me permet de vous dire que jamais, plus jeune, je n’ai vécu ce que nous vivons aujourd’hui et ce depuis 30 ans, je dis qu’il n’y avait pas de pauvres, car il y avait une redistribution logique, des enfants qui allaient à l’école et qui ne cassaient pas .. j’ai vécu dans une cité qui n’était pas les cités d’aujourd’hui ..pour quoi donc ??

  5. Qui est-ce “les ôtres avant les nôtres” ? Ou des clandestins clandestinement installés en catimini ?

  6. La valetaille du poudré commence à chier dans son froc. Si tentative d’action il y a eu, la volaille et consorts font profil bas, de peur de donner des idées aux défenseurs de la France.

  7. Plus qu’extrème droite, carrément nazis, dès qu’on ose s’opposer à ces faux derches…Ils n’ont pas fini d’en baver, parce qu’il y en a marre de voir des villages transformés lentement mais sûrement en Barbès Rochechouart.

    • Vous ne devez pas connaître Saint Brevin c’est loin d’être un village….il y à près de 15 000 habitants chez nous. 😉

    • Bordel assuré ? Mais enfin…ils ne sont que 13 personnes derrière la banderole 🤣.

      • il s’agit d’une banderole photographiée ily a des mois pour une manif, pas de l’opération avortée samedi qui évidemmentn’a pas pu déployer de banderole

Les commentaires sont fermés.